Search

Adénocarcinome de la prostate 8 points

Aujourd'hui, dans le domaine de l'oncologie, des cas de tumeurs malignes de la prostate sont souvent enregistrés. La plupart des cas surviennent chez des hommes plus âgés. Moins communément diagnostiqué chez les hommes de moins de 50 ans. On pense que cette pathologie réduit l'espérance de vie de 10 ans. L'adénocarcinome acineux de la prostate est le type le plus courant de tumeur de la prostate. Une tumeur maligne est formée par les cellules de l'épithélium glandulaire, qui passent dans les cellules cancéreuses. Ensuite, ils commencent à se répandre à grande vitesse profondément dans le corps, ainsi que dans ses parties périphériques. Pour cette raison, le sexe fort, en particulier à l'âge, devrait systématiquement consulter le médecin et faire l'objet d'un contrôle préventif.

Les facteurs suivants peuvent contribuer au développement d’une tumeur maligne de la prostate:

  • Âge
  • L'hérédité. Si le cancer de la prostate était présent chez l'un des parents proches, une probabilité élevée de transmission par hérédité.
  • Grande consommation de boissons alcoolisées.
  • Le tabagisme
  • Mauvaise nutrition.
  • En surpoids.
  • Les mauvaises hormones fonctionnent.

Les signes primaires de manifestations d'adénocarcinome ne sont souvent pas perçus par le patient et les médecins le diagnostiquent comme une tumeur d'une glande bénigne. Sans recourir à la recherche médicale auxiliaire, il est difficile d'arriver à la bonne conclusion et de poser le bon diagnostic. Les symptômes de la maladie au stade primaire ont des symptômes similaires avec une tumeur bénigne de la prostate. Manifeste comme suit:

Douleur dans la région lombaire - le tout premier signe sur lequel vous devez faire attention. Très souvent, une telle douleur est ignorée, croyant faussement qu'il peut s'agir de problèmes de dos. Cependant, dans de nombreux cas, l'adénocarcinome de la prostate commence à se manifester. Avec le développement de métastases, la douleur se déplace dans la zone du coccyx et des côtes, l'appétit disparaît, il y a une sensation de fatigue constante et de somnolence.

La meilleure évaluation et le diagnostic correct consistera en un examen médical du patient. Pour cela, le médecin prescrit les tests suivants:

  • Analyse générale du sang, de l'urine. Lorsque le patient présente un adénocarcinome de la prostate, il réduit les taux de globules rouges.
  • Le don de sang pour un marqueur tumoral est un antigène spécifique de la prostate (PSA). Normalement, il ne dépasse pas 6,5 ng / ml. Pour les maladies tumorales, il est de 27 ng / ml et plus.
  • Ponction de la paroi de l'organe (ponction) et collecte d'échantillons de tissus pour la recherche médicale. Cette méthode aide à donner au médecin le diagnostic correct et à comprendre le type de tumeur.
  • Étude par ultrasons.
  • Palpation.
  • Imagerie par résonance magnétique.
  • La méthode de diagnostic la plus efficace est l'analyse pour la détection des tumeurs tumorales de la prostate selon Glisson. En règle générale, plusieurs tumeurs se développent et un prélèvement de cellules est effectué dans chacune d’elles. Vient ensuite le score sur la balance. 2 fragments plus similaires. Le degré le plus élevé de différenciation de la tumeur sur l'échelle de Gleason est de 1 point, le plus bas - 5 points. Après ces valeurs sont ajoutées pour déterminer le degré d'activité moyen des adénocarcinomes acineux. La valeur la plus basse de l'échelle est 2 points (1 + 1), la valeur maximale 10 points (5 + 5). Le degré de gravité moyen sera de 6 points pour la note (3 + 3). Adénocarcinome acineux de la prostate 7 points selon Gleason indiqueront également la gravité modérée du cancer. À partir de 8 au maximum - le degré incurable de la maladie.

Une tumeur maligne localisée qui ne permet pas les métastases peut être guérie. En fonction du degré de cancer, de l'âge du patient, de la maladie grave disponible, le médecin prescrit une certaine méthode de traitement. En médecine, on distingue les moyens suivants pour lutter contre cette maladie:

  • Chirurgie pour enlever la prostate, vésicules séminales.
  • Radiothérapie de la prostate, ganglions lymphatiques autour.
  • Traitement de la tumeur par ultrasons sans endommager la peau. La façon la plus moderne à ce jour.
  • Rayonnement Rayonnement destiné à l’éducation contre le cancer - curiethérapie.
  • Thérapie par le froid - cryothérapie.
  • L'hormonothérapie.

L'adénocarcinome de la prostate est un type de cancer diagnostiqué dans 95% des cas de cancer de la prostate. Le nom se compose de deux concepts d '"adénome" - une inflammation de la composante glandulaire et un "carcinome" - une tumeur maligne. Combine les tumeurs affectant le tissu glandulaire de la prostate.

Les cellules atypiques sont confinées dans la capsule de l'organe ou métastasées dans les ganglions lymphatiques et les os. Détecté auparavant chez des patients de plus de 60 ans, aujourd'hui - beaucoup plus jeune.

La médecine moderne n'est pas complètement convaincue des causes de l'apparition de cellules malignes. Au cours de nombreuses années de recherche, l'influence de certains facteurs sur le développement de l'oncologie a été remarquée:

  • hérédité (la moitié des patients signalent la présence de la maladie chez des membres de leur famille);
  • des erreurs de régime et d'obésité;
  • tabagisme et alcoolisme;
  • vieillissement physiologique de la prostate, antécédents d'adénome;
  • vivre dans des zones écologiquement défavorables;
  • contact avec des substances cancérogènes sur le lieu de travail.

Il a été prouvé que l'apparition d'adénocarcinomes de la prostate est étroitement liée au déséquilibre des hormones sexuelles, naturellement présent chez les personnes âgées. Cependant, toute anomalie du système endocrinien peut provoquer des modifications hormonales et interférer avec leurs interactions, même chez les hommes jeunes.

L'apparition de la tumeur est asymptomatique, les premiers signes de cancer apparaissent avec la croissance de la tumeur et une augmentation de la taille des glandes.

Elle commence à faire pression sur l'urètre, le patient ressent un trouble dans le travail du système urogénital. On ressent fréquemment des envies d’uriner, des sentiments de vidange incomplète de la vessie, une diminution de la libido et des problèmes d’érection - symptômes similaires à d’autres maladies (prostatite, adénome, infections transmises sexuellement).

Avec le développement du processus pathologique, le sang est détecté dans l'urine et l'éjaculation, la douleur dans le périnée, le rectum, lors d'un acte de défécation. L'intoxication du corps se traduit par des modifications du test sanguin général: diminution de la quantité d'hémoglobine, augmentation de la RSE, modification de la formule leucocytaire.

L'adénocarcinome de la prostate se développe progressivement. Les stades suivants des lésions de la prostate sont:

  1. La tumeur apparaît seulement, a une petite taille. La symptomatologie n'est pas exprimée, la maladie ne peut être déterminée qu'à l'aide d'une biopsie. Il est extrêmement rarement diagnostiqué en raison de raisons insuffisantes d'examen.
  2. La nouvelle croissance affecte une partie de la prostate, parfois la coquille, mais ne la dépasse pas. À la palpation, l'hypertrophie est retrouvée, les premiers symptômes apparaissent.
  3. La croissance active des cellules malignes conduit à la défaite de l'organe entier, il est possible que le processus oncologique se propage aux ganglions lymphatiques les plus proches. Le tableau clinique s'agrandit, le patient se sent pire.
  4. Stade de métastase active. La croissance d'éléments cancérigènes dans tout le corps. L'état de santé se dégrade: douleurs osseuses, perte de poids, intoxication générale.

La durée de chacune des étapes dépend du type d'adénocarcinome en développement de la prostate, de l'état du système immunitaire et des caractéristiques individuelles du patient.

Sur la base des caractéristiques histologiques des cellules tumorales malignes, plusieurs types de maladies sont distingués.

Le plus commun - l'adénocarcinome acineux de la prostate - de quoi il s'agit, explique son nom. Dans cette forme de cancer, les cellules atypiques sont localisées dans les lobes de la prostate ou des acini. En fonction de la taille de l'épithélium affecté, l'adénocarcinome de la prostate et du gros acineux, qui se forment après la fusion progressive de plusieurs foyers, sont déterminés.

L'adénocarcinome à cellules claires se caractérise par une légère coloration des éléments malins par rapport aux éléments normaux. Forme de cellules squameuses - leur aplatissement. Les espèces sont déterminées après examen au microscope d'échantillons de tissu tumoral obtenus à l'aide d'une biopsie.

Outre les modifications morphologiques des cellules, le degré de différenciation (rapport entre le nombre de cellules normales et les cellules atypiques) constitue la base de la classification de l'adénocarcinome de la prostate. Cette gradation a été développée par le pathologiste américain Glison et est utilisée depuis plus de 40 ans.

L'échelle est mesurée en points, la quantité d'agressivité de la tumeur dépend de leur nombre. Plus le nombre de points différenciés est élevé, plus le nombre de points selon Gleason est bas, plus le pronostic est favorable pour le traitement du cancer.

Pour étudier les tissus, prélevez au moins deux échantillons de tumeurs différentes (généralement la plus grande taille). Les changements sont estimés dans chacun sur une échelle de cinq points. L'indice de Gleason est la somme de deux préparations histologiques. Les types suivants sont possibles:

Le pronostic et les tactiques de traitement dépendent du stade auquel le cancer a été découvert, de la taille de la tumeur et de sa propagation au-delà de la capsule de la prostate.

Lorsque les premiers symptômes apparaissent, le diagnostic différentiel des autres maladies de la prostate (adénome, hyperplasie liée à l'âge) est obligatoire.

Un marqueur spécifique pour détecter le cancer de la prostate est le niveau de PSA (antigène spécifique de la prostate) dans le sang. Lorsqu'il augmente, le médecin peut suspecter l'apparition d'un cancer et prescrire des procédures de diagnostic pour confirmer ou infirmer le diagnostic:

  1. Échographie de la prostate, lors de la détection de zones suspectes, de leur biopsie et de l'examen histologique du matériel obtenu.
  2. IRM pour une détermination plus précise de la structure des tumeurs, si leur présence est confirmée;
  3. Scintigraphie - Examen radiographique des os avec contraste pour exclure les métastases.

Après avoir établi un diagnostic précis, déterminé le stade et l'indice pronostique de Gleason de l'adénocarcinome de la prostate, le traitement est démarré immédiatement.

La médecine moderne dispose de tout un arsenal de méthodes de lutte contre le cancer. Le traitement de l'adénocarcinome de la prostate comprend des médicaments, des interventions chirurgicales et des méthodes de radiothérapie.

L'exérèse complète de la prostate - prostatectomie - est réalisée par laparoscopie ou par voie abdominale ouverte, selon les preuves.

De nombreux oncologues estiment que la méthode radicale est la meilleure solution pour le patient: après lui, le pourcentage de rechutes est très faible.

Mais les complications possibles (perte totale d'activité, incontinence urinaire) arrêtent la chirurgie chez les jeunes hommes.

S'il est impossible d'effectuer un traitement chirurgical ou si le patient refuse, la radiothérapie est utilisée. Le développement de la technologie a permis l’introduction de la méthode de ciblage des radio-isotopes - la curiethérapie. Pour le traitement du cancer, une capsule contenant des substances radioactives est injectée directement dans les tissus de la prostate, où elles détruisent les cellules atypiques. La technique est montrée dans les tumeurs peu agressives (indice de Gleason jusqu'à 6) à 1 ou 2 stades. Dans la plupart des cas, la curiethérapie peut soigner un adénocarcinome et éliminer les récidives.

L'irradiation à distance est réalisée avec des contre-indications à d'autres méthodes ou dans un ensemble de mesures thérapeutiques aux derniers stades de la maladie.

Inclut la chimiothérapie et le traitement hormonal. Utilisation sur 3 à 4 stades de cancer, lorsque d'autres méthodes ne permettent pas de résoudre le problème ou pour un effet complexe sur les métastases à distance.

Un traitement hormonal est prescrit lors de la confirmation de la dépendance de la croissance tumorale à la testostérone. Des moyens bloquant la synthèse des hormones sexuelles sont utilisés. En conséquence, le développement de la tumeur cesse, mais ne se rétablit pas complètement.

L'évolution asymptomatique du cancer dans les stades précoces conduit à une détection fréquente de la maladie dans les formes avancées.

Par conséquent, les examens préventifs de l'urologue chez les hommes de plus de 45 ans, lorsque le risque de développer un adénocarcinome de la prostate augmente considérablement, sont si importants.

L'adénocarcinome de la prostate est une tumeur maligne de la structure glandulaire de la prostate. En fait, il s’agit du cancer de la prostate, qui touche principalement les segments périphériques de l’organe. La zone centrale et les fractions de transition sont moins susceptibles au processus pathologique.

L'adénocarcinome se développe en raison des facteurs indésirables suivants:

  1. Facteur d'âge La maladie affecte souvent les hommes après 60 ans.
  2. Histoire familiale lourde (un cancer de la prostate a déjà été détecté chez les proches parents du patient).
  3. Mauvaises habitudes, abus d'alcool ou de nicotine.
  4. Nutrition déséquilibrée.
  5. L'obésité.
  6. Échec hormonal.

Il existe de nombreuses classifications de cette pathologie (par exemple, selon Glisson), chacune d’elles identifiant certaines caractéristiques du processus oncologique.

Selon la morphologie, on distingue les catégories suivantes:

Une prostate affectée par des cellules cancéreuses provoque les symptômes suivants:

  1. L'urine sort avec difficulté, de manière intermittente ou lente.
  2. Les patients se plaignent d'avoir souvent besoin d'aller aux toilettes, surtout la nuit.
  3. Poursuivi par le sentiment de sa vessie pas complètement dévastée.
  4. Incontinence urinaire systématique.
  5. Hémospermie.
  6. Traces de sang dans les urines.
  7. Problèmes avec la fonction sexuelle.
  8. Syndrome douloureux d'intensité variable.
  9. En présence de métastases, le tableau clinique est complété par une douleur osseuse sévère.
  10. Gonflement des jambes.

Les pathologies cancéreuses de la prostate sont toujours accompagnées d'un fort syndrome douloureux, provoqué par un puissant ensemencement du corps avec des métastases et un processus d'intoxication important. Ce dernier phénomène pathologique est dû à la dégradation des cellules cancéreuses et à la destruction des structures du corps humain au cours de la progression du cancer ou du traitement "agressif" de toute forme.

L'échelle de Gleason est utilisée assez souvent dans la médecine moderne. À l'aide du classificateur, il est possible de caractériser une tumeur maligne de la prostate, qui a été détectée au cours de la biopsie. Le principe est simple: plus il y a de points sur l'échelle de Glisson, plus le processus de cancer est agressif et dangereux.

Selon la classification selon Glisson, le principal identifiant était le degré de différence entre les cellules cancéreuses découvertes dans les structures glandulaires de l'adénocarcinome de la prostate et les tissus sains d'un organe. Si les cellules, probablement d'origine oncologique, ne diffèrent pas particulièrement des cellules ordinaires de l'organe glandulaire, le conglomérat tumoral se voit attribuer un point.

Si les cellules prélevées lors de la biopsie présentent une structure et une apparence très différentes des structures normales de la prostate, les tumeurs attribuent le nombre maximal de points - 5. Le plus souvent, l'indicateur de 3 points et plus apparaît dans les diagnostics selon les données de l'échelle de Glisson.

Comme le cancer affecte généralement plusieurs segments différents de la prostate à la fois, des fragments d’éléments biologiques prélevés sur différents sites sont diagnostiqués et analysés. La somme de Glisson (de 1 à 5) comprend plusieurs estimations à la fois.

Par exemple, si, selon l'ID de Gleason, l'adénocarcinome de la prostate a reçu 8 points, cela signifie que les cellules avec un score de 4 points sont concentrées dans une zone et 4 points dans l'autre. En conséquence, 4 + 4 = 8.

Si la somme de Glisson est égale ou inférieure à 6, ces néoplasmes pathologiques sont appelés moins malins (score de Gleason de bas grade) que les autres formes de cancer. Les pathologies, qui ont reçu un score de 7 points, appartiennent à la catégorie des maladies du niveau moyen de malignité (score de Gleason intermédiaire). Si le conglomérat tumoral a finalement obtenu un score supérieur à 8 points, nous parlons de maladies hautement malignes et d'un niveau élevé de danger de mort (score de Gleason de haut grade).

TNM est une norme internationale pour décrire les pathologies oncologiques, en fonction de la stadification de la maladie, du degré de propagation des cellules cancéreuses dans tout le corps.

Il y a trois catégories de base:

Le classificateur lui-même est assez compliqué. Par exemple, TX signifie que les données sont insuffisantes pour évaluer l'état de la tumeur primitive. T2c caractérise la pathologie qui a frappé les deux lobes de l'organe glandulaire.

N0 - désignation des vaisseaux lymphatiques relativement sains. Mais la marque N1 indique le début des processus métastatiques dans la structure des formations lymphatiques pelviennes.

M0 - la pathologie n'a pas impliqué d'organes ni de tissus voisins dans le processus de métastase. M1 dit qu'il y a des métastases, mais en petites quantités. M1b est une forme sévère caractérisée par la présence de formations métastatiques dans les structures osseuses du corps du patient. M1c indique un ensemencement massif et grave du corps, le foie et les reins étant touchés par le cancer.

Le cancer est une maladie difficile à soigner. Il est encore plus difficile d'empêcher l'apparition de métastases et le développement de rechutes. Plus la pathologie a été découverte tôt, plus les chances pour le patient d'être complètement guéri et de retrouver une vie normale sont élevées.

Au cours des mesures de diagnostic, les médecins examinent soigneusement toutes les données des examens de laboratoire et des examens instrumentaux. L'objectif est de déterminer le stade de la maladie et d'étudier toutes les caractéristiques de la pathologie. Cela dépend de l'exactitude du schéma de traitement choisi et de la clarté de la prédiction dans le futur.

Le stade du cancer est déterminé en combinant le diagnostic selon le schéma TNM, le score de Glisson et les données obtenues au cours de tests sanguins pour le PSA. Chaque étape est marquée à l’aide de chiffres romains: de I (la forme initiale, qui se distingue par un parcours assez léger ou un tableau clinique flou) à IV (le processus cancéreux est courant, agressif, représente un grave danger pour la santé, ainsi que pour la vie du patient).

D'après les résultats d'études statistiques, l'adénocarcinome de la prostate est diagnostiqué plus souvent (dans 95% des cas) que d'autres types de tumeurs malignes que l'on trouve dans cette glande. C'est une maladie courante chez les hommes de plus de 50 ans.

La maladie touche les tissus de la prostate et constitue une pathologie grave avec un risque élevé de décès, se classant au 2e rang pour la mortalité après le cancer du poumon. Le pronostic de la maladie dépend d'un certain nombre de facteurs, du stade de développement au cours du diagnostic à l'immunité du patient.

Adénocarcinome - une tumeur maligne qui affecte les cellules de l'épithélium glandulaire qui se produit dans la prostate sous forme d'un ou de plusieurs nodules. L'émergence d'une pathologie est provoquée par une mutation de cellules épithéliales, au cours de laquelle elles se modifient et se multiplient rapidement. Le plus souvent, le cancer de la prostate glandulaire est diagnostiqué chez les hommes plus âgés après 50 ans. À mesure que la maladie progresse, le néoplasme épithélial peut se limiter à la capsule de la prostate ou commencer à se propager à travers les tissus mous et les organes voisins.

Avec la métastase, les cellules cancéreuses pénètrent dans la lymphe et affectent les ganglions lymphatiques iliaques et rétropéritonéaux. La propagation des métastases se fait souvent par la circulation sanguine, avec une germination ultérieure dans le tissu osseux. L'agressivité de la tumeur apparue est déterminée à l'aide de la classification de Gleason, qui permet de déterminer avec précision le stade de développement du cancer. Lors de l'identification de cette maladie, le médecin doit expliquer au patient en détail ce qu'est l'adénocarcinome de la prostate et comment poursuivre le traitement en fonction du stade de développement de la tumeur et des caractéristiques individuelles du patient.

Les causes exactes du cancer n'ont pas encore été complètement étudiées, mais plusieurs années de recherche ont mis en évidence plusieurs facteurs pouvant déclencher l'apparition d'un adénocarcinome de la prostate:

  • l'hérédité - chez le nombre de patients prévalant, il a été révélé que cette maladie avait déjà été diagnostiquée dans la famille proche;
  • obésité et régime alimentaire altéré;
  • dépendance à l'alcool et au tabagisme;
  • vieillissement naturel de la prostate;
  • environnement écologique nocif sur le lieu de résidence;
  • activités professionnelles impliquant le contact avec des substances cancérogènes et d'autres substances nocives.

Des études médicales ont montré que la survenue de tumeurs cancéreuses avait un lien direct avec le déséquilibre des hormones sexuelles, ce qui explique la survenue de cette maladie de la prostate chez les personnes âgées. Il convient de noter que les troubles endocriniens provoquent également des modifications hormonales, ce qui peut entraîner une oncologie de la prostate à un jeune âge.

Les types d'adénocarcinomes sont séparés en utilisant la classification de Gleason. L'utilisation de l'échelle de Gleason dans le cancer de la prostate permet de différencier l'état des cellules et d'évaluer l'agressivité de la tumeur. Les cellules épithéliales normales, lorsqu'elles sont exposées à des facteurs indésirables, mutent et se transforment en cellules malignes. Et plus le processus de mutation est fort, plus la tumeur devient agressive.

Le score de Gleason se compose de deux parties sommables (la somme de Gleason). Le premier de ceux-ci détermine la différenciation cellulaire prédominante après la première analyse histologique. La seconde révèle la suivante, l'une des différenciations cellulaires les plus courantes dans le second essai. Les composants sont évalués sur une échelle de 1 à 5, puis ils sont résumés et la note globale est de 2 à 10.

La classification numérique selon Gleason est la suivante:

  • Le néoplasme homogène G1 est constitué de noyaux uniformes non modifiés. L'agression est insignifiante, selon Gleason 1-4 points.
  • G2 - il existe une dynamique d'association et de croissance des cellules du néoplasme. Marque 6 points sur Gleason. Le score maximum peut être de 7 points (somme 3 + 4). Le plus souvent, la tumeur est traitée efficacement.
  • G3 - ce stade de développement est caractérisé par l'infiltration de cellules malignes dans les tissus adjacents. Score de Gleason de 8 points (4 + 4).
  • G4 - la tumeur est entièrement constituée de cellules anormales. L'infiltration des tissus adjacents voisins se produit. Score de Gleason de 9-10 points. Différencier les cellules de la tumeur à ce stade est presque impossible.
  • G5 - les cellules tumorales ne se différencient pas. Selon le score de Gleason de 10 points.

Plus le score de Gleason est élevé, plus le comportement du néoplasme est agressif et plus le pronostic est mauvais pour le patient.

Les tumeurs malignes sont classées dans les groupes suivants:

  • Adénocarcinome hautement différencié de la prostate - ces tumeurs correspondent à la classe G1 et ne provoquent pas de symptômes cliniques. Dans 95% des cas, la guérison est totale.
  • Adénocarcinomes de la prostate modérément différenciés - selon Gleason, ces tumeurs sont appelées G2-G3, le plus souvent le site de localisation étant la prostate postérieure. Lorsque l'adénocarcinome acineux de la prostate est diagnostiqué à 6 points selon Gleason, le pronostic pour les patients est alors favorable au début du traitement. L'adénocarcinome de la prostate à petit acineux est estimé à 7 points selon Gleason. Elle se forme à différents endroits et, au fur et à mesure de son développement, les lésions se densifient et se développent, formant une grande tumeur. Le pronostic pour cette maladie est défavorable.
  • Adénomes prostatiques de bas grade - les néoplasmes sont appelés G4-G5 Ce sont les néoplasmes les plus agressifs qui germent rapidement dans les tissus environnants et se métastasent. Dans ce cas, les modifications pathologiques ne peuvent pas être corrigées et le pronostic pour les patients est décevant.

Les cancers de la prostate les plus courants sont les petits carcinomes acineux et acineux. Les tumeurs à petit acineux et à haut acineux présentent les différences suivantes:

  • Localisation - Un adénocarcinome de petit-atsinarna est formé dans plusieurs zones à la fois. Les néoplasmes de petite taille peuvent être dispersés dans la prostate. La tumeur gros-acineuse est localisée à un seul endroit, plus souvent dans la prostate postérieure.
  • Pronostic du traitement - une petite tumeur acineuse ne provoque pas de symptômes cliniques et ne peut pas être détectée par la palpation. La transformation cellulaire peut durer jusqu'à 5 ans, après quoi la plus grande partie de l'organe est affectée, ce qui nuit au traitement ultérieur. Une tumeur gros acineuse peut être rapidement identifiée et différenciée, ce qui accélère considérablement la nomination et le passage au traitement. Si une tumeur a été identifiée aux premiers stades de développement, le pronostic pour les patients est souvent favorable.

Lors de la détermination de l'oncologie de la prostate, il est nécessaire d'utiliser non seulement la classification de Gleason, mais également de déterminer le stade de l'évolution de la maladie.

Le degré de cancer est un indicateur clinique déterminé par le niveau des oscillations morphologiques des cellules tumorales. Vous pouvez déterminer le stade de la maladie en utilisant une biopsie. Les stades de développement de la tumeur sont déterminés par sa taille, la dynamique de sa croissance et la présence ou non de métastases. Il y a 4 stades d'adénocarcinome:

  • I (première étape) - les symptômes cliniques n'apparaissent pas. A ce stade, la maladie est rarement détectée, le plus souvent par accident, lorsque le patient sollicite l'aide d'un médecin pour d'autres raisons.
  • II (deuxième étape) - seule une partie de la glande est touchée. Ce stade peut être facilement diagnostiqué, car les changements dans la structure de la prostate peuvent être suivis à l'aide de TRUS.
  • IIIA (troisième stade initial) - on observe une croissance tumorale active, la lésion maligne se propageant aux vésicules de la famille et à la poche capsulaire.
  • IIIB (troisième stade) - le cancer en développement se propage aux organes internes adjacents.
  • IV (quatrième stade) - métastases. Le néoplasme affecte le rectum, les parois pelviennes, la vessie et le sphincter.

Au stade initial de développement, une néoplasie ne peut pas être déterminée par la palpation. Lorsque la maladie atteint le deuxième stade, elle peut être détectée par ultrasons. La troisième étape est caractérisée par la propagation au-delà de la périphérie de la prostate. La quatrième et dernière étape implique la propagation de cellules d'adénocarcinome dans le système lymphatique, les tissus osseux et pulmonaire, ainsi que dans le foie. Les métastases se propagent dans le corps pendant plusieurs mois.

Pour un diagnostic précis de l'adénocarcinome de la prostate, il est nécessaire de mener les études suivantes:

  • prise d'histoire en examinant et en interrogeant le patient;
  • palpation de la prostate;
  • analyse générale du sang et de l'urine;
  • test sanguin pour l'antigène spécifique de la prostate (PSA);
  • urographie (revue et excrétrice);
  • débitmétrie urinaire (mesure de la dynamique et de la vitesse de la miction);
  • échographie transrectale de la prostate (TRUS);
  • imagerie par résonance magnétique.

Lors du diagnostic de la maladie, il est important de procéder à une différenciation afin d’exclure d’autres maladies de la prostate présentant des symptômes similaires, par exemple une hyperplasie liée à l’âge ou un adénome.

Au stade initial de développement, la tumeur ne provoque aucun symptôme clinique. Il est donc impossible d'identifier la tumeur sans effectuer d'études diagnostiques. Comme la tumeur se développe à un stade précoce, les symptômes de l'adénocarcinome peuvent être les suivants:

  • mictions fréquentes;
  • la présence d'urine résiduelle;
  • douleur et sensation de brûlure pendant la miction.

Aux stades avancés de la maladie, la maladie se caractérise par des douleurs abdominales qui irradient les testicules et la région pubienne. Visuellement, vous pouvez détecter une augmentation des ganglions lymphatiques dans l'aine. Le symptôme principal de la maladie est la présence de sang dans l'urine et le sperme.

Lorsque le développement d'une tumeur atteint le stade de la métastase, le syndrome douloureux se déplace vers la région des côtes et du coccyx, l'appétit du patient se détériore et il se produit une sensation de fatigue constante. Il est important de différencier les adénomes des adénocarcinomes, car ils présentent des symptômes communs. Il est possible d'établir un diagnostic exact si vous effectuez un examen médical complet dans un hôpital.

L'adénocarcinome de la prostate totalement curatif n'est possible que s'il a été diagnostiqué aux premiers stades du développement. Avec une localisation appropriée, l'andrologue peut prescrire à un patient un traitement chirurgical impliquant l'ablation de la prostate et des ganglions lymphatiques les plus proches. De plus, le traitement de l'adénocarcinome de la prostate peut être effectué au moyen de méthodes peu invasives, telles que l'hormonothérapie et la chimiothérapie. La méthode de lutte contre l'oncologie est déterminée en fonction du stade de développement du cancer, de la localisation du néoplasme et de l'état de santé général du patient.

Le traitement par intervention chirurgicale est réalisé, si la taille de la tumeur atteint une taille moyenne, la tumeur interfère avec la miction et des métastases se produisent. Avant de prescrire une opération à un patient, il est nécessaire de prévoir les conséquences possibles après le retrait de la prostate et d'évaluer les résultats possibles. Avant d'effectuer des manipulations opérationnelles, le patient doit passer tous les tests nécessaires:

  • prélèvement de sang pour le marqueur tumoral PSA;
  • imagerie par résonance magnétique pour identifier avec précision l'emplacement de la tumeur;
  • analyses générales d'urine et de sang;
  • examen par un cardiologue.

Après avoir effectué toutes les recherches nécessaires et obtenu les résultats, le médecin doit décider de la manière de procéder:

  • Prostatectomie - l'organe est complètement retiré. Plus souvent, la chirurgie est réalisée par laparoscopie, qui est une procédure chirurgicale mini-invasive, causant ainsi un préjudice mineur et du stress au patient.
  • Orchidectomie - retrait des testicules. Elle est réalisée sous forme de supplément, nécessaire pour prévenir la récurrence de la maladie, dans le cas où une production accrue de testostérone est détectée comme facteur provoquant.

Pendant l'opération, l'ablation des ganglions lymphatiques est possible car les cellules infectées peuvent se propager à travers la lymphe.

La médecine moderne attribue à la radiothérapie une méthode de traitement distincte, efficace si le diagnostic en oncologie est détecté aux premiers stades (1-2) du développement. Une source spéciale de rayonnement est introduite dans la prostate et y reste pendant un certain temps. Les types de radiothérapie suivants sont utilisés:

  • La curiethérapie est une technique efficace dans le cadre de laquelle une irradiation hautement ciblée de l'organe affecté est effectuée sans effets néfastes sur le corps.
  • Radiothérapie adjuvante - prescrite plus souvent après un traitement chirurgical pour prévenir les rechutes. Généralement prescrit en association avec une chimiothérapie.

Le médecin choisit le type de radiothérapie à utiliser en fonction du degré de cancer et de l'état général du patient.

Le traitement hormonal est utilisé pour arrêter ou réduire la production de testostérone dans le corps du patient. Cette technique n'est pas une méthode de traitement distincte et est prescrite en association avec d'autres médicaments afin de retarder le développement de la tumeur. L'acceptation des hormones est une technique conservatrice qui soulage les symptômes cliniques de la maladie.

La chimiothérapie est prescrite aux patients atteints d'un adénocarcinome de la prostate comme méthode auxiliaire de lutte contre les métastases et la prophylaxie après traitement chirurgical. Avant de prescrire un traitement de chimiothérapie, il convient de prendre en compte les éventuels effets négatifs sur l'organisme, car une faiblesse, une intoxication et une détérioration du système immunitaire peuvent être des effets secondaires.

L'utilisation de l'ablation est efficace pour diagnostiquer la maladie aux premiers stades du développement et uniquement si la pathologie ne comporte qu'une seule lésion. Au cours de l'ablation, un émetteur à ultrasons est fourni à la zone touchée, ce qui a un effet néfaste sur les cellules cancéreuses.

La médecine moderne utilise la cryothérapie comme alternative aux procédures chirurgicales pour l'ablation d'une tumeur. Pendant la procédure, la zone touchée de la prostate est gelée avec de l'argon ou de l'hélium, ce qui provoque la dégradation des cellules d'adénocarcinome. Pour éviter toute exposition au froid sur les tissus environnants, le cathéter à travers lequel l'agent de congélation pénètre dans l'appareil est équipé d'une protection supérieure spéciale dans laquelle se trouve un liquide chaud.

La durée de vie du patient dans le cas du cancer de la prostate dépend du diagnostic opportun de la maladie. Le pronostic le plus favorable de la vie dans l'adénocarcinome de la prostate, lorsque le patient a demandé l'aide médicale pour le stade 1-2. Ensuite, dans 90% des cas de cancer, la survie à cinq ans est garantie. Lorsqu'une tumeur est détectée au stade 3, le taux de survie ne dépasse pas 50% des patients. Dans la quatrième étape - jusqu'à 19%.

Il n'y a pas de moyen spécifique de prévenir le cancer de la prostate, mais vous pouvez réduire le risque si:

  1. Subir régulièrement un examen par un urologue;
  2. Adhérer à un régime alimentaire sain;
  3. Surveiller la présence dans la nourriture de toutes les vitamines et minéraux nécessaires;
  4. Débarrassez-vous des mauvaises habitudes (alcoolisme, tabagisme).

Si les premiers signes d'oncologie apparaissent, vous devez immédiatement subir un examen médical complet.

Échelle de Gleason pour le cancer de la prostate: classification et diagnostic du stade de la maladie

Donald Gleason a créé une échelle qui permet de tirer des conclusions sur l'agressivité du cancer de la prostate. Il a été créé par les résultats de la biopsie. L’échelle est considérée comme l’une des plus fiables. Elle est donc utilisée presque toujours pour l’oncologie de la prostate. Avoir les données et la valeur prédictive. Plus les cellules sont différenciées, plus les chances d'obtenir un résultat favorable sont grandes:

  • 1 point - score peu agressif,
  • 5 points - le moindre degré de différenciation, tumeur très agressive.

Comment est l'évaluation du cancer sur l'échelle

Sur le score de Gleason, le cancer de la prostate est déterminé en fonction des deux plus grandes tumeurs. La quantité de recherche tissulaire obtenue par biopsie est un indice. Sa valeur minimale est 2 points, la valeur maximale est 10.

En fonction des résultats de cette classification, le médecin peut déterminer dans quelle mesure les cellules:

  • changé de forme ou de taille
  • perdu la capacité d'accomplir leurs fonctions.

Tous les montants possibles sont divisés en trois grands groupes:

  1. De 2 à 6 points. Le cancer est considéré comme morose. Le patient a toutes les chances après le traitement de récupérer complètement.
  2. 7 points. Le cancer de la prostate fait référence au niveau moyen d'agressivité.
  3. De 8 à 10 unités. Grand risque de métastases précoces, croissance rapide d'une tumeur maligne.

Après la chirurgie, ces données peuvent changer aussi bien du côté grand que du côté petit.

Quelques subtilités du calcul des points et du relevé

L'indication de biopsie peut être un tableau clinique ou un changement du niveau de PSA. Diagnostic sous contrôle TRUS. Dans la plupart des cas, la méthode transrectale est utilisée pour évaluer les cellules à une échelle, mais dans certains cas, la méthode transperineal est utilisée.

Si, selon la classification de Gleason, les valeurs minimales sont établies, une biopsie répétée est effectuée, mais la date de sa mise en œuvre n'a pas été établie. Il est déterminé en tenant compte de la croissance de PSA, de la présence d’une histoire chargée.

Selon Gleason, le cancer de la prostate n’est pas estimé au total. Par exemple, le diagnostic sera défavorable lorsque 4 + 3 = 7, que le diagnostic 3 + 4 = 7. Cela est dû au fait que dans le premier cas, la participation la plus élevée de cellules agressives est déterminée.

La combinaison la plus défavorable est 5 + 5 = 10. L'indice le plus bas après une biopsie de visée était 3 + 2, mais le plus souvent, les médecins fixaient 3 + 3. Il se trouve que la première valeur indique le type de cellule le plus courant.

Interprétation détaillée de l'indice sur l'échelle de Gleason

Si la somme de Gleason contient 1 et 2, on peut parler d'un comportement généralement non agressif et d'une légère déviation par rapport aux cellules saines. En pratique, il s'avère que le degré de différence est si faible que les médecins ne peuvent souvent pas déterminer les écarts. Par conséquent, des normes allemandes sont utilisées, selon lesquelles l'échelle de Gleason commence entre 3 et 10. Si ces valeurs sont totales, l'examen histologique est répété.

Index 6 points

Un indice de 6 points (3 + 3) indique que la plupart des cellules font partie d'un voyage. Une telle prostate a une structure hétérogène. Ces cellules cancéreuses présentent les caractéristiques suivantes:

  • grandir lentement
  • atteindre une certaine taille et cesser de croître,
  • ne pas aller au-delà de la capsule
  • Ne pas conduire à des métastases.

Cette oncologie est asymptomatique et les taux de PSA augmentent au ralenti. La prévision est jugée favorable.

Index 7 points

Si le score de Gleason dans le cancer de la prostate montre 7 points, on peut parler d'une tumeur modérée. À 4 ans, les cellules sont considérées comme plus atypiques, leur structure et leur forme sont rejetées par des cellules saines. Avec une somme de 3 + 4, la tumeur est moins maligne. Plus le nombre de cellules ayant un score de 3 est élevé, plus grande est la probabilité que la tumeur se comporte comme un indice de 6 points.

Avec cet index, le traitement immédiat commence. Si l'éducation est limitée, l'ablation complète de la prostate est recommandée. Au même stade, une autre thérapie complexe est réalisée par chimiothérapie et radiothérapie.

Index 8 points

Le pronostic pour de tels indicateurs est moins favorable. Ces tumeurs se caractérisent par une croissance rapide, une infiltration de la capsule, des lésions des organes voisins et du système lymphatique. La croissance de PSA est rapide.

Ces néoplasmes sont généralement détectés dès le stade de la métastase, mais avec un diagnostic précoce, les chances de guérison complète demeurent. Avec un score de 8 points, l'opération en tant que premier traitement est considérée comme inappropriée.

Index 9 points

Avec une somme de 4 + 5, la tumeur est considérée comme moins agressive par rapport à 5 + 4. Habituellement, avec ces indicateurs, nous parlons de carcinomes très agressifs. De telles formations:

  • grandir très vite
  • déborder sur les organes voisins
  • donner des métastases précoces.

Dans ce cas, un risque élevé de décès. Prolonger la vie est possible, mais cela dépend du schéma thérapeutique choisi. Si la tumeur n'a pas dépassé la capsule de la prostate, la glande est enlevée, le traitement est prescrit avec des hormones et des radiations.

Index 10

Cancer de la prostate avec un score de Gleason de 10 points, même avec un traitement, le risque de récidive est très élevé. L’opération au dernier stade n’est pratiquée que dans le cadre des soins palliatifs, mais elle est rarement pratiquée dans la pratique car elle nuit à la qualité de la vie. Avec un traitement en temps opportun, vous pouvez ralentir la croissance de la tumeur.

Avec ce cancer, on observe de grosses cellules anormales qui affectent négativement le tissu conjonctif.

La classification de Gleason du cancer de la prostate a été créée en 1974. Ensuite, pour la première fois dans l’histoire, son auteur a formulé les principes qui déterminent l’agressivité et la complexité d’une tumeur de la prostate.

Lors de la prévision, prend en compte non seulement les indicateurs obtenus par examen histologique, mais également le niveau de PSA. Ce dernier, lors de la détermination du diagnostic avant vérification, est appelé prédiagnostic. Il montre combien la tumeur a progressé jusqu'à ce qu'elle soit détectée.

Il a été établi: plus le niveau de PSA prédiagnostique est élevé, plus la somme de Gleason est élevée. Par conséquent, ces deux indicateurs combinés nous permettent de prédire à quel point il sera sensible à différentes méthodes d’exposition.

Adénocarcinome de la prostate: types, pronostic, valeur selon Gleason

L'adénocarcinome de la prostate est un cancer de la prostate. La maladie est une cause fréquente de décès chez les hommes non seulement plus âgés, mais également d'âge moyen.

La dégénérescence des cellules cancéreuses se développe si inaperçue qu'un homme peut ne pas en être conscient avant le stade d'inopérabilité.

C'est important! Dans la très grande majorité des cas, la maladie a pour origine le «sol préparé», lorsque la prostate possède des cellules hyperplasiques de nature bénigne (adénome de la prostate) ou lorsqu'il existe une prostatite chronique dans les antécédents du patient. Photo 1: Les méthodes de traitement de l'adénocarcinome dépendent du type de tumeur, de son emplacement et de son stade de développement. Ces facteurs, la technologie médicale et les outils disponibles pour le patient, déterminent le résultat final du traitement. Source: Flickr (Eugene Evehealth).

Pronostic pour adénocarcinome

Le diagnostic d'adénocarcinome de la prostate n'est pas une phrase. La détection précoce d'une tumeur et son traitement adéquat peuvent non seulement guérir complètement la maladie, mais également maintenir un niveau de qualité de vie élevé pour un homme.

C'est important! Le pronostic favorable dans le traitement du cancer dépend de ses caractéristiques individuelles.

  • Avec l'adénocarcinome de la prostate, qui n'a pas dépassé le corps de la glande, la survie des patients après l'ablation de la glande dans la période de cinq ans est de 8 à 9 patients sur 10.
  • La deuxième étape est 70-60%.
  • Le pronostic de la chirurgie au stade 3, lorsque la tumeur s'est développée au-delà de la prostate, mais ne s'est pas encore métastasée, est de 50% de la survie du patient à cinq ans.
  • Le pronostic du traitement pour la détection d'une tumeur aux derniers stades de son développement dépend entièrement de la qualité du traitement d'entretien. Cela ne peut pas être appelé favorable. Cependant, un traitement moderne complexe peut prolonger considérablement la vie du patient.
Fait! Malheureusement, l'état des soins de santé en Russie et la mentalité des hommes aujourd'hui sont tels que l'adénocarcinome de la prostate est diagnostiqué dans plus de la moitié des cas de la maladie à 3 ou 4 stades de développement d'une tumeur cancéreuse. L'opération ici ne garantit pas la récupération, et un traitement efficace des stades avancés du cancer est disponible pour quelques-uns.

Gleason Différenciation

Pour déterminer l'agressivité de l'adénocarcinome de la prostate, une classification spéciale a été développée - l'échelle de Gleason.

Dans les années 70 du siècle dernier, l'histologue américain Donald Gleason a développé sa propre classification de l'agressivité des cellules de l'adénocarcinome, basée sur une analyse histologique d'échantillons de tumeurs.

L'indice de Gleason est déterminé par deux échantillons de tissu. Chaque échantillon est examiné séparément, puis les résultats sont résumés. Les valeurs numériques sont attribuées de 1 à 5. Les chiffres montrent à quel point les cellules tumorales diffèrent des cellules saines par leur taille et leur structure. Plus il y a d'écarts (moins de différenciation), plus l'indice de malignité est élevé.

Le résultat de l'étude d'un échantillon de tissu selon Gleason est composé de deux nombres:

  • le premier indique le nombre de cellules les plus courantes dans l'échantillon (plus de 51%)
  • le deuxième chiffre est le type de cellules, qui sont les deuxièmes plus communes dans l'échantillon prélevé (de 5 à 50%)

Le résultat final de l'étude d'échantillons de tissus selon Gleason est la somme des résultats des deux échantillons et est évalué sur une échelle de 10 points. Par exemple, les résultats suivants ont été obtenus:

  • 2 + 3 = 5 - dans le premier échantillon;
  • 3 + 2 = 5 - dans le deuxième échantillon;
  • Indice de Gleason 10 = 5 + 5 - le pire résultat possible.

Interprétation des indicateurs de l'échelle de Gleason

  • de 2 à 6 - une tumeur hautement différenciée, caractérisée par une faible agressivité et une croissance lente;
  • indicateur 7 - valeurs moyennes;
  • de 8 à 10 - tumeur mal différenciée, qui se développe rapidement.
C'est important! Plus l'indice de Gleason est bas, plus les prévisions sont favorables.

Causes de l'adénocarcinome

On ne sait pas avec certitude pourquoi les gens contractent le cancer. Il faut comprendre que le processus de division, le renouvellement cellulaire dans un organisme vivant est continu. En conséquence, la naissance de nouvelles cellules échoue parfois. Dans la plupart des cas, il s'agit de formations mutées mineures que le corps élimine lui-même.

L'adénocarcinome se présente comme une «mauvaise» division des cellules glandulaires (épithéliales) de la prostate, qui commencent à se développer et à se multiplier de manière incontrôlable, perdant ainsi leur essence d'origine.

Le cancer de la prostate glandulaire est dans la plupart des cas une tumeur maligne secondaire ayant migré vers la prostate à partir d'un autre organe.

La deuxième cause de cancer la plus fréquente est la dégénérescence des cellules de croissance bénigne. Cependant, des études récentes ne le confirment pas.

Facteurs provoquant l'apparition d'un cancer de la prostate de ce type:

  • des antécédents d'adénome de la prostate ou de prostatite chronique;
  • pathologies hormonales associées à la production d'hormones mâles (les hommes avec des niveaux élevés de testostérone sont à risque);
  • teneur insuffisante en micro et macroéléments biologiquement significatifs dans le régime alimentaire de l’homme, ce qui explique la distorsion des processus de formation et de division des cellules;
  • le tabagisme, les effets des produits chimiques;
  • facteur d'âge - plus un homme est âgé, plus il a de chances de contracter le cancer;
  • facteur génétique - si le cancer est diagnostiqué chez les personnes apparentées au sang, le risque augmente.
Fait! Comme pour la plupart des pathologies cancéreuses, il est impossible d'indiquer les causes exactes et non équivoques de la survenue d'un adénocarcinome de la prostate.

Types d'adénocarcinome de la prostate

Adénocarcinome de classe de la prostate, en fonction des signes morphologiques, fonctionnels et histologiques. Prendre en compte le taux de croissance des tumeurs, son agressivité.

Adénocarcinome à petit acide

Le type de cancer le plus courant diagnostiqué chez 9 patients sur 10 est le petit acineux. La dégénérescence des cellules malignes est fixée dans différentes parties de la prostate par de petits foyers. Il se développe à partir de l'épithélium des lobes de la prostate - acini. Au fil du temps, il fusionne pour former des foyers solides.

Modérément différencié

La tumeur, qui sur l'échelle de Gleason est estimée à 6-7 points. Le pronostic pour traiter ce type de cancer est positif avec un traitement précoce.

Adénocarcinome acineux de la prostate

Le type de cancer glandulaire le plus courant qui se développe sur l'épithélium des lobes de la prostate. Il se divise en deux formes: petite et acineuse. Le cancer de la prostate acineux de grande taille est extrêmement rare, caractérisé par une agressivité exceptionnelle et un développement rapide.

Adénocarcinome hautement différencié

L'adénocarcinome hautement différencié dans la prostate se développe lentement et a une échelle de 2 à 5 points sur l'échelle de Gleason. Le pronostic pour le traitement est très favorable.

Cancer de la prostate à cellules claires

La forme à cellules claires du cancer de la prostate est ainsi nommée parce que les cellules du néoplasme ne se tachent pas beaucoup lors des études histologiques sur des éléments de coloration.

Adénocarcinome de la prostate à cellules noires

L'adénocarcinome à cellules noires de la prostate est caractérisé par une absorption intense de l'élément colorant lors des études histologiques.

Faites attention! Les variétés d'adénocarcinomes de la prostate ne se limitent pas à cette liste. Il existe de rares formes de cancer de la prostate: kystique glandulaire, peu différenciée, mucineuse, etc.

Les symptômes

L'adénocarcinome de la prostate n'a pas de tableau clinique spécifique. Au premier et même au deuxième stade du développement de la tumeur, un homme peut ne rien ressentir d’inhabituel.

Plus tard peut être ajouté:

  • douleur tirante dans le bas du dos, région pubienne;
  • troubles de la miction, problèmes de défécation;
  • violation de la fonction sexuelle;
  • perte d'appétit, perte de poids non motivée;
  • hématurie;
  • maladies inflammatoires fréquentes des organes urogénitaux.

Au dernier stade du cancer, des symptômes tels que douleurs osseuses, ganglions lymphatiques enflés et sensibilité peuvent apparaître.

En raison du fait que le cancer de la prostate glandulaire ne présente aucun symptôme caractéristique, ce sont souvent les patients qui «blâment» ses manifestations pour la fatigue, l'âge et d'autres maladies sans demander de soins médicaux.

Photo 2: La meilleure prévention du cancer de la prostate sont les examens préventifs après 35 ans. Si vous remarquez des anomalies, des sensations inhabituelles lorsque vous urinez ou pendant une érection, des rapports sexuels, rendez-vous immédiatement à un rendez-vous avec un urologue. Peut-être que cela vous sauvera la vie! Source: Flickr (Eugene Evehealth).

Traitement de l'adénocarcinome de la prostate

La médecine moderne dispose d'un certain nombre de méthodes efficaces pour le traitement de l'adénocarcinome de la prostate. Avec un traitement rapide, le rétablissement complet des patients est observé dans plus de la moitié des cas de la maladie. Significative, de 5 à 10 ans, l’extension de vie peut être homogène avec 4 stades de la maladie.

Méthodes de traitement

La tactique de traitement de l'adénocarcinome de la prostate dépend de l'état du patient, du degré de développement et de la nature de la tumeur, de l'âge du patient.

Chirurgical

L'élimination complète de la prostate avec les ganglions lymphatiques régionaux et les tissus environnants est considérée comme la méthode la plus efficace pour lutter contre ce type de cancer. Cependant, dans les premiers stades de la circulation, l’excision partielle d’un organe est possible, tout en préservant ses fonctions.

Chimiothérapie

La destruction des cellules cancéreuses par un médicament est particulièrement efficace pour les tumeurs mal différenciées.

Traitement hormonal

Le traitement consiste à bloquer la production d'hormones mâles. À cette fin, une castration chimique (réversible) ou chirurgicale est souvent effectuée.

Radiothérapie

Lorsque l'adénocarcinome est prescrit rarement, car les effets secondaires du traitement dépassent l'efficacité du traitement lui-même. L’essence du traitement consiste en l’irradiation ponctuelle d’une tumeur cancéreuse.

L'approche classique du traitement consiste à utiliser la chirurgie aux stades 1-2 du développement.

Au stade 3, si la chirurgie n’est pas possible, utiliser une chimiothérapie, une radiothérapie, des médicaments cytostatiques, une hormonothérapie.

La vieillesse, le dernier stade du cancer, une maladie cardiaque grave (ou d’autres organes vitaux) sont des indications pour des mesures et des observations palliatives (qui ne guérissent pas complètement mais qui facilitent la maladie).