Search

Quelle est la différence entre l'hyperplasie prostatique et l'oncologie?

L'adénome de la prostate est une tumeur bénigne, qui est une prolifération de cellules glandulaires. Le cancer de la prostate est une tumeur maligne issue des cellules épithéliales. Ces deux nosologies se distinguent par la cause, le moment d'apparition des premiers signes, la pathogenèse. Au début, ces maladies ont un tableau clinique similaire. En fait, ce sont différentes pathologies qui sont unies par la localisation du processus.

Différences d'étiologie et de pathogenèse

Dans l'adénome, les cellules de la prostate prolifèrent, lesquelles sont situées autour de l'urètre. Principales raisons:

  • mauvaises habitudes (boire de grandes quantités d'alcool, fumer);
  • l'hypothermie;
  • abstinence prolongée d'aller aux toilettes;
  • la vieillesse

Les facteurs suivants peuvent conduire au développement du cancer de la prostate chez les hommes:

  • tabagisme et alcool;
  • hérédité accablée (oncopathologie dans la famille immédiate);
  • travailler avec du cadmium;
  • mauvaise écologie;
  • régime alimentaire malsain;
  • troubles hormonaux associés à l'âge;
  • âge après 60 ans.

Le cancer de la prostate a un stade précancéreux. Le processus de régénération cellulaire se produit dans le contexte de troubles hormonaux, au niveau du système hypothalamo-hypophysaire. La testostérone et la déshydrotestostérone sont responsables de la croissance et du développement normaux de la prostate. La violation de leur synthèse entraîne la mutation des cellules normales, leur division. Avec la croissance de cellules mutées, la capacité d'infiltrer les tissus environnants apparaît et, par conséquent, les métastases infectent les tissus environnants.

Le développement de l'adénome est associé à la croissance des cellules glandulaires. Comme dans le cas des cellules cancéreuses, la raison réside dans la violation du métabolisme hormonal. L'inhibition de la synthèse de la testostérone entraîne une synthèse accrue de la gonadotrophine dans les glandes surrénales. Dans les cellules glandulaires, la testostérone résiduelle est synthétisée en déshydrotestostérone, qui active la prolifération de la glande.

L'adénome passe-t-il dans le cancer?

Il existe un mythe selon lequel l'adénome peut se transformer en cancer. Ce sont deux maladies différentes d'étiologie différente. Tumeur bénigne conduit à une perturbation du corps. Ce processus provoque la suppression du système immunitaire, une défaillance du métabolisme. Une congestion se produit dans la prostate, une perturbation hormonale et des cellules normales se transforment en cellules cancéreuses.

Il est faux de dire que l'adénome renaît dans le cancer. L'essentiel est que cela provoque la croissance des cellules cancéreuses. Sur le fond d’une clinique d’adénomes brillants, les symptômes du cancer sont effacés. Détecter les cellules malignes après une chirurgie pour l'hyperplasie bénigne de la prostate, c'est-à-dire que ces deux processus peuvent se produire simultanément.

L'un des arguments contre la théorie du développement de l'adénome en cancer est la localisation des formations. Dans plus de 70% des cas, un cancer se forme dans les cellules périphériques, 30% dans les cellules centrales et une hyperplasie dans la zone paraurétrale. Aucune des études n'a révélé de lien entre les deux pathologies.

Est-il possible de distinguer par symptômes?

Les symptômes du cancer et de l'adénome se ressemblent à un stade précoce de la maladie. La croissance d'une tumeur maligne entraîne la propagation de métastases, d'abord vers les organes voisins, puis vers les organes distants. Les signes locaux sont joints par le système.

Le cancer se caractérise par les symptômes suivants:

  • douleur pendant l'éjaculation;
  • la présence de sang ou de pus dans le sperme;
  • perturbation de l'appétit;
  • faiblesse, léthargie;
  • fatigue
  • des vertiges;
  • douleur dans les os du bassin, de la colonne vertébrale, du périnée;
  • perte de poids spectaculaire.

Le sang commence à apparaître dans les urines, avec la progression du cancer rejoint le pus. Le processus de la miction est accompagné d'une douleur dans le bas de l'abdomen. Contrairement à l'apparition de sang dans l'éjaculat, l'hématurie est un symptôme courant des deux nosologies.

En HBP, le premier symptôme est un flux d'urine lent, puis une violation de la miction: retard de la première phase, faux désirs, y compris la nuit. Avec la progression de la maladie, les symptômes s'intensifient et l'on se plaint de difficultés à uriner, même avec de fortes contraintes. Lorsque la vessie est remplie, une excrétion urinaire incontrôlée se produit. Les mêmes symptômes peuvent survenir avec une tumeur maligne.

Diagnostics

Pour le diagnostic avec l'examen rectal numérique. Cela vous permet de déterminer la consistance, la douleur, la taille. Avec l'aide de cette méthode, il ne sera pas possible de déterminer la maladie, seulement la présence de modifications pathologiques.

Les patients sont soumis à une échographie de l'organe affecté. Le médecin évalue l'échostructure de l'organe, la présence de modifications, le rapport entre la prostate et la vessie. Pour des informations plus fiables lors de l'échographie transrectale. C’est cette méthode qui donne des informations sur la présence de nodules, le cancer, la croissance de métastases dans les tissus environnants.

En cas de modification de la part de la glande, si l’oncologie est suspectée, une biopsie est réalisée sur les patients. Cette méthode vous permet de déterminer quelles cellules sont affectées, qu'il s'agisse d'un processus bénin ou non. La méthode la plus informative qui ne nécessite aucune intervention du rectum est l’IRM. Grâce à lui, on peut apprendre non seulement s'il s'agit d'une formation bénigne ou maligne, mais aussi dans quels organes il y a des métastases.

Cancer de l'adénome de la prostate. Les symptômes

La tumeur maligne de la prostate (carcinome) se développe à partir des cellules d'un organe jouant un rôle important dans la région génitale de l'homme.

Le cancer de la prostate se développe lentement et peut rester en croissance pendant des années, mais cela ne le rend pas moins dangereux, en particulier lors de métastases.

Le cancer de l'adénome de la prostate est plus souvent diagnostiqué chez les hommes de race négroïde et, chez les Asiatiques, il est moins probable. En Russie, plus de 15 000 cas de cancer malin de la prostate sont diagnostiqués chaque année. Il est donc important d’en savoir le plus possible sur la maladie.

Le risque de tomber malade augmente avec l'âge: après 35 ans, un homme sur 10 000 est malade, après 60 ans - un sur 100, après 75 ans - tous les huit ans.

Symptômes du cancer de la prostate

Les scientifiques ne sont pas en mesure de dire pourquoi le cancer de la prostate se forme, mais ils notent les facteurs qui provoquent la mutation cellulaire. En particulier, il convient de s’inquiéter pour ceux qui ont des problèmes avec le travail du corps pour diverses raisons.

  • échec dans l'équilibre hormonal. La tumeur se développe avec une augmentation du niveau d'hormones mâles (testostérone, androstènedione, dihydrotestostérone). Par conséquent, le cancer de la prostate est appelé type de tumeur hormono-dépendant.
  • avec une maladie telle que l'adénome inflammatoire de la prostate, le cancer de la prostate peut également survenir. Les adénomes de la prostate et d’autres modifications bénignes provoquent la croissance de cellules qui, dans un état normal de la glande, ne devraient pas l'être. De telles cellules peuvent se transformer en cellules malignes pour diverses raisons.
  • la prostatite est une maladie relativement inoffensive des organes génitaux masculins pouvant provoquer un manque d'oxygène et une altération de la circulation sanguine dans la prostate, à la suite de quoi les cellules commencent à muter;
  • attaque de bactéries et de corps immunitaires, sous l'influence desquels les cellules de la prostate se modifient au niveau génétique, ce qui contribue au développement d'une tumeur;
  • L'adénose atypique est un état précancéreux de nature congénitale ou acquise. Dans cet état, au centre de la glande, des nodules sont détectés, dont les cellules se divisent et se développent plus activement que les cellules voisines, en modifiant leur structure. Le gros noyau de ces cellules est un indicateur de leur capacité à devenir malignes à tout moment en raison de l'influence de facteurs mutagènes;
  • l'hyperplasie de la prostate avec malignité est une autre affection précancéreuse lorsque, dans certains foyers de la prostate, les cellules commencent à se diviser activement. Au fil du temps, elles ressemblent de moins en moins aux cellules typiques de la prostate, devenant de plus en plus des signes de néoplasmes malins.

Facteurs contribuant au cancer

Les défaillances susmentionnées de l'état de santé des hommes n'indiquent pas nécessairement le risque d'une maladie maligne. Afin de ne pas provoquer de tumeur de la prostate, le traitement de diverses maladies de l'organe doit être associé à un mode de vie sain.

Il est nécessaire d'éviter les facteurs ci-dessus susceptibles d'augmenter le risque de développer un cancer:

  • régime déséquilibré, lorsque la viande rouge et les aliments gras prédominent dans le régime;
  • abus d'alcool, le tabagisme;
  • travail dans la production dangereuse, en particulier contact avec le cadmium (production de textiles, de caoutchouc, travail d'impression et de soudage);
  • âge après 50 ans;
  • maladies sexuellement transmissibles;
  • vie sexuelle irrégulière provoquant la stagnation de la prostate;
  • diminution de l'immunité dans le contexte de maladies chroniques, long séjour dans un état stressant;
  • génétique - les scientifiques ont identifié les gènes BRCA 1 et BRCA2 pouvant provoquer le développement de tumeurs. Par exemple, le cancer de la prostate chez un père augmente de 2 fois le risque d'une maladie similaire chez un fils;
  • virus (rétrovirus, herpès, cytomégalovirus).

Symptômes du cancer de la prostate

À un stade précoce, le cancer de la prostate est un adénome, les symptômes ne se manifestent en aucune manière - la maladie évolue à couvert, elle n’est détectée que par un test sanguin (augmentation du PSA - antigène prostatique).

Par conséquent, le cancer est retrouvé accidentellement chez les hommes lors de l'examen d'autres maladies du système urogénital, les organes pelviens. Les symptômes de la maladie deviennent apparents lorsque la tumeur se propage aux organes voisins - les intestins et la vessie.

Les premiers symptômes apparaissent lorsque la tumeur atteint une taille telle qu'elle commence à exercer une pression sur la vessie, irritant son mur sensible.

Le résultat est:

  • se lever la nuit 2 ou 3 fois pour uriner, bien qu'un seul soulèvement soit considéré comme la norme;
  • pendant la journée, les envies d'uriner apparaissent jusqu'à 15-20 fois, ce qui est très, et il est difficile de les supporter, même l'incontinence;
  • pendant la miction, l'homme ressent une douleur et une sensation de brûlure;
  • douleur au pubis et au périnée.

Si une tumeur de la prostate hypertrophiée rétrécit le canal urinaire en bloquant l'écoulement de l'urine de la vessie, les symptômes seront les suivants:

  • difficile d'uriner;
  • l'écoulement d'urine est interrompu;
  • à la fin de la miction, l'urine cesse de couler et est excrétée goutte à goutte;
  • après avoir vidé la vessie, l’impression reste qu’elle reste pleine.

En raison du faible ton des parois de la vessie, il est nécessaire d'uriner, de forcer les abdominaux, et même cela n'aide pas beaucoup - l'urine est lente, la vidange de la vessie est lente.

En raison du débordement de la vessie, l'urine monte dans une direction différente, ce qui entraîne une expansion du pelvis rénal et de l'uretère. Il rend la douleur, provoque la formation de calculs rénaux.

Dans les situations difficiles, l'écoulement de l'urine devient impossible car le conduit est bouché. Un homme ne peut pas uriner sans assistance médicale (le médecin insère un cathéter dans la vessie via l'urètre). Si du sang est détecté dans le sperme et l'urine, la tumeur a endommagé les vaisseaux de la vessie, de l'urètre et des vésicules séminales.

Gonflement du scrotum, du pénis et des jambes suggère que les métastases tumorales dans les ganglions inguinaux. Les dommages aux nerfs sensoriels menant aux organes génitaux mènent à l'impuissance. Lorsque le cancer de la prostate se propage au rectum, l'homme ressent une douleur lors des selles, se plaignant souvent de constipation.

Les métastases d'une tumeur dans l'os provoquent des douleurs dans la colonne vertébrale et les os du bassin. Si les métastases touchent le foie, les patients ressentent un jaunissement de la peau et des douleurs au côté droit des côtes. Une toux sèche sans raison peut parler de métastases au poumon.

Les symptômes susmentionnés du cancer de l'adénome de la prostate et des complications qui y sont associées n'apparaissent pas immédiatement, mais augmentent avec le temps.

Aucun de ces symptômes n'est un signe précis de cancer, mais peut signaler d'autres maladies. Dans tous les cas, lorsque des problèmes sont détectés, il est préférable de contacter immédiatement votre urologue.

Dépendance des symptômes sur le stade du cancer

Au premier stade, la tumeur est encore trop petite - ses dimensions microscopiques rendent impossible sa palpation lors de la palpation ou de l'échographie. Aucun symptôme de carcinome ne provoque initialement, et il ne peut être détecté que par un test sanguin, ce qui augmentera le taux de PSA.

Au deuxième stade, la tumeur est déjà plus grosse, mais elle reste dans la prostate, limitée à sa capsule. Lors d’un examen numérique, un médecin peut ressentir une tumeur, qui est un nodule serré.

Le cancer de grade 2 peut être observé à l’échographie. Les symptômes de ce stade se manifestent par une miction altérée du fait que la prostate exerce une pression sur l’urètre. La miction est lente, il y a une douleur et des crampes au périnée. La nuit, un homme doit se rendre plusieurs fois aux toilettes.

Au troisième stade, la tumeur se développe au-delà de la prostate et affecte les organes voisins. Les vésicules séminales sont les premières à souffrir, après quoi le tour vient à la vessie et au rectum.

Les métastases n'atteignent pas encore les organes distants, les symptômes sont donc liés aux sensations locales. Au stade 3 du cancer, l'homme éprouve des difficultés avec la puissance et ressent souvent des douleurs au dos et au pubis. Lorsque vous urinez, il y a une sensation de brûlure, du sang est détecté dans l'urine.

Au quatrième stade de développement, la taille du cancer augmente de manière significative, elle donne des métastases aux organes distants (foie, os, ganglions lymphatiques des poumons) et les symptômes peuvent donc être liés à la localisation de tumeurs secondaires. Le patient se sent faible et impuissant face à une intoxication grave. En raison de son incapacité à uriner, un cathéter est inséré dans l'urètre.

Les médecins disent que dans le cas d'une tumeur localisée de la prostate, la mort du patient ne menace le patient qu'en cas d'évolution prolongée de la maladie. Cela signifie qu'il est inapproprié pour les patients âgés de commencer un traitement radical de la tumeur. Dans ce cas, seule une thérapie de soutien est prescrite.

Le cancer de la prostate n'est pas une phrase, surtout à un stade précoce. Si vous l'identifiez au tout début, vous pouvez obtenir un rétablissement complet ou une rémission durable. Même à un stade avancé, un traitement bien choisi vous permet d’obtenir de bons résultats et de prolonger la vie des patients.

Prévention du cancer de la prostate

Aucun médicament magique ne peut protéger 100% de toutes les maladies, y compris le cancer. Les recommandations générales de prévention peuvent réduire le risque de conditions pathologiques de toute nature.

Ce qui suit sont des recommandations que les gens connaissent, mais pour une raison quelconque ne prennent pas en compte:

  • S'en tenir à un régime alimentaire équilibré. Il est souhaitable d'abandonner les viandes grasses, les légumes et les céréales devraient prévaloir dans le régime alimentaire, il existe une pyramide de bonne nutrition, où tout est clairement indiqué.
  • Évitez les agents cancérigènes sous quelque forme que ce soit. Les substances nocives peuvent entraîner des mutations de cellules, donc leur transformation en cellules malignes. Les cancérogènes sont dans la production dangereuse, la fumée de tabac, les additifs alimentaires, les nitrates.
  • Mener une vie active. Mouvement - la clé pour améliorer la santé. Même 15 minutes de charge le matin et 40 minutes de marche pendant la journée peuvent considérablement améliorer l'immunité et améliorer la santé.
  • Ajustez le sommeil et la vigilance. Au cours d'une nuit de sommeil, la mélatonine est produite dans le corps - une hormone qui protège contre le cancer.
  • Évitez la congestion dans la prostate. Une activité physique régulière, des mouvements, une vie sexuelle bien établie - qui contribueront à éviter l’inflammation de la prostate et à assurer la sortie du suc prostatique. Ceci est important pour ceux qui mènent une vie sédentaire.
  • Subir régulièrement un examen préventif. À l'âge de 50 ans, un homme doit subir un dépistage du cancer de la prostate tous les 2 ans - pour faire un test sanguin de détection d'un antigène et une échographie. Si une personne est atteinte de prostatite, un examen devrait être effectué chaque année.

Si vous êtes attentif à votre santé et prenez des mesures rapides pour éliminer les maladies, vous pouvez vivre une vie longue et heureuse.

Adénome de la prostate - est-ce un cancer ou pas?

Lorsqu'ils entendent le mot tumeur, beaucoup de personnes se souviennent immédiatement du diagnostic de cancer.

Mais est-ce toujours quand une personne a un néoplasme dans le corps, est-il condamné en conséquence, et cet adénome s'applique-t-il également?

Pour comprendre cela, il faut d’abord analyser les caractéristiques des pathologies correspondantes.

Tumeurs bénignes et malignes

Avant de répondre à la question: l'adénome est un cancer ou non, il est nécessaire de comprendre les caractéristiques distinctives de deux types de tumeurs: bénigne et maligne.

Par cancer, on entend directement les néoplasmes, qui sont difficiles à traiter et ne sont pas complètement traités par la médecine moderne. De telles pathologies avec le meilleur résultat ne peuvent entrer que dans la rémission, qui peut durer des mois, des années et parfois même des décennies. Mais la probabilité d'une rechute est grande.

Prostate normale et envahie

Les tumeurs bénignes (un adénome en est un) - ce sont des néoplasmes faciles à traiter et à guérir pour toujours.

Dans ce cas, les premier et deuxième perturbent dans la plupart des cas le travail de l’organe touché. En règle générale, les tumeurs malignes affectent le fonctionnement des systèmes de l'organisme bien plus que les systèmes bénins. Cela est dû au fait qu'ils ont tendance à se développer rapidement et ne s'arrêtent pas pour atteindre une certaine taille.

Le résultat est un très grand nombre de nouveaux tissus. Souvent, s'il n'est pas traité, le cancer se propage à d'autres organes - en médecine, ce processus s'appelle métastase. La plupart des bactéries bénignes ne se développent généralement pas rapidement, mais la multiplication cellulaire aléatoire du tissu correspondant ralentit avec le temps.

Souvent, il arrive même qu'une telle tumeur commence à se contracter d'elle-même.

Mais avec la prostatite, il ne faut pas espérer que tout se passera tout seul. Premièrement, la probabilité que cela soit très faible.

Deuxièmement, l'adénome bénin de la prostate peut évoluer en tumeur maligne. À son tour, il est difficile et parfois impossible à éliminer.

Comment diagnostique-t-on l'adénome?

Le médecin professionnel établit le diagnostic approprié assez facilement après une échographie. La tumeur est clairement visible à l'échographie.

Dans ce cas, un diagnostic préliminaire peut être posé sur la base d'une palpation normale.

Si un petit nodule est trouvé lors de la sonde, cela indique une forte probabilité de la présence d'un adénome.

Afin de vérifier de manière fiable si un adénome de la prostate ou un cancer de la prostate se produit, le temps doit passer. Les tumeurs bénignes et malignes se comportent différemment, ce qui nous permet de déterminer le type de néoplasme.

Symptômes de pathologie

Le meilleur moyen de détecter la présence de la pathologie à temps est de se soumettre régulièrement à un examen médical. Toutefois, s’il n’ya pas de telles possibilités, dès les premiers signes, il est nécessaire de passer immédiatement à un examen, car la manifestation de symptômes évidents est caractérisée par une tumeur développée.

Détecter l'adénome de la prostate n'est pas difficile. Cette pathologie est caractérisée par les symptômes suivants:

  • désir inhabituellement fréquent d'aller aux toilettes;
  • problèmes lors de la tentative de vider la vessie (jet faible, impossibilité de vider complètement l'organe, etc.);
  • difficulté à retenir l'urine;
  • douleur dans le péritoine et le périnée, fortement exacerbée par la miction.

Si vous présentez au moins certains des symptômes ci-dessus, vous devez consulter votre médecin ou, au moins, effectuer une palpation de manière indépendante.

Les causes

La prostatite a peur de ce remède, comme le feu!

Vous avez juste besoin de postuler.

Malgré des années de recherche et de controverse médicale, la cause exacte du développement du cancer de l'adénome de la prostate n'a pas encore été établie.

Mais il existe plusieurs théories, dont l'une est acceptée par la majorité des membres de la communauté médicale.

On suppose que le développement d'une tumeur est associé à une modification de l'équilibre de la testostérone, en raison de laquelle se produit une division anormale des cellules du tissu de la prostate.

Ce fait est également corroboré par le fait que la maladie se développe généralement après 50 ans, lorsque la concentration de l'hormone mâle diminue rapidement.

Étapes de développement

Identifier la maladie dans la première étape est difficile. Cela se produit généralement lors d'un examen médical planifié ou par accident.

Cela est dû au fait que la pathologie à ce stade ne se manifeste presque pas - la tumeur en est à ses balbutiements.

La deuxième étape se déroule aussi plutôt calmement. Le patient ne ressent pas de gêne et le fonctionnement de ses organes n'est pas altéré. Mais en même temps, il est déjà possible de révéler le néoplasme par palpation et de le confirmer au moyen d’une biopsie.

Au troisième stade de développement, les principaux symptômes commencent à apparaître et à se développer. Le patient se rend souvent aux toilettes et ressent un inconfort qui, après un certain temps, se transforme en une douleur prononcée.

Contrairement à l'adénome de la prostate, le cancer à ce stade en raison de sa croissance rapide provoque des anomalies dans d'autres organes. En particulier, il aggrave la condition des vésicules séminales, des parois du bassin et de la vessie.

Le quatrième stade n'est caractéristique que pour les néoplasmes malins. Quand cela se produit, la destruction de divers organes internes et os commence. Le cancer métastase dans des systèmes éloignés de la prostate: foie, poumons, etc. Le patient en ce moment fleurit tous les symptômes caractéristiques de l'oncologie.

Comment est la thérapie?

Le pronostic pour le traitement de l'adénome est très positif. Les exceptions sont des cas où la pathologie a provoqué des complications.

Les techniques chirurgicales modernes permettent d’éliminer complètement la tumeur et la correction hormonale empêche la division cellulaire anormale.

Mais il faut comprendre que l'adénome et le cancer de la prostate sont des choses différentes. La seconde pathologie n'est pas complètement traitée, mais entre seulement dans un état de rémission avec un résultat favorable. La probabilité de succès de l’arrêt de la maladie dépend à son tour de la nature de la tumeur, des caractéristiques de l’organisme et du stade.

Maintenant spécifiquement sur le traitement de l'adénome. La première étape est l'observation. Après le diagnostic de la maladie, il faut du temps pour que le spécialiste puisse étudier le comportement de la tumeur au fil du temps. Selon les informations recueillies, la radiothérapie peut être prescrite. Elle est réalisée en cas de suspicion de cancer. Cette technique permet de récupérer 80 à 90% des tissus, ce qui réduit considérablement l'intensité de la division cellulaire.

Au stade initial, ils essaient dans la plupart des cas de mettre fin à la pathologie avec un traitement hormonal.

Nettoyer la balance de testostérone arrête la croissance de la tumeur et conduit parfois à sa réduction. Dans les cas où les méthodes ci-dessus ne montrent pas l'efficacité appropriée (cela se produit dans les cas avancés), une intervention chirurgicale est effectuée. Le médecin coupe simplement le tissu formé.

Vidéos connexes

Sur les symptômes et les principes du traitement de l'adénome de la prostate dans l'émission télévisée «Live Healthy!» Avec Elena Malysheva:

Il s’est avéré que la réponse à la question: l’adénome de la prostate est cancéreux ou non - négatif Bien que deux maladies soient caractérisées par la présence d'une tumeur, elles ont un caractère différent. Par conséquent, il est totalement inutile de considérer le diagnostic d'adénome comme une phrase, mais aucune mesure ne doit être prise - cela ne devrait pas être le cas, car sans prendre de mesures, une maladie relativement simple peut se transformer en une pathologie mortelle.

  • Élimine les causes de troubles circulatoires
  • Soulage doucement l'inflammation dans les 10 minutes après l'ingestion.

Symptômes du cancer de l'adénome de la prostate et méthodes de traitement

Le cancer de l'adénome de la prostate survient dans la plupart des cas chez les hommes âgés (65 ans et plus). Malgré le fait qu’aujourd’hui il n’existe aucune donnée fiable permettant d’expliquer la naissance d’une tumeur maligne, il est de coutume, dans la pratique médicale, de distinguer les facteurs qui font apparaître cette tumeur.

Classification

Il est important de comprendre que l'adénome et le cancer de la prostate sont deux maladies différentes. La première est une tumeur bénigne qui se développe à la suite de:

  • prédisposition génétique;
  • avoir atteint l'âge de 50 ans;
  • prostatite prolongée (processus inflammatoire dans la prostate);
  • troubles hormonaux;
  • mode de vie inapproprié (tabagisme, mauvaise alimentation) et plus.

Traiter cette maladie n'est pas toujours nécessaire. Les médecins prescrivent souvent l'observation dynamique afin d'établir la dynamique du développement.

Le cancer de la prostate survient principalement pour les mêmes raisons. Si un homme de la famille proche rencontre cette pathologie, le risque de formation d'une tumeur maligne augmente considérablement. De plus, les cellules de l'adénome de la prostate peuvent dans certains cas se transformer en cellules cancéreuses. Les causes de la formation de cancer de la prostate et d'adénome de la prostate sont également:

  1. Adénose atypique.

Caractérisé par l'apparition de nodules dans la prostate, qui se développent par la suite en tumeurs malignes.

La maladie se caractérise par une division cellulaire focalisée et relativement active, qui finit par se transformer en pathogène.

Les hommes exposés au cancer sont les hommes, dont le régime alimentaire est principalement composé de graisses animales et d'aliments cancérogènes. Ces personnes incluent les personnes menant une vie sédentaire, ce qui provoque la stagnation du suc prostatique, entraînant la formation de foyers d'inflammation dans la prostate.

Symptomatologie

Le principal danger posé par le cancer de la prostate est dans la plupart des cas l'absence de symptômes graves avant les troisième et quatrième stades de développement de la tumeur. A ce stade, la présence d'un néoplasme peut être principalement déterminée par un test sanguin de PSA.

Les symptômes du cancer et de l'adénome de la prostate sont également:

  • incontinence urinaire;
  • augmentation du besoin d'uriner;
  • retards notables dans la vidange de la vessie;
  • faible débit d'urine;
  • douleur localisée principalement dans le périnée;
  • gonflement des membres inférieurs, du périnée et du scrotum, indiquant un cancer de la prostate de grade 4, lorsque la tumeur s'est métastasée aux ganglions lymphatiques;
  • l'apparition de sang dans l'urine;
  • violation de la fonction érectile;
  • jaunissement de la peau, complété par une sensation de lourdeur dans l'hypochondre droit (métastases au foie);
  • défécation douloureuse causée par la compression d'une tumeur intestinale.

Diagnostics

Une tumeur cancéreuse se développe sur quatre étapes, chacune caractérisée par ses propres caractéristiques. Dans les deux premiers cas, la tumeur ne quitte pas la prostate, les cellules cancéreuses se divisent très lentement. De plus, le patient n'a aucun problème associé à la croissance de la tumeur.

Au troisième stade, le cancer quitte la capsule prostatique et affecte les organes et les tissus situés à proximité. La dernière étape du développement de la pathologie est caractérisée par l'apparition de métastases.

Lorsque les premiers symptômes décrits ci-dessus apparaissent, il est conseillé aux hommes âgés de 40 ans et plus de consulter un urologue. De plus, afin de prévenir ce groupe de personnes, il est nécessaire de passer un examen médical annuel.

Le diagnostic de la maladie commence par la collecte d’informations sur l’état actuel du patient et l’examen rectal de la prostate. S'il y a des phoques dans la prostate, des études supplémentaires sont prévues:

  • numération globulaire complète;
  • Test sanguin de PSA;
  • Échographie des organes pelviens;
  • IRM et CT;
  • biopsie.

Ce dernier complète le diagnostic du cancer de la prostate. Au cours de cette procédure, une petite aiguille est utilisée pour collecter une petite quantité des tissus de l'organe affecté.

Traitement

Dans le cancer de la prostate, le traitement est prescrit en fonction de données de diagnostic, ce qui vous permet de déterminer le stade actuel de développement de la pathologie et les caractéristiques individuelles du patient. Aujourd'hui, dans le traitement de cette maladie, les méthodes suivantes sont utilisées:

Non prescrit aux patients âgés de 75 ans et plus en raison du fait que l'opération comporte un risque plus grand pour la santé de l'homme que la pathologie elle-même. Au cours de la chirurgie, la prostate est complètement ou partiellement enlevée. De plus, le liquide est extrait des ganglions lymphatiques pour des recherches supplémentaires. Ce dernier permet d’établir si la tumeur a commencé à se métastaser.

Toujours dans la médecine moderne pour le traitement des tumeurs malignes utilisé le dispositif "Da Vinci". L'opération dans ce cas est réalisée à travers plusieurs petites ponctions pratiquées dans la cavité abdominale.

  1. Orchidectomie

En raison du fait que l'une des raisons du développement d'une tumeur est un échec hormonal, une méthode d'élimination d'un ou deux testicules est utilisée pour traiter une pathologie. On recourt à cette méthode lorsque, pour une raison quelconque, le patient subit un traitement hormonal contre-indiqué ou n’a pas donné de résultats positifs.

La chimiothérapie vous permet de suspendre la division des cellules cancéreuses ou même de détruire complètement la tumeur. Cette méthode est utilisée pour les cancers aux stades 3 et 4. Au cours de la chimiothérapie, des médicaments à toxicité élevée sont utilisés:

  • La mitoxantrone;
  • La doxorubicine;
  • Paclitaxel et d'autres.

La chimiothérapie est souvent utilisée en complément d'une chirurgie.

La méthode implique une exposition aux cellules pathogènes par les rayons X, qui violent la structure de ces dernières, ce qui conduit finalement à leur destruction. Le traitement est effectué par cours de cinq jours pendant deux mois.

Afin de réduire les dommages causés aux tissus sains, une capsule spéciale contenant une substance radioactive est également introduite dans le corps du patient. Cette méthode de traitement s'appelle la curiethérapie.

Cancer de la prostate

Le cancer de la prostate est une tumeur maligne de la prostate et se développe à partir de l'épithélium de la glande à cellules alvéolaires.

Qu'est-ce que le cancer de la prostate?

Le cancer de la prostate est une maladie insidieuse courante chez les hommes d'âge moyen et plus âgés. Il se classe au deuxième rang du taux de mortalité des hommes dans tous les pays, puisque le cancer de la prostate touche un homme sur huit. Selon des études récentes, on sait que l'oncologie des organes urinaires s'est encore accrue au cours des 30 dernières années et que le carcinome de la prostate s'est hissé au troisième rang des maladies oncologiques.

En Russie, le cancer de la prostate représente 3 à 5% de tous les cancers du bassin chez les hommes, cancer des testicules compris.

Cancer de la prostate chez les hommes symptômes, traitement

La prostate est située à l'intérieur du système urogénital. C'est un organe musculo-glandulaire, semblable à la taille de la noix. Sous la vessie (à l'anus et à la base du pénis), comme un bracelet, il recouvre l'urètre dans la zone initiale: la partie initiale de l'urètre ou de l'urètre, à travers laquelle le corps élimine l'urine et le sperme.

La prostate est responsable de la production de liquide séminal et du maintien de ses fonctions vitales. La fonction de reproduction dépend de l'éjaculation, à laquelle participe directement la prostate. La prostate sécrète une substance qui fait partie du sperme, afin de maintenir l'activité du sperme.

Le processus pathologique interne du cancer de la prostate aux premiers stades passe inaperçu. Par conséquent, les plaintes des patients apparaissent lorsqu'une tumeur maligne de la prostate grossit et commence à se métastaser. Les patients ne peuvent pas reconnaître les principaux symptômes du fait que la tumeur maligne de la prostate se développe dans sa capsule et qu’elle est éloignée de l’urètre.

En outre, un adénocarcinome de la prostate peut se dissimuler derrière les manifestations de l'hyperplasie bénigne - une prostate hypertrophiée adjacente à l'urètre. L'hyperplasie affecte également la miction, tout comme le cancer, bloquant l'écoulement de l'urine, la rendant faible et provoquant des envies fréquentes.

Le cancer dépasse la capsule de la prostate et, le long des fibres nerveuses, atteint le lit lymphatique, affecte les os et métastase aux ganglions lymphatiques et aux organes distants.

Causes du cancer de la prostate

La science n'a pas encore été en mesure de nommer les causes spécifiques du cancer de la prostate chez les hommes. Les médecins ne peuvent que mettre en garde contre les facteurs de risque de l'oncologie: âge, hérédité, tabagisme et alimentation déséquilibrée et de mauvaise qualité, écologie et conditions de vie médiocres. Le cadmium affecte le corps lorsque vous travaillez sur des machines à souder, avec du caoutchouc ou dans un atelier d'impression.

En cas de suspicion de cancer de la prostate, il faut en rechercher les causes dans les maladies du système urogénital (adénome de la prostate) qui l'accompagnent, lors de l'apparition d'un cancer secondaire par métastase, par exemple du foie. On sait que le cancer de la prostate et l’alcool sont interdépendants. Les hommes qui boivent développent une cirrhose et un cancer du foie, ce qui augmente le risque de cancer des organes pelviens.

Des études menées par des scientifiques suédois ont montré que le médicament Dutasterid est à l'origine du cancer de la prostate, à l'instar du finastéride, publié dans le FDA (Service fédéral de contrôle de la qualité des aliments et des médicaments).

C'est important! Ces médicaments traitent l'hyperplasie bénigne et la calvitie. Par contre, ils augmentent le risque de développer une tumeur agressive de la prostate. Dangereux envisager la posologie de 1-5 mg avec la prise quotidienne de médicaments à long terme. Chez les hommes âgés de plus de 50 ans, l'apparition d'un cancer particulièrement agressif est possible.

Information! L'American National Cancer Institute a mené des études cliniques et a révélé qu'Avodart (Dutastérid) inhibait le développement du cancer du pancréas à un stade précoce. De ce fait, le traitement agressif appliqué est réduit, mais des effets secondaires apparaissent: augmentation du nombre de glandes mammaires et augmentation du dysfonctionnement sexuel chez l'homme.

On voit que les informations de recherche des scientifiques suédois et américains sont quelque peu différentes. Le service fédéral de la FDA a récemment annoncé que les inhibiteurs de la 5-alpha réductase dans le traitement du cancer de la prostate étaient plus susceptibles de conduire à un cancer de la prostate de haut grade. Les scientifiques en urologie de la Caroline du Nord suggèrent que le traitement ne sera probablement pas médical ou invasif. L'avenir réside dans la thérapie à haute température qui élimine les symptômes du cancer de la prostate.

Symptômes du cancer de la prostate chez l'homme

Les signes de cancer de la prostate chez les hommes commencent par une miction inconfortable: envies fréquentes, sensation de brûlure, vidange incomplète de la vessie. Les signes de cancer de la prostate chez l'homme sont similaires à ceux d'un grossissement bénin de la prostate (avec adénome). Ne comptez pas sur cela, mais passez un examen approfondi afin de ne pas manquer le temps d'un traitement précoce.

Les symptômes du cancer de la prostate chez les hommes peuvent indiquer:

  • difficulté à uriner;
  • jet faible sans pression, interrompu pendant la miction;
  • aller aux toilettes toutes les demi-heures, surtout la nuit, ce qui nuit à la psyché;
  • température élevée dans le cancer de la prostate;
  • sensation de douleur dans les organes génitaux pendant la miction.

Aux stades ultérieurs, les symptômes et les signes du cancer de la prostate sont indiqués: incontinence urinaire, dysfonction érectile, douleur autour du pubis, sang dans les urines et sperme (géospermie).

Avec la croissance tumorale et la métastase, les symptômes du cancer de la prostate indiquent:

  • douleur dans la région lombaire et les os;
  • lymphostase - gonflement des jambes;
  • manque d'appétit, des nausées et des vomissements, ce qui entraîne une perte de poids.

Les symptômes tardifs comprennent des affections associées à un empoisonnement du sang et à la rupture des vaisseaux sanguins.

Les changements pathologiques dans le cancer de la prostate durent lentement - 15-20 ans. Le cancer est sujet aux métastases aux ganglions lymphatiques, au bassin, aux cuisses, au foie, à la colonne vertébrale, aux glandes surrénales et à d'autres organes. Si le traitement est effectué avant l'apparition des métastases, il peut être guéri sans entraîner de conséquences graves pour le corps de l'homme.

Diagnostic du cancer de la prostate

Le diagnostic du cancer de la prostate chez l'homme est réalisé en fonction des symptômes et des stades. Le diagnostic rectal du cancer de la prostate est effectué et un test sanguin pour l'antigène spécifique de la prostate ou le PSA est examiné. Une substance spéciale est détectée dans le sang produit par les cellules de la prostate. En d'autres termes, le test de dépistage du cancer de la prostate par PSA est un marqueur du cancer.

Méthode du doigt

Méthode de diagnostic médical

Le diagnostic du cancer de la prostate à l'aide de la palpation est réalisé comme suit: par le rectum, le médecin sonde le tissu de la prostate avec son doigt. En même temps, des sensations douloureuses et inconfortables sont détectées. Des écarts dans la consistance des sécrétions sont détectés.

S'il y a une petite tumeur, elle peut ne pas être palpable ou être hors de portée des doigts. Ensuite, un antigène spécifique de la prostate (PSA) est effectué pour le cancer de la prostate. Le test de l'APS est presque le seul moyen de détecter le cancer de la prostate en l'absence de symptômes, ce qui explique pourquoi l'APS revêt une grande importance dans le cancer de la prostate.

Quand PSA

Indications pour PSA:

  • la présence d'une tumeur présumée après un examen des doigts ou une échographie;
  • surveillance active du cancer de la prostate pour déterminer l'état du patient après le traitement;
  • identification de l'efficacité du traitement.

Le PSA pour le cancer de la prostate est effectué tous les 3 à 4 mois après le traitement antitumoral radical. Un examen préventif est réalisé chez les hommes de plus de 40 ans et révèle la dynamique du PSA après le retrait du cancer de la prostate.

Commun pour tous les âges, les valeurs normales de PSA devraient être -0-4,0 ng / ml. Si les hommes de 40 ans et plus, les indicateurs de PSA dépassent 2,5 ng / ml, 50 ans - 3,5 ng / ml, cela peut alors être associé à des maladies telles que la prostatite ou l'hyperplasie bénigne de la prostate (adénome).

Le PSA augmente temporairement pendant l'action mécanique sur la prostate: massage de la prostate, biopsie, cystoscopie, ainsi que pendant la miction, cathétérisme de la vessie.

Le PSA pour le cancer de la prostate peut atteindre 10 ng / ml.
Confirme le développement possible du taux de croissance du PSA tumoral dans le cancer de la prostate - 0,75 ng / ml ou plus par an.

La taille de la prostate est prise en compte avant de déterminer le cancer de la prostate en fonction du taux de PSA. Auparavant, on pensait qu'une glande plus grosse avait un PSA plus élevé. Mais cela s'est avéré être une idée fausse. En pratique, à une faible concentration de PSA, une tumeur d'oncotomie peut se développer.

Dans le sang, le contenu de PSA est observé sous forme liée et sous forme libre. Si l'antigène libre dans le sang est faible et qu'il augmente, cela est associé au développement d'un cancer.

Voici comment le cancer de la prostate se manifeste chez l'homme en pourcentage de PSA libre et dans le sérum:

Selon des études menées à Rotterdam (ERISRP, ERSPC), le dépistage du stade du cancer de la prostate et des taux de PSA est le suivant:

Si le taux de PSA dans le cancer de la prostate à 3 degrés est élevé et supérieur à 8,0 ng / ml, le pourcentage de probabilité de développer un cancer est assez faible - supérieur à 30%. Cette différence indique encore une fois un long processus de changements pathologiques et la guérison du cancer avant l’apparition de métastases.

PSA standard après le retrait du cancer de la prostate devrait être chez les hommes:

  • jusqu'à 40 ans - 1,4 à 2,5 ng / ml;
  • jusqu'à 50 ans - 2,0-2,5 ng / ml;
  • jusqu'à 60 ans - 3,1-3,5 ng / ml;
  • jusqu'à 70 ans - 4,1 - 4,5 ng / ml;
  • après 70 - 4,4 - 6,5 g / ml.

S'il est inférieur à 2,5, les scores de PSA après une chirurgie du cancer de la prostate + les résultats normaux de l'étude avec un doigt, puis considèrent que le patient est en bonne santé et que l'étude est répétée au bout d'un an. Si les valeurs de PSA sont supérieures à 2,5 ng / ml + les indicateurs normaux / pathologiques de l'examen de la prostate au doigt, un test de biopsie est prescrit. Si le score de PSA est de 4-10 ng / ml, c'est un signe de la maladie ou de la norme physiologique. Pour évaluer plus précisément le% de probabilité de cancer, examinez le PSA libre et comparez-le au total. Si le PSA libre ne dépasse pas le total de 20-15%, ceci est considéré comme normal. Pour l'année, le chiffre ne doit pas dépasser 0,75 ng / ml.

Dans le traitement du cancer de la prostate avec les inhibiteurs de la 5 alpha réductase (Finasterid), alors le PSA et la taille de la prostate diminuent de 2 fois, mais le PSA libre à total reste tout de même dans la fourchette normale - 25%. Si le rapport baisse, suspectez le cancer de la prostate. Si le PSA atteint une valeur supérieure à 20 ng / ml, une scintigraphie osseuse pelvienne est réalisée en cas de suspicion de métastase.

Il est également réalisé en cas de suspicion de diagnostic de cancer de la prostate:

  • échographie de la prostate;
  • CT scan au début du cancer;
  • recherche: radiologique et isotope;
  • échographie transrectale: un capteur spécial est inséré dans le rectum et le tissu de la prostate est examiné à l'écran, permettant d'identifier facilement la tumeur et de diagnostiquer le cancer;
  • résultats de biopsie: la présence d'une pathologie dans les tissus indique un cancer.

Vidéo informative

Stades du cancer de la prostate. La classification de la maladie selon le système international TNM

Étapes du cancer de la prostate (système Juith-Whitemore):

  • avant la première - aucun symptôme, la cellule se développe dans la prostate, la prostate commence à se développer;
  • A - pas de symptômes, les cellules se développent dans la prostate;
  • B - une tumeur dans la prostate peut être palpée lors de l'examen;
  • C - la tumeur envahit la prostate, se développant sur la membrane de la prostate, le taux de PSA est élevé;
  • D - Les métastases atteignent l'UL régionale et les organes distants.

Prévalence du cancer de la prostate

Selon le système de classification TNM:

  • T 0-4 - indique la tumeur primitive, son état et sa luxation;
  • N X, 0, 1 - indique les ganglions lymphatiques régionaux;
  • M X, 0, 1 - métastases distantes.

Durée de vie du cancer de la prostate

Lorsque le cancer de la prostate est diagnostiqué, le pronostic de survie dépend du stade de la maladie:

  1. Si le cancer de la prostate du 1er degré est confirmé, l'espérance de vie pour 5 ans peut être de 96 à 99% en l'absence de métastases.
  2. Cancer de la prostate À 2 degrés, le pronostic à 5 ans est de 85 à 95% en l'absence de métastases, avec l'apparition de métastases - de 80 à 90%.
  3. Cancer de la prostate de grade 3 - le pronostic à cinq ans est le suivant: si la capsule a germé de la prostate, mais qu'il n'y a pas de métastases - 50 à 60%, avec métastases - à 40-45%.
  4. Cancer de la prostate stade 4 avec métastases - jusqu'à 20-30% de la survie du patient pendant 3-5 ans.

Traitement du cancer de la prostate

Le traitement du cancer de la prostate est utilisé en standard:

  • traitement médicamenteux;
  • l'exposition;
  • méthodes d'intervention chirurgicale.

Ils retirent l'organe de la prostate en tant que traitement du cancer de la prostate, dans des cas exceptionnels, en l'absence de métastases dans les organes distants et les ganglions lymphatiques. Si les méthodes opératoires de traitement du cancer de la prostate sont correctement mises en œuvre, il est prédit qu'il n'y aura pas de conséquences néfastes pour le corps masculin et la rechute.

Le traitement du cancer de la prostate à l'aide de médicaments comprend des médicaments hormonaux qui réduisent ou bloquent complètement les niveaux de testostérone dans le sang au cours des premiers stades de la maladie. Mais avec un blocage complet des taux de testostérone, l'hormonothérapie du cancer de la prostate n'annule pas complètement le développement pathologique du tissu prostatique.

Avec la radiothérapie - irradiation de la tumeur, le processus pathologique dans les tissus de la prostate est réduit et les métastases vers d'autres organes sont minimisées aux stades précoces.

Si la radiothérapie est réalisée pour le cancer de la prostate, les conséquences peuvent être les suivantes:

  • fatigue accrue;
  • peau irritée sur le site de l'exposition aux rayons;
  • il y a une envie rare ou fréquente d'uriner, accompagnée de brûlures et de picotements;
  • des hémorroïdes, une irritation rectale et des saignements peuvent se développer;
  • la température corporelle augmente;
  • l'impuissance se développe après une formation de 2 ans;
  • peut causer des selles molles, de la diarrhée et des problèmes intestinaux.

Pour réduire les effets des radiations et améliorer l'effet thérapeutique, un médicament est ajouté. La curiethérapie pour le cancer de la prostate fait référence à une forme alternative de radiation. En même temps, des granules d'iode radioactif sont injectés dans la prostate, ce qui ne nuit pas au tissu tumoral environnant.

Symptômes et traitement du cancer de la prostate

La chimiothérapie pour le cancer de la prostate est utilisée aux stades avancés en même temps que la thérapie hormonale. Au début, la chimie n'aura pas d'effet positif, car un traitement toxique et systémique détruit les cellules cancéreuses ainsi que les cellules saines. La chimie agit sur les cellules en présence d'un métabolisme accru. On sait que la tumeur se développe lentement et que le taux de division de ses cellules est identique à celui des cellules saines. Par conséquent, il n'y a pas de métabolisme accru, ce qui pourrait agir cytostatiques.

La chimiothérapie est utilisée lorsqu'il existe des métastases pour le cancer de la prostate, également en complément d'un traitement hormonal.

La chirurgie pour enlever le cancer de la prostate est réalisée par différentes méthodes:

  • résection transurétrale (TUR);
  • thermodestruction par radiofréquence transurétrale (TURT);
  • opération laser;
  • chirurgie laparoscopique, y compris avec la robotique mini-invasive DaVinci;
  • prostatectomie postérieure radicale avec lymphodénectomie;
  • prostatectomie périnéale.

Remèdes populaires pour le cancer de la prostate

  1. Immunothérapie avec des préparations d'abeilles Savina qui suppriment le cancer. Il redémarre le système immunitaire pour lutter contre le cancer. Parallèlement, les cellules mononucléées sont activées, le nombre et l'activité des cellules tueuses naturelles augmentent, la production d'interférons, un certain nombre de cytokines nécessaires et des facteurs de protection non spécifiques contre la tumeur sont renforcés. Démarre le processus naturel de guérison du corps.
  2. Utilisation de la grenade pour réduire les effets des toxines de la cisplastine. Des études de laboratoire montrent que la grenade est plus efficace que le taxol (paclitaxel cytostatique). La composition du jus de grenade contient de nombreuses substances permettant de supprimer les cellules cancéreuses: flavonoïdes, anthocyanes, tanins (acide ellagique, quercétine, punicalagine). L'antioxydant le plus actif de la grenade est la punicalagine: il existe des catéchines, comme dans le thé vert.
  3. La silymarine, qui est contenue dans le chardon-Marie tacheté, augmente l'effet de la chimiothérapie et réduit ses effets secondaires.

Important à savoir! Shiitake, Meytake, Reishi, Cordyceps et Birch Chaga ont des propriétés anticancéreuses. Ils renouvellent le système immunitaire et ralentissent la croissance de la tumeur.

Le polysaccharide Shiitake Lentinan Cordyceps tonifie, prolonge la vie, comme le ginseng, et présente une activité anticancéreuse. Le reishi active l'immunité et améliore ses propriétés antibactériennes, antivirales et antifongiques.

Les champignons Mitake sont capables d'inhiber la croissance des cellules cancéreuses et de stimuler l'apoptose (mort programmée) des cellules. L'extrait de champignon (fraction D) avec la présence d'une activité anticancéreuse empêche le développement de métastases. Meytake inhibe l'angiogenèse (croissance vasculaire) en abaissant le taux de facteur de croissance VEGF.

Prévention du cancer de la prostate

La prévention du cancer de la prostate est la réalisation opportune du dépistage urologique:

  • vérification d'un test sanguin pour l'antigène spécifique de la prostate (PSA);
  • faire un examen de la prostate avec la méthode des doigts;
  • examiner la prostate par voie transrectale à l'échographie.

Si nécessaire, effectuez une biopsie multifocale de la prostate.

Modifications nutritionnelles du cancer de la prostate: les aliments frits et gras, les aliments frits sont exclus, les aliments contenant des caroténoïdes - fruits et légumes frais - une augmentation du régime alimentaire. Et aussi avec les phytoestrogènes, de composition similaire aux hormones sexuelles féminines naturelles pour réduire le niveau de testostérone dans le sang sans perdre le pouvoir sexuel des hommes. Cela réduit le risque de développer un cancer de la prostate.

Le mode de vie change également: le tabac, l'alcool et les drogues sont exclus. L'activité physique et le durcissement réduisent le risque de cancer de la prostate.

Adénome de cancer de la prostate

Selon les statistiques, l'oncologie de la prostate est l'une des maladies les plus fréquentes chez la population masculine de différents âges. Le cancer de la prostate ou le carcinome de la prostate est le troisième au monde et se situe au deuxième rang, après le cancer de l'intestin et le cancer du poumon.

Parmi les 100 patients qui développent un cancer de la prostate, jusqu'à 3 personnes sont condamnées après le traitement. Pour réduire le taux de mortalité, il est important de diagnostiquer le cancer de la prostate à un stade précoce du cancer de la prostate et de traiter rapidement le cancer de la prostate.

Carcinome malin de la prostate

La différence entre carcinome et adénocarcinome

L'adénocarcinome malin de la prostate ou le cancer glandulaire est une conséquence de l'adénome de la prostate - une tumeur bénigne.

L'adénocarcinome de la prostate germe vers les organes adjacents en fonction de la direction du flux sanguin et du flux lymphatique et perturbe leur travail. Lorsque la tumeur se développe dans un espace restreint, la tumeur remonte jusqu'à la vessie, manifestant des symptômes de cystite.

Cancer de la prostate - de quoi s'agit-il? Un cancer qui se développe à partir de l'épithélium des canaux (tissus) de la prostate est appelé carcinome.

Comme le cancer, le cancer de la prostate est diagnostiqué en augmentant le PSA dans le plasma sanguin. L'examen histologique montre que les cellules de la majeure partie de la tumeur sont atypiques et ne présentent pas de signes normaux. Le carcinome est considéré comme une tumeur oncologique qui affecte tous les organes internes et les cellules épithéliales de la peau. Toute structure tissulaire contenant des cellules épithéliales peut devenir le site du carcinome.

Cela signifie que différents types de carcinomes peuvent se développer dans les organes internes. L'endroit où il apparaît détermine la nature des cellules qui composent le carcinome. Par exemple, il peut se développer à partir de cellules plates du col de l'utérus, de la glande mammaire chez la femme, des poumons et de la prostate chez l'homme, du gros intestin chez toute personne.

Un carcinome peut apparaître sur la peau et ressemble à un nodule séparé à surface lisse: rouge ou rosâtre. Elle se caractérise par une ceinture de perles translucide. Au centre apparaissent ensuite des croûtes et des ulcérations.

Dans le carcinome épidermoïde, les cellules sont constituées de nombreuses couches d’épithélium épidermoïde. Il pousse vite et se métastase. Les cellules tumorales sont reliées par des desmosomes et la kératinisation y est présente. Ils se développent sous l'influence de l'environnement avec des facteurs cancérigènes, l'exposition solaire. La structure des carcinomes est également différente, ce qui dépend des caractéristiques structurelles du tissu épithélial à partir duquel il se développe. Si l'épithélium n'est pas modifié et qu'il n'y a pas de maladie précancéreuse, le carcinome n'apparaît pas soudainement. Certains types de pré-cancer ne provoquent aucun symptôme, puis on diagnostique une tumeur onco-tumorale en contournant les précurseurs précancéreux.

Encore une fois, lorsque l'épithélium des tissus glandulaires (prostate, thyroïde, bronches) est capturé par le processus cancéreux, la maladie est appelée adénocarcinome, car les subtilités du diagnostic provoquent une controverse chez les oncologues, ainsi que le traitement du cancer.

Les changements naturels du niveau hormonal dans le sang à partir de 40 ans affectent la manifestation de formations bénignes et oncologiques dans la prostate. Prouvé que la croissance progressive des néoplasmes est directement liée au taux élevé de testostérone dans le sang. En d'autres termes, en raison des hormones sexuelles mâles, le foyer de la tumeur se dilate avec une diminution du niveau d'immunité.

Dans certains cas, le cancer de la prostate survient en présence d'un gène héréditaire. Lorsqu'une mutation survient dans le gène NOHB13, le risque de cancer de la tumeur augmente des dizaines de fois.

Le cancer de la prostate est caractérisé par une évolution maligne stable mais lente. Même en l'absence de symptômes aux premiers stades du développement, le carcinome de la prostate se développe et provoque activement des métastases. Les métastases dans le cancer de la prostate dans une courte période d'une petite lésion peuvent s'étendre au-delà de la prostate, rendant le pronostic vital défavorable

L'approvisionnement en sang naturel actif de la prostate favorise la métastase et la formation de foyers secondaires dans le sang et le flux lymphatique. Les cellules cancéreuses se propagent par les grosses artères iléales dans la colonne vertébrale et les os du bassin, dans les glandes surrénales, le foie et les poumons, dans l'UL.

Sur le plan clinique, le cancer de la prostate se manifeste en fonction des modifications naturelles du corps associées au système immunitaire et au contexte hormonal, ainsi que de facteurs provoquants ne présentant pas de signes spécifiques. Dans toutes les manifestations cliniques, un stade grave de la maladie peut être suspecté.

Les symptômes des onco-tumeurs sont divisés en trois groupes:

  1. trouble de la fonction d'écoulement de l'urine. L'augmentation de la compression mécanique de l'urètre se produit avec le développement et la croissance du cancer. Dans ce cas, il est difficile de commencer à uriner, en vidant complètement la vessie. Il y a une incontinence urinaire et des douleurs lors de la miction;
  2. germination tumorale invasive. Une grosse tumeur fait germer la capsule de la prostate et se développe activement dans tout tissu entourant la capsule. Il empêche les tissus de fonctionner normalement. En même temps, les patients ressentent une douleur au périnée et sous le pubis, au-dessus de l'os pubien. Plus tard, les symptômes apparaissent une hématurie (sang dans les urines) et des impuretés sanguines dans l'éjaculat. Ne pas exclure la dysfonction érectile;
  3. métastases à d'autres organes et tissus.

Le développement invasif d'une tumeur maligne se manifeste:

  • douleurs osseuses, en particulier dans la région pelvienne et lombo-sacrée;
  • perte de poids importante, y compris la cachexie;
  • diminution du taux d'hémoglobine dans le sang (anémie);
  • limitation du mouvement des jambes, gonflement;
  • paralysie des jambes due à la compression (compression) de la moelle épinière.

Important à savoir! Pour déterminer le cancer de la prostate indifférencié, le pronostic sera mauvais. À la manifestation de n'importe quel symptôme du troisième groupe indique un stade tardif de onkoopukoli et le diagnostic est défavorable. La mortalité est plus fréquente chez les peaux noires, tout comme le risque de développement par rapport à la peau blanche de la planète.

Le cancer est déployé à 70% dans les zones périphériques de la prostate, à 20% dans les zones de transition et à 10% dans la région centrale. Le stroma fibromo-musculaire est affecté en raison de la croissance d'oto-tumeurs provenant d'autres zones, par exemple transitoires.

Avec l'hyperplasie et l'adénome de la prostate, les mêmes manifestations que pour le carcinome se produisent. Par conséquent, si vous avez des doutes sur la santé de la prostate, consultez immédiatement un médecin et passez un examen.

S'il y a une grosse tumeur sous la forme d'un nœud dense, cela déterminera l'examen rectal numérique. Si la tumeur a un diamètre compris entre 0,5 et 1,0 cm, elle sera indiquée par un marqueur tumoral et une biopsie de la prostate.

Avec le PSA élevé ou les grosses tumeurs, les ultrasons et la biopsie sont effectués sous contrôle ultrasonore.

Important à savoir! Le PSA, un antigène prostatique spécifique, est produit par les cellules de l'épithélium sain du pancréas ainsi que par les cellules malignes. Le PSA est une sérine protéase de la famille des kallikréines associée au liquide séminal.

Si les formations sont identifiées, une biopsie leur est prélevée. S'il y a des zones suspectes, la biopsie est systématiquement effectuée dans 6 directions. Une biopsie est réalisée par voie transrectale pour obtenir des colonnes de tissus.

Les scintigraphies osseuses sont réalisées avec un diagnostic de PSA accru (plus de 200 ng / ml) ou avec une douleur osseuse sévère. La somme de Gleason est calculée sur deux sites du pancréas, chacun évaluant sur une échelle de 5 points. Le score de Gleason peut être 2-10. Les tumeurs hautement différenciées ont des scores de 2, 3, 4. Dans modérément différencié - 5,6,7. Dans les tumeurs "mauvaises" peu différenciées - les scores les plus élevés - 8,9,10.

Lors de la conduite d'une thérapie complexe prescrite:

  • Prostatectomie radicale - une opération visant à enlever la glande de la prostate, vésicules séminales avec accès: pertonal ou rétinal. En même temps forment l'anastomose de la vessie et de l'urètre.
  • Prostatectomie de sauvetage, en tant que stade final du traitement, patients avec un faible effet de radiation.
  • Radiothérapie utilisant une source de rayonnement externe: protons et neutrons, accélérateurs linéaires, cobalt. Ou l'introduction directe de microcapsules interstitielles contenant de l'or 198, de l'iode 125 et de l'iridium 192.
  • Traitement endocrinien visant à réduire le niveau de testostérone circulant, affectant la prostate et / ou perturbant le métabolisme de la testostérone par les cellules épithéliales. Dans le même temps, les cellules de la prostate s’atrophient et meurent, réduisant ainsi la progression de la tumeur.
  • Analogues de l'hormone libérant l'hormone lutéinisante (RG / LH) pour réduire le niveau de LH circulante et, de ce fait, la sécrétion de testostérone est altérée par les cellules de Leydig dans les testicules.
  • Un blocage complet des androgènes pour empêcher la production de testostérone par les testicules: par castration ou par l'utilisation d'analogues de RHLG. Ou arrêtez l'action d'autres androgènes circulants, par exemple, formés dans les glandes surrénales. Un androgène tel que le flutamide interfère avec la liaison de la dihydrotestostérone et d'un récepteur cytoplasmique spécifique.
  • nutrition dans le cancer de la prostate pour reconstituer le corps avec des micro-éléments, des vitamines, des substances anticancéreuses, la reprise du métabolisme normal et le péristaltisme du corps;
  • traitement populaire du cancer de la prostate pour maintenir l'immunité et la reprise des fonctions protectrices de l'organisme.

Seul un traitement complet du cancer de la prostate peut donner un pronostic positif pour la survie des patients parmi la population masculine.

L'adénocarcinome est un adénome, avec inclusion de composants malins. Il affecte les glandes et les épithéliums des organes. En d'autres termes, l'adénome de cancer est un cancer glandulaire. Le terme peut être appliqué à toute formation maligne affectant l'épithélium de n'importe laquelle des glandes.

L'adénocarcinome peut survenir dans presque tous les organes humains, mais plus souvent que dans les autres, il affecte la prostate. Lors du diagnostic d'une tumeur de la prostate, la maladie est l'option la plus courante, représentant environ 80 à 90% de tous les cas.

L'adénocarcinome est une conséquence du développement d'un adénome bénin, qui peut survenir à la suite de:

  • âge avancé;
  • perturbations hormonales;
  • intoxication grave au cadmium (dans l’industrie métallurgique, dans la mine, etc.);
  • déséquilibre des oligo-éléments;
  • prédisposition génétique;
  • présence d'agents pathogènes appropriés (virus XMR);
  • maladies inflammatoires sous forme chronique.

Selon les critères histologiques et morphologiques, l'adénome carcinome est divisé en plusieurs types. Selon la structure histologique et sur la base du score de Gleason, la maladie de la prostate est projetée. Le type d'adénocarcinome le plus courant est considéré comme un petit acacia. Il affecte l'épithélium de petits lobules, en plusieurs points à la fois, après quoi il se fond dans une tumeur d'une taille impressionnante. Les cellules de cette tumeur sont inhérentes au contenu en mucine. Dans le cas d'un petit type acineux, l'urètre n'est pas bloqué. Aux stades progressifs, des douleurs apparaissent dans la région vertébrale et le rectum. L'adénocarcinome acineux de la prostate ou de toute autre glande est le diagnostic d'un cancer dans l'une de ses variations histologiques.

Le deuxième type le plus commun est le carcinome modérément différencié. On le trouve souvent à l'arrière de la prostate, en effectuant un scan du doigt. Il a 5-7 points selon l'échelle de Gleason. L'émergence d'une telle tumeur est accompagnée d'une augmentation de l'antigène prostatique spécifique (PSA). Les prévisions de traitement sont généralement très bonnes.

L'adénocarcinome de la prostate, dans lequel il est impossible de différencier les cellules d'un néoplasme, a le nom de faiblement différencié. Les tumeurs de ce type se caractérisent par une structure en couches, des métastases intenses et une germination rapide dans les organes voisins. Sur une échelle de Gleason, il atteint 8-10 points. Le cancer hautement différencié de la prostate est un changement mineur dans la différenciation cellulaire. Selon l'échelle - 1-5 points. La tumeur se développe lentement et le traitement opportun commence pour assurer un résultat favorable.

Les cellules de l'adénocarcinome à cellules claires se caractérisent par une mauvaise perception du colorant et, par conséquent, par une coloration plus faible que celle des tissus sans pathologie. Au contraire, les cellules de l'adénocarcinome à cellules noires se caractérisent par une absorption active du colorant et l'acquisition d'une couleur plus sombre. En règle générale, le cancer de l'adénome avec métastases est diagnostiqué au stade extrême du cancer de la prostate, et les cellules ne se différencient pas. Les statistiques d'analyse indiquent que dans 5 à 10% des cas, une tumeur bénigne contient des éléments malins. En conséquence, l'adénome et le cancer de la prostate peuvent être combinés, ce qui devrait alarmer les patients atteints d'adénome.

Le cancer de la prostate peut présenter divers signes et symptômes, en fonction du stade de développement. En général, les symptômes sont presque identiques à ceux d’une tumeur bénigne.

Ceux-ci comprennent:

  • hypertrophie de la prostate;
  • urètre obstrué ou intermittent;
  • sentiment invariable d'une vessie pleine;
  • sang dans l'urine;
  • problèmes de puissance;
  • éjaculation difficile ou impossible;
  • infection des voies urinaires.

Le patient peut perdre du poids, pour noter la panne générale. Ensuite, des symptômes peuvent être ajoutés, en fonction de l'emplacement de la tumeur et de ses effets sur les organes les plus proches. Avec les métastases, les ganglions lymphatiques régionaux augmentent, entraînant des douleurs osseuses et une intoxication par le cancer.

Pour le diagnostic du cancer de la prostate peut être utilisé:

  • Marqueur PSA;
  • biopsie;
  • Examen rectal au doigt.

Le PSA (antigène spécifique de la prostate) est une substance chimique incluse en petites quantités dans le sang d'un homme et permettant de détecter une tumeur cancéreuse de la prostate. La prostate est responsable de sa production et par le niveau de PSA, il est possible de juger de la présence d’une pathologie des organes. La concentration normale de l'antigène peut atteindre 3-4 ng / ml. En cas de cancer, le contenu peut atteindre 4-10 ng / ml. La raison réside dans le fait que la tumeur provoque une augmentation de la perméabilité des tissus de la prostate, les endommage, ce qui affecte directement le niveau de PSA. Une concentration d'antigène prostatique spécifique supérieure à 40 ng / ml est un signe clair d'un stade extrême de l'oncologie.

La principale différence de l'adénocarcinome est qu'il se développe rapidement et de manière agressive. La métastase est le processus de transfert des cellules affectées par le sang et la lymphe à d'autres parties de l'organe et à l'ensemble du corps. Dans l'adénome, l'emplacement de la tumeur ne change pas, sa croissance ne se produit pas. Seuls les tissus proches sont affectés. Alors que le cancer progresse de manière dynamique, une tumeur bénigne peut se former au cours de nombreuses années.

Cependant, dans les stades précoces, les cancers et les adénomes de la prostate sont presque indiscernables. Certaines des tumeurs bénignes ressemblent même à un microscope malin lors de l'examen. C'est pourquoi les médecins prescrivent souvent une biopsie de la prostate ou un test de PSA. Grâce à la sonde digitale, il est possible d'établir la présence de l'éducation. Cependant, cette méthode ne peut pas déterminer son type.

En cas de symptômes inquiétants ou de problèmes de fonctionnement du système urinaire, vous devez immédiatement faire appel à une assistance qualifiée. Consulter et nommer des tests peuvent médecin andrologue ou urologue. Une tumeur cancéreuse qui ne subit pas un traitement opportun menace de mourir dans 4-5 ans.

Le cancer de l'adénome doit être traité sur une base individuelle. Si la maladie est détectée aux stades initiaux, si la tumeur de la prostate commence seulement à se développer et que les autres organes ne sont pas affectés, la probabilité d'une évolution favorable est très élevée. À la première étape, un traitement résolu est appliqué - l'ablation chirurgicale de la prostate est effectuée.

En même temps que l'adénocarcinome, les vésicules séminales sont enlevées - c'est le seul moyen de garantir la propagation ultérieure du cancer. Il convient de mentionner la cryothérapie - congélation des cellules cancéreuses. Dans la plupart des cas, une congélation et une dévitalisation globales des tissus sont réalisées afin de créer la zone requise de la zone nécrotique.

Si la maladie est suffisamment développée, tout le complexe de mesures est nécessaire. La radiothérapie peut être utilisée, des inhibiteurs spéciaux du cancer sont prescrits. Cela implique un traitement long et parfois même tout au long de la vie. De plus, dans certains cas, les médecins ont recours à la castration médicale ou chirurgicale. L'efficacité des méthodes est extrêmement élevée. Dans le cas de l'option médicamenteuse, la procédure est également absolument indolore. La chimiothérapie est utilisée pour lutter contre le cancer au stade de l'apparition des métastases précoces. Parfois, des virus oncolytiques (traitement viral) sont également utilisés.

L'adénocarcinome de la prostate fait partie des dix maladies les plus insidieuses et les plus graves, constituant un danger pour les hommes de plus de 60 ans.

Ce n’est que dans notre pays que chaque année devient la cause de la mort de plus de 500 personnes.

C'est pourquoi les médecins accordent une attention particulière à la prévention et au traitement de ce problème.

Adénocarcinome de la prostate: de quoi s'agit-il et combien de temps une personne vivra-t-elle? La réponse à cette question, lisez l'article.

Le cancer de la prostate: de quoi s'agit-il? L'adénocarcinome de la prostate est une tumeur maligne qui affecte l'épithélium jaunâtre des organes (cancer jaunâtre). Dans le même temps, la plupart des lésions se produisent dans les tissus périphériques (jusqu'à 65-70%) et les plus petites - dans les zones de transition et centrales (environ 15 à 20%).

En médecine, les raisons du développement de cette maladie n’ont pas encore été établies, mais la science sait que les facteurs prédisposants peuvent être:

  1. Perturbation dans le corps de la balance des nutriments (éléments biologiquement significatifs).
  2. Changements d'âge hormonaux.
  3. Intoxication au cadmium obtenue dans la production ou l'affinage de métaux, ainsi que dans le résultat d'une écologie polluée.
  4. Défaite du virus XMRV de la famille des rétrovirus.
  5. Prédisposition héréditaire.
  6. Troubles de l'alimentation qui nuisent à l'absorption du β-carotène.

Vous pouvez en savoir plus à ce sujet ici.

Des années de recherche montrent que les hommes atteints d'adénome de la prostate souffrent d'adénocarcinome deux fois plus souvent que leurs pairs en bonne santé.

Cela est peut-être dû aux mêmes mécanismes de déclenchement caractéristiques de ces maladies. Dans le même temps, la présence d'adénome ne peut indiquer un développement ultérieur d'adénocarcinome. Les maladies peuvent se développer indépendamment les unes des autres, même si elles présentent certaines caractéristiques communes.

La maladie peut se manifester de différentes manières. En règle générale, il se caractérise par les mêmes symptômes qui sont caractéristiques de la prostatite et du développement d'infections urinaires.

Les signes irritatifs comprennent:

  • sensation de vidange insuffisante de la vessie;
  • augmentation du besoin d'uriner (surtout la nuit et le matin);
  • douleur et sensation de distension dans le périnée.

Symptômes obstructifs:

  • rétention d'urine;
  • difficulté à vider la bulle (courant intermittent ou mince);
  • tension de la presse pendant la miction.

Il est à noter que les premiers stades de l'adénocarcinome peuvent être presque asymptomatiques et que, lors de la croissance d'une tumeur, des signes distincts apparaissent toujours.

Les symptômes les plus graves caractéristiques du stade sévère de la maladie.

En plus des signes énumérés, vous pouvez rejoindre:

  • fièvre
  • des ballonnements;
  • constipation ou diarrhée;
  • des nausées;
  • douleur pendant les selles;
  • perte de poids;
  • manque d'appétit.

Actuellement, plusieurs classifications de la maladie sont connues. Le score de Gleason est basé sur la caractérisation histologique du processus de développement des néoplasmes.

Selon elle, nous obtenons l'image suivante:

  1. De 2 à 4 points indiquent la présence d'un adénocarcinome hautement différencié de la prostate. Dans ce processus, la plupart des cellules conservent leur fonctionnement et leur structure normaux. Le pronostic est favorable.
  2. De 5 à 7 points indiquent un adénocarcinome différencié modéré de la prostate, caractérisé par des taux relativement élevés de cellules saines. Prévisions - moyennes.
  3. 8 points ou plus indiquent un adénocarcinome mal différencié de la prostate. Il affecte toutes les cellules saines de l'organe. Le pronostic est défavorable.
  4. Adénocarcinome de la prostate: qu'est-ce que c'est? Les formes acineuses et les petites formes acineuses sont également distinguées. Le dernier de ces cas est considéré comme le plus fréquent et concerne 93 à 95% des cas, quelle que soit leur forme.
  5. Le carcinome épidermoïde est considéré comme le plus grave et le plus rare.

Ainsi, les formes suivantes d'adénocarcinome peuvent être distinguées:

  • petit acide;
  • très différencié;
  • modérément différencié;
  • mal différencié;
  • acinar;
  • squameux.

Si nous considérons la maladie en fonction de ses stades de développement, nous avons l’image suivante:

  1. La première étape (initiale) est caractérisée par des changements minimes dans les tissus, qui ne peuvent être observés que par biopsie. Diagnostiqué dur.
  2. Le deuxième stade est caractérisé par des lésions de certaines parties et des membranes de la prostate. Des changements pathologiques peuvent être facilement identifiés dans le processus de diagnostic.
  3. Au 3ème stade, une croissance active du néoplasme se produit, avec les bulles de la prostate affectant.
  4. Au quatrième stade, la tumeur continue à se développer et même à se déplacer vers les organes les plus proches (organes urinaires et tractus gastro-intestinal). Il y a un risque élevé de métastases.

En médecine moderne, les types de diagnostic suivants sont utilisés:

  • biopsie;
  • examen rectal avec palpation;
  • tests cliniques de sang et d'urine;
  • Test sanguin de PSA;
  • Échographie (transabdominale, transrectale);
  • mesure de la vitesse de miction (débitmétrie);
  • IRM (y compris agent de contraste);
  • lymphographie;
  • l'urographie;
  • examen aux rayons x;
  • lymphadénectomie par laparoscopie.

Le traitement de l'adénocarcinome est effectué par différentes méthodes, dont le choix dépend du stade du processus pathologique, de la forme de la tumeur, de l'âge du patient et d'autres caractéristiques individuelles.

En chirurgie moderne, on utilise aujourd'hui:

  1. Prostatectomie radicale, qui consiste en l'ablation totale ou partielle de la prostate (dans ses formes les plus graves).
  2. La radiothérapie (utilisée en combinaison avec d'autres méthodes).
  3. La curiethérapie est l'une des formes de rayonnement qui est produite par l'introduction d'aiguilles radioactives dans la prostate. Plus préféré et efficace que la radiothérapie.
  4. Cryothérapie (traitement de l'adénocarcinome de la prostate par congélation profonde). Il peut être utilisé pour traiter les petites tumeurs.
  5. L'hormonothérapie.

Exemples de traitement en fonction de la forme:

  1. Pour le traitement des petits adénocarcinomes de la prostate peuvent être utilisés: blocage hormonal de la testostérone, radiothérapie, chirurgie. Le traitement dans 93 à 95% des cas donne un résultat positif.
  2. Les patients présentant une forme de cellules squameuses sont recommandés pour subir une prostatectomie radicale. Cette forme est la plus difficile. Elle se caractérise par un développement rapide et des métastases osseuses. L'hormonothérapie et la chimiothérapie sous cette forme n'apportent le plus souvent aucun effet positif.
  3. La chimiothérapie convient parfaitement aux tumeurs indifférenciées, qui peuvent être associées à des médicaments cytotoxiques et à une hormonothérapie.
  4. La radiothérapie n’est efficace que dans les stades précoces et dans les formes les moins graves du développement de la maladie (tumeurs bien différenciées et modérément différenciées).

Le pronostic de l'adénocarcinome de la prostate dépend du stade du processus pathologique identifié par les spécialistes. Plus tôt le diagnostic est posé et le traitement commencé, plus les chances de succès de la guérison sont grandes.

Dans les stades précoces, le pronostic de l'adénocarcinome de la prostate a presque toujours une issue favorable. Les formes graves d'adénocarcinome sont très difficiles à traiter et souvent mortelles.

Les médecins attirent l’attention sur l’importance des examens annuels préventifs. Cela est particulièrement vrai pour les hommes plus âgés. L'adénocarcinome est dangereux en ce sens qu'il peut être presque asymptomatique aux stades initiaux et qu'il peut être difficile et défavorable aux stades plus avancés. Prenez soin de votre santé!

L'adénocarcinome de la prostate provient des cellules de l'épithélium glandulaire. Dans certaines conditions, les cellules commencent à perdre leur différenciation. A partir de ce moment, leur prolifération est active. Le type de carcinome le plus courant est l'acinar (95%).

Adénocarcinome acineux de la prostate, de quoi s'agit-il? Le type acineux est typique, il est donc diagnostiqué comme un cancer de la prostate. Le cancer de la prostate est indiqué in situ (à la toute première étape) par le code CIM-10 - D07,5 et le néoplasme de la prostate - C61.

Le cancer de la prostate se développe à partir de l'épithélium des canaux de la prostate. Il manifeste des symptômes en fonction du stade du cancer de la prostate.

Un carcinome, comme tout autre oncologie de la prostate, ne présente pas de symptômes agités aux premiers stades du développement, il ne peut être observé que lorsque le taux de PSA dans le sang augmente.

Contrairement à l'adénocarcinome, les autres types de cancer de la prostate sont moins courants et ne commencent pas à se développer à partir de la prostate. Cela peut être un lymphome, un carcinome à urothélie, un oncose épidermoïde neuroendocrinien.

Important à savoir! Les carcinomes sont glandulaires et kystiques, traberculeux, kystiques, papillaires, à grandes cellules ou mucineux.

L'adénocarcinome de la prostate est un gros acineux et un petit acineux. Les deux formes sont un type de cancer du pancréas.

1. Adénocarcinome de la prostate à petite échelle - fait référence au type d'adénocarcinome le plus courant. C'est 92-95% de tous les cancers du pancréas. Dans la zone de transition de la prostate - se produit dans 20% des cas. Les lésions à points multiples commencent à se développer avec une quantité accrue de mucine. Se produit à partir de l'épithélium de petits lobules - acini RV. Plusieurs petits oncogenes germent simultanément dans la zone périphérique, ce qui a tendance à se transformer en une tumeur solide qui produit de la mucine. Se développe souvent sans obstruction (chevauchement) du canal de sortie de l'urine.

2. Les gros adénocarcinomes acineux sont constitués de grandes formations oncologiques glandulaires. À la suite d'un examen microscopique, des cellules cylindriques avec cytoplasme tapissant les glandes sont observées. Le cytoplasme est capable de colorer intensément les cellules. Les noyaux allongés sont situés dans la partie basale. Ils sont dotés d'un caractère hyperchromique, d'un polymorphisme modéré, d'une grande taille et d'une couleur intense. L'adénocarcinome à gros acineux de la prostate laisse présager un pronostic décevant en raison de la structure atypique et de la forte malignité de la tumeur.

3. Un adénocarcinome de la prostate modérément différencié constitue la deuxième étape parmi les tumeurs pancréatiques du pancréas. Il est détecté avec une augmentation du PSA et du diagnostic des doigts dans la partie postérieure de la glande et se voit attribuer 5 à 7 scores de Gleason. Après le traitement, le pronostic est positif.

4. L'adénocarcinome hautement différencié de la prostate occupe la deuxième place après la maladie des petits acineux des hommes. Il est subdivisé en adénocarcinome papillaire et mucineux, cribreux et endométrial, formant du mucus, glanduleux-kystique et trabéculaire solide. Les cellules de ces types d'adénocarcinomes changent (se différencient) faiblement, se développent lentement, sur l'échelle de Gleason, portent le numéro 1-5. Lorsque le traitement est commencé à temps, la maladie laisse présager un pronostic favorable.

5. Si les cellules d'oncogenèse ne se prêtent pas à la différenciation et sont polymorphes, il s'agit d'un adénocarcinome de la prostate de bas grade, le taux de survie après traitement est faible pour les raisons suivantes:

  • la structure en couches de la tumeur;
  • germination rapide dans les organes voisins;
  • métastases actives du cancer de la prostate.

Sur l'échelle de Gleason, 8-10 points lui sont attribués. Elle nécessite un traitement actif complexe, ainsi que le traitement du cancer de la prostate.

6. L'adénocarcinome à cellules claires peut être distingué par une faible coloration des cellules avec un colorant au cours de l'analyse histologique.

7. Dans l'adénocarcinome à cellules noires de la prostate, au contraire, devient plus sombre en raison d'une plus grande absorption du colorant par les cellules.

Parmi les rares types d'adénocarcinomes de la prostate, on peut citer les suivants: cribrosal, endométrial, glanduleux-kystique et muqueux.

À partir de 35 ans, les hommes devraient particulièrement surveiller leur régime alimentaire, leur santé et leur mode de vie. En plus de la prédisposition génétique, la cause de l'adénocarcinome peut être:

  • équilibre altéré des oligo-éléments;
  • maladies inflammatoires dans la phase chronique du cours;
  • virus spécifique;
  • violation du fond hormonal du corps.

Les symptômes de l'adénocarcinome peuvent se dissimuler derrière les manifestations de l'adénome de la prostate. Vous ne devez donc pas ignorer le moindre symptôme et consulter un médecin si vous avez:

  • mictions fréquentes;
  • sensation de brûlure et résidus d'urine dans la vessie;
  • difficulté et miction intermittente;
  • un faible courant d'urine, qui nécessite une tension des muscles abdominaux;
  • difficulté à retenir l'urine;
  • problème d'érection et d'éjaculation douloureuse;
  • sperme dans l'urine ou sang dans le sperme;
  • douleur dans le périnée et l'anus;
  • pression sur le périnée;
  • douleur dans la région lombo-sacrée et les membres inférieurs.

Le traitement de l'adénocarcinome de la prostate, ainsi que le traitement du cancer de la prostate, comprend dans son complexe:

  • élimination du cancer par prostatectomie (classique, laparoscopique ou à l'aide d'un robot Da Vinci);
  • prostatectomie endoscopique, qui réduit le temps de la chirurgie et la récupération après celle-ci;
  • exposition à l'UHF à haute intensité focalisée sur les ultrasons;
  • curiethérapie (radiation interne, tenant compte du taux de PSA et du volume de la glande);
  • radiothérapie - avec rayonnement dirigé des onco-tumeurs;
  • cryothérapie - dans le but de détruire la tumeur par congélation;
  • chimiothérapie et hormonothérapie;
  • nutrition pour le cancer de la prostate;
  • traitement populaire du cancer de la prostate.

Avec le diagnostic d'adénocarcinome de la prostate, un traitement hormonal est associé aux dernières étapes du développement de l'oncinome et sur le fond de l'irradiation et du traitement avec les méthodes traditionnelles. La chimie est plus souvent utilisée pour les tumeurs indifférenciées.

L'adénocarcinome de la prostate se développe chez l'homme en faisant germer une tumeur dans la prostate ou en migrant par les voies lymphatiques. L'adénocarcinome de la prostate est un processus malin. Le cancer commence par les cellules épithéliales. La maladie entraîne souvent la mort chez les hommes déjà âgés de 55 ans.

La survenue d'un adénocarcinome de la prostate est principalement due à des modifications de l'organe liées à l'âge. De plus, la prédisposition génétique joue un rôle. La prostate chez l'homme souffre le plus souvent d'un processus malin dans un autre organe. La maladie rajeunit chaque année et touche même les hommes de 20 à 40 ans. Le développement de l'adénocarcinome dépend de l'influence des facteurs négatifs de l'environnement externe ou interne.

Aujourd'hui, il existe de nombreuses expériences et observations de patients atteints de cancer afin de déterminer les principales causes de cancer. Cela est nécessaire pour le traitement et la prévention des processus tumoraux. Bien qu'il n'y ait pas de théorie unique qui confirmerait le développement du cancer de la prostate chez les hommes.

Les symptômes du processus tumoral de la prostate se produisent aux derniers stades. Au début, un homme ne peut pas soupçonner que des changements malins dans les tissus se produisent dans son corps et continue sereinement à faire ses activités quotidiennes. Mais à un moment, l'homme ressent une douleur aiguë, une incapacité à avoir des rapports sexuels, des saignements de l'urètre et une augmentation de l'organe sexuel. Ce sont les premiers signaux sur le cancer. Les symptômes tardifs empêchent de commencer un traitement complet, ce qui affecte sérieusement le pronostic du traitement.

Les symptômes les plus courants du cancer de la prostate.

  1. Sensations d'inconfort au périnée.
  2. Douleur lors de la miction, présence de sang ou d’autres liquides dans les urines.
  3. Saignements déraisonnables des organes génitaux, éruptions cutanées, changement de couleur et de taille.
  4. Perturbation d'activité sexuelle, impuissance ou autre dysfonction érectile.
  5. La prostate est considérablement agrandie en taille.
  6. Douleur intense, surtout lors de la miction et de l'érection.
  7. Perte de poids progressive, malnutrition, malaise général.

Comme tout processus cancéreux, l'adénocarcinome se déroule par étapes, du premier au quatrième stade.

  1. Tumeur hautement différenciée, a un volume de pas plus de 4% de tout le corps.
  2. La tumeur occupe plus de 4% de l'organe et se développe profondément dans les tissus.
  3. Il est déterminé sur l'analyse biochimique du sang, à l'examen des doigts, les signes de cancer sont encore absents.
  4. La dernière étape, avec un pronostic défavorable, commence la métastase, ce qui conduit à la mort du patient.

Il existe plusieurs classifications de la maladie, en fonction de la structure, de l'emplacement, de la morphologie, et la classification principale est la classification de Gleason.

Traitement et pronostic

Traitement du cancer de la prostate

Le traitement de l'adénocarcinome de la prostate est le plus souvent chirurgical. Améliorer l'efficacité des médicaments prescrits et des procédures de physiothérapie. La chimiothérapie anticancéreuse et la radiothérapie sont les plus importantes. Le carcinome acineux de la prostate est sensible à un stade précoce de développement en radiothérapie, car la procédure est réalisée avant l'opération.

Un adénocarcinome acineux survient le plus souvent. Le pronostic du traitement dépend de la méthode choisie et du moment du diagnostic de la maladie sous-jacente.

Prévisions

Le pronostic du cancer chez l'homme est défavorable dans la plupart des cas, ce qui est associé aux symptômes médiocres de la maladie à un stade précoce et à l'incapacité de le détecter à temps. Bien sûr, cela ne s'applique pas à tous les cas, il existe de nombreuses exceptions.

Par exemple, le passage d'une inspection de routine est la principale méthode de diagnostic en temps opportun, car il peut être considéré comme une mesure préventive du cancer de la prostate chez les hommes de plus de 40 ans.

L'adénocarcinome est une tumeur maligne de l'épithélium glandulaire. Cette maladie peut toucher de nombreux organes: l'estomac, le foie, l'œsophage, les glandes salivaires, les intestins, les ovaires et l'utérus chez la femme, ainsi que la prostate chez l'homme. L'adénocarcinome de la prostate est l'un des cancers les plus courants.

L'adénocarcinome de la prostate est une croissance maligne qui se développe à partir de l'épithélium des éléments alvéolaires-cellulaires de l'organe. Chaque année dans le monde, un tel diagnostic est posé à plus de 400 000 hommes.

Selon le stade, les caractéristiques des cellules touchées par la maladie et leur localisation, l'adénocarcinome de la prostate est du type suivant:

  • très différencié;
  • modérément différencié;
  • mal différencié;
  • petit acide;
  • acineux élevé;
  • papillaire;
  • trabéculaire solide;
  • kystique glandulaire;
  • cellule claire.

Les adénocarcinomes hautement différenciés de la prostate sont les plus susceptibles d’être traités. Il se manifeste par des néoplasmes de petite taille, dont les cellules diffèrent des cellules normales par des noyaux élargis. Le plus souvent, une telle tumeur est détectée lors du traitement de l'élargissement non malin de la prostate.

L'adénocarcinome modérément différencié est également assez curable. Ce type de maladie se caractérise par un grand nombre de cellules cancéreuses, de forme et de structure variables. Dans l'adénocarcinome modérément différencié, les cellules malades diffèrent moins des cellules normales que des espèces suivantes.

L'adénocarcinome de bas grade est le plus dangereux. Les cellules cancéreuses dans ce cas sont très différentes de la normale. Ils peuvent varier en forme et en taille. Les cellules se divisent très rapidement et la tumeur qu'elles forment n'a pas de frontières claires.

L'adénocarcinome à petits acineux diffère de la taille à gros acineux. En règle générale, ces tumeurs sont ponctuelles, il y en a plusieurs. Il se caractérise également par une teneur élevée en mucine dans le cytoplasme des cellules.

L'adénocarcinome de la prostate peut être déclenché par de tels facteurs:

  • prédisposition génétique;
  • la présence du virus XMRV dans le corps du patient;
  • troubles hormonaux.

De plus, le risque de développer la maladie augmente pour les raisons suivantes:

  • fumer;
  • l'alcoolisme;
  • intoxication chronique au cadmium;
  • l'obésité;
  • pathologies surrénales;
  • perturbation du foie;
  • vivre dans un endroit avec des conditions environnementales défavorables.

À bien des égards, cette maladie s'apparente à une hypertrophie bénigne de la prostate. Il est donc très important de consulter un médecin à temps pour un diagnostic précis.

Les symptômes sont généralement plus prononcés si le patient présente un adénocarcinome modérément ou faiblement différencié.

La maladie est accompagnée de tels signes:

  • la nécessité d'aller souvent aux toilettes;
  • jet intermittent et faible;
  • se sentir comme si la vessie n'est pas complètement vidée;
  • la présence de sang dans l'urine;
  • douleur dans le périnée.

Les symptômes suivants peuvent également survenir:

  • l'impuissance;
  • incontinence urinaire;
  • perte de poids spectaculaire;
  • manque d'appétit;
  • fatigue accrue;
  • l'anémie.

Avant de commencer le traitement de l'adénocarcinome de la prostate, il est nécessaire de poser un diagnostic précis.

Les méthodes de diagnostic suivantes sont utilisées pour cela:

  • analyse d'urine;
  • palpation de la prostate;
  • l'urographie;
  • numération globulaire complète;
  • un test sanguin visant à identifier un antigène spécifique de la prostate;
  • échographie transrectale de la glande;
  • débitmétrie;
  • biopsie.

En outre, vous pouvez utiliser les méthodes suivantes:

  • échographie de la cavité abdominale;
  • recherche sur les radio-isotopes;
  • lymphographie;
  • tomographie.

Cela dépend du type de maladie, de son stade, de l'âge et de l'état de santé général du patient.

L'adénocarcinome modérément et peu différencié est souvent traité chirurgicalement. Cela implique l'ablation complète de la prostate avec les vésicules séminales.

La radiothérapie est également souvent utilisée. Dans le même temps, non seulement la glande elle-même, mais aussi les ganglions lymphatiques adjacents peuvent être irradiés.

Des types de traitement tels que la destruction par ultrasons du néoplasme et la cryoablation de la tumeur sont également utilisés.

En outre, si un patient présente un adénocarcinome fortement, moyennement ou faiblement différencié, un traitement hormonal est effectué. Ceci est fait avec l'aide de médicaments qui bloquent l'hormone pituitaire, qui contrôle la production d'androgènes. Ce sont les médicaments suivants:

  • le décapeptil;
  • trilstar;
  • firmgon;
  • le zoladex;
  • leuporelin et autres

Lors de l'utilisation de ce type de remède, plusieurs effets secondaires peuvent survenir, tels qu'une augmentation de la glycémie, des démangeaisons sur la peau, des douleurs articulaires, un dysfonctionnement érectile, la transpiration, des sauts de pression, des sautes d'humeur, des maux de tête et la perte de cheveux.

Des médicaments prescrits qui bloquent l'action de la dihydrotestostérone sur les cellules de la glande sont également prescrits. Ceux-ci peuvent inclure les médicaments suivants:

  • cebatrol;
  • la flucine;
  • bikaprost;
  • balutar;
  • le flutacan;
  • Cyproterone et autres.

Pendant la réception de ces fonds, des effets secondaires peuvent également se produire, tels qu'une augmentation de la taille des glandes mammaires, la cessation de la production de sperme, une détérioration de l'humeur.

Le traitement médicamenteux du cancer de la prostate peut également impliquer l’utilisation d’inhibiteurs de l’aromatase (exémestane, aminoglutétimide, anastrozole) et de bloqueurs d’enzymes transformant la testostérone en dihydrotestostérone (finastéride, doutastéride).

Dans les cas graves, lorsque les méthodes de traitement ci-dessus sont inefficaces, on prescrit une chimiothérapie au patient. En outre, le médecin peut décider de retirer les testicules pour bloquer complètement la production d'hormones mâles.

L'issue de la maladie dépend de son stade. Par conséquent, il est très important de diagnostiquer l'adénocarcinome à temps. En tout état de cause, si vous avez des problèmes de prostate, vous ne devez pas essayer de vous soigner vous-même, vous devez immédiatement consulter un spécialiste.

Aux premiers stades de la maladie, le pronostic est favorable. Il est très probable que la capacité de travailler soit complètement rétablie après le traitement.

Le cancer de la prostate aux derniers stades est plus dangereux car il peut entraîner la mort.

Parmi les complications possibles sont des métastases. Ils se propagent par le sang et les vaisseaux lymphatiques. Les métastases peuvent affecter les organes suivants:

Si une personne a une prédisposition génétique, afin d'éviter un adénocarcinome élevé, modérément ou faiblement différencié, les règles suivantes doivent être suivies:

  • non fumeur
  • cesser complètement de consommer des boissons alcoolisées;
  • utilisez uniquement de l'eau propre pour cuisiner et boire;
  • limiter la quantité d'aliments riches en protéines consommés;
  • éviter les situations stressantes;
  • consomme plus de produits qui réduisent le risque de cancer (tomates, chou, ail, raisins, brocoli);
  • ne pas permettre un manque de vitamines A, C et E dans le corps;
  • ne mangez pas d'aliments frits;
  • manger plus d'aliments riches en iode;
  • prévenir le gain de poids excessif;
  • traiter en temps opportun les maladies du système génito-urinaire;
  • Au moins une fois par an pour subir un examen médical préventif.

En outre, le risque de cancer de la prostate est réduit lors de la prise de Finasteride ou de médicaments similaires.

Un cancer malin formé à partir de cellules de la prostate est un cancer de l'adénome de la prostate. Cet organe est très important dans la vie de chaque représentant de la forte moitié de l’humanité; par conséquent, le diagnostic précoce et le traitement rapide de la pathologie jouent un rôle primordial.

La prostate est appelée le deuxième cœur du corps masculin. Après tout, il concentre toute sa vie sexuelle. Et avec la défaite d'un organe avec une tumeur maligne, cette sphère tombe tout simplement.

L'augmentation annuelle de l'incidence, en particulier chez les hommes âgés de 55 à 60 ans, inquiète le personnel médical dans le monde entier. Une attention particulière est accordée aux mesures préventives - il est recommandé aux hommes de faire un test sanguin pour un antigène spécifique, le PSA.

Cela vous permet de poser rapidement un diagnostic adéquat, au tout début de la formation de la pathologie, et de prescrire un traitement adéquat.

Prolifération pathologique du tissu prostatique - adénome. Il survient dans chaque dixième représentant d'une partie forte de l'humanité, après avoir franchi la ligne d'âge des 55 à 60 ans. Et après 80 ans et plus - chaque seconde. Les cellules en mutation d'un adénome de la prostate déjà formé constituent une lésion cancéreuse d'un organe.

La tumeur est capable de métastaser à des organes distants, ce qui aggrave le pronostic à plusieurs reprises.

De nombreux hommes oublient certains symptômes désagréables tels que gêne dans le pelvis, envie accrue de se rendre aux toilettes, difficulté à uriner pour exacerber la prostatite. Cependant, le cancer de la prostate peut accompagner ces manifestations.

Un homme préoccupé par sa santé, surtout à un âge avancé, doit consulter son médecin de famille et se soumettre à un examen médical complet chaque année. Parmi les différents tests de laboratoire seront présents et marqueur tumoral pour le cancer de la prostate - PSA.

S'il dépasse la norme, le spécialiste recommandera d'autres méthodes d'examen, par exemple l'échographie.

Assumer la présence d'un cancer de la prostate dans les cas suivants:

  1. Lors d'un examen numérique, un spécialiste détermine une augmentation de la taille de l'organe, un changement de cohérence et la palpation de noeuds denses.
  2. Lors de l’examen échographique de l’hyperéchogène tissulaire de la prostate, celui-ci a détecté des pannes de courant, simples ou multiples - pour évaluer leur gravité, leur localisation, leur taille. La tactique de traitement dépendra directement de ces paramètres, ainsi que de la nature de la tumeur - le carcinome est considéré comme le moins pronostique défavorable.

Seule une combinaison des signes précurseurs ci-dessus - augmentation des paramètres PSA, augmentation de la taille de la glande, signes de l'échographie - permet au spécialiste de poser un diagnostic préliminaire de cancer. Mettez tout à sa place une méthode de diagnostic plus spécifique - la biopsie des glandes.

La pathologie ne peut pas se manifester pendant longtemps - un parcours asymptomatique. Les facteurs négatifs suivants peuvent induire une dégénérescence de l'adénome de la prostate:

  • déséquilibre hormonal - augmentation de la concentration sanguine d'hormones sexuelles mâles dans la circulation sanguine: testostérone, dihydrotestostérone et androstènedione;
  • la présence de pathologies inflammatoires chroniques dans la région urogénitale d'un homme, par exemple la prostatite et la famine tissulaire provoquée par lui dans l'organe;
  • traumatisme à l'aine.

Outre les facteurs susmentionnés, les troubles immunitaires dans le corps humain sont également importants, par exemple après une infection bactérienne ou virale. Sous leur attaque agressive, un foyer de mutation dans les tissus de la prostate peut bien se former.

L'apparition d'une tumeur maligne dans la prostate ne se produit pas soudainement. C'est un processus assez long. Le plus souvent, asymptomatique. Mais les experts identifient un certain nombre de pathologies communément attribuées aux précancéreux - c'est dans leur contexte qu'un foyer tumoral se forme dans l'organe de l'homme:

  1. Hyperplasie atypique - adénose. Dans la région centrale de la glande, se forment des défauts nodulaires dont les cellules se développent plus activement que les tissus environnants. Leur structure est également différente - les noyaux sont plus grands. Cela indique une limite, une tendance à la mutation. Si le corps de l’homme est affecté, une lésion cancéreuse peut se former.
  2. La néoplasie intraépithéliale est un processus hyperplasique avec une tendance à la mutation. Les cellules de certaines régions de la prostate commencent soudainement à se multiplier beaucoup plus activement. Peu à peu, ils perdent les signes du tissu prostatique et acquièrent les propriétés d'un néoplasme malin. La probabilité de mutation est très élevée.

Si vous suspectez un cancer de l'adénome de la prostate, dont les symptômes ne se sont pas encore manifesté, un spécialiste vous recommande plusieurs autres études de diagnostic. Les informations après leur mise en œuvre permettront d'établir un diagnostic différentiel adéquat et de prescrire un traitement.

De nombreux représentants de la population forte préfèrent ne pas prêter attention à la dégradation de leur propre bien-être, en se référant à l'emploi et au manque de spécialistes hautement qualifiés. Un tel comportement a des conséquences très négatives - adénome de la prostate, le cancer de la prostate est beaucoup plus facile à guérir s’ils étaient détectés dès les premiers stades de la formation.

Les premiers signes qui apparaissent après l'apparition d'une tumeur focalisée dans la glande masculine:

  • la nécessité de forcer les muscles abdominaux à uriner;
  • un flux d'urine faiblissant de manière significative dans le processus de vidange;
  • l'envie d'uriner est préservée, et le jet est déjà cassé, et la reprise de la vidange ne peut être réalisée;
  • envie fréquente et inattendue, très intense, d'aller aux toilettes - il semble à un homme que s'il n'a pas le temps, sa vessie va éclater;
  • la quantité d'urine excrétée est minime, mais le sentiment de surpeuplement demeure.

Des symptômes similaires présentent une similitude significative avec les manifestations d'autres pathologies de la sphère urogénitale masculine. Par conséquent, le recours à un spécialiste est souvent différé - ce n’est pas une prostatite chronique qui doit être traitée, mais plutôt une thérapie complexe pour la sélection d’une tumeur maligne.

Aux premiers stades de son apparition, le cancer de l'adénome de la prostate peut ne pas se manifester de quelque manière que ce soit - le patient ne se plaint pas de cette région. Qu'il y ait un néoplasme ou non peut suggérer une augmentation du paramètre d'un antigène prostatique spécifique - PSA.

Si, en plus de son taux élevé, il y a également des changements d'échographie, un spécialiste en oncologie doit être consulté.

À mesure que la prostate grossit, elle commence à exercer une pression sur les tissus et les organes environnants. Cela explique des symptômes tels que l'envie d'aller aux toilettes la nuit. Pendant le jour, un homme éprouve un désir irrésistible de vider sa vessie au moins 15 à 20 fois.

Le processus de la miction s'accompagne de sensations très désagréables - sensation de brûlure, douleur. Il y a un inconfort constant dans la région de la fourche. En l'absence de traitement adéquat, la prostate pince simplement l'urètre, empêchant ainsi tout écoulement d'urine.

Le patient commence à être dérangé par des difficultés au début de la miction, le jet perd de sa force, il devient intermittent, l'urine ne peut être libérée que par gouttes et aller aux toilettes ne laisse pas la personne satisfaite - le sentiment de vidange incomplète demeure.

Comme la prostate envahie exerce une pression directe sur les racines des terminaisons nerveuses localisées dans le pelvis, un homme ressent des douleurs dans la région lombaire. La situation est aggravée par la formation de calculs d’urate, liés entre eux à la difficulté de l’écoulement de l’urine et à sa stagnation dans la vessie.

Dans les cas particulièrement graves, la sortie de l'organe urinaire est bloquée autant que possible - l'homme ne peut pas du tout uriner. Il doit de toute urgence faire appel à une aide spécialisée - pour fabriquer un cathéter spécial.

Les symptômes suivants indiqueront le passage du processus tumoral à un stade irréversible:

  • apparition de sperme dans mon sang - le néoplasme a germé dans les vaisseaux, le cordon spermatique;
  • gonflement du scrotum, du pénis - dommages au système lymphatique;
  • graves problèmes d’attraction sexuelle, de puissance en général - la tumeur a endommagé les racines de la fibre nerveuse sensorielle;
  • une constipation persistante et des douleurs lors de la vidange du rectum, non médicamenteuses, indiqueront que des cellules cancéreuses se sont également déplacées vers les tissus intestinaux;
  • douleur dans les os du bassin, la colonne vertébrale - métastases du stade avancé de la pathologie.

Des symptômes similaires sont caractéristiques des stades avancés du cancer de l'adénome de la prostate. La référence opportune à un spécialiste et la mise en œuvre de mesures médicales complexes lui permettent d'éviter et de récupérer.

Certains experts distinguent les manifestations cliniques de la pathologie typiques du stade de croissance active d’un foyer tumoral, selon le principe de leur survenue.

Par exemple, les troubles fonctionnels avec écoulement d'urine sont dus à une compression mécanique de l'urètre. Augmente avec l'augmentation de la taille de la prostate. En plus du sentiment constant de vidange insuffisante de la vessie, un symptôme d'incontinence peut également apparaître.

Lors de la germination invasive du cancer et de son passage au-delà de la capsule glandulaire, des troubles fonctionnels seront observés par les organes attaqués. Par exemple, un inconfort prononcé dans la région du pubis, du périnée, se modifie en coloration de l'urine - sa teinte rouge, l'adjonction de sang dans l'éjaculat. La dysfonction érectile n'est pas exclue.

En l'absence de mesures thérapeutiques appropriées, la croissance de la tumeur dans les organes voisins se poursuit.

Des symptômes de lésion grave se forment - perte de poids importante, jusqu’à la cachexie, impulsions de douleur intense, anémie sévère, mobilité limitée des membres inférieurs et parfois paralysie. La prévision dans ce cas est extrêmement défavorable.

Établissez un diagnostic adéquat basé sur les plaintes et les symptômes chez un patient uniquement par un spécialiste hautement qualifié. Cependant, il est indispensable de procéder à des examens de matériel informatique et de laboratoire.

Diagnostic De Prostatite

Les Complications De La Prostatite