Search

Hyperplasie de la prostate ou adénome 1, 2 et 3 degrés: traitement, questions et réponses

Selon les statistiques, l'hyperplasie ou une maladie, mieux connue sous le nom d'adénome, est la pathologie la plus courante chez les hommes, dont l'âge s'est écoulé depuis cinq décennies.

Cette maladie exclusivement liée au sexe, qui n’est inhérente qu’à l’homme, se caractérise par le fait que les tissus de la prostate sont bénins (si on peut appeler cette pathologie un tel mot) s’agrandissent.

En conséquence, ils grossissent et bloquent progressivement l'urètre ou l'urètre, ce qui le rend difficile et empêche l'urine de quitter le corps du patient. Trois degrés ou stades de développement et d'évolution de la maladie sont distingués et décrits.

Causes de la maladie

En ce qui concerne les raisons de l'émergence et du développement de la pathologie masculine, il est surprenant de constater qu'il n'existe toujours pas de données fiables. Parmi les urologues, il existe différents jugements sur les causes de la maladie, mais il existe également une opinion générale.

Prostate saine et adénome

La première et la plus importante chose sur laquelle tous les médecins s’accordent est que les modifications de l’équilibre hormonal chez l’homme liées à l’âge provoquent un adénome. Cependant, les statistiques confirment cette maladie, qui touche de plus en plus les hommes et bien avant l'âge «critique».

Les autres raisons de l'apparition de l'hyperplasie ne sont pas sans raison:

  • conditions environnementales défavorables;
  • violation des processus métaboliques du corps;
  • excès de nutrition, un mode de vie physiquement inactif;
  • maladies chroniques sous forme de cirrhose du foie, d’athérosclérose et d’autres maladies.

Degrés et stades de développement

Première étape

Adénome de la prostate 1 degré - de quoi s'agit-il et comment se manifeste-t-il? Au début, les processus négatifs dans la prostate ne se manifestent pas et, en règle générale, l’homme n’éprouve aucune gêne lorsqu’il se rend aux toilettes.

L'urine est entièrement excrétée, ne présente pas de tractus urinaire et ne subit aucune modification.

Le fait que le développement de la maladie a commencé ne peut être remarqué que lorsque les envies d'aller aux toilettes sont plus fréquentes, surtout la nuit, et que le processus de miction n'a plus la même intensité qu'auparavant.

Au fil du temps, la fréquence des envies diurnes et nocturnes augmente non seulement. Après le sommeil, la visite aux toilettes s'accompagne d'un retard notable à la miction. De plus en plus, un homme commence à remarquer l'effet paradoxal de la dépendance inversement proportionnelle: plus il se rend souvent aux toilettes, moins le volume de liquide absorbé est faible au cours d'un seul acte d'urination. Au stade initial de l'adénome, le patient ressent une miction incontinente en raison du fait que les muscles de la vessie commencent à se contracter arbitrairement. L'homme cherche donc immédiatement à aller aux toilettes.

La première phase de la maladie peut durer assez longtemps. Pour de nombreux hommes, il ne présente pas de symptômes prononcés. De plus, ils essaient de s’adapter, à la fois à l’état et au mode de miction, renvoyant ainsi le traitement à l’urologue.

Deuxième étape

Adénome de la prostate 2 degrés - qu'est-ce que c'est et qu'est-ce qui est typique de ses symptômes? La ligne de démarcation entre l'achèvement du premier et le début du deuxième stade de l'hyperplasie est presque imperceptible.

La seule chose qui distingue les 1 et 2 degrés l'un de l'autre est que les symptômes de besoin fréquent et de vidange incomplète de la vessie de l'urine sont complétés par l'apparition d'un inconfort et de sensations douloureuses lors de la miction.

Cela en dit long sur la présence et le développement de processus inflammatoires qui affectent les tissus de la prostate. Ce stade de la maladie peut également être accompagné d'un chevauchement complet de l'uretère, ainsi que d'une dystrophie des tissus musculaires de la vessie, ce qui conduit à une rétention complète de l'urine, car il n'est pas capable de sortir de sa capacité.

Le liquide stagne à la fois dans l'urètre et dans les reins. Par conséquent, il n'est pas excrété d'une part et de l'autre, il n'entre pas dans la capacité de la vessie. Tout cela conduit au fait que pendant l'envie d'uriner apparaissent une douleur intense dans le corps pubien du patient et dans la région lombaire.

Dans le cas d'une maladie telle qu'un adénome de grade 2, des facteurs tels que le stress ou la condition de surfusion, ainsi que la consommation d'alcool et la malbouffe, aggravent considérablement l'état du patient.

Au cours du deuxième stade de la maladie, un cathéter est inséré pour soulager le liquide vésical afin d’améliorer l’état du patient et d’éviter les complications concomitantes graves, avec rétention urinaire totale.

Si un adénome de la prostate 2 est diagnostiqué, une intervention chirurgicale est-elle nécessaire? Au deuxième degré, les adénomes ne sont pas exclus et les méthodes chirurgicales de traitement des pathologies masculines dangereuses.

Troisième étape

Si le premier degré d'adénome dû à des conditions et circonstances favorables ne peut devenir la deuxième étape, alors le deuxième deviendra inévitablement la troisième.

La troisième phase de l'adénome se manifeste par des symptômes difficiles pour le patient, une douleur incessante et une augmentation marquée de la glande elle-même et de la vessie en raison de la cessation complète de sa capacité de contracter.

La situation du patient est aggravée par des symptômes tels qu'un état d'apathie, de déshydratation, une faiblesse générale, qui s'accompagne souvent de nausées, de haut-le-cœur et de constipation. Par conséquent, le troisième degré de l'adénome de la prostate a un pronostic très défavorable avec des complications possibles sous la forme d'adénome et de prostatite, d'urétrite et d'épididymoorchite.

En ce qui concerne le traitement de la prostate du troisième degré, la thérapie à l'aide de médicaments dans ce cas est absolument inutile. Sans traitement chirurgical ne suffit pas. Si une opération n'est pas effectuée à temps, l'uretère peut se chevaucher complètement et les reins sont défaillants.

Comment prévenir la pathologie?

La médecine traditionnelle utilise des méthodes précises de diagnostic et de détection de l'hyperplasie aux tout premiers stades de son développement, ainsi que des méthodes médicamenteuses et opérationnelles de traitement, ce qui réduit considérablement le pronostic défavorable de la maladie. Cependant, les moyens de prévention de l'adénome, que toute personne responsable devrait connaître, ne sont pas moins importants.

Absolument, tout homme est un groupe d'adénomes de vulnérabilité. Donc:

  • il est nécessaire de visiter systématiquement l'urologue pour un examen et une consultation;
  • conformément aux recommandations d'un diététicien pour faire des ajustements nutritionnels;
  • commencer après les consultations avec les médecins à l'effort physique;
  • éliminer complètement ou limiter la consommation d'alcool;
  • en cas de surpoids, suivre strictement les régimes thérapeutiques et prophylactiques.

Traitement de l'adénome de la prostate de grade 3

L'hyperplasie bénigne de la prostate (HBP) est de loin la forme la plus courante de pathologie urologique chez les hommes âgés. L'essence de cette maladie est que les éléments cellulaires de la prostate se développent de manière significative. Cela peut entraîner une obstruction chronique des voies urinaires, une rétention urinaire, une insuffisance rénale ou le développement de divers types de maladies infectieuses des voies urinaires.

Les experts ne peuvent nommer la cause exacte du développement et du développement de l'HBP. Parmi les raisons possibles, les principales personnalités de la médecine appellent notamment: les modifications du fond hormonal du corps causées par l'âge; bactéries ou micro-organismes pénétrant dans le corps, etc.

Étendue de la maladie

Les experts identifient trois degrés d'hyperplasie prostatique. Je voudrais noter que la taille de la tumeur n'est en aucun cas le principal signe permettant de déterminer l'étendue de la maladie.

Il existe de tels degrés d'HBP:

  • 1 degré. Le patient se plaint d'avoir souvent besoin d'uriner, mais il n'y a pas d'urine lorsqu'il tente d'aller aux toilettes. Ce degré de tumeur est la première cloche qui indique qu'il faut faire attention au fonctionnement du système génito-urinaire, consulter un spécialiste et se soumettre à un examen complet. C'est simplement nécessaire pour éviter les complications.
  • 2 degrés. Le signe principal du développement d'une tumeur du deuxième degré est la présence d'urine résiduelle. La raison de cet état de l'urée est son atrophie. Les patients se plaignent de douleur lorsqu'ils urinent. La raison principale pour le développement du deuxième degré de médecins s'appelle le développement de l'infection de la membrane muqueuse du système urogénital.
  • 3 degrés. Avec le développement d'une tumeur de ce degré, la quantité d'urine résiduelle augmente de manière significative, atteignant 1, 5 - 2 l. De plus, la vessie a une forme allongée ou en forme de ballon. La sensibilité de la bulle est grandement réduite. Les patients observent souvent une miction involontaire en petites portions (gouttes). Au début, cela ne se produit que la nuit, puis le jour. Les patients souffrent souvent de fièvre, d’épuisement général, de dépression, de manque d’appétit, de soif et de faiblesse générale.

Enquête

Une fois que les symptômes ci-dessus ont été identifiés, il est urgent de consulter un spécialiste. Dès que le médecin effectuera une enquête générale et examinera le patient, palpera et effectuera des percussions au bas de l'abdomen, il désignera le patient pour effectuer une étude de laboratoire obligatoire comprenant les éléments suivants:

  • Effectuer une culture d'urine, qui aidera à déterminer la présence ou l'absence de maladies infectieuses du système urogénital;
  • Faites une analyse générale de l'urine, qui montrera la quantité d'azote qu'il contient, la présence de protéines dans l'urine et la quantité d'électrolytes;
  • Si une tumeur maligne est suspectée, un spécialiste vous prescrira un cyto-test d’urine à un patient.

Clinique de la maladie

L'adénome prostatique du troisième degré se manifeste principalement par la violation du processus d'excrétion de l'urine. Pour le troisième stade de l'HBP, ni les symptômes de la douleur, ni la dysfonction érectile, ni la diminution du niveau de l'activité sexuelle ne sont caractéristiques. Tous ces symptômes ne sont que secondaires. Ils apparaissent sur le fond d'un adénome du troisième degré.

La principale raison de la violation de l'excrétion de l'urine est un rétrécissement important de la lumière de l'urètre. Cela est dû au fait que les glandes paraurétrales, qui sous-tendent la formation de la prostate, se développent.

La tumeur a tendance à se développer dans différentes directions, ce qui a un impact direct sur l'évolution de la maladie. Si l'adénome se développe dans la direction de l'urée, le patient peut manifester une violation du processus de miction.

Traitement de l'adénome du troisième degré

Malheureusement, un adénome de la prostate au troisième degré n'est traité que par chirurgie. Pour ce faire, utilisez les méthodes suivantes:

  • Adénomectomie transvésicale. Cette méthode chirurgicale est utilisée principalement dans les cas où la tumeur a atteint une taille considérable. Une petite incision est faite dans la zone de l'urètre à travers laquelle le chirurgien retire la tumeur. Cette méthode est considérée comme la plus traumatisante pour le patient. En règle générale, la période de réadaptation est lente et prolongée;
  • Résection transurétrale. Pour le moment, il s'agit du traitement le plus efficace contre l'adénome au troisième degré. Sa principale caractéristique est que l'incision est réalisée par résection électrique, ce qui minimise les risques de saignement.

Je voudrais attirer l'attention sur le fait qu'il est inutile de commencer une maladie. Vous devez contacter immédiatement le médecin dès l'apparition des premiers symptômes. Mais si vous avez déjà reçu un diagnostic d'adénome de la prostate au troisième degré, ne paniquez pas. Ce n'est pas fatal, il suffit de commencer un traitement actif et tout ira bien. Vous bénisse!

La prostate joue le bon rôle dans le sexe pour chaque homme. Maladie des glandes: prostatite, adénome de la prostate, réduit considérablement la production de sperme et aggrave la qualité de la vie sexuelle. Les symptômes de la maladie s'expriment de différentes manières, et tous les patients ne sollicitent pas l'aide d'un médecin. Quelle est la différence entre la séquence des trois stades de l'adénome de la prostate?

Adénome de la prostate 1 degré: traitement

L'adénome de la prostate 1 degré peut survenir sans symptômes, ne provoque pas de gêne et a une structure dense sans prolifération spéciale des tissus. Le premier signe du développement de la maladie est une miction fréquente, l’augmentation du tissu appuyant fortement sur le canal urinaire.

Vider la vessie est nécessaire pour fatiguer les muscles de la cavité abdominale. La circulation sanguine est perturbée dans la prostate, la miction passe rapidement. Symptômes typiques:

  • l'émergence de pulsions impératives;
  • mictions fréquentes;
  • faible jet de pression accompagnant une forte tension des muscles abdominaux.
  • Il est intéressant de lire: de vrais commentaires sur Adenofrin.

Le stade initial de l'adénome de la prostate nécessite un traitement conservateur.

  1. L'usage de drogues;
  2. Maintenir un bon régime alimentaire;
  3. Le cours de gymnastique spéciale.

Pour le traitement, les médicaments prescrits alpha-bloquants, qui réduisent le tonus des fibres musculaires et restaurent la fonction des voies urinaires. Bien aider les remèdes populaires: décoctions de millefeuille, calendula, ainsi que la propolis.

La gymnastique médicale aide à améliorer la circulation sanguine dans les organes pelviens et renforce les muscles abdominaux. Un traitement complet améliore l'état et inhibe le processus de la maladie elle-même.

Dans la deuxième phase de l'adénome, les symptômes caractéristiques de la maladie augmentent et la condition s'aggrave de manière marquée. La croissance de l'adénome se poursuit de manière intensive, des saillies se forment sur les parois de la vessie. L'envie d'uriner devient plus fréquente, la vessie ne peut plus assumer sa fonction. L'urine est excrétée en petites quantités, en raison du fait que les muscles ne peuvent pas se contracter intensément pour une miction complète. Le complexe symptomatique caractéristique se développe.

Un traitement ou une chirurgie au stade 2 de l'adénome est nécessaire avec une expansion intensive de la tumeur. Le traitement est complexe et si les médicaments ne donnent pas le résultat souhaité, une intervention chirurgicale sera nécessaire. Le traitement est prescrit comme une action auxiliaire, il arrête la croissance de la tumeur de l'adénome, mais n'élimine pas la croissance de l'hyperplasie. Les visites fréquentes aux toilettes la nuit et la douleur, épuisant et conduisant à la névrose, interférant avec la vie normale d'un homme.

Il est peu probable que les noix aident à lutter contre l’adénome, mais pour ce qui est de la puissance

comment les noix aident les hommes à augmenter leur puissance.

Beaucoup de patients ont peur et essaient d'éviter une intervention chirurgicale, essayant d'être traités avec des médicaments et des remèdes populaires. La meilleure issue dans le cas d'un adénome de la deuxième étape est une opération, puisqu'elle aide enfin à éliminer la pathologie désagréable. L'opération est réalisée de manière endoscopique, par résection trans-rectale. Voyez comment une biopsie de l'adénome de la prostate est effectuée.

L'adénome de la prostate du troisième degré est une maladie très grave caractérisée par la forme avancée de la maladie. La pression dans le système pan-pelvien augmente, les voies urinaires augmentent, la tumeur se dilate.

Le pronostic de l'adénome de grade 3 est moins réconfortant et nécessite une intervention chirurgicale immédiate, sinon cela peut conduire à une maladie plus grave - le cancer. Le succès du traitement dépend de l'âge du patient, de l'agressivité des cellules et de la gravité de la maladie. Symptômes typiques de la maladie:

  • douloureuse, fréquente, difficulté à uriner;
  • miction arbitraire en petites gouttes;
  • puissance réduite;
  • douleur aiguë à l'aine;
  • nausée, constipation;
  • goût de l'urine dans la bouche;
  • augmentation de la température;
  • soif, muqueuses sèches, perte d'appétit.

Pour le troisième degré d'HBP ne se caractérise pas par des symptômes de douleur, une activité sexuelle diminuée. La vessie change de forme, perd de sensibilité, la présence de sang apparaît dans les urines. La maladie progresse rapidement, douleur à l'aine, gonflement. La tumeur se développe rapidement, aggravant l'état du patient.

L'adénome de grade 3 n'est traité que par chirurgie.

Adénomectomie transvésicale - effectuée lorsque la tumeur a atteint une taille importante. La tumeur est enlevée par une petite incision dans l'urée.
Résection transurétrale - l'incision est réalisée par résection électrique, minimise les complications possibles et constitue une méthode plus sûre.

Je tiens à noter que le diagnostic précoce de la maladie permet d’éviter des conséquences graves. Il est nécessaire de rechercher une aide médicale dès les premiers symptômes et de ne pas déclencher la maladie. Si un diagnostic d'adénome de grade 3 a déjà été posé, vous ne devriez pas paniquer non plus. Ce n'est pas fatal et si vous commencez le traitement à temps, des complications graves peuvent être évitées. Pour exclure l'identification de l'adénome de la prostate, il est nécessaire de consulter l'urologue tous les six mois. Subir un examen clinique à temps pour identifier le développement de la maladie. De la prostatite, la maladie entre dans la deuxième phase de l'adénome avec des complications graves et difficiles à traiter. Il est préférable de prendre soin de sa santé plus tôt que de la soigner longtemps si une maladie grave se déclare.

Urologue Dubovitsky V.I.

Selon les statistiques, l'hyperplasie ou une maladie, mieux connue sous le nom d'adénome, est la pathologie la plus courante chez les hommes, dont l'âge s'est écoulé depuis cinq décennies.

Cette maladie exclusivement liée au sexe, qui n’est inhérente qu’à l’homme, se caractérise par le fait que les tissus de la prostate sont bénins (si on peut appeler cette pathologie un tel mot) s’agrandissent.

En conséquence, ils grossissent et bloquent progressivement l'urètre ou l'urètre, ce qui le rend difficile et empêche l'urine de quitter le corps du patient. Trois degrés ou stades de développement et d'évolution de la maladie sont distingués et décrits.

En ce qui concerne les raisons de l'émergence et du développement de la pathologie masculine, il est surprenant de constater qu'il n'existe toujours pas de données fiables. Parmi les urologues, il existe différents jugements sur les causes de la maladie, mais il existe également une opinion générale.

Prostate saine et adénome

La première et la plus importante chose sur laquelle tous les médecins s’accordent est que les modifications de l’équilibre hormonal chez l’homme liées à l’âge provoquent un adénome. Cependant, les statistiques confirment cette maladie, qui touche de plus en plus les hommes et bien avant l'âge «critique».

Les autres raisons de l'apparition de l'hyperplasie ne sont pas sans raison:

  • conditions environnementales défavorables;
  • violation des processus métaboliques du corps;
  • excès de nutrition, un mode de vie physiquement inactif;
  • maladies chroniques sous forme de cirrhose du foie, d’athérosclérose et d’autres maladies.

Un trait caractéristique de la maladie est que l'adénome de grade 1 progresse lentement sans symptômes ni manifestations évidents.

Degrés et stades de développement

Première étape

Adénome de la prostate 1 degré - de quoi s'agit-il et comment se manifeste-t-il? Au début, les processus négatifs dans la prostate ne se manifestent pas et, en règle générale, l’homme n’éprouve aucune gêne lorsqu’il se rend aux toilettes.

L'urine est entièrement excrétée, ne présente pas de tractus urinaire et ne subit aucune modification.

Le fait que le développement de la maladie a commencé ne peut être remarqué que lorsque les envies d'aller aux toilettes sont plus fréquentes, surtout la nuit, et que le processus de miction n'a plus la même intensité qu'auparavant.

Au fil du temps, la fréquence des envies diurnes et nocturnes augmente non seulement. Après le sommeil, la visite aux toilettes s'accompagne d'un retard notable à la miction. De plus en plus, un homme commence à remarquer l'effet paradoxal de la dépendance inversement proportionnelle: plus il se rend souvent aux toilettes, moins le volume de liquide absorbé est faible au cours d'un seul acte d'urination.

Au stade initial de l'adénome, le patient ressent une miction incontinente en raison du fait que les muscles de la vessie commencent à se contracter arbitrairement. L'homme cherche donc immédiatement à aller aux toilettes.

La première phase de la maladie peut durer assez longtemps. Pour de nombreux hommes, il ne présente pas de symptômes prononcés. De plus, ils essaient de s’adapter, à la fois à l’état et au mode de miction, renvoyant ainsi le traitement à l’urologue.

Avec une maladie telle que l'adénome de la prostate 1, un traitement et l'accès en temps voulu à un médecin garantissent la prévention du développement de la maladie jusqu'au deuxième et troisième degré de menace.

Deuxième étape

Adénome de la prostate 2 degrés - qu'est-ce que c'est et qu'est-ce qui est typique de ses symptômes? La ligne de démarcation entre l'achèvement du premier et le début du deuxième stade de l'hyperplasie est presque imperceptible.

La seule chose qui distingue les 1 et 2 degrés l'un de l'autre est que les symptômes de besoin fréquent et de vidange incomplète de la vessie de l'urine sont complétés par l'apparition d'un inconfort et de sensations douloureuses lors de la miction.

Cela en dit long sur la présence et le développement de processus inflammatoires qui affectent les tissus de la prostate. Ce stade de la maladie peut également être accompagné d'un chevauchement complet de l'uretère, ainsi que d'une dystrophie des tissus musculaires de la vessie, ce qui conduit à une rétention complète de l'urine, car il n'est pas capable de sortir de sa capacité.

Le liquide stagne à la fois dans l'urètre et dans les reins. Par conséquent, il n'est pas excrété d'une part et de l'autre, il n'entre pas dans la capacité de la vessie. Tout cela conduit au fait que pendant l'envie d'uriner apparaissent une douleur intense dans le corps pubien du patient et dans la région lombaire.

Dans le cas d'une maladie telle qu'un adénome de grade 2, des facteurs tels que le stress ou la condition de surfusion, ainsi que la consommation d'alcool et la malbouffe, aggravent considérablement l'état du patient.

Au cours du deuxième stade de la maladie, un cathéter est inséré pour soulager le liquide vésical afin d’améliorer l’état du patient et d’éviter les complications concomitantes graves, avec rétention urinaire totale.

Si un adénome de la prostate 2 est diagnostiqué, une intervention chirurgicale est-elle nécessaire? Au deuxième degré, les adénomes ne sont pas exclus et les méthodes chirurgicales de traitement des pathologies masculines dangereuses.

Si nous ignorons le traitement nécessaire pour l'adénome de la prostate de grade 2, son développement passe au troisième stade, le plus grave de l'adénome.

Troisième étape

Si le premier degré d'adénome dû à des conditions et circonstances favorables ne peut devenir la deuxième étape, alors le deuxième deviendra inévitablement la troisième.

La troisième phase de l'adénome se manifeste par des symptômes difficiles pour le patient, une douleur incessante et une augmentation marquée de la glande elle-même et de la vessie en raison de la cessation complète de sa capacité de contracter.

La situation du patient est aggravée par des symptômes tels qu'un état d'apathie, de déshydratation, une faiblesse générale, qui s'accompagne souvent de nausées, de haut-le-cœur et de constipation. Par conséquent, le troisième degré de l'adénome de la prostate a un pronostic très défavorable avec des complications possibles sous la forme d'adénome et de prostatite, d'urétrite et d'épididymoorchite.

En ce qui concerne le traitement de la prostate du troisième degré, la thérapie à l'aide de médicaments dans ce cas est absolument inutile. Sans traitement chirurgical ne suffit pas. Si une opération n'est pas effectuée à temps, l'uretère peut se chevaucher complètement et les reins sont défaillants.

La troisième phase de l'adénome nécessite une intervention chirurgicale urgente. L'absence de traitement chirurgical entraîne inévitablement la mort du patient.

Comment prévenir la pathologie?

La médecine traditionnelle utilise des méthodes précises de diagnostic et de détection de l'hyperplasie aux tout premiers stades de son développement, ainsi que des méthodes médicamenteuses et opérationnelles de traitement, ce qui réduit considérablement le pronostic défavorable de la maladie. Cependant, les moyens de prévention de l'adénome, que toute personne responsable devrait connaître, ne sont pas moins importants.

Absolument, tout homme est un groupe d'adénomes de vulnérabilité. Donc:

  • il est nécessaire de visiter systématiquement l'urologue pour un examen et une consultation;
  • conformément aux recommandations d'un diététicien pour faire des ajustements nutritionnels;
  • commencer après les consultations avec les médecins à l'effort physique;
  • éliminer complètement ou limiter la consommation d'alcool;
  • en cas de surpoids, suivre strictement les régimes thérapeutiques et prophylactiques.

Médicamenteux

Le traitement médicamenteux a pour objectif principal de réduire la taille de la tumeur, de réduire l'intensité et la fréquence des symptômes et d'éliminer l'inconfort.

Dans le cas où la formation bénigne d'adénome dans le tissu s'est déjà manifestée, l'opération est inévitable.

Les médicaments ne peuvent que réduire l'intensité de la croissance tumorale, mais ils ne sont pas en mesure de l'éliminer complètement. En outre, certains types d'adénome de la prostate peuvent être accompagnés de diverses infections. Par conséquent, dans le cadre du traitement aigu des infections, vous devrez vous soumettre à un traitement antibiotique.

Avec cette maladie, en tant qu’adénome de la prostate 1 degré, le traitement médicamenteux est, en règle générale, une mesure temporaire qui arrête le développement de la pathologie. Cependant, si nous commençons le traitement médical de l'adénome à temps et ajustons à la fois le régime alimentaire et le mode de vie, la probabilité que le premier stade de l'adénome ne se développe pas en deuxième phase est élevée.

Le traitement conservateur n’est efficace que dans les premiers stades de la maladie.

Chirurgical

En ce qui concerne la thérapie opératoire de l'adénome, la médecine moderne est armée à la fois de méthodes de traitement abdominales traditionnelles et innovantes sous la forme de méthodes d'intervention chirurgicale mini-invasives, telles que la vaporisation et l'ablation.

L'énucléation est l'une des méthodes de travail les plus modernes et indolores. C'est à ce moment que la prostate est retirée au laser sans affecter sa capsule.

Les hommes qui espèrent que la tumeur de l'adénome se résoudra avec le temps, comme une bosse sur le corps à la suite d'une blessure, doivent être déçus - la médecine n'a aucun fait réel lorsque la taille de l'adénome a diminué.

Toute suspicion d'adénome doit être accompagnée d'un appel immédiat à l'urologue.

Vidéos connexes

L'urologue-andrologue, adénome de la prostate et la prostatite, et quelle est la relation entre eux:

Adénome de la prostate pronostic à 3 degrés

Cette maladie a maintenant reçu un autre nom: l'hyperplasie bénigne (HBP). Cette pathologie est l’une des plus communes parmi toutes les formes de troubles de la fonction prostatique chez les hommes âgés. Quelle est cette maladie? Quand il apparaît pour la première fois, un petit nodule commence à se développer.

Étendue de la maladie

Les médecins distinguent 3 stades de développement de cette maladie de la prostate. Ils font valoir que la taille de la tumeur n'est en aucun cas le principal signe de la détermination clinique du stade de la maladie.

Il y a 3 degrés d'HBP:

1 degré. Cela s'appelle compensé. Elle se manifeste par un besoin fréquent d'émettre de l'urine, surtout la nuit, mais une léthargie d'émission et l'absence d'urine résiduelle sont perceptibles. A la palpation, on observe une augmentation de la glande, une netteté des frontières et du sulcus médian. pas d'urine résiduelle.

Ce degré d'adénome est un signe de la nécessité de consulter un médecin et de vérifier le fonctionnement des organes urinaires après avoir passé un contrôle des organes. Ceci afin d'éviter d'autres problèmes.

On pense que le développement du grade 2 provoque une infection de la membrane muqueuse des voies urinaires.

Enquête

Avec la manifestation des signes ci-dessus, vous devez être examiné de manière urgente par des spécialistes. Lors de l'examen du patient, le médecin effectue une enquête, examine le patient.

La palpation et le tapotement du bas-ventre donnent au médecin une idée de l'état de la glande. Après l'examen initial, une référence est émise pour les tests de laboratoire nécessaires, notamment:

  • culture d'urine (déterminée par la présence d'infections urinaires et génitales);

  • analyse de l'urine (montre la teneur en azote, s'il y a des protéines dans l'urine et des électrolytes);

  • dosage biologique du sang (détermine le taux de PSA en cas de suspicion de cancer);

  • Analyse cytologique de l'urine, en cas de suspicion de malformation de la tumeur.

    En plus des tests de laboratoire, des examens par ultrasons et par rayons X sont effectués. En outre, une évaluation du taux d'émission d'urine est nécessaire.

    Clinique de la maladie

    L'adénome du 3ème degré a généralement dans sa liste des conséquences négatives du dysfonctionnement de l'émission de l'urine. À ce stade, il n’ya pas de sensations douloureuses, pas de problèmes d’érection, pas de diminution de l’activité sexuelle.

    Traitement de l'adénome du troisième degré

    L'adénome au troisième stade n'est plus traité. Un seul moyen est possible - une opération. Il existe plusieurs méthodes chirurgicales de ce type:

  • Adénomectomie transvésicale. C'est le nom de la méthode de traitement pour le cas où l'adénome est déjà très grand. Qu'est-ce qu'une telle opération? Prostatite chez les hommes chirurgie.

    Une dissection est faite dans la région de la vessie, à travers laquelle le médecin retire la tumeur. C'est la manière la plus traumatisante pour le patient. La rééducation après une telle opération dure longtemps, elle est très lente. Cette opération est effectuée uniquement dans les cas en cours.

  • Résection transurétrale. Aujourd'hui, c'est le moyen le plus sûr de traiter le troisième stade de la maladie. C'est un type de chirurgie peu invasif. Il est remarquable que l'incision soit faite à l'aide d'instruments modernes. Cela minimise le risque de saignement et de complications après le retrait de la tumeur.

    Il convient de noter qu’il n’est pas nécessaire de faire appel à un médecin et de se faire examiner par un médecin. Plus le processus est trivial, plus le traitement est difficile. Le meilleur moyen d'éviter de telles conséquences graves est de consulter immédiatement un médecin dès les premiers signes de la maladie.

    L'adénome de la prostate de grade 3 est une affection assez grave dans laquelle il existe de nombreuses complications négligées. Il est utile de savoir que l'adénome de la prostate, comme c'est le cas avec toute hyperplasie de la prostate, a différents stades de développement. Et plus ce stade de complication est élevé, plus le patient aura une inflammation plus forte de la glande reproductive. Par exemple, la prostatite de grade 1 se distingue par les symptômes les plus mineurs, mais cela ne signifie pas qu'il n'a pas besoin de traitement. Si cela n’est pas fait, une prostatite de grade 3 ou un adénome de la prostate de grade 1 apparaîtra.

    Complications de la maladie

    Les complications et les conséquences désagréables de cette maladie chez les hommes incluent:

    1. Rétention aiguë et prolongée de l'urée. Une complication aussi dangereuse que la rétention d'urine dans le corps est difficile à guérir avec l'aide de médicaments modernes et, en même temps, il est strictement interdit de différer le traitement. Cette complication est souvent observée dans l'adénome de prostate de grade 3. Elle est causée par un blocage des voies urinaires, ce qui entraîne une forte augmentation de la vessie. Puisque le liquide ne peut pas être retiré du corps, après un certain temps, le patient prend des produits de décomposition toxiques et il y a une douleur intense qui ne passe pas. La rétention d'urine dans l'organisme provoque souvent une infection de la vessie et une insuffisance rénale. L'intervention chirurgicale permet d'amener un cathéter spécial dans les voies urinaires, ce qui aidera le patient à vider sa vessie.
    2. Pierres en écoulements urinaires. L’apparition de calculs et d’autres néoplasmes dans la cavité des organes urinaires est l’un des premiers résultats du retard du liquide traité dans le corps. Comme les pierres peuvent se déplacer le long des voies urinaires, elles provoquent souvent des douleurs sévères et désagréables lors de la marche et de l'exercice.
    3. Hématurie L'apparition d'une teinte rouge dans l'urine est le premier signe d'une complication dangereuse, au cours de laquelle l'adénome de la prostate 1 degré passe au troisième stade. L'apparition de sang intercalé dans l'urine se produit progressivement, chaque jour devenant de plus en plus importante.
    4. Orchit. Cette inflammation du testicule, qui est une complication de nombreuses maladies, dont l'une est considérée comme un adénome de la prostate à n'importe quel stade. Avec l'orchite, le patient ressent une douleur intense dans le scrotum, qui est transmise à l'aine et au périnée.

    Une fois le patient examiné, le médecin détermine l’étendue de la pathologie, à partir de laquelle un traitement supplémentaire est ajouté.

    Description de la pathologie 3 degrés

    L'adénome de la prostate (un autre nom pour la maladie est l'hyperplasie bénigne de la prostate ou HBP) ​​est la forme la plus grave de maladie urologique chez l'homme. Et si, au premier stade, les symptômes de la maladie ne sont pas si dangereux et faciles à traiter, alors le stade 3 est considéré comme le plus grave pour le patient, car il se caractérise par des complications désagréables pour le corps.

    Le patient est diagnostiqué avec une insuffisance rénale et des modifications de la structure des parois de la vessie. Dans le même temps, sa taille a considérablement augmenté - il peut désormais contenir plus de 2 litres de liquide. Un homme présentant un degré de prostatite donné peut présenter des signes externes de cette maladie.

    En raison de la grande taille de la vessie, il est possible de sonder à travers l’estomac, ainsi que de voir la partie supérieure saillante. Lorsque le patient a d'abord envie de se vider, il est accompagné d'une douleur constante, forte et coupante.

    Dans ce cas, le patient remarque une sortie involontaire, ce qui suggère une idée de l'incontinence. En fait, il s'agit d'un symptôme du développement d'un adénome de la prostate, très dangereux pour la santé.

    Avec le développement du stade 3 de l'adénome de la prostate, le patient se plaint de:

    • faiblesse générale du corps;
    • constipation persistante;
    • déshydratation grave même en buvant de grandes quantités de liquide;
    • l'apathie;
    • nausée se transformer en vomissement.

    On observe également à ce stade un allongement des écoulements urinaires, résultant d'une uropathie, qui est influencée par une pression élevée dans le système pelvien. En cas de maladie de grade 3, le patient nécessite une hospitalisation et une intervention chirurgicales urgentes, sinon tout peut entraîner la mort du patient.

    Traitement de l'adénome de la troisième étape

    L'adénome de la prostate n'est traité que de manière chirurgicale, pour lequel vous pouvez utiliser les méthodes suivantes:

    1. Résection transurétrale. Actuellement, c'est la méthode la plus efficace de traitement de la maladie de stade 3. Cela réside dans le fait que le médecin procède à une incision dans la région de la vessie par la méthode de l'électrorésection, ce qui minimise la possibilité de saignement.
    2. Adénomectomie transvésicale. Cette intervention chirurgicale est appliquée lorsque la tumeur atteint une taille importante. Dans la région de la vessie, une petite incision est pratiquée, à travers laquelle la tumeur est extraite. Il s’agit d’une méthode d’intervention plutôt traumatisante, à la suite de laquelle se produit une période de réadaptation longue et assez difficile.

    Selon les statistiques, l'hyperplasie ou une maladie, mieux connue sous le nom d'adénome, est la pathologie la plus courante chez les hommes, dont l'âge s'est écoulé depuis cinq décennies.

    Cette maladie exclusivement liée au sexe, qui n’est inhérente qu’à l’homme, se caractérise par le fait que les tissus de la prostate sont bénins (si on peut appeler cette pathologie un tel mot) s’agrandissent.

    En conséquence, ils grossissent et bloquent progressivement l'urètre ou l'urètre, ce qui le rend difficile et empêche l'urine de quitter le corps du patient. Trois degrés ou stades de développement et d'évolution de la maladie sont distingués et décrits.

    Causes de la maladie

    En ce qui concerne les raisons de l'émergence et du développement de la pathologie masculine, il est surprenant de constater qu'il n'existe toujours pas de données fiables. Parmi les urologues, il existe différents jugements sur les causes de la maladie, mais il existe également une opinion générale.

    Prostate saine et adénome

    La première et la plus importante chose sur laquelle tous les médecins s’accordent est que les modifications de l’équilibre hormonal chez l’homme liées à l’âge provoquent un adénome. Cependant, les statistiques confirment cette maladie, qui touche de plus en plus les hommes et bien avant l'âge «critique».

    Les autres raisons de l'apparition de l'hyperplasie ne sont pas sans raison:

    • conditions environnementales défavorables;
    • violation des processus métaboliques du corps;
    • excès de nutrition, un mode de vie physiquement inactif;
    • maladies chroniques sous forme de cirrhose du foie, d’athérosclérose et d’autres maladies.

    Degrés et stades de développement

    Première étape

    Adénome de la prostate 1 degré - de quoi s'agit-il et comment se manifeste-t-il? Au début, les processus négatifs dans la prostate ne se manifestent pas et, en règle générale, l’homme n’éprouve aucune gêne lorsqu’il se rend aux toilettes.

    L'urine est entièrement excrétée, ne présente pas de tractus urinaire et ne subit aucune modification.

    Le fait que le développement de la maladie a commencé ne peut être remarqué que lorsque les envies d'aller aux toilettes sont plus fréquentes, surtout la nuit, et que le processus de miction n'a plus la même intensité qu'auparavant.

    Au fil du temps, la fréquence des envies diurnes et nocturnes augmente non seulement. Après le sommeil, la visite aux toilettes s'accompagne d'un retard notable à la miction. De plus en plus, un homme commence à remarquer l'effet paradoxal de la dépendance inversement proportionnelle: plus il se rend souvent aux toilettes, moins le volume de liquide absorbé est faible au cours d'un seul acte d'urination.

    La première phase de la maladie peut durer assez longtemps. Pour de nombreux hommes, il ne présente pas de symptômes prononcés. De plus, ils essaient de s’adapter, à la fois à l’état et au mode de miction, renvoyant ainsi le traitement à l’urologue.

    Deuxième étape

    Adénome de la prostate 2 degrés - qu'est-ce que c'est et qu'est-ce qui est typique de ses symptômes? La ligne de démarcation entre l'achèvement du premier et le début du deuxième stade de l'hyperplasie est presque imperceptible.

    La seule chose qui distingue les 1 et 2 degrés l'un de l'autre est que les symptômes de besoin fréquent et de vidange incomplète de la vessie de l'urine sont complétés par l'apparition d'un inconfort et de sensations douloureuses lors de la miction.

    Cela en dit long sur la présence et le développement de processus inflammatoires qui affectent les tissus de la prostate. Ce stade de la maladie peut également être accompagné d'un chevauchement complet de l'uretère, ainsi que d'une dystrophie des tissus musculaires de la vessie, ce qui conduit à une rétention complète de l'urine, car il n'est pas capable de sortir de sa capacité.

    Le liquide stagne à la fois dans l'urètre et dans les reins. Par conséquent, il n'est pas excrété d'une part et de l'autre, il n'entre pas dans la capacité de la vessie. Tout cela conduit au fait que pendant l'envie d'uriner apparaissent une douleur intense dans le corps pubien du patient et dans la région lombaire.

    Dans le cas d'une maladie telle qu'un adénome de grade 2, des facteurs tels que le stress ou la condition de surfusion, ainsi que la consommation d'alcool et la malbouffe, aggravent considérablement l'état du patient.

    Au cours du deuxième stade de la maladie, un cathéter est inséré pour soulager le liquide vésical afin d’améliorer l’état du patient et d’éviter les complications concomitantes graves, avec rétention urinaire totale.

    Si un adénome de la prostate 2 est diagnostiqué, une intervention chirurgicale est-elle nécessaire? Au deuxième degré, les adénomes ne sont pas exclus et les méthodes chirurgicales de traitement des pathologies masculines dangereuses.

    Troisième étape

    Si le premier degré d'adénome dû à des conditions et circonstances favorables ne peut devenir la deuxième étape, alors le deuxième deviendra inévitablement la troisième.

    La troisième phase de l'adénome se manifeste par des symptômes difficiles pour le patient, une douleur incessante et une augmentation marquée de la glande elle-même et de la vessie en raison de la cessation complète de sa capacité de contracter.

    La situation du patient est aggravée par des symptômes tels qu'un état d'apathie, de déshydratation, une faiblesse générale, qui s'accompagne souvent de nausées, de haut-le-cœur et de constipation. Par conséquent, le troisième degré de l'adénome de la prostate a un pronostic très défavorable avec des complications possibles sous la forme d'adénome et de prostatite, d'urétrite et d'épididymoorchite.

    En ce qui concerne le traitement de la prostate du troisième degré, la thérapie à l'aide de médicaments dans ce cas est absolument inutile. Sans traitement chirurgical ne suffit pas. Si une opération n'est pas effectuée à temps, l'uretère peut se chevaucher complètement et les reins sont défaillants.

    Comment prévenir la pathologie?

    La médecine traditionnelle utilise des méthodes précises de diagnostic et de détection de l'hyperplasie aux tout premiers stades de son développement, ainsi que des méthodes médicamenteuses et opérationnelles de traitement, ce qui réduit considérablement le pronostic défavorable de la maladie. Cependant, les moyens de prévention de l'adénome, que toute personne responsable devrait connaître, ne sont pas moins importants.

    Absolument, tout homme est un groupe d'adénomes de vulnérabilité. Donc:

    • il est nécessaire de visiter systématiquement l'urologue pour un examen et une consultation;
    • conformément aux recommandations d'un diététicien pour faire des ajustements nutritionnels;
    • commencer après les consultations avec les médecins à l'effort physique;
    • éliminer complètement ou limiter la consommation d'alcool;
    • en cas de surpoids, suivre strictement les régimes thérapeutiques et prophylactiques.

    Adénome de la prostate pronostic à 3 degrés

    L'adénome de la prostate est une tumeur bénigne des tissus des organes glandulaires. En pratique urologique, il est d'usage de parler d'adénome non pas comme un néoplasme, mais comme une prolifération nodulaire (hyperplasie) de cellules glandulaires résultant de l'exposition à un certain nombre de facteurs externes et internes. Par conséquent, il est plus correct d'appeler l'hyperplasie bénigne de la prostate (HBP) adénome de la prostate.

    L'hyperplasie occupe une place de choix dans la structure des pathologies androgènes. La maladie touche essentiellement les hommes âgés: si elle atteint environ 3 à 5% des cas dans la jeunesse, elle atteint 50% après 40 ans et dépasse 75% après 70 ans. Que devez-vous savoir sur la pathologie décrite?

    La définition

    L'adénome de la prostate (également une hyperplasie bénigne de la prostate) est un processus néoplasique qui entraîne la division active des cellules glandulaires de l'organe décrit avec la formation d'un nœud circulaire bien défini. La maladie est bénigne. Les néoplasmes nodulaires ne sont pas sujets à la malignité (acquisition des propriétés d’une tumeur maligne).

    Causes de l'adénome de la prostate

    Jusqu'à la fin des causes de la maladie n'est pas claire. Cependant, malgré cela, nous pouvons parler des facteurs prédisposant à la formation de la pathologie:

    • Âge Il existe une relation directe entre les années et la probabilité de devenir victime d'hyperplasie prostatique. Plus le patient est âgé, plus le risque de tomber malade est élevé. Au fil du temps, la prostate cesse de fonctionner comme avant, en modifiant les niveaux d'hormones, les mauvaises habitudes, tout cela s'accumule pendant une longue période et aboutit à une prolifération pathologique des tissus glandulaires de l'organe.
    • Déséquilibre hormonal. L'excès de testostérone entraîne une augmentation de la libido et une augmentation de la fonction sexuelle. Les rapports sexuels fréquents, les émissions nocturnes (en dehors des rapports sexuels) et d'autres facteurs liés à la reproduction entraînent une synthèse accrue de la sécrétion de liquide séminal et de la prostate. À un moment donné, le fer perd la capacité de satisfaire le besoin de secret de l’organisme. La prostate est responsable de la croissance de ses propres tissus pour une synthèse plus intensive de la substance nécessaire.
    • Rapports sexuels fréquents (la cause immédiate est décrite ci-dessus).
    • Irrégularité de la vie sexuelle. Paradoxalement, cela affecte également le travail de la prostate en provoquant son hyperplasie.
    • Effet des agents viraux et infectieux sur la prostate. Surtout lorsqu'il s'agit du virus du papillome humain (VPH). Le VPH provoque une activité proliférative excessive, contribuant à la division cellulaire.
    • La présence d'une inflammation dans la prostate (prostatite). Il agit comme un déclencheur (facteur provoquant).

    Il existe d'autres facteurs dont le rôle n'est toutefois pas certain: il y a trop peu d'études et de sources.

    • Le tabagisme Selon une théorie, la nicotine et le tabac provoquent une sténose des gros vaisseaux qui nourrissent les tissus des organes. En conséquence, l'ischémie se produit, une pénurie aiguë de sang conduit à la croissance de la prostate.
    • Infections sexuellement transmissibles transférées.
    • Hérédité chargée. Le rôle du facteur génétique est également inconnu. Cependant, certaines études indiquent une relation directe entre l'hérédité accablée et le risque de développer un adénome de la prostate. S'il y avait un homme souffrant d'hyperplasie, la progéniture souffrirait avec une chance de 25%. Heureusement, ce n'est pas la maladie qui est héritée, mais seulement les caractéristiques du système reproducteur, y compris la prédisposition aux processus néoplasiques.
    • Le diabète. Il provoque une athérosclérose des vaisseaux alimentant les organes du petit bassin (plus en détail sur le diabète sucré de type 2).
    • Appartenant à la race négroïde. Pour des raisons qui ne sont pas entièrement comprises, les nègres souffrent d'un adénome de la prostate presque deux fois plus souvent que les patients blancs.
    • Mauvaise alimentation et obésité. Affecte le métabolisme des lipides. Les troubles métaboliques entraînent à leur tour une diminution de la synthèse des hormones sexuelles mâles. Le système reproducteur vient à la discorde.

    Pathogenèse

    Le rôle principal dans l'hyperplasie prostatique est joué par les hormones sexuelles mâles - les androgènes. Il a été établi que chez les patients présentant un adénome de la prostate, la concentration de dihydrotestostérone dépasse la norme d'au moins 3 à 5 fois. La dihydrotestostérone et d'autres substances (y compris les hormones spécifiques de la femme) ont un rôle stimulant sur le tissu glandulaire. À un moment donné, le fer ne gère tout simplement pas la fonction qui lui est assignée en raison d'une surcharge. Le seul moyen de satisfaire un besoin induit est d’augmenter le volume du tissu synthétisé. C’est ainsi que se forment les néoplasmes nodulaires, appelés adénomes de la prostate. Des processus similaires se produisent dans la glande pituitaire, la glande thyroïde.

    Lire la suite: Effet des androgènes sur la prostate

    Symptomatologie

    Le tableau clinique de la maladie est extrêmement diversifié. Les manifestations spécifiques dépendent du stade du processus pathologique, de l'état général du patient, de la présence de maladies concomitantes, etc. Selon la gravité du tableau clinique, il existe trois stades d'adénome:

    1. Stade de compensation. Les manifestations se produisent lorsque la vessie est vidée.
    2. Stade de sous-compensation. Miction considérablement altérée. Après avoir visité les toilettes dans la bulle reste une quantité importante d'urine.
    3. Stade de décompensation. Dysfonctionnement total de la vessie.

    Actuellement, la plupart des urologues reconnaissent que cette classification est obsolète, mais elle reste pertinente et est utilisée dans la pratique du diagnostic.

    Les symptômes incluent:

    • Sensation de vidange insuffisante de la vessie, même après avoir utilisé les toilettes. Cela est dû, premièrement, à la pression de croissance nodale sur les parois de la vessie et, deuxièmement, à un débit urinaire incomplet.
    • Basse pression d'urine. Comme avec la prostatite, la miction est perturbée. Le jet est faible ou peut s’affaiblir au cours du processus même.
    • L'excrétion de l'urine en petites portions (goutte à goutte) déjà à la fin du processus de miction.
    • Besoin de faire un effort pour uriner. En cas d'entrer dans les muscles abdominaux.
    • Besoin fréquent de vider la vessie (appelée pollakiurie). Manifeste jour et nuit.
    • Besoin impératif de vider la bulle. Caractérisé par l'urgence, l'incapacité de retenir.
    • Oligurie Diurèse quotidienne réduite. Il est observé dans les stades avancés. Expliqué par la vidange incomplète de l'organe.

    Diagnostics

    Les mesures de diagnostic ne doivent être effectuées que par le spécialiste traitant (urologue ou urologue-andrologue). Le processus d’examen commence par la collecte de l’anamnèse et l’interrogation orale du patient en vue d’une plainte. L'examen digital rectal de la prostate est très informatif. Cette manipulation, inconfortable pour le patient, permet d’évaluer la structure et la taille de la prostate. Sans cela, je ne peux tout simplement pas faire. Cependant, il ne suffit pas d'établir le fait de la prolifération nodulaire de la prostate elle-même. Pour vérifier le diagnostic et le diagnostic différentiel, une série d'examens instrumentaux est présentée:

    • Échographie de la prostate. Il est nécessaire d’évaluer la présence de tumeurs, leur taille, leur forme, leur structure. Il permet également de déterminer les calcifications dans la structure des nœuds.
    • TRUS (un type d'échographie) (plus ici). Il est considéré comme plus informatif, car il donne des informations détaillées sur l’état de la prostate.
    • CT / IRM. L’étude la plus informative (surtout avec le contraste), permettant de distinguer le processus malin du processus bénin. En raison du coût élevé et la faible disponibilité est rarement nommé.
    • Cystographie Contraste examen mini-invasif de la vessie. Vous permet de déterminer la déformation dans les voies urinaires.
    • Cystomanométrie. La méthode nécessaire pour mesurer la pression à l'intérieur de la vessie. Détecte les problèmes urinaires.
    • Détection d'urine résiduelle. Conduit par ultrasons immédiatement après avoir vidé la bulle.
    • Uroflométrie. Nécessaire pour évaluer les caractéristiques du flux d'urine.

    Pour diagnostiquer le patient, un questionnaire simple est proposé. Chaque question suppose une réponse monosyllabique «Oui» ou «Non». De plus, le degré de valeurs positives ou négatives est classé sur une échelle de 0 à 5. Les questions sont standard:

    Une valeur supérieure à 7 points est en faveur du processus actuel. Le questionnaire est nécessaire pour évaluer le sentiment subjectif du patient et ne devrait être évalué qu’avec les données d’une recherche objective.

    Traitement

    Thérapie symptomatique. Dans la plupart des cas, l'observation est illustrée par la dynamique de l'administration simultanée de médicaments. L'intervention chirurgicale est indiquée uniquement lorsque le processus actuel est difficile.

    Continuez à lire: Tactiques de traitement de l'adénome de la prostate, en fonction du stade

    Traitement de la toxicomanie

    La réception des bloqueurs alpha-adrénergiques est montrée. Ils entraînent une diminution du tonus des muscles lisses des muscles du système urinaire et, par conséquent, une diminution de la résistance lors du passage de l'urine. Noms commerciaux:

    La posologie est déterminée par le médecin en fonction du stade de la maladie. La durée du traitement est longue et dure environ six mois. L'effet thérapeutique est atteint par 3-4 mois d'utilisation de médicaments. En l'absence d'action cliniquement significative, un changement de tactique de traitement est montré.

    Également prouvé inhibiteurs de 5 alpha-réductase. Ces médicaments normalisent les hormones, éliminant ainsi la cause immédiate de l'hyperplasie. Stabiliser la taille des néoplasmes de la prostate et réduire la taille de l'adénome. Le principal inconvénient de ces médicaments est leurs effets secondaires (ils sont lourds, comme tous les médicaments hormonaux).

    La chirurgie est nécessaire en l’absence d’effet thérapeutique ou en cas de détérioration importante de la miction qui menace la santé ou la vie du patient. La liste des lectures absolues est considérée comme exhaustive:

    • rétention urinaire;
    • infection récurrente des voies urinaires;
    • hématurie (sang dans les urines) due à un adénome;
    • insuffisance rénale;
    • urolithiase;
    • présence d'un diverticule important.

    Lire la suite: Traitement médicamenteux de l'adénome de la prostate

    Traitement chirurgical

    La tactique du traitement chirurgical est déterminée par le médecin. Les années précédentes, la préférence était donnée à la chirurgie ouverte avec formation d’incision et accès direct à la prostate. À l'heure actuelle, des méthodes d'intervention endoscopiques moins radicales sont pratiquées. Parmi les techniques:

    • Implantation de stent. Essentiel pour le drainage normal de la vessie. C'est considéré comme une mesure temporaire.
    • Dilatation (expansion) des voies urinaires par des moyens mécaniques.

    Il existe tout un groupe de méthodes endoscopiques:

    • Destruction thermique. Il implique la destruction du tissu de la prostate affecté par une température élevée.
    • Thermothérapie par micro-ondes.
    • Exposition au laser (vaporisation ou coagulation).
    • Excision électrique de la prostate. Une méthode moins radicale qui n'implique même pas une résection partielle du tissu.
    • Electrovaporisation du tissu prostatique.
    • Chirurgie endoscopique classique (transurétrale) avec ablation de l'adénome.

    Pour le moment, les opérations ouvertes ne sont pas utilisées.

    Lire la suite: Chirurgie de l'adénome de la prostate: types, avantages et inconvénients

    Traitement des remèdes populaires

    Utilisé uniquement à titre de mesure palliative visant à améliorer l'état du patient. La phytothérapie peut être une aide précieuse dans le traitement. Les recettes les plus efficaces:

    • Abeille se calmer. Permet de réduire les poches et l'inflammation. Pour la cuisson signifie prendre 2 cuillères à soupe de matières premières, versez un demi-litre d'eau. Faire bouillir pendant 2 heures. Prenez une cuillère à soupe deux fois par jour.
    • Huile de lin. Prendre 2 cuillères à soupe pendant la journée.
    • Oignons frais. Manger une ampoule par jour.
    • Thé à partir de graines de cumin.
    • Traitement de l'adénome de la prostate avec du sel (Professeur Okulov). Une méthode de traitement controversée, mais relativement sûre. Versez une cuillère à thé de sel sans lame avec 100 ml d'eau tiède. Saturer le bandage ou la gaze avec une solution saline. Presser le tissu. Mettez-le sur l'entrejambe sous la forme d'un bandage. Partez pour quelques heures. Réduit la douleur.

    Régime alimentaire

    Il est important de manger des aliments riches en zinc:

    Les interdictions strictes n'existent pas. Il est également important de consommer plus d'aliments riches en sélénium. C'est:

    • Sea Kale
    • Sésame.
    • Noix du Brésil.
    • Pistaches.
    • Cultures de haricots.
    • Huile d'olive
    • Crevette

    Continuez votre lecture: Nutrition dans le cancer de la prostate

    Des complications

    • Rétention urinaire aiguë. Une condition qui peut entraîner une rupture de la vessie ou une insuffisance rénale aiguë.
    • Hématurie (apparition de sang dans les urines).
    • La formation de calculs dans la vessie.
    • Processus inflammatoires du système excréteur.

    Mesures préventives

    • Rationalisation de l'activité physique (voir exercices du matin pour la santé masculine).
    • Nourriture saine.
    • Vie sexuelle régulière (sans fioritures).
    • Normalisation du poids corporel.
    • Porter des sous-vêtements amples.

    L'hyperplasie (adénome) de la prostate est une maladie qui nécessite une attention accrue. Dans la plupart des cas, le processus peut être inversé ou arrêté par des méthodes conservatrices. Cependant, dans les cas extrêmes, un traitement chirurgical est nécessaire. Le patient doit être attentif à son propre bien-être. Au premier soupçon, vous ne devriez pas hésiter à consulter l’urologue. Ainsi, un homme sera capable de rester en bonne santé.

    Les pathologies de la prostate réunissent un groupe de maladies caractérisées par l'apparition de modifications des tissus de la prostate chez l'homme, principalement chez les personnes d'âge moyen et les personnes âgées. Le risque de développer des tumeurs bénignes (adénome) et malignes (carcinome) augmente avec l'âge.

    La principale différence entre une tumeur bénigne et une tumeur maligne est la localisation de la lésion exclusivement dans la prostate, alors que les modifications malignes affectent les organes voisins et forment des métastases. À ce jour, il n’ya pas de réponse sans équivoque à la question de savoir si l’adénome de la prostate peut évoluer en cancer.

    Causes des modifications de la prostate

    Les causes du développement de maladies telles que l'adénome de la prostate (hyperplasie bénigne de la prostate) et le carcinome de la prostate (cancer) ne sont toujours pas entièrement comprises. Le travail de la prostate est régi par les systèmes endocrinien et neurogène, qui sont constamment sous l'influence des hormones produites par les testicules, la glande pituitaire et le cortex surrénalien.

    L'intensité de la production de ces hormones est contrôlée par des facteurs autocrines et paracrines et par l'hypothalamus, qui régulent tous les processus de division, de différenciation et de formation finale des cellules de la prostate.

    La production d'hormones dans le corps masculin est semblable à une vague et dépend de la quantité de testostérone qui, sous l'influence de l'enzyme 5-α-réductase, se transforme en dihydrotestostérone. Ce dernier, forme active de l'hormone sexuelle masculine, pénètre dans le noyau de la cellule et entame le processus de division.

    Étant donné que les cellules cancéreuses, tout comme les cellules saines, sont également sensibles à la testostérone, on peut en conclure que la nature des modifications (bénignes ou malignes) dépend de la différenciation des cellules de la prostate.

    Stade précancéreux

    Bien que le risque de passage de l'HBP au cancer de la prostate soit minime, il existe une certaine forme de changement cellulaire appelée précancéreuse. En cas de diagnostic suffisamment tardif de modifications malignes de la prostate, associé à l’absence de symptômes ou à l’autotraitement à long terme du patient, il n’est pas possible de déterminer si la forme est un type de cellule indépendant ou si le tissu normal de la prostate qui a subi une modification est devenu précancéreux.

    En règle générale, la forme précancéreuse, dans certaines conditions, se développe en cancer. Cependant, sa détection rapide augmente considérablement les chances d'un rétablissement complet. Les formes précancéreuses de tumeurs comprennent:

    1. Hyperplasie prostatique atypique (AGPZH). État précancéreux facultatif, qui peut rester assez longtemps inactif et se transformer en cancer;
    2. Néoplasie intraépithéliale de la prostate (INPJ). Condition précancéreuse obligatoire, se transformant inévitablement en une forme maligne.

    Les symptômes

    Malgré le fait que l'évolution de l'HBP et du carcinome de la prostate présente des différences significatives, les symptômes de ces maladies présentent certaines similitudes. Cela est principalement dû à la localisation anatomique de la prostate, qui, de plus en plus, déforme l'urètre, provoquant des troubles urinaires.

    Les phénomènes diurétiques accompagnant les changements hypertrophiques de la prostate peuvent être classés comme suit:

    1. Symptômes irritants - douleur à la compression et à la contraction de l'aine ou du périnée, besoin accru d'uriner, sensation de vidange incomplète de la vessie.
    2. Signes obstructifs - flux intermittent, difficulté prolongée à uriner, besoin de tension des muscles abdominaux lorsque vous essayez de vider complètement la vessie.

    En d'autres termes, le cancer de la prostate pendant longtemps ne provoque aucun symptôme, tandis que l'adénome provoque dans une plus ou moins grande mesure les violations susmentionnées. En règle générale, les phénomènes de diureticheskie dans le cancer de la prostate se manifestent au stade de croissance intensive de la tumeur et d’apparition de métastases, et s’accompagnent souvent de douleurs dans les os du bassin.

    Diagnostics

    Le diagnostic du cancer de la prostate nécessite une approche différenciée, pour exclure la possibilité de la présence d'autres maladies:

    • HBP;
    • prostatite chronique granulomateuse;
    • changements sclérotiques de la prostate;
    • maladie de la prostate tuberculeuse.

    Toutes les maladies ci-dessus sont caractérisées par la formation de foyers de compactage dans les tissus de la prostate, facilement détectables par un examen numérique à travers le rectum. Les principales méthodes de diagnostic utilisées pour diagnostiquer les maladies de la prostate sont les suivantes:

    • examen rectal numérique;
    • échographie transrectale (TRUS);
    • IRM
    • méthodes de recherche radiologiques;
    • analyse pour déterminer le niveau de PSA dans le sang;
    • biopsie de la prostate.

    Le rôle du PSA dans le diagnostic

    L'antigène spécifique de la prostate (PSA) est une protéine produite par le tissu prostatique dont la fonction principale est de diluer l'éjaculat. Normalement, cette protéine ne pénètre dans le sang que dans des quantités insignifiantes, le reste entre dans le secret de la prostate et s’éjacule.

    Du fait que l'antigène est produit dans des cellules de la prostate également saines et cancéreuses, une augmentation de son niveau dans le sang est toujours associée à des modifications hypertrophiques:

    • avec l'HBP, augmentation de la taille de la prostate et, par conséquent, du nombre de cellules produisant du PSA;
    • dans les néoplasmes malins, la production augmente en relation avec la production d'antigène par les cellules cancéreuses et en raison de la destruction de la structure des cellules saines, la croissance de la tumeur.

    Dans le sang, le PSA se présente sous trois formes:

    • gratuit;
    • anti-chymotrypsine liée aux protéines;
    • macroglobuline liée aux protéines.

    La somme de toutes les formes d'antigène déterminées en laboratoire est appelée PSA total.

    Tableau: Variations autorisées de la concentration sanguine de PSA totale liée à l'âge

    Niveau de PSA (ng / ml)

    Les valeurs de PSA comprises entre 6,5 et 10 ng / ml sont appelées «zones grises», car cet indicateur n’est pas univoque et doit être clarifié. Si la valeur dépasse 10 ng / ml, une biopsie du tissu prostatique doit être effectuée.

    En raison du fait qu'il est courant que les cellules cancéreuses produisent un antigène associé à des protéines, utilisez la formule suivante pour différencier l'HBP et le cancer de la prostate:

    PSA libre / PSA total = plus de 15%

    Si le résultat est inférieur à 15%, la présence d'une tumeur maligne doit être suspectée.

    Les calculs peuvent également prendre en compte l'effet de l'adénome de la prostate sur les taux de PSA. Pour ce faire, utilisez la formule suivante:

    PSA total / volume de la prostate = moins de 0,15 ng / ml / cm3

    Dépasser la valeur spécifiée indique la présence d'un cancer et non d'un adénome de la prostate.

    La détermination du taux de PSA n’indique pas seulement que des changements se produisent dans la prostate. L’utilisation de l’analyse PSA pour évaluer l’efficacité du traitement n’est pas moins efficace.

    Traitement

    Le traitement de l'HBP est réduit au rétablissement de la fonction normale de la vessie et de l'urètre. À cette fin, les médicaments usés, destinés à:

    1. Sur la restauration de la miction. Dans ce cas, utiliser des moyens pour détendre les muscles lisses de l'urètre et les tissus musculaires de la prostate (térazonine, doxazosine, tamsulozine);
    2. Pour inhiber la croissance du tissu glandulaire. Cet effet est obtenu grâce à l’utilisation de médicaments qui empêchent la formation de dihydrotestostérone à partir de la testostérone (prostéroïde, dutastéride).

    Des résultats similaires sont obtenus grâce à l’utilisation de méthodes de miction non chirurgicales. Ils visent à élargir artificiellement le fragment prostatique du canal urétral et comprennent:

    • installation de stent;
    • expansion de l'urètre avec un ballon gonflant (dilatation du ballon);
    • exposition aux ultrasons de haute intensité;
    • cryodestruction (adénome de congélation);
    • ablation transurétrale à l'aiguille fine.

    Les méthodes chirurgicales d'ajustement de la taille de l'adénome consistent à effectuer des opérations abdominales et transurétrale visant à éliminer partiellement ou totalement le tissu hyperplasique.

    Le principe de base du traitement du carcinome de la prostate, qui diffère fondamentalement de la tactique de traitement de l'adénome, est l'ablation radicale de la prostate (prostatectomie) ou la radiothérapie. Les deux méthodes ont la même efficacité et le choix en faveur de l’une d’elles repose sur l’âge du patient, son état physique et, par conséquent, son aptitude à subir une anesthésie générale en toute sécurité.

    L'ablation par ultrasons est utilisée, selon le stade du cancer, comme traitement principal (pour la forme primaire du cancer) ou comme traitement local pour les formes récurrentes. L'opération est réalisée sous anesthésie rachidienne à l'aide d'un applicateur transrectal, qui permet de diriger les faisceaux ultrasonores en un point donné. Au cours de l'exposition, il se produit un réchauffement (jusqu'à 90 ºC) et une destruction des tissus.

    Le traitement du cancer de la prostate dépend du stade et de la forme de la maladie, ainsi que de l'efficacité des premiers stades du traitement. Le pronostic de guérison de l'adénome de la prostate est certainement favorable.

    Tout d'abord, l'efficacité du traitement d'une tumeur maligne dépend de la rapidité d'exécution, c'est-à-dire que plus le cancer est diagnostiqué tôt, plus il a de chances d'obtenir une rémission complète. Un traitement adéquat aux premiers stades de la maladie vous permet d’établir un pronostic favorable dans certaines conditions, avec un rétablissement complet de la capacité de travail. Dans les derniers stades de la maladie, dans la plupart des cas, entraîne la mort.

    La prévalence du cancer de la prostate chez les hommes atteints de cancer est la deuxième après le cancer du poumon. Le caractère insidieux de cette maladie réside dans le fait qu’elle se caractérise dans un premier temps par une évolution lente et une symptomatologie faible. Chez les hommes d'âge moyen, dans 80% des cas, le cancer de la prostate n'est déterminé qu'après avoir atteint le grade 3 (G3), lorsque les signes d'oncologie deviennent plus prononcés.

    Mais quel est le pronostic dans ce cas - quelle est l'espérance de vie moyenne avec le cancer avancé de la prostate? Est-il possible, après le traitement, d’optimiser ce pronostic et d’augmenter l’espérance de vie d’un patient atteint de cancer?

    Caractéristiques de l'image clinique

    Comme mentionné ci-dessus, le risque de cancer de la prostate est qu'aux premiers symptômes, lorsque la probabilité de guérison complète du patient est encore élevée, peu de personnes peuvent le détecter. Le fait est que les signes du cancer de la prostate sont similaires aux symptômes de maladies plus anodines (par exemple, inflammation de l'urètre ou prostatite).

    Au stade 3, les symptômes du cancer de la prostate (G3) deviennent plus caractéristiques. En particulier, il est possible de distinguer:

    1. Miction difficile en raison de la compression de l'urètre par les tissus enflammés de la prostate. Dans le même temps, le besoin d'aller aux toilettes augmente.
    2. Douleur dans la région lombaire, aine; douleurs douloureuses dans l'hypochondre droit.
    3. Si la tumeur de la glande se déplace vers les vésicules séminales, il y a des problèmes d'érection. Dans le cas de grosses tumeurs, une compression du rectum peut survenir, provoquant une constipation.

    Le cancer de la prostate n'est pas clairement prédisposé - il peut survenir chez tout homme, à l'âge de 30 ans, à l'âge de 50 ans et à l'âge de 70 ans. Bien entendu, l’influence de la prédisposition génétique et de l’infection par rayonnement est très grande. Mais le cancer peut aussi survenir chez des personnes qui n'ont jamais été malades dans la famille, qui ne sont jamais restées dans la zone de radiation et qui ont mené une vie saine.

    Combien vivent avec un tel diagnostic

    Il y a environ 30 à 40 ans, un diagnostic comme le cancer de la prostate de grade 3 (T3) était caractérisé par une prédiction plutôt pessimiste: environ 79% des hommes vivaient après avoir confirmé le diagnostic pendant seulement 3 à 5 ans. Maintenant, la situation a changé et les prévisions sont devenues un peu plus optimistes.

    Bien entendu, même le traitement le plus efficace ne peut garantir une guérison complète au troisième stade du cancer de la prostate. Mais grâce aux méthodes modernes de traitement (en particulier après des cours de radiothérapie, de chimiothérapie et d’hormonothérapie), l’espérance de vie du patient est allongée.

    Quelle est l'espérance de vie avec un tel diagnostic? Sous réserve du traitement complet et du respect de toutes les exigences de votre médecin, l'espérance de vie moyenne d'un homme atteint de cancer de la prostate est augmentée de 7 à 9 ans. S'il n'y a pas de métastases, c'est-à-dire si un homme a un cancer à t3nomo, la probabilité d'une telle prévision est de 55 à 70%. S'il existe des métastases locales et externes (c'est-à-dire qu'un indice de cancer de grade 3 devient supérieur à t3nomo), alors, hélas, aucun spécialiste ne peut parler en toute confiance d'un pronostic positif.

    La durée de vie d'un patient atteint d'un cancer dépend de plusieurs facteurs. En particulier, en plus du traitement approprié, la longévité d’une personne diagnostiquée avec le «cancer de la prostate au stade 3» est affectée par:

    • Refus de l'alcool et du tabac (le pronostic d'un résultat positif pour les patients ayant de mauvaises habitudes est réduit plusieurs fois).
    • Âge et état général (les patients âgés de 30 à 40 ans récupèrent 6 fois plus facilement après le traitement).
    • La présence d'autres maladies et en particulier le développement de métastases (hélas, mais avec des métastases vivent au maximum quelques années).
    • Une bonne nutrition (régime spécial pour les patients atteints de cancer de la prostate).

    C'est aussi une stabilité psychologique importante du patient. Il est prouvé que la confiance dans le rétablissement et le soutien des êtres chers contribuent à l’amélioration de l’état, même avec un diagnostic aussi terrible que le cancer de la prostate à un stade avancé. Un thérapeute qui aide le patient à faire face au stress constitue une partie importante du traitement.

    Thérapie et méthodes chirurgicales de traitement en oncologie

    Sans traitement, l'espérance de vie avec le cancer de la prostate au troisième stade est très faible - un an ou deux, pas plus. Mais le traitement rend le pronostic plus optimiste. Le traitement du cancer de la prostate de grade 3 peut inclure diverses procédures. Les plus courants sont la chirurgie, la radiothérapie, la chimiothérapie et le traitement par ultrasons.

    • Ablation chirurgicale du cancer de la prostate.

    En cas de cancer de la prostate de grade 3, des mesures radicales sont nécessaires. Dans 90% des cas, la chirurgie est effectuée sur la prostate. Il se fait sous anesthésie générale au travers d'une incision dans le tiers inférieur du péritoine. Un tel traitement chirurgical est nécessaire pour l'ablation complète de la prostate et des tissus adjacents, s'il existe un risque de propagation de l'oncologie à ceux-ci. Dans le cas du cancer de la prostate de grade 3, le principe «mieux vaut couper l'excès que de laisser au moins certaines cellules cancéreuses». La complexité et la durée de l'opération dépendent de l'ampleur de la propagation du cancer - en moyenne, cela prend 2 à 5 heures. Après la chirurgie, les cours de radiothérapie sont montrés.

    • Radiothérapie (exposition de la prostate aux rayonnements).

    Et bien que la radiothérapie provoque un grand nombre de réactions indésirables graves, elle est toujours considérée comme l’un des principaux moyens de lutter contre le cancer et de prolonger la vie du patient. Lors du traitement du cancer de la prostate à 3 degrés, différents types d’exposition au rayonnement peuvent être utilisés - rayons X, rayonnement bêta, rayonnement gamma. De nos jours, ce type de radiothérapie, telle que la curiethérapie, est utilisé plus souvent lorsque l'irradiation ne se produit pas à travers la peau, mais à travers une capsule placée dans le parenchyme de la prostate. Cette méthode vous permet d'affecter plus précisément les cellules cancéreuses, en affectant un minimum de tissu sain.

    La chimiothérapie peut arrêter la propagation des cellules cancéreuses à un stade avancé, et dans certains cas de cancer de la prostate, un tel traitement peut même détruire complètement les cellules cancéreuses, même en 3 étapes. Cependant, comme dans le cas de la radiothérapie, la chimiothérapie entraîne de nombreux effets indésirables et, à en juger par l’opinion des médecins et des patients, elle est très difficile à tolérer.

    Avec le traitement par ultrasons (thérapie HIFU), il existe un effet ponctuel par des ondes ultrasonores de haute intensité sur le site de la lésion de la prostate. La destruction des tissus cancéreux se produit par leur chauffage. Les tissus sains ne tombent pas sous échographie. Cette méthode thérapeutique est considérée comme le moyen le plus doux d'aider les hommes atteints d'un cancer de la prostate à 3 degrés. Malheureusement, ce n'est pas la plus efficace.

    Une nourriture adéquate comme moyen de prévention et de restauration

    Étant donné que le traitement par radiothérapie, chimiothérapie, échographie et chirurgie est très difficile pour les patients, une récupération correcte joue un grand rôle. Le régime alimentaire doit faire l'objet d'une grande attention en cas de cancer du 3ème degré, ce qui contribue également à augmenter l'espérance de vie des patients atteints de cancer. Une bonne nutrition devrait inclure:

    1. Obtenez beaucoup de tomates. Il est prouvé depuis longtemps que le lycopène contenu dans les tomates inhibe le développement de tumeurs malignes, en particulier du cancer de la prostate.
    2. Les abricots, la goyave, les pastèques, la papaye et les pamplemousses roses - ces aliments devraient être inclus dans le régime alimentaire, car ils contiennent également du lycopène (bien que moins que la tomate).
    3. L'huile d'olive est un antioxydant naturel bien connu qui élimine les radicaux libres et réduit les risques de cancer. C'est pourquoi tous les plats autorisés par le régime devraient en être remplis (et pour se débarrasser du lin et du tournesol - le régime alimentaire des cancéreux les interdit).
    4. Les légumes verts et les carottes, ainsi que les aliments riches en vitamine C, doivent être inclus dans la nutrition du patient oncologique, car ils renforcent le système immunitaire et augmentent la longévité.

    Le régime alimentaire d'une personne atteinte de cancer de la prostate devrait exclure:

    • Un grand nombre de produits laitiers. On sait que l'augmentation de l'apport en calcium rend le pronostic de récupération d'une personne atteinte d'un cancer de grade 3 moins optimiste, dans la mesure où il accélère la propagation de la tumeur. Vous ne devriez pas abandonner la «gelée» (sinon, il y aurait d'autres problèmes), mais sa quantité devrait être réduite à un minimum raisonnable lorsqu'elle est introduite dans le régime.
    • Viande de poulet En soi, l'alimentation du poulet et des poulets n'est pas capable de causer le cancer, mais ces oiseaux sont souvent bourrés d'hormones de croissance, ce qui, avec 3 degrés d'oncologie, est absolument contre-indiqué. Il est préférable de ne pas risquer, mais d'inclure dans le poisson de consommation et le lapin, dans lequel le minimum de tous les stimulants de l'agriculture.

    En conclusion, je voudrais noter qu'aucun homme n'est à l'abri du cancer de la prostate. C’est pourquoi il vaut la peine d’être vigilant et de se soumettre à un contrôle préventif, même s’il n’ya pas lieu de s’inquiéter. L’identification des tumeurs initiales de la prostate permettra de réaliser rapidement et avec précision une intervention chirurgicale ou thérapeutique et d’éliminer complètement le cancer (le pronostic d’un résultat positif dans le traitement du premier degré est supérieur à 80%).

  • Diagnostic De Prostatite

    Les Complications De La Prostatite