Search

Adénome de la prostate

L'adénome de la prostate (hyperplasie de la prostate) est une maladie résultant d'une prolifération excessive de la prostate, entraînant le blocage du tractus urinaire inférieur.

À l'âge de 50 ans, 50% des hommes présentent des modifications caractéristiques de l'adénome de la prostate, à l'âge de 80 ans - dans 90% des cas.

La manifestation de la maladie dépend principalement de la localisation des ganglions de la prostate et non de la taille de la glande. Le blocage le plus rapide des voies urinaires se produit lorsque la localisation des nœuds dans le lobe moyen de la prostate.

L'adénome de la prostate n'est pas une nouvelle maladie. Ainsi, Avicenne, dans le Canon de médecine, décrit les symptômes de la maladie et fournit des moyens de traitement: «Voici un médicament utile pour les personnes âgées qui souffrent de miction goutte à goutte: si vous mettez une momie dans l’anus ou dans l’anus ou la diluez dans de sera capable de retenir l'urine; manger des figues avec de l'huile d'olive est également efficace. "

Symptômes de l'adénome de la prostate

Le stade compensé de l'adénome est caractérisé par

  • plaintes de besoin accru d'uriner, surtout la nuit,
  • apparition tardive de la miction,
  • flux d'urine lent.

Cependant, à ce stade, la vessie est encore complètement vide et il n’ya pas de changement significatif dans les parties supérieures des voies urinaires.

Dans la deuxième phase de l'adénome de la prostate, en raison de la difficulté croissante de la vessie à s'écouler, un épaississement compensatoire de sa paroi musculaire se développe progressivement, ce qui s'accompagne de la présence d'urine résiduelle après une miction naturelle d'au moins 100 ml. Chez un patient de cette phase de la maladie, une sensation de vidange incomplète de la vessie commence à apparaître, il urine en plusieurs étapes avec un flux lent et lent.

Dans les premier et deuxième stades de la maladie, il existe parfois des cas de rétention urinaire aiguë, provoquée par l'ingestion d'alcool ou par l'hypothermie. Cependant, le cathétérisme conduit à la restauration de la miction.

Pour le troisième stade de la prostate, l'adénome est caractérisé par une perte du tonus musculaire de la vessie. Cliniquement, cela se manifeste par les plaintes du patient concernant à la fois la rétention urinaire et l’incontinence urinaire, exprimées par l’excrétion involontaire de l’urine goutte à goutte avec une vessie à débordement.

Diagnostics

Le diagnostic de l'adénome de la prostate est effectué par un urologue:

  • Examen rectal de la prostate
  • Antigène spécifique de la prostate (PSA) - une augmentation modérée est caractéristique de l'ALE, une augmentation marquée - du cancer de la prostate. Un rapport "PSA libre / PSA total" inférieur à 15% avec une concentration sérique de PSA comprise entre 3 et 10 µg / l indique une probabilité accrue de cancer de la prostate.
  • Urométrie
  • Échographie
  • La cystoscopie est indiquée pour exclure les tumeurs de la vessie.
  • Méthodes de radiographie

Traitement de l'adénome de la prostate

Lors du traitement de patients présentant un adénome de la prostate, il est recommandé d'éviter l'hypothermie, une position assise prolongée, l'ingestion d'aliments épicés, l'alcool et des quantités importantes de liquide, en particulier la nuit. On montre aux patients marchant en plein air, une thérapie physique mettant l'accent sur des exercices pour les muscles et les organes du plancher pelvien et des cuisses. La vie sexuelle de ces patients devrait continuer et être rythmée.

Parmi les médicaments qui normalisent l'acte de miction avec la vidange de la vessie, il est possible de distinguer les androgènes qui augmentent la capacité fonctionnelle du détrusor. Les androgènes tels que le propionate de testostérone, la méthyltestostérone, le sustanon et d’autres sont les plus utilisés dans la pratique nationale.

  • Une solution à 5% d’huile de propionate de testostérone est administrée par voie intramusculaire à une dose de 1 ml (50 mg) 2 à 3 fois par semaine, en une série de 6 à 8 injections.
  • La méthyltestostérone, fabriquée en comprimés de 0,005 g, est prescrite 1 comprimé sous la langue 3 fois par jour. Cours 1 mois. Si nécessaire, répétez le cours après un mois.
  • Sustanon - un médicament à action prolongée. Introduit par voie intramusculaire dans 0,5 ml (solution à 20%) une fois par mois, à raison de 3 injections maximum.

En présence d'adénome de la prostate et de prostatite, Raveron a été prescrit. Raveron est obtenu à partir de l'extrait de la prostate du bétail. Une ampoule de 1 ml contient 16 mg d’extrait de prostate. Roveron est prescrit profondément par voie intramusculaire. Le premier jour, la dose d'une injection est de 0,3 ml, le deuxième jour - 0,5 ml, puis 1 ml par jour ou 2 ml tous les deux jours pendant 4 semaines.

L’analogue de roverone en comprimés est la robouronone, obtenue à partir d’un extrait de la prostate du porc. Rauberon est prescrit 2 comprimés 6 fois par jour, pendant 3 semaines.

Le premier de la nouvelle classe de médicaments inhibant spécifiquement l'action de la 5-alpha réductase, une enzyme intracellulaire qui empêche la conversion de la testostérone en androgène-dihydrotestostérone plus actif (DHT), était un médicament fabriqué aux États-Unis, appelé Proscar.

Proscar dans le traitement de l'adénome de la prostate

La croissance de la prostate et le développement ultérieur d'adénome dépendent de la conversion de la testostérone en androgène actif à l'intérieur de la prostate. Comme pour les autres processus stimulés par les androgènes, l'adénome de la prostate se développe lentement et, par conséquent, une diminution des manifestations cliniques de la maladie peut nécessiter plusieurs mois de traitement.
Proscar est indiqué pour le traitement et le contrôle de l'adénome de la prostate.

Dans les 24 heures suivant l’ingestion de ce médicament, on observe une diminution notable du taux d’androgènes actifs dans le système circulatoire. La posologie recommandée du médicament est de 5 mg par comprimé et par jour, avec ou sans nourriture. Une amélioration rapide est possible, mais le médecin peut prendre au moins 6 mois pour évaluer la présence ou l'absence d'un effet bénéfique.

Un des aspects positifs de l’utilisation de proscar est que la même dose de médicament est utilisée à la fois chez les personnes âgées et chez les patients présentant une insuffisance rénale.

Dans le traitement de l'adénome de la prostate, on utilise aujourd'hui largement des médicaments d'origine végétale, tels que:

  • trianol,
  • prostabine
  • citrouille,
  • prostagut

Le trianol est un extrait naturel d'écorce d'arbre de Pygeum africanum, qui ne possède pas de propriétés hormonales. Dans une capsule de trianol contient 25 mg du complexe biologiquement actif. Le trianol réduit l'inflammation du tissu prostatique, stimule la régénération de son épithélium et contribue à l'activité de sécrétion du tissu glandulaire. Trianol soulage rapidement la douleur, apaise les troubles de la miction. Le trianol ne possède pas de propriétés androgènes et extragènes. Trianol est utilisé à raison de 4 capsules par jour ou de 2 capsules deux fois par jour avant les repas pendant quatre à six semaines. Le médicament est disponible en Slovénie.

La prostagut (plus simple) est une préparation à base de plantes créée (fabriquée par Schwabe) à base de composants naturels (extrait de fruit du palmier sabal et de racine d'ortie), destinée au traitement du stade initial de l'adénome de la prostate, à la perturbation du processus de vidange de la vessie et à la stimulation et faiblesse du sphincter de la vessie sans modifications organiques. La prostagut est libérée sous forme de capsules (mono et forte) et de gouttes. Prostroplant uniquement sous forme de gélules. Prostagut mono contient dans une capsule 160 mg d’extrait de fruit de sabal lipophile. Prostagut (forte) dans une capsule 160 mg d'extrait standardisé de fruit de sabal et 120 mg d'extrait sec normalisé d'ortie. Prostagut (gouttes) - 30 gouttes contiennent 80 mg d'extrait standardisé de fruits de sabal et 60 mg d'extrait sec standardisé de racines d'ortie. Prostaplant - 320 capsules d'extrait lipophile de fruits de sabal dans une capsule.
Méthode d'application et dosage. Capsules de prostagut - une 2 fois par jour, à avaler, sans mâcher, avec un peu d'eau. Capsules de Prostaplant - les mêmes, mais une capsule 1 fois par jour. Gouttes de prostagut - 20 à 40 gouttes 3 fois par jour, à diluer dans une petite quantité d’eau.

L'industrie russe (ZAO NPO Europa-Biofarm, Volgograd) produit également des préparations à base de plantes pour le traitement de l'adénome de la prostate, de la prostab et de la citrouille.

Prostabin est un complexe de protéines et de vitamines dérivé de graines de citrouille. La composition chimique unique du médicament détermine un large éventail de ses effets sur le corps. L'effet spécifique de la prostabine associé à la normalisation de la fonction de la prostate est dû à la présence d'un oligo-élément au zinc dans la préparation.

Sous l'influence du zinc, la motilité des spermatozoïdes est améliorée, le secret de la glande acquiert la viscosité nécessaire à la réalisation de la fonction génitale. Il affecte favorablement l'état de santé général de l'homme, sa sexualité augmente. Toutefois, il convient de noter que la composition chimique unique de la prostabine détermine un large éventail de ses effets sur le corps, y compris son éventuel effet indirect sur la prostate. Ainsi, en raison de la présence dans la préparation des acides aminés essentiels à la biosynthèse dans le corps des protéines, hormones, neurotransmetteurs, il a un effet tonique, contribue à un meilleur fonctionnement du système nerveux central, augmente les défenses globales de l'organisme.

La protéine végétale entrant dans la composition de la prostabine, qui se caractérise par une biodisponibilité élevée, a un effet anabolique, à savoir: favorise la biosynthèse complète dans le corps de nouvelles protéines. Il augmente la masse musculaire, augmente le niveau de performance mentale et physique, optimise les processus énergétiques dans le corps. Les vitamines C, B2 et B5, présentes dans la composition de la prostabine, déterminent son effet stimulant prononcé sur les processus de respiration tissulaire dans tous les organes, contribuant à une augmentation de la réactivité immunitaire du corps, améliorant la biosynthèse des hormones et des neurotransmetteurs et permettant une formation optimale du sang.

Sous l'influence des vitamines améliore la biosynthèse du collagène - la principale protéine du tissu conjonctif. Pour le traitement de l'adénome de la prostate, le médicament est recommandé d'utiliser 2-3 capsules 3 fois par jour avant les repas, pendant une longue période, pendant au moins 3 mois. L'effet du traitement de la prostabine augmente avec l'utilisation simultanée du médicament à la citrouille.

Tykveol est un accumulateur de substances biologiquement actives contenues dans une citrouille, - les caroténoïdes, les tocophérols, les phospholipides, les flavonoïdes, les vitamines B1, B2, B6, C, P, PP, saturés, les acides gras insaturés et poly-insaturés - palmitique, stéarique, oléique, linoléique, arachidonique linolénique. L'inflammation de la prostate est soulagée par les propriétés anti-inflammatoires et cicatrisantes de Pumpweel.

Tykveol tonifie le muscle de la vessie, améliore la circulation sanguine et l'apport en oxygène. Augmente la glissance des parois internes des canaux urinaires et séminaux. Pour le traitement combiné d'un adénome de la prostate avec du potiron, associé à un prostab, il est recommandé d'utiliser ce dernier dans des microclysters (en utilisant une pipette en plastique réutilisable du fabricant pour 20 ml) 5-10 ml 1-2 fois par jour - le matin et le soir après avoir vidé l'intestin, pendant au moins 3 mois.

Actuellement, une variété d'interventions chirurgicales sont prévues pour: l'adénomactose;, résection transurétrale de l'adénome de la prostate, etc.

Avec la détection précoce de l'adénome de la prostate et la présence de ses ganglions d'un volume allant jusqu'à 60 cm2, la résection transuréthrale est montrée.

Si l'adénome est volumineux, la dénommée adénomectomie transvesiculaire est indiquée.

Spirin VA a suggéré l'association de la technologie laser et de la résection transurétrale dans le traitement de l'hyperplasie bénigne de la prostate et Lipsky V.S. avec des co-auteurs (1998). Les avantages de la technique combinée sont l’absence de saignement, la dynamique rapide de récupération et la possibilité de traitement radical des patients présentant une masse importante de ganglions d’adénome de la prostate.

Une chirurgie de la prostate relativement nouvelle peut être attribuée à une prostatectomie radicale à partir d’un accès rétropubien avec préservation du faisceau nerveux.

Des complications

Les complications les plus courantes de l'adénome de la prostate incluent:

Une rétention urinaire prolongée et fréquente entraîne un étirement excessif et une dégénérescence des parois de la vessie, un écartement de la bouche des uretères et, en conséquence, des modifications anatomiques.

Le pronostic pour un traitement rapide est favorable.

Adénome de la prostate

Adénome de la prostate - la prolifération du tissu glandulaire de la prostate, entraînant une perturbation de l'écoulement de l'urine de la vessie. Caractérisé par des mictions fréquentes et difficiles, y compris nocturnes, un affaiblissement du flux d'urine, un écoulement involontaire d'urine, une pression dans la vessie. Par la suite, une rétention urinaire complète, une inflammation et la formation de calculs dans la vessie et les reins peuvent se développer. La rétention urinaire chronique conduit à une intoxication et à une insuffisance rénale.Le diagnostic de l'adénome de la prostate comprend l'échographie de la prostate, l'étude de son secret et, si nécessaire, une biopsie. Le traitement est généralement chirurgical. Le traitement conservateur est efficace à ses débuts.

Adénome de la prostate

L'adénome de la prostate est une tumeur bénigne des glandes paraurétrales, située autour de l'urètre dans sa section prostatique. Le principal symptôme de l'adénome de la prostate est une violation de la miction due à la compression progressive de l'urètre avec un ou plusieurs nodules en croissance. Pour l'hyperplasie bénigne de la prostate se caractérise par une évolution bénigne.

Prévalence de l'adénome de la prostate

Seule une petite partie des patients atteints d'adénome de la prostate demande l'aide médicale, un examen approfondi permet toutefois de détecter les symptômes de la maladie chez un homme sur quatre âgé de 40 à 50 ans et chez la moitié des hommes entre 50 et 60 ans. L'adénome de la prostate est détecté chez 65% des hommes âgés de 60 à 70 ans, 80% des hommes âgés de 70 à 80 ans et plus de 90% des hommes âgés de plus de 80 ans. La gravité des symptômes peut varier considérablement. Des études dans le domaine de l'urologie suggèrent que des problèmes de miction surviennent chez environ 40% des hommes atteints d'adénome de la prostate, mais seulement un patient sur cinq de ce groupe demande l'aide d'un médecin.

Causes de l'adénome de la prostate

Le mécanisme de développement de l'adénome de la prostate n'est pas encore complètement défini. En dépit de l'opinion répandue associant adénome de la prostate à prostatite chronique, aucune donnée ne permet de confirmer le lien entre ces deux maladies. Les chercheurs n'ont révélé aucun lien entre le développement d'un adénome de la prostate et la consommation d'alcool et de tabac, l'orientation sexuelle, l'activité sexuelle et les maladies vénériennes et inflammatoires.

L'incidence de l'adénome de la prostate dépend fortement de l'âge du patient. Les scientifiques pensent que l'adénome de la prostate se développe à la suite de troubles hormonaux chez l'homme lorsque l'andropause (ménopause masculine) se produit. Cette théorie est corroborée par le fait que les hommes qui ont été castrés avant la puberté et, très rarement, après avoir été castrés, ne souffrent jamais d'adénome de la prostate.

Symptômes de l'adénome de la prostate

Il existe deux groupes de symptômes de l'adénome de la prostate: irritatifs et obstructifs. Le premier groupe de symptômes de l'adénome de la prostate comprend une miction accrue, une envie persistante (impérative) d'uriner, une nycturie, une incontinence. Le groupe de symptômes obstructifs caractéristiques de l'adénome de la prostate comprend une difficulté à uriner, une apparition retardée et une augmentation du temps de miction, un sentiment de vidange incomplète, une miction avec un jet lent et intermittent et la nécessité de faire un effort.

On distingue trois étapes de l'adénome de la prostate:

  • Adénome de la prostate au stade compensé (stade I)

Modifie la dynamique de l'acte de miction. Il devient plus fréquent, moins intense et moins libre. Il est nécessaire d'uriner 1 à 2 fois par nuit. En règle générale, la nycturie au stade I de l'adénome de la prostate ne préoccupe pas le patient, qui associe des réveils nocturnes persistants au développement d'une insomnie liée à l'âge.

Pendant la journée, la fréquence normale des mictions peut être maintenue. Toutefois, les patients présentant un adénome de la prostate au stade I ont une période d'attente, particulièrement prononcée après une nuit de sommeil. Ensuite, la fréquence des mictions diurnes augmente et le volume d'urine libéré au cours d'une miction unique diminue. Il y a des pulsions impératives. Un courant d'urine, qui formait auparavant une courbe parabolique, se détache lentement et tombe presque à la verticale.

Au stade I de l'adénome de la prostate, une hypertrophie des muscles de la vessie se développe, ce qui permet de préserver l'efficacité de sa vidange. Il n’ya pas ou peu d’urine résiduelle dans la vessie à ce stade. L'état fonctionnel des reins et des voies urinaires supérieures est préservé.

  • Stade sous-compensé de l'adénome de la prostate (stade II)

Au stade II de l'adénome de la prostate, le volume de la vessie augmente et des modifications dystrophiques se développent au niveau des parois. La quantité d'urine résiduelle atteint 100-200 ml et continue d'augmenter. Tout au long de l'acte de miction, le patient est contraint de forcer intensément les muscles abdominaux et le diaphragme, ce qui entraîne une augmentation encore plus importante de la pression intravésicale. L'acte de la miction devient multiphase, intermittent, ondulant.

Le passage de l'urine le long des voies urinaires supérieures est progressivement perturbé. Les structures musculaires perdent leur élasticité, les voies urinaires se dilatent. La fonction rénale est altérée. Les patients s'inquiètent de la soif, de la polyurie et d'autres symptômes d'insuffisance rénale chronique progressive. Lorsque les mécanismes de compensation sont perturbés, la troisième étape commence.

  • Adénome de la prostate au stade décompensé (stade III)

La vessie dans l'adénome de prostate de stade III est distendue, débordant d'urine, facilement déterminée par la palpation et visuellement. Le bord supérieur de la vessie peut atteindre le niveau du nombril et les niveaux supérieurs. La vidange est impossible même avec une tension intense des muscles abdominaux. Le désir de vider la vessie devient continu. Une douleur abdominale grave peut survenir. L'urine est excrétée fréquemment, en gouttes ou en très petites portions. À l'avenir, la douleur et le besoin urgent d'uriner s'atténuent progressivement. Une rétention urinaire paradoxale caractéristique de l'adénome de la prostate se développe (la vessie est pleine, l'urine est constamment libérée goutte à goutte).

À ce stade de l'adénome de la prostate, le tractus urinaire supérieur est dilaté, les fonctions du parenchyme rénal sont altérées en raison de l'obstruction constante du tractus urinaire, ce qui entraîne une augmentation de la pression dans le système pelvis. La clinique d'insuffisance rénale chronique se développe. Si les soins médicaux ne sont pas fournis, les patients décèdent de CRF progressive.

Complications de l'adénome de la prostate

Si aucune mesure thérapeutique n'est prise, une insuffisance rénale chronique peut se développer chez un patient atteint d'adénome de la prostate. Dans les adénomes de la prostate, une rétention urinaire aiguë se développe parfois. Le patient ne peut pas uriner lorsque la vessie est pleine malgré un désir intense. Pour éliminer la rétention urinaire, une vessie est cathétérisée chez l'homme, parfois une intervention chirurgicale d'urgence ou une ponction de la vessie.

Une hématurie est une autre complication de l'adénome de la prostate. Une microhématurie est notée chez un certain nombre de patients, mais des saignements abondants et fréquents sont également causés par le tissu adénome (en cas de lésion résultant d'une manipulation) ou par des varices dans la région du col de la vessie. Avec la formation de caillots, il est possible de développer une tamponnade de la vessie, dans laquelle une intervention chirurgicale d'urgence est nécessaire. La cause du saignement dans l'adénome de la prostate devient un cathétérisme diagnostique ou thérapeutique.

Des calculs vésicaux pour l'adénome de la prostate peuvent apparaître à la suite d'une urine stagnante ou migrer des reins et des voies urinaires. Dans la cystolithiose, le tableau clinique de l'adénome de la prostate est complété par une augmentation de la miction et une douleur irradiant vers la tête du pénis. En position debout, en marchant et en faisant des mouvements, les symptômes deviennent plus prononcés, en position couchée - diminue. Le symptôme de la "pose d'un jet d'urine" est caractéristique (malgré le vidage incomplet de la vessie, le jet d'urine est soudainement interrompu et ne reprend que lorsque la position du corps change). Souvent, dans l'adénome de la prostate, des maladies infectieuses se développent (épididymo-orchite, épididymite, vésiculite, adénite, prostatite, urétrite, pyélonéphrite aiguë et chronique).

Diagnostic de l'adénome de la prostate

Le médecin effectue un examen digital de la prostate. Afin d'évaluer la gravité des symptômes de l'adénome de la prostate, le patient est invité à remplir un journal de miction. Effectuer une étude des sécrétions de la prostate et des frottis de l'urètre pour exclure les complications infectieuses. Une échographie de la prostate est réalisée, au cours de laquelle le volume de la prostate est déterminé, les calculs et les zones stagnantes sont détectés, la quantité d'urine résiduelle, l'état des reins et des voies urinaires sont évalués.

Juger de manière fiable du degré de rétention urinaire dans l'adénome de la prostate permet l'analyse de la débitmétrie urinaire (le temps de miction et le débit urinaire sont déterminés par un appareil spécial). Pour exclure le cancer de la prostate, il est nécessaire d'évaluer le niveau de PSA (antigène spécifique de la prostate), dont la valeur ne devrait normalement pas dépasser 4 ng / ml. Dans les cas controversés, une biopsie de la prostate est réalisée.

La cystographie et l'urographie excrétrice en cas d'adénome de la prostate au cours des dernières années sont moins fréquentes en raison de l'apparition de nouvelles méthodes de recherche moins invasives et plus sûres (échographie). Parfois, une cystoscopie est réalisée pour exclure des maladies présentant des symptômes similaires ou en préparation d'un traitement chirurgical de l'adénome de la prostate.

Traitement de l'adénome de la prostate

Le critère de choix du traitement de l'adénome de la prostate par un urologue est l'ampleur des symptômes I-PSS, reflétant la gravité des troubles de la miction. Selon cette échelle, si le score est inférieur à 8, aucun traitement n'est requis. Avec 9-18 points, un traitement conservateur est effectué. Si la somme des points est supérieure à 18, une opération est nécessaire.

  • Traitement conservateur de l'adénome de la prostate

Le traitement conservateur est pratiqué à un stade précoce et en présence de contre-indications absolues à la chirurgie. Pour réduire la gravité des symptômes de la maladie, on utilise des inhibiteurs de la 5-alpha réductase (dutastéride, finastéride), des alpha-bloquants (alfuzosine, terazosine, doxazosine, tamsulosine), des préparations à base de plantes (extrait de prunier africain ou de fruit de sabal).

Des antibiotiques (gentamicine, céphalosporines) sont prescrits pour lutter contre l’infection, souvent associée à un adénome de la prostate. À la fin du traitement antibiotique, les probiotiques sont utilisés pour rétablir la microflore intestinale normale. L'immunité est corrigée (interféron alpha-2b, pyrogène). Les modifications athéroscléreuses dans les vaisseaux sanguins qui se développent chez la majorité des patients âgés atteints d’adénome de la prostate empêchent l’approvisionnement en médicaments de la prostate; par conséquent, trental est prescrit pour normaliser la circulation sanguine.

  • Traitement chirurgical de l'adénome de la prostate

Il existe les techniques chirurgicales suivantes pour le traitement de l'adénome de la prostate:

  1. adénomectomie. Elle est réalisée en présence de complications, d'urine résiduelle en quantité supérieure à 150 ml, d'adénome masse supérieure à 40g;
  2. TOUR (résection transurétrale). Technique mini-invasive. L'opération est effectuée à travers l'urètre. Conduite lorsque la quantité d'urine résiduelle ne dépasse pas 150 ml, la masse d'adénome ne dépasse pas 60 g. Non applicable en cas d'insuffisance rénale.
  3. ablation au laser, destruction au laser, vaporisation de la prostate par la TUR. Méthodes d'économie. Une perte de sang minime permet les opérations avec une masse tumorale de plus de 60g. Ces interventions sont des opérations de choix pour les jeunes patients atteints d'adénome de la prostate, car elles permettent de préserver la fonction sexuelle.

Il existe un certain nombre de contre-indications absolues au traitement chirurgical de l'adénome de la prostate (maladies décompensées des systèmes respiratoire et cardiovasculaire, etc.). Si le traitement chirurgical de l'adénome de la prostate n'est pas possible, on effectue un cathétérisme de la vessie ou une chirurgie palliative - cystostomie. Il faut garder à l’esprit que le traitement palliatif réduit la qualité de vie du patient.

Diagnostic et traitement de l'adénome de la prostate

L'adénome bénin de la prostate est traité avec des médicaments. Les méthodes chirurgicales sont utilisées avec des changements significativement prononcés et l'inefficacité du traitement médicamenteux.

Bon nombre des symptômes caractéristiques de l'adénome de la prostate ne lui sont pas inhérents - ils peuvent également survenir dans d'autres maladies urologiques. Dans de tels cas, la consultation d'un urologue est nécessaire. Le médecin procédera à un examen rectal digital de la prostate, ce qui permettra de déterminer sa taille, sa densité et sa consistance. L'examen rectal numérique est généralement complété par une échographie de la prostate.

Méthodes de diagnostic de l'adénome de la prostate

  • examen par un urologue: examen et examen rectal digital de la prostate;
  • Échographie de la prostate, y compris TRUS - Échographie transrectale (à travers le rectum) de la prostate;
  • études urodynamiques (débitmétrie urinaire, dynamique vidéo) - méthodes de mesure du débit urinaire permettant de déterminer la nature et le degré de troubles de la miction;
  • détermination du taux d'antigène spécifique de la prostate (PSA, PSA) dans le sang - utilisé pour diagnostiquer le cancer de la prostate à un stade précoce. Le PSA est produit par les cellules de la prostate; avec une augmentation de son niveau, il peut être nécessaire de consulter un oncologue et une biopsie de la prostate.

Les études urodynamiques (débitmétrie, vidéodynamique) font partie intégrante de l'examen des patients souffrant de troubles urinaires. Ils aident l'urologue à déterminer la nature et l'étendue des troubles urinaires, à déterminer la cause des symptômes apparus et à évaluer l'état fonctionnel des voies urinaires inférieures. La débitmétrie urinaire est aujourd’hui une méthode obligatoire d’examen urodynamique chez un patient qui se plaint d’un changement de profil de miction.

Le terme "urométrie" est dérivé de deux mots grecs et un anglais (Greek.uron - urine, anglais flow - flow, jet, grec. Metreo - measure, measure). Ainsi, la débitmétrie urinaire est une méthode de mesure du débit urinaire, qui permet de déterminer le débit volumique de la miction. Actuellement, il existe de nombreux instruments électroniques pour effectuer la débitmétrie urinaire, y compris à la maison. Les autres études urodynamiques sont menées strictement sous la supervision d'un urologue dans un hôpital aménagé dans des salles spécialement équipées. Les études urodynamiques nécessaires et les indicateurs évalués simultanément sont déterminés individuellement par l'urologue.

Actuellement, une étude obligatoire sur les adénomes de la prostate présumés consiste à déterminer le niveau d'antigène spécifique de la prostate (PSA). Ce marqueur vous permet de suivre l'évolution de la maladie et de diagnostiquer le cancer de la prostate à temps.

Traitement

Le traitement de l'adénome de la prostate est effectué en clinique ou à l'hôpital, en fonction du stade de la maladie et des complications qui en résultent.

Au début de la maladie, divers médicaments sont utilisés. Dans les stades avancés et avec le développement de complications, une intervention chirurgicale peut être nécessaire.

Médicaments contre l'adénome de la prostate

La thérapie médicamenteuse a pour but de ralentir la croissance de la prostate, de réduire le volume et la gravité des troubles de la miction. Pour ce médicaments sont utilisés:

  • affectant le métabolisme hormonal - pour réduire la taille de la prostate;
  • affectant le ton de l'urètre et de la prostate - pour faciliter la miction;
  • d'origine végétale, dont l'effet n'est pas encore complètement compris.

La posologie et le schéma thérapeutique du médicament doivent être déterminés par le médecin traitant en fonction de l'état général du patient et des caractéristiques de l'évolution de la maladie.

Opérations pour adénome de la prostate

Résection transurétrale de la prostate (TUR) - élimination du tissu de la prostate à l'aide d'un appareil spécial - un résectoscope inséré dans l'urètre. Avec une telle intervention endoscopique, le risque de complications est réduit et la période postopératoire est réduite. À ce jour, si nécessaire, le traitement chirurgical est privilégié pour cette opération particulière.

La prostatectomie (adénectomie) est une méthode permettant de retirer la prostate par une intervention chirurgicale «ouverte». Il diffère de la TUR par plus de traumatisme et une longue période de rééducation.

Traitement de l'adénome de la prostate sans chirurgie

Il existe aujourd'hui des méthodes dites peu invasives de traitement de l'adénome de la prostate.

Méthodes thermiques - réduction de la taille de l'adénome sous l'influence de températures élevées. Pour chauffer les tissus de la prostate, utilisez le plus souvent des micro-ondes, des radiofréquences, des ultrasons. La thermothérapie par micro-ondes transurétrale est la méthode thermique la plus courante.

Cryodestruction - destruction du tissu prostatique à l'aide de basses températures.

Techniques au laser - le rayonnement laser chauffe l'eau dans le tissu prostatique, provoque une évaporation (vaporisation) de l'eau et en même temps une coagulation (pliage) du tissu prostatique. La vaporisation transurétrale de la prostate est la méthode thermique la plus courante.

Ballon dilatation de l'urètre - l'expansion de la lumière de l'urètre en introduisant un cathéter dans celui-ci avec un ballon de gonflage à la fin.

Le stenting de l'urètre de la prostate est l'expansion de la lumière de l'urètre en introduisant un stent. Le stent est un cadre en forme de cylindre en matériau polymère qui empêche le rétrécissement de la lumière de l'urètre.

La dilatation par ballonnet et la pose de stent sont généralement utilisées simultanément.

De telles méthodes peu invasives sont plus sûres que la chirurgie, mais moins efficaces. Par conséquent, ils sont utilisés assez rarement.

Comment se développe l'adénome de la prostate?

L'adénome de la prostate est une maladie caractérisée par une hypertrophie de la prostate due à la prolifération de ses propres tissus. En pratique médicale, cette maladie est souvent appelée hyperplasie bénigne de la prostate. Bien que cette tumeur de la prostate soit bénigne, cette maladie s'accompagne de nombreux symptômes désagréables, qui réduisent considérablement la qualité de la vie.

Le danger de l'hyperplasie bénigne de la prostate réside dans la capacité de cette tumeur à se transformer en une tumeur maligne. De plus, dans certaines conditions, l'évolution de la maladie peut être accompagnée d'un certain nombre de complications graves nécessitant une intervention chirurgicale. L’augmentation de la taille de la prostate a pour effet secondaire de pincer l’urètre, ce qui pose de nombreux problèmes de drainage de l’urine.

Les principales causes de l'adénome de la prostate

De nombreux médecins pensent que les processus bénins de croissance du tissu prostatique font partie du mécanisme naturel du vieillissement du système reproducteur de l'homme. Cette hypothèse n’est pas sans raison, car cette maladie est diagnostiquée principalement chez les hommes de plus de 50 ans. Plus l'homme est âgé, plus le risque de développer un adénome de la prostate est élevé. Les statistiques montrent qu'environ 90% des hommes de plus de 75 ans sont atteints d'une forme quelconque de cette maladie. Avec le vieillissement, la prostate, l'adénome et la prostatite sont fréquents. Le processus de vieillissement du corps masculin provient principalement de modifications des niveaux hormonaux. Afin de comprendre les raisons du développement de l'hyperplasie bénigne de la prostate et les symptômes caractéristiques de l'évolution de cette maladie, il est nécessaire de prendre en compte l'anatomie de cet organe.

Cet organe est situé entre la symphyse pubienne et le rectum. Dans des conditions normales, il ressemble à un marron. La prostate a 2 lobes reliés par un isthme. L'urètre est situé entre les lobes. Chez les hommes jeunes âgés de 18 à 30 ans, cette glande a une taille limitée et pèse environ 16 g. Chez les hommes plus âgés, on observe des modifications hormonales qui déclenchent des phénomènes compensatoires qui entraînent une augmentation de la taille de la prostate. Les raisons du développement de l'adénome de la prostate ne sont pas encore bien comprises, mais des observations cliniques ont permis d'identifier les principaux facteurs prédisposants et les mécanismes de leur influence sur le processus de formation de la maladie.

  1. Prédisposition génétique. Dans la plupart des cas, les hommes présentant les premiers signes d'un adénome de la prostate apparaissent à l'âge de 50 ans et ont des antécédents familiaux chargés de cette maladie. Le mécanisme de transmission de la susceptibilité à la défaite de la prostate n’est pas entièrement compris, mais certaines caractéristiques de l’évolution de la maladie montrent clairement que la continuité héréditaire de ce processus de vieillissement se produit chez de nombreux hommes. En règle générale, chez les hommes de la même famille, les premières manifestations de l'adénome de la prostate commencent au même âge et l'évolution de la maladie est compliquée par les mêmes pathologies.
  2. Changements hormonaux. Le stade initial du développement de la pathologie de la prostate correspond à la période de diminution naturelle du niveau d'hormones sexuelles et au début du vieillissement du système reproducteur de l'homme. La relation entre le développement de l'hyperplasie bénigne de la prostate et une diminution du niveau d'hormones sexuelles peut être tracée très clairement. Le fait est que de rares cas de développement d'adénome de la prostate chez les moins de 30 ans sont observés précisément dans le contexte de perturbations hormonales.
  3. En surpoids. Chez les hommes souffrant de diverses formes d'obésité, le risque de lésions de la prostate et de développement d'un adénome de la prostate augmente considérablement. Le fait est que le tissu adipeux ne provoque pas seulement le développement de maladies graves du système endocrinien et de désordres métaboliques, mais empêche également la circulation sanguine normale dans les organes pelviens, qui affecte principalement la prostate.
  4. Nutrition déséquilibrée. L'abus d'aliments épicés, frits, salés et gras est un facteur prédisposant à la survenue de problèmes de prostate. Les observations montrent que les hommes qui surveillent de près l'équilibre en nutriments et leur régime alimentaire font face beaucoup plus tard aux symptômes de l'adénome de la prostate. En outre, il convient de noter que les hommes qui ont vécu toute leur vie dans les zones rurales et qui ont utilisé des produits fabriqués par leurs propres moyens non seulement souffrent beaucoup moins souvent d'adénomes de la prostate, mais ne font pas non plus face à de graves complications en présence de cette maladie.
  5. Mode de vie sédentaire. L'absence prolongée d'activité motrice entraîne un affaiblissement progressif des muscles du petit bassin, ce qui affecte tous les organes situés dans cette zone.

On croit que le tabagisme, l'alcoolisme, la présence de maladies infectieuses chroniques de l'appareil génito-urinaire peuvent être des facteurs prédisposants au développement de pathologies de la prostate, mais les études cliniques n'ont pas encore confirmé que l'adénome de la prostate est la conséquence d'un mode de vie médiocre. On pense que ces facteurs défavorables affectent le taux de vieillissement général du corps.

Comment se manifeste l'adénome de la prostate?

Tous les symptômes existants peuvent être divisés en irritant et obstructif. Les symptômes irritatifs se développent en raison d'une irritation résultant d'une hypertrophie de la prostate, tandis que les symptômes obstructifs sont en corrélation avec des problèmes d'excrétion de l'urine.

Avec le développement de l'adénome de la prostate, les symptômes obstructifs apparaissent en premier.

  1. Flux d'urine lente. Dans ce cas, nous parlons d'une diminution du taux de décharge de l'urine en raison de la compression dans un certain endroit du canal urinaire, en raison de la croissance du tissu dans l'adénome de la prostate.
  2. Débit urinaire initial retardé. Ce processus est également appelé rétention urinaire primaire et se caractérise par un retard dans le début de l'excrétion de l'urine après la relaxation du sphincter. Ce délai continue pendant quelques secondes.
  3. La nécessité de la participation des abdominaux lors de la miction. Avec le développement de ce symptôme, le patient doit faire des efforts considérables pour commencer à uriner.
  4. Miction intermittente. Si l'écoulement d'urine se produit en plusieurs parties - ceci est considéré comme une pathologie, car dans des conditions normales, le jet doit être continu jusqu'à ce que la vessie soit complètement vide.
  5. La dernière partie de l'urine tombe.
  6. Sensation constante de vidange incomplète de la vessie. Cette pathologie est observée en raison du manque de vidange complète de la vessie. Pour vider complètement la vessie, un homme doit aller plusieurs fois aux toilettes.

De plus, des symptômes irritatifs rejoignent les symptômes existants de l'adénome de la prostate.

  1. Nocturie. Cette pathologie se manifeste par une incidence accrue de l'envie d'uriner la nuit.
  2. Polakkiuria de jour. Avec le développement de cet écart chez les patients présentant un adénome de la prostate, le nombre de mictions augmente. De la norme de 4 à 6 fois, le nombre de visites aux toilettes passe à 16-20.
  3. Faux besoin d'uriner. Cet écart par rapport à la norme se caractérise par un désir fréquent de vider la vessie, mais il n'y a pas de sortie d'urine elle-même.

L’accumulation constante dans l’urine de la vessie avec un adénome de la prostate et des problèmes d’écoulement entraînent un étirement des parois de la vessie et une altération de la fonction du détrusor. Le détrusor est un muscle qui se contracte en pressant l'urine de la vessie. Lorsque ce muscle est étiré, il n’ya pas de vidange complète de la vessie.

Les principales étapes du développement de l'adénome de la prostate

Les symptômes de la maladie n'apparaissent pas immédiatement, mais comme s'ils se rejoignaient. Au fil du temps, les problèmes deviennent de plus en plus perceptibles. L'évolution de l'adénome de la prostate peut être divisée en 3 étapes: compensée, sous-compensée et décompensée.

  1. Stage compensé. Ce stade est caractérisé par l’absence de symptômes graves et par des problèmes d’écoulement de l’urine, le rétrécissement du canal urinaire étant compensé par une pression importante sur les parois de la vessie lors de la miction. Le seul symptôme de la présence de ce stade est un inconfort dans la vessie après sa vidange complète, observée pendant plusieurs minutes.
  2. Stage sous-compensé. Cette étape s'accompagne de l'apparition de processus inflammatoires dans les parois de la vessie et des premiers signes d'hémorragie perturbée. Lorsque vous urinez, une quantité importante d'urine reste dans la vessie, ce qui entraîne en outre un certain nombre de symptômes caractéristiques.
  3. Stade décompensé. Cette étape se manifeste par de graves perturbations causées par la destruction de la vessie. A ce stade, le patient ne peut normalement pas uriner, mais lorsque la vessie est pleine, il y a une goutte d'urine dans l'urètre.

Les principaux types de complications de l'adénome de la prostate

En cas d'évolution défavorable, cette maladie peut s'accompagner d'un certain nombre de symptômes dangereux, dont la plupart nécessitent une intervention spéciale ou chirurgicale.

  1. Rétention urinaire aiguë. Le développement de cette pathologie s'accompagne d'une cessation complète de l'écoulement de l'urine. En règle générale, de telles complications de l'adénome de la prostate sont observées après un stress grave, une hypothermie et d'autres conditions indésirables survenues au cours du troisième stade de développement de l'hyperplasie bénigne de la prostate. Ne pas vider la vessie peut entraîner un débordement et une rupture des parois. Afin d'éviter les conséquences les plus négatives, le patient doit immédiatement consulter un médecin pour obtenir de l'aide qualifiée. Pour la mise en œuvre de la sortie de l'urine, un cathétérisme de la vessie est effectué.
  2. La formation de calculs dans la vessie. La vidange incomplète de la vessie comporte un risque d'accumulation de dépôts minéraux. Avec le temps, le sable se forme avec le temps dans la cavité de la bulle de dépôts minéraux, puis de cailloux de tailles différentes. Les calculs dans la vessie sont dangereux car, dans certaines conditions, ils peuvent s'infiltrer dans l'urètre, ce qui non seulement bloque l'écoulement de l'urine, mais provoque également des lésions aux parois du canal. En règle générale, un traitement chirurgical est nécessaire pour enlever les calculs.
  3. Processus inflammatoires. L’hyperplasie bénigne de la prostate est une sorte de tremplin pour l’infection des tissus du système urogénital. Le plus souvent, on observe une pyélonéphrite de la prostate, c'est-à-dire une inflammation du parenchyme rénal, ainsi qu'une cystite - un processus inflammatoire de la vessie.
  4. Hématurie Cette pathologie se développe sur le fond des varices dans le cou de la vessie en raison d'une hypertrophie de la prostate. Le symptôme principal de cette pathologie est l'apparition de globules rouges dans les urines. Le sang dans les urines n'est pas toujours visible à l'œil nu, car la dose qui entre dans le sang dans les urines peut être différente. L'urine ne devient rouge que si un saignement important s'est produit.

En règle générale, les complications de l'adénome de la prostate ne se développent que dans le contexte d'une longue absence du traitement ou de l'ignorance de la maladie par le patient lui-même. Les complications sont souvent temporaires, c'est-à-dire, par exemple, pour éliminer la forme aiguë d'écoulement d'urine. Un seul cathétérisme peut suffire à soulager les spasmes, après quoi les fonctions de la vessie et de l'urètre reprennent.

Méthodes de diagnostic de la maladie de la prostate

Le diagnostic de l'hyperplasie bénigne de la prostate est réalisé sur la base des antécédents recueillis, en tenant un journal de miction du patient, en effectuant des palpations et des types de recherche instrumentale. Toutes ces méthodes de recherche nous permettent de déterminer le degré de lésion de la prostate, ce qui nous permet en outre de prescrire un traitement adéquat. Il est nécessaire d'examiner plus en détail les principales méthodes de détection de l'adénome de la prostate.

  1. Palpation examen rectal de la prostate. Cette étude vous permet de déterminer la taille, la consistance, la douleur et d’autres paramètres de la prostate endommagée.
  2. Échographie transrectale. Cette méthode de recherche permet de déterminer la présence de nœuds et de calcifications. En outre, cet outil permet de déterminer la taille et la direction de la croissance de la prostate avec une précision millimétrique. Les avantages de l'utilisation de TRUS comprennent la capacité de détecter un adénome de la prostate dans les lignes très précoces.
  3. Échographie.
  4. Uroflowmetry. Cette étude permet d'identifier des anomalies dans les processus d'excrétion de l'urine.
  5. Détermination de l'urine restant dans la vessie. Cette étude est réalisée immédiatement après la vidange de la vessie. L'échographie est utilisée pour détecter la quantité d'urine restante.
  6. Cystographie
  7. Cystoanométrie. Vous permet de définir la pression à l'intérieur de la vessie.
  8. Tomographie par ordinateur.

Ces études vous permettent d’établir un tableau clinique précis de l’évolution de la maladie. De plus, sur la base des données obtenues, un traitement conservateur ou chirurgical peut être prescrit.

Traitement conservateur de l'adénome de la prostate

Le traitement de l'hyperplasie bénigne de la prostate nécessite une approche intégrée. Tout d'abord, les antagonistes des alpha-bloquants peuvent être prescrits par un médecin pour les adénomes de la prostate. Ces médicaments contribuent à réduire le tonus de la structure des muscles lisses de la vessie et du tissu prostatique, ce qui contribue à réduire la pression sur l'urètre et facilite grandement le processus de miction. De nombreux médicaments appartiennent à ce groupe, mais seul un médecin qui voit le tableau clinique doit choisir un agent spécifique.

En outre, les inhibiteurs de l’alpha réductase, qui aident à bloquer la conversion de la testostérone en déshydrotestostérone, peuvent également être prescrits. En plus de ces médicaments, des médicaments anti-exsudatifs et anti-inflammatoires peuvent être prescrits. Le traitement médicamenteux est très efficace et peut réduire la taille de la prostate et éliminer les symptômes les plus désagréables. De plus, en plus du traitement médicamenteux, un régime alimentaire et une physiothérapie peuvent être prescrits.

La physiothérapie pour l'hyperplasie bénigne de la prostate est un ensemble d'exercices visant à améliorer l'irrigation sanguine et la raideur des muscles situés dans la région pelvienne. Une bonne nutrition joue également un rôle important dans le traitement de l'adénome de la prostate, car elle permet de compenser le manque de nutriments et d'établir le fonctionnement du système génito-urinaire.

Traitement chirurgical de la prostate

Le traitement chirurgical de l'hyperplasie bénigne de la prostate peut être effectué à la fois pour des raisons d'urgence et de manière planifiée. Les pathologies et anomalies suivantes peuvent être des indications pour une intervention chirurgicale d'urgence:

  • rétention d'urine;
  • insuffisance rénale;
  • des pierres dans la cavité vésicale;
  • infection souvent récurrente;
  • grand diverticule dans la vessie.

Il existe plusieurs types d’opérations sur la prostate et la vessie, qui permettent d’obtenir un excellent effet et de réduire le risque de complications futures. Le type d’opération est choisi par le médecin en fonction des paramètres individuels de la maladie. En règle générale, l'adénome de la prostate après une chirurgie ne se fait plus sentir longtemps.

Partagez-le avec vos amis et ils partageront certainement quelque chose d'intéressant et d'utile avec vous! C'est très facile et rapide, il suffit de cliquer sur le bouton de service que vous utilisez le plus souvent:

Diagnostic d'adénome de la prostate

Adénome de la prostate: diagnostic

Le diagnostic initial d'une maladie aussi courante chez les hommes que l'adénome de la prostate repose principalement sur une enquête auprès de patients, au cours de laquelle les symptômes associés sont déterminés.

Diagnostic de la maladie par symptômes concomitants

Chez les hommes, après avoir atteint une certaine période, qui commence dans la plupart des cas au tournant de 60 ans, ou plus tôt, il se produit une croissance accrue des cellules du tissu glandulaire dans la région de l'isthme de la vessie. Augmentation du nombre de glandes accessoires adjacentes à l'urètre, ainsi que de son propre tissu prostatique. À la suite de ce processus, une hyperplasie bénigne de la prostate (HBP), c’est-à-dire un adénome de la prostate, se développe.

Les tissus tentaculaires déforment l'urètre, ce qui nuit au bon retrait de l'urine. Au cours d'une visite aux toilettes en raison du rétrécissement de la lumière de l'urètre, les hommes commencent à se fatiguer, à faire sortir le liquide de la vessie.

Les symptômes de la maladie sont présents pendant la vidange et le remplissage de la vessie. En vidant:

  • début difficile du processus urinaire;
  • le besoin de tension des muscles du péritoine pour enlever l'urine;
  • flux faible;
  • à la fin des voies urinaires, l'urine goutte pendant un moment;
  • sentiment inquiet de rétention d’urine et de vidange incomplète.

Lors du remplissage, les manifestations douloureuses suivantes peuvent perturber:

  • des pulsions insupportables et fréquentes à tout moment de la journée;
  • la miction apparaît.

Pourquoi les processus urinaires souffrent-ils d'HBP? Le fait est que lors du remplissage, une pression est créée sur certaines zones situées sur les parois internes de la vessie. La prostate élargie commence également à s’écraser à ces endroits. A cause de ce que la vie du patient est compliquée par des mictions fréquentes.

L'adénome de la prostate est lent et progresse avec l'âge. Les symptômes ne sont pas toujours permanents. Au cours de la maladie, il y a des périodes où ils augmentent ou s'affaiblissent. Ces symptômes s'aggravent en raison d'une hypothermie, d'un stress physique ou émotionnel, ainsi que de la consommation irrégulière d'alcool, de tabac, d'aliments fumés, frits et épicés.

En cas de symptômes suspects, vous ne devez pas retarder une visite chez le médecin, qui interrogera tout d'abord le patient sur les plaintes et les manifestations de la maladie: début, dynamique, maladies chroniques associées, traumatismes subis, réactions allergiques, conditions de vie. Informations particulièrement importantes sur la présence de maladies pouvant causer des troubles de la miction:

  • blessures à la colonne vertébrale;
  • sclérose en plaques;
  • problèmes de moelle épinière;
  • le diabète;
  • alcoolisme et autres.

En analysant les informations collectées et en tenant compte des données de l'examen du patient, le médecin établit un diagnostic préliminaire. Par la suite, il peut être confirmé ou réfuté par des mesures de diagnostic supplémentaires.

Examen rectal de la prostate

La palpation rectale de la prostate est obligatoire chez les hommes du groupe de personnes plus âgées (après 40 ans) chez qui l'urologue a diagnostiqué une maladie de la prostate. Cette méthode est assez informative et appartient à tout urologue. Du patient ne nécessite aucune formation spéciale.

À la palpation, le patient peut occuper les positions suivantes:

  • debout, penché et reposant ses mains;
  • à quatre pattes, s'appuyant sur les coudes et les genoux;
  • en position horizontale, les jambes pliées et collées au corps.

Un médecin vêtu de gants d'examen applique du lubrifiant sur l'un de ses doigts. Cela peut être une paraffine liquide ou un gel spécial. Puis il écarte les moitiés des fesses et doucement, lentement, insère un doigt à travers l'anus dans le rectum. Auparavant, le médecin informe le patient de la nature et du but de l’examen rectal, afin de ne pas provoquer de réaction indésirable.

Cette enquête fournit suffisamment d'informations sur la taille et la forme de la prostate, la distinction de ses rainures interlobaires, la symétrie des lobes, la consistance, la présence de formations, de calculs, etc. Évaluation visuelle et en laboratoire de la sécrétion de la prostate sécrétée.

Dans un état sain, la prostate est arrondie avec des contours nets, a deux lobes égaux, séparés par un sillon, une surface lisse, une consistance uniforme et aucune vésicule séminale palpable, tolère la procédure sans douleur.

Dans le cas de l'HBP, on constate une augmentation symétrique des lobes avec une consistance homogène, une surface lisse, un sulcus médian légèrement lissé, la partie supérieure de la glande est inaccessible aux examens des doigts en raison de sa forte augmentation, la sensibilité de l'organe est faible.

Malgré l'amélioration de l'équipement technique des établissements médicaux, l'examen de palpation reste demandé et même indispensable.

Diagnostic de laboratoire

Les analyses de sang et d'urine pour une HBP non compliquée devraient être normales. Avec leur aide, des processus inflammatoires, des dysfonctionnements rénaux ou hépatiques, des troubles de l’hémocoagulation sont diagnostiqués.

  1. Un nombre accru de leucocytes, d'érythrocytes ou de bactéries révèle la présence d'une maladie inflammatoire chez un patient dans les organes du système urogénital. Des concentrations élevées de sels dans la collection d'urine peuvent être détectées en présence de calculs dans les voies urinaires.
  2. L'analyse biochimique caractérise le travail des reins et révèle une insuffisance rénale. Une fluctuation des concentrations de créatinine et d'urée indiquera un dysfonctionnement rénal. Un déséquilibre en calcium, en potassium et en sodium ou une faible teneur en hémoglobine et en globules rouges peuvent également indiquer une diminution de la fonction rénale.
  3. L'hématurie est une preuve de lithiase urinaire.
  4. Une déviation de la coagulation sanguine par rapport à la norme est présente dans les dysfonctionnements rénaux et la pyélonéphrite chronique.
  5. Le test PSA aide à détecter le processus tumoral malin dans le temps et à sélectionner les patients pour une procédure de biopsie de la prostate. L'analyse est donnée avant le passage d'un examen rectal numérique, car après cela, le contenu de PSA peut augmenter.

Examen des voies urinaires inférieures

Conduit après l'examen de la prostate. Son but est de déterminer la perméabilité de l'urètre et le volume d'urine résiduelle. Un cathéter est inséré dans l'urètre, qui est un tube souple. Une extrême prudence s'impose car l'intégrité des muqueuses peut être facilement compromise. Le déplacement de l'urètre, ainsi que l'allongement de son dos, indiquent un adénome de la prostate.

Le cathétérisme de la vessie vous permet de déterminer à quel stade se trouve la maladie, le tonus du muscle responsable du débit urinaire, ainsi que la pathologie associée (calculs, tumeurs, etc.). Avec une rétention urinaire constante chez les patients dont la paroi abdominale est terne, il est possible de déterminer visuellement, ainsi que lors d'un examen des doigts, une formation tumorale sphérique légèrement saillante dans la région sus-pubienne.

Un examen externe de l'organe étiré révèle une surface plane ainsi que des contours plutôt expressifs. Appuyer sur la vessie avec les doigts provoque et renforce l'envie de la vider.

Lors du cathétérisme de la vessie, le débit urinaire est déterminé. Un bon jet de pression parle de tonus musculaire normal. Si le liquide de lixiviation ou l'urine est lent le long du cathéter, il est libéré par des gouttes, ce qui indique que l'organe a partiellement perdu sa contractilité. Si le liquide ne coule pas du tout, cela indique une perte complète de la fonction musculaire.

En appliquant une sonde après la miction, renseignez-vous sur la quantité d'urine restante. Cela dépend du tonus du muscle qui effectue la sortie de l'urine de la vessie. Si plus de 100 ml de fluide sont détectés, une vidange incomplète est présente. La même chose peut être déterminée par ultrasons. Les données obtenues aident à établir le stade de la maladie de l'adénome de la prostate. En outre, le diagnostic à l'aide d'un cathéter élimine une maladie telle que le rétrécissement de l'urètre.

Dans certains cas, le cathétérisme est contre-indiqué. Par exemple, les patients avec une urine aseptique (stérile). Ces patients sont très susceptibles aux infections urinaires et l'examen par instrument leur présente un certain danger. Par conséquent, s’il est impossible de se passer de l’utilisation d’un cathéter et de la procédure, des antibiotiques sont pris.

Échographie de la prostate

Après avoir procédé à un examen numérique, le patient est envoyé pour un diagnostic par ultrasons. L'échographie est souvent réalisée de manière transrectale. Cela permet au spécialiste d'obtenir les informations les plus fiables sur la structure et l'état de la prostate, les vésicules séminales.

Le patient ne subit aucun inconvénient pendant cette procédure de diagnostic. Le capteur, à l'aide duquel se fait la recherche interne, est de petite taille, jusqu'à 2 cm de diamètre. Par conséquent, l'inconfort n'est presque pas ressenti. Le patient est allongé sur le côté gauche, pliant les jambes et les appuyant contre le ventre.

En outre, le diagnostic par ultrasons peut être réalisé de manière externe à travers la paroi de la cavité abdominale. Mais cette méthode n’est qu’indicative, car elle donne une idée approximative de l’image de la maladie. Le patient sur la procédure doit apparaître avec une vessie pleine et la nuit avant de faire un lavement.

L'échographie aide le spécialiste avec une précision maximale à déterminer la structure de la prostate, la taille, la densité, l'uniformité, la présence de tumeurs. Chez un patient présentant un adénome de la prostate, on observe une augmentation des organes et des ganglions adénomateux.

Le changement de forme, la nature des nœuds, le flou et le flou des contours, la croissance rapide, le changement de densité indiquent une lésion maligne.

Urométrie

Après avoir passé l'échographie, il est proposé au patient d'effectuer le processus de miction dans un appareil spécial situé dans le bureau de l'urologue. L'examen est effectué comme s'il s'agissait d'une miction naturelle. Uroflowmetry est un test électronique permettant de déterminer le débit urinaire.

À l'aide de l'appareil, le médecin détermine les véritables paramètres physiques de la miction, qui peuvent ne pas correspondre aux plaintes subjectives du patient. Cela vous permettra de choisir le bon traitement. Après la procédure, le patient est à nouveau envoyé à l'échographie pour déterminer la quantité d'urine restante.

L'équipement permettant d'effectuer la débitmétrie urinaire consiste en un dispositif de réception d'urine, comprenant un capteur de débit, à partir d'un écran graphique, d'un ordinateur, d'une imprimante. Lorsque le patient dirige le jet à l'endroit désigné à cet effet, les données sont enregistrées et traitées par un ordinateur, puis imprimées sous la forme d'un motif graphique, d'un motif uroflow.

Cystoscopie

Cette méthode vous permet d'explorer les voies urinaires inférieures de l'intérieur. Un cystoscope (un tube fin doté d'un système optique) est inséré dans la vessie par l'urètre. Des instruments miniatures peuvent également être insérés dans le tube pour prélever un biomatériau à analyser.

Le médecin remplit la vessie d'eau et l'examine de l'intérieur. La procédure doit être effectuée sur une base ambulatoire. Un patient peut recevoir une anesthésie rachidienne, générale ou locale.

La cystoscopie peut détecter des changements structurels indésirables, notamment une hypertrophie de la prostate, une obstruction du col de la vessie ou de l'urètre, des calculs et des anomalies anatomiques. Et avec l'aide de cette méthode de diagnostic, vous pouvez déterminer la présence d'un cancer de la vessie, de diverses infections et de la présence de sang dans les urines.

Biopsie de la prostate

Est-il nécessaire de pratiquer une biopsie de l'adénome de la prostate? Cette mesure de diagnostic n'est ni nécessaire ni nécessaire pour détecter une lésion bénigne dans les tissus de la prostate. Toutefois, après avoir réussi les tests de PSA, en cas de révélation de son contenu élevé et des résultats incertains d'un examen numérique, l'urologue peut demander au patient de réaliser une biopsie de la prostate. Cela donnera l'occasion d'exclure la présence du processus malin du patient.

Un échantillon de tissu prostatique est obtenu à l'aide d'une aiguille à biopsie. La procédure peut être réalisée par différentes méthodes, mais dans la plupart des cas, le tissu de la prostate est prélevé par voie rectale à travers la membrane du rectum.

En outre, conformément aux indications individuelles, le patient peut être dirigé vers d’autres types d’études, par exemple, le diagnostic par radio-isotopes, l’urographie excrétrice, etc.

L'adénome de la prostate est une tumeur bénigne des tissus des organes glandulaires. En pratique urologique, il est d'usage de parler d'adénome non pas comme un néoplasme, mais comme une prolifération nodulaire (hyperplasie) de cellules glandulaires résultant de l'exposition à un certain nombre de facteurs externes et internes. Par conséquent, il est plus correct d'appeler l'hyperplasie bénigne de la prostate (HBP) adénome de la prostate.

L'hyperplasie occupe une place de choix dans la structure des pathologies androgènes. La maladie touche essentiellement les hommes âgés: si elle atteint environ 3 à 5% des cas dans la jeunesse, elle atteint 50% après 40 ans et dépasse 75% après 70 ans. Que devez-vous savoir sur la pathologie décrite?

La définition

L'adénome de la prostate (également une hyperplasie bénigne de la prostate) est un processus néoplasique qui entraîne la division active des cellules glandulaires de l'organe décrit avec la formation d'un nœud circulaire bien défini. La maladie est bénigne. Les néoplasmes nodulaires ne sont pas sujets à la malignité (acquisition des propriétés d’une tumeur maligne).

Causes de l'adénome de la prostate

Jusqu'à la fin des causes de la maladie n'est pas claire. Cependant, malgré cela, nous pouvons parler des facteurs prédisposant à la formation de la pathologie:

  • Âge Il existe une relation directe entre les années et la probabilité de devenir victime d'hyperplasie prostatique. Plus le patient est âgé, plus le risque de tomber malade est élevé. Au fil du temps, la prostate cesse de fonctionner comme avant, en modifiant les niveaux d'hormones, les mauvaises habitudes, tout cela s'accumule pendant une longue période et aboutit à une prolifération pathologique des tissus glandulaires de l'organe.
  • Déséquilibre hormonal. L'excès de testostérone entraîne une augmentation de la libido et une augmentation de la fonction sexuelle. Les rapports sexuels fréquents, les émissions nocturnes (en dehors des rapports sexuels) et d'autres facteurs liés à la reproduction entraînent une synthèse accrue de la sécrétion de liquide séminal et de la prostate. À un moment donné, le fer perd la capacité de satisfaire le besoin de secret de l’organisme. La prostate est responsable de la croissance de ses propres tissus pour une synthèse plus intensive de la substance nécessaire.
  • Rapports sexuels fréquents (la cause immédiate est décrite ci-dessus).
  • Irrégularité de la vie sexuelle. Paradoxalement, cela affecte également le travail de la prostate en provoquant son hyperplasie.
  • Effet des agents viraux et infectieux sur la prostate. Surtout lorsqu'il s'agit du virus du papillome humain (VPH). Le VPH provoque une activité proliférative excessive, contribuant à la division cellulaire.
  • La présence d'une inflammation dans la prostate (prostatite). Il agit comme un déclencheur (facteur provoquant).

Il existe d'autres facteurs dont le rôle n'est toutefois pas certain: il y a trop peu d'études et de sources.

  • Le tabagisme Selon une théorie, la nicotine et le tabac provoquent une sténose des gros vaisseaux qui nourrissent les tissus des organes. En conséquence, l'ischémie se produit, une pénurie aiguë de sang conduit à la croissance de la prostate.
  • Infections sexuellement transmissibles transférées.
  • Hérédité chargée. Le rôle du facteur génétique est également inconnu. Cependant, certaines études indiquent une relation directe entre l'hérédité accablée et le risque de développer un adénome de la prostate. S'il y avait un homme souffrant d'hyperplasie, la progéniture souffrirait avec une chance de 25%. Heureusement, ce n'est pas la maladie qui est héritée, mais seulement les caractéristiques du système reproducteur, y compris la prédisposition aux processus néoplasiques.
  • Le diabète. Il provoque une athérosclérose des vaisseaux alimentant les organes du petit bassin (plus en détail sur le diabète sucré de type 2).
  • Appartenant à la race négroïde. Pour des raisons qui ne sont pas entièrement comprises, les nègres souffrent d'un adénome de la prostate presque deux fois plus souvent que les patients blancs.
  • Mauvaise alimentation et obésité. Affecte le métabolisme des lipides. Les troubles métaboliques entraînent à leur tour une diminution de la synthèse des hormones sexuelles mâles. Le système reproducteur vient à la discorde.

Pathogenèse

Le rôle principal dans l'hyperplasie prostatique est joué par les hormones sexuelles mâles - les androgènes. Il a été établi que chez les patients présentant un adénome de la prostate, la concentration de dihydrotestostérone dépasse la norme d'au moins 3 à 5 fois. La dihydrotestostérone et d'autres substances (y compris les hormones spécifiques de la femme) ont un rôle stimulant sur le tissu glandulaire. À un moment donné, le fer ne gère tout simplement pas la fonction qui lui est assignée en raison d'une surcharge. Le seul moyen de satisfaire un besoin induit est d’augmenter le volume du tissu synthétisé. C’est ainsi que se forment les néoplasmes nodulaires, appelés adénomes de la prostate. Des processus similaires se produisent dans la glande pituitaire, la glande thyroïde.

Lire la suite: Effet des androgènes sur la prostate

Symptomatologie

Le tableau clinique de la maladie est extrêmement diversifié. Les manifestations spécifiques dépendent du stade du processus pathologique, de l'état général du patient, de la présence de maladies concomitantes, etc. Selon la gravité du tableau clinique, il existe trois stades d'adénome:

  1. Stade de compensation. Les manifestations se produisent lorsque la vessie est vidée.
  2. Stade de sous-compensation. Miction considérablement altérée. Après avoir visité les toilettes dans la bulle reste une quantité importante d'urine.
  3. Stade de décompensation. Dysfonctionnement total de la vessie.

Actuellement, la plupart des urologues reconnaissent que cette classification est obsolète, mais elle reste pertinente et est utilisée dans la pratique du diagnostic.

Les symptômes incluent:

  • Sensation de vidange insuffisante de la vessie, même après avoir utilisé les toilettes. Cela est dû, premièrement, à la pression de croissance nodale sur les parois de la vessie et, deuxièmement, à un débit urinaire incomplet.
  • Basse pression d'urine. Comme avec la prostatite, la miction est perturbée. Le jet est faible ou peut s’affaiblir au cours du processus même.
  • L'excrétion de l'urine en petites portions (goutte à goutte) déjà à la fin du processus de miction.
  • Besoin de faire un effort pour uriner. En cas d'entrer dans les muscles abdominaux.
  • Besoin fréquent de vider la vessie (appelée pollakiurie). Manifeste jour et nuit.
  • Besoin impératif de vider la bulle. Caractérisé par l'urgence, l'incapacité de retenir.
  • Oligurie Diurèse quotidienne réduite. Il est observé dans les stades avancés. Expliqué par la vidange incomplète de l'organe.

Diagnostics

Les mesures de diagnostic ne doivent être effectuées que par le spécialiste traitant (urologue ou urologue-andrologue). Le processus d’examen commence par la collecte de l’anamnèse et l’interrogation orale du patient en vue d’une plainte. L'examen digital rectal de la prostate est très informatif. Cette manipulation, inconfortable pour le patient, permet d’évaluer la structure et la taille de la prostate. Sans cela, je ne peux tout simplement pas faire. Cependant, il ne suffit pas d'établir le fait de la prolifération nodulaire de la prostate elle-même. Pour vérifier le diagnostic et le diagnostic différentiel, une série d'examens instrumentaux est présentée:

  • Échographie de la prostate. Il est nécessaire d’évaluer la présence de tumeurs, leur taille, leur forme, leur structure. Il permet également de déterminer les calcifications dans la structure des nœuds.
  • TRUS (un type d'échographie) (plus ici). Il est considéré comme plus informatif, car il donne des informations détaillées sur l’état de la prostate.
  • CT / IRM. L’étude la plus informative (surtout avec le contraste), permettant de distinguer le processus malin du processus bénin. En raison du coût élevé et la faible disponibilité est rarement nommé.
  • Cystographie Contraste examen mini-invasif de la vessie. Vous permet de déterminer la déformation dans les voies urinaires.
  • Cystomanométrie. La méthode nécessaire pour mesurer la pression à l'intérieur de la vessie. Détecte les problèmes urinaires.
  • Détection d'urine résiduelle. Conduit par ultrasons immédiatement après avoir vidé la bulle.
  • Uroflométrie. Nécessaire pour évaluer les caractéristiques du flux d'urine.

Pour diagnostiquer le patient, un questionnaire simple est proposé. Chaque question suppose une réponse monosyllabique «Oui» ou «Non». De plus, le degré de valeurs positives ou négatives est classé sur une échelle de 0 à 5. Les questions sont standard:

Une valeur supérieure à 7 points est en faveur du processus actuel. Le questionnaire est nécessaire pour évaluer le sentiment subjectif du patient et ne devrait être évalué qu’avec les données d’une recherche objective.

Traitement

Thérapie symptomatique. Dans la plupart des cas, l'observation est illustrée par la dynamique de l'administration simultanée de médicaments. L'intervention chirurgicale est indiquée uniquement lorsque le processus actuel est difficile.

Continuez à lire: Tactiques de traitement de l'adénome de la prostate, en fonction du stade

Traitement de la toxicomanie

La réception des bloqueurs alpha-adrénergiques est montrée. Ils entraînent une diminution du tonus des muscles lisses des muscles du système urinaire et, par conséquent, une diminution de la résistance lors du passage de l'urine. Noms commerciaux:

La posologie est déterminée par le médecin en fonction du stade de la maladie. La durée du traitement est longue et dure environ six mois. L'effet thérapeutique est atteint par 3-4 mois d'utilisation de médicaments. En l'absence d'action cliniquement significative, un changement de tactique de traitement est montré.

Également prouvé inhibiteurs de 5 alpha-réductase. Ces médicaments normalisent les hormones, éliminant ainsi la cause immédiate de l'hyperplasie. Stabiliser la taille des néoplasmes de la prostate et réduire la taille de l'adénome. Le principal inconvénient de ces médicaments est leurs effets secondaires (ils sont lourds, comme tous les médicaments hormonaux).

La chirurgie est nécessaire en l’absence d’effet thérapeutique ou en cas de détérioration importante de la miction qui menace la santé ou la vie du patient. La liste des lectures absolues est considérée comme exhaustive:

  • rétention urinaire;
  • infection récurrente des voies urinaires;
  • hématurie (sang dans les urines) due à un adénome;
  • insuffisance rénale;
  • urolithiase;
  • présence d'un diverticule important.

Lire la suite: Traitement médicamenteux de l'adénome de la prostate

Traitement chirurgical

La tactique du traitement chirurgical est déterminée par le médecin. Les années précédentes, la préférence était donnée à la chirurgie ouverte avec formation d’incision et accès direct à la prostate. À l'heure actuelle, des méthodes d'intervention endoscopiques moins radicales sont pratiquées. Parmi les techniques:

  • Implantation de stent. Essentiel pour le drainage normal de la vessie. C'est considéré comme une mesure temporaire.
  • Dilatation (expansion) des voies urinaires par des moyens mécaniques.

Il existe tout un groupe de méthodes endoscopiques:

  • Destruction thermique. Il implique la destruction du tissu de la prostate affecté par une température élevée.
  • Thermothérapie par micro-ondes.
  • Exposition au laser (vaporisation ou coagulation).
  • Excision électrique de la prostate. Une méthode moins radicale qui n'implique même pas une résection partielle du tissu.
  • Electrovaporisation du tissu prostatique.
  • Chirurgie endoscopique classique (transurétrale) avec ablation de l'adénome.

Pour le moment, les opérations ouvertes ne sont pas utilisées.

Lire la suite: Chirurgie de l'adénome de la prostate: types, avantages et inconvénients

Traitement des remèdes populaires

Utilisé uniquement à titre de mesure palliative visant à améliorer l'état du patient. La phytothérapie peut être une aide précieuse dans le traitement. Les recettes les plus efficaces:

  • Abeille se calmer. Permet de réduire les poches et l'inflammation. Pour la cuisson signifie prendre 2 cuillères à soupe de matières premières, versez un demi-litre d'eau. Faire bouillir pendant 2 heures. Prenez une cuillère à soupe deux fois par jour.
  • Huile de lin. Prendre 2 cuillères à soupe pendant la journée.
  • Oignons frais. Manger une ampoule par jour.
  • Thé à partir de graines de cumin.
  • Traitement de l'adénome de la prostate avec du sel (Professeur Okulov). Une méthode de traitement controversée, mais relativement sûre. Versez une cuillère à thé de sel sans lame avec 100 ml d'eau tiède. Saturer le bandage ou la gaze avec une solution saline. Presser le tissu. Mettez-le sur l'entrejambe sous la forme d'un bandage. Partez pour quelques heures. Réduit la douleur.

Régime alimentaire

Il est important de manger des aliments riches en zinc:

Les interdictions strictes n'existent pas. Il est également important de consommer plus d'aliments riches en sélénium. C'est:

  • Sea Kale
  • Sésame.
  • Noix du Brésil.
  • Pistaches.
  • Cultures de haricots.
  • Huile d'olive
  • Crevette

Continuez votre lecture: Nutrition dans le cancer de la prostate

Des complications

  • Rétention urinaire aiguë. Une condition qui peut entraîner une rupture de la vessie ou une insuffisance rénale aiguë.
  • Hématurie (apparition de sang dans les urines).
  • La formation de calculs dans la vessie.
  • Processus inflammatoires du système excréteur.

Mesures préventives

  • Rationalisation de l'activité physique (voir exercices du matin pour la santé masculine).
  • Nourriture saine.
  • Vie sexuelle régulière (sans fioritures).
  • Normalisation du poids corporel.
  • Porter des sous-vêtements amples.

L'hyperplasie (adénome) de la prostate est une maladie qui nécessite une attention accrue. Dans la plupart des cas, le processus peut être inversé ou arrêté par des méthodes conservatrices. Cependant, dans les cas extrêmes, un traitement chirurgical est nécessaire. Le patient doit être attentif à son propre bien-être. Au premier soupçon, vous ne devriez pas hésiter à consulter l’urologue. Ainsi, un homme sera capable de rester en bonne santé.

Signes d'adénome de la prostate chez l'homme: diagnostic, taux de PSA

L'adénome de la prostate est une pathologie commune chez les hommes âgés de 45 à 50 ans. Après cet âge, les symptômes de cette maladie surviennent chez la moitié des hommes et, après 65 ans, presque tous les hommes souffrent de ce trouble. Les causes de l'adénome de la prostate chez l'homme sont des facteurs internes (divers processus infectieux se produisant dans le système reproducteur masculin) et des phénomènes externes (catastrophes environnementales, mauvaises habitudes, régime alimentaire malsain, etc.).

L’adénome de la prostate se développe généralement sur fond de symptômes désagréables. Il devient l’un des principaux facteurs affectant les relations familiales d’un homme, ses contacts sexuels et les complexes psychologiques qui apparaissent à la suite d’un échec sexuel.

Les premiers signes d'adénome de la prostate chez les hommes les font paniquer, mais tous les représentants masculins ne se tournent pas immédiatement vers des spécialistes, beaucoup sont gênés par leur maladie et tentent de le faire eux-mêmes, ce qui peut avoir des conséquences négatives plus tard, lorsque des signes sérieux de pathologie apparaissent, le traitement deviendra beaucoup plus difficile que dans les premiers stades de la maladie.

Par conséquent, il est très important que, dès l'apparition des premiers signes d'adénome de la prostate chez l'homme, consultez immédiatement un médecin qui diagnostiquera la maladie et vous prescrira un traitement spécifique. Aux premiers stades de l'apparition de la pathologie, il est possible à l'avenir, sinon de la guérir complètement, puis de la contenir dans le développement ultérieur de la maladie.

Signes de pathologie

L'adénome de la prostate a de nombreux symptômes différents qui indiquent sa présence. Par exemple, envie fréquente d'uriner, accès douloureux du bas-ventre, inconfort du scrotum et de la vessie. Relations sexuelles courtes, difficultés d'éjaculation - tout cela est reconnu comme symptôme du développement de troubles de la prostate. Outre les manifestations de la pathologie, il peut exister un processus de fatigue chronique, une baisse de la fertilité masculine. Les causes de l'adénome de la prostate chez l'homme peuvent être différentes, à la fois par des processus inflammatoires complexes se déroulant dans le corps et directement dépendantes du mode de vie d'un homme.

Premièrement, les troubles se manifestent par des mictions de jour et de nuit trop fréquentes et une rétention d'urine est possible. Un homme souffrant de cette maladie doit faire beaucoup d'efforts pour la mise en oeuvre du processus urinaire, car la surface des organes augmente considérablement.

À ce stade de la pathologie, il y a une accumulation de résidus d'urine dans la vessie après sa vidange. Ses fonctions sont violées, l'homme a régulièrement envie d'uriner.

Signes de pathologie en phase 3

Aux 3 stades de développement de la pathologie, le dysfonctionnement de la vessie commence à agir, il se dilate. Parallèlement à ces processus, une augmentation de l'uretère et des reins se produit également, et les signaux pour uriner cessent progressivement. Peut-être une autre manifestation de l'insuffisance rénale.

Méthodes de diagnostic de la pathologie

Le diagnostic de l'adénome de la prostate n'est pas un processus difficile pour les professionnels de la santé. Premièrement, le médecin recueille habituellement l'anamnèse, examine la glande prostatique. En outre, afin de déterminer avec précision la taille de la tumeur et la gravité des troubles existants, les urologues procèdent à une échographie du système de reproduction masculin, dont les résultats détermineront la taille de la pathologie, ainsi que la présence éventuelle de calculs et de tumeurs nodulaires. En utilisant les données obtenues, le médecin choisit une méthode efficace pour traiter un patient. En outre, des études de la vessie pour l'urine résiduelle. Il est possible d’étendre l’examen à d’autres organes, par exemple aux reins avec des uretères.

En outre, les médecins conseillent aux patients de donner du sang au niveau d'un chien atteint d'un adénome de la prostate. Cette méthode de diagnostic révèle différentes pathologies de la prostate et permet de détecter des néoplasmes malins dans le système reproducteur masculin. Le PSA est un antigène spécifique de la prostate. Le PSA normal pour l'adénome de la prostate est de 4 ng / ml. Si un spécialiste a des doutes sur les résultats de l'examen, une biopsie est effectuée.

Caractéristiques de la procédure de test des indicateurs PSA

L’émergence, au cours du siècle dernier, de tests du niveau chez le chien dans l’adénome de la prostate a entraîné des changements révolutionnaires dans le diagnostic des tumeurs malignes situées dans le système reproducteur masculin, en particulier au début du développement de la maladie, quand elle peut être guérie.

L'origine de la protéine PSA se forme dans la prostate, se concentre dans les canaux, la fonction principale étant de réduire la viscosité du sperme. Dans de petits volumes, le PSA pénètre dans la circulation sanguine et doit surmonter les obstacles entre la prostate et les parois vasculaires.

En fonction de la présence de l'une ou l'autre forme de pathologie présente dans la zone de la prostate, les taux de PSA pour l'adénome de la prostate peuvent varier.

Pour la mise en œuvre du processus de recherche sur le taux de PSA dans l'adénome de la prostate, on prélève du sang veineux, environ 2 millilitres. Une analyse plus poussée est effectuée, à la suite de laquelle des signes de PSA sont détectés.

Chien standard avec adénome de la prostate:

  • Les indicateurs normaux diffèrent d'une période à l'autre. Par exemple, les hommes âgés de moins de 48 à 49 ans ont un indice ne dépassant pas 2,5 ng / ml et les plus âgés, moins de 3,5 ans, etc.
  • Le PSA maximum est jusqu’à 10 ng / ml. Excès de cet indicateur - le néoplasme oncologique du patient est diagnostiqué;
  • Les pathologies bénignes telles que les adénomes et les néoplasmes malins ont une probabilité différente de pouvoir modifier le contenu du PSA;
  • Le PSA pour adénome de la prostate pendant 12 mois ne peut pas dépasser 0,75 ng / ml. Sinon, il y a une transition vers une tumeur maligne;
  • Le rapport entre le PSA libre et les valeurs totales - en tant que différenciation des méthodes de diagnostic de l'adénome et du cancer, généralement de 1 à 10;
  • La densité de PSA est détectée comme suit - un indicateur du volume total PSA / prostate, c'est-à-dire 0,15 ng / ml par cm3.

Les taux de PSA pour l'adénome de la prostate peuvent varier.

Les indicateurs de pathologie sont généralement supérieurs à la normale, mais ne dépassent pas un certain indicateur. En dehors de celui-ci, le risque de transformation du tissu de la prostate en tumeurs cancéreuses augmente déjà. Mais sachez que des taux bas ne peuvent servir de garant de l'absence d'adénome de la prostate, tumeurs cancéreuses. Pour établir le diagnostic est possible de procéder à une biopsie.

Non seulement les tumeurs cancéreuses, les adénomes, mais également d'autres facteurs peuvent influer sur les indicateurs:

  • Rapport sexuel récent;
  • Pathologies inflammatoires de la prostate, des organes pelviens;
  • Certaines activités physiques telles que le vélo, les longues marches;
  • Actions dans la zone de la prostate - coloscopie, processus de massage, examens rectaux, etc.

Si les indicateurs de PSA sont surestimés, cela indique l'existence de certaines pathologies dans le domaine de l'appareil reproducteur masculin:

  • Adénome de la prostate;
  • Inflammation dans le système reproducteur masculin;
  • Tumeurs malignes de la prostate;
  • Ischémie ou infarctus de la prostate.

L'adénome de la prostate affecte de manière significative la qualité de vie d'un homme, affectant ses relations sexuelles.

Le cours de la pathologie avec ses phénomènes inflammatoires dans les organes génitaux masculins est une prostatite chronique, une pyélonéphrite. Les processus stagnants de l'urine, qui se manifestent dans les pathologies de la prostate, provoquent la propagation rapide de bactéries nocives.

L'un des symptômes de la pathologie est la formation de calculs.

La pathologie peut conduire à la formation d'une insuffisance rénale, qui dans les cas graves provoque la mort du patient.
Les signes de difficulté à uriner provoquent une gêne, des accès douloureux dans l'abdomen chez l'homme. Rendre les processus urinaires impossibles.

Par conséquent, il est considéré comme une action extrêmement importante - le passage du test pour les hommes PSA de plus de 45 ans. Un diagnostic précoce de la pathologie aidera à éviter les conséquences graves de la maladie.