Search

Complications de l'adénome de la prostate

Les complications de l'adénome de la prostate peuvent devenir un problème grave pour l'homme car elles réduisent non seulement la qualité de la vie, mais elles constituent également un risque pour la santé. Les complications de l'adénome de la prostate se développent en raison de la progression de la maladie.

Progression de l'HBP

Selon l'association des urologues, la progression de l'adénome de la prostate est considérée comme une augmentation de l'indice des symptômes de la prostate selon l'échelle I-PSS de plus de 4 points. Plus de 20% des hommes connaissent une progression de l'adénome de la prostate dans les cinq ans suivant l'apparition des premiers signes de la maladie. En règle générale, ces patients ont une grosse prostate (plus de 40 grammes) et un taux d'antigène spécifique de la prostate supérieur à 1,4 ng / ml.

Un traitement médicamenteux combiné peut réduire le taux de progression de 66%, un traitement à un seul composant réduit le risque de progression de 35%. Le ralentissement de la progression de la maladie réduit le risque de complications de l'adénome de la prostate.

Rétention urinaire aiguë et chronique

Parallèlement au processus d'augmentation de la taille de la prostate, le débit urinaire diminue, la gravité des symptômes de la maladie augmente et la probabilité de telles complications lorsque la rétention urinaire aiguë augmente. Par exemple, les patients dont le débit urinaire est inférieur à 12 ml / s courent un risque 4 fois plus élevé de développer cette complication que les hommes dont le débit est supérieur à 12 ml / s.

L'hyperplasie bénigne de la prostate est à l'origine de l'impossibilité de vider la vessie dans 65% des cas de rétention urinaire aiguë chez l'homme. En règle générale, les épisodes de rétention urinaire se développent en moyenne 32 mois après l'apparition des premiers symptômes du tractus urinaire inférieur.

Un homme qui a développé une rétention urinaire aiguë au moins une fois présente un risque de complications récurrentes compris entre 38% et 56%.

Facteurs qui augmentent le risque de rétention urinaire aiguë:

  • L'inflammation de la prostate (prostatite) augmente le risque de rétention urinaire. Le processus inflammatoire entraîne une nouvelle augmentation de la taille des glandes, ce qui provoque le développement de complications de l'adénome de la prostate.
  • Une rétention urinaire peut se développer après des procédures de diagnostic instrumentales, telles qu'une cystoscopie ou une biopsie de la prostate. Pendant la procédure, la glande est blessée, suivie d'un gonflement et d'un gonflement, ce qui entraîne une augmentation de sa taille et le développement de complications.
  • Des cas de rétention urinaire après avoir bu de grandes quantités d'alcool sont décrits.
  • Les infections du système urinaire peuvent aggraver l'évolution de l'adénome de la prostate et entraîner l'apparition de complications.
  • La prise d'un certain nombre de médicaments, tels que les agents vasoconstricteurs du rhume, peut provoquer le développement d'une rétention urinaire aiguë en raison de l'inhibition de la contractilité de la vessie et d'une augmentation de la contractilité des fibres musculaires de la prostate.
  • Acceptation des anti-inflammatoires non stéroïdiens. La prise quotidienne d'anti-inflammatoires non stéroïdiens à une dose égale ou supérieure à la dose journalière admissible augmente considérablement le risque de complications.
  • Constipation

Cette complication de l'adénome de la prostate est caractérisée par l'incapacité de vider la vessie, ce qui s'accompagne d'une augmentation de la gêne et de la douleur. L'abdomen peut augmenter considérablement dans la région sus-pubienne.

La rétention urinaire aiguë nécessite une intervention médicale urgente. Le traitement peut être effectué en insérant un cathéter dans la vessie par l’urètre ou en effectuant une ponction sus-pubienne pour vider la vessie.

Figure numéro 2. L'illustration montre le cathéter urinaire et sa position dans la vessie. Gonfler le ballon le maintient en place.

À l’avenir, on recommande au patient un traitement médicamenteux ou chirurgical. La pharmacothérapie consiste à prendre des alpha-bloquants, qui entraînent un relâchement des fibres musculaires de l'adénome de la prostate. En outre, pour prévenir les épisodes répétés de troubles de la miction, des inhibiteurs de la 5-alpha réductase peuvent être administrés, réduisant ainsi la taille de la glande. Pour plus d'informations sur le traitement médicamenteux de l'adénome de la prostate, voir l'article "Préparations pour le traitement de l'adénome de la prostate". Actuellement, on pense que la rétention urinaire aiguë est une indication absolue pour effectuer une adénomectomie.

Expansion du rein du pelvis rénal et du système urétral (hydronéphrose)

Un blocage partiel ou complet de longue durée de l'urètre peut entraîner le développement de complications de l'adénome de la prostate telles que l'hydronéphrose. La violation de l'écoulement de l'urine entraîne sa stagnation dans les voies urinaires, qui s'accompagne d'une augmentation de la pression dans le système urinaire et de son expansion, comme le montre la figure.

Chiffre numéro 3. La figure montre un changement hydronéphratique dans le rein et le degré d'hydronéphrose. Comme on peut le constater, au premier degré, le tiers inférieur de l'uretère ne se dilate que très légèrement, alors que dans le cas d'une hydronéphrose grave, tout l'uretère et le système du bassinet des reins sont dilatés.

La stase urinaire contribue à la formation de calculs rénaux et augmente le risque d’infection lors du développement de la pyélonéphrite. Dans l’hydronéphrose grave, en plus de l’accumulation importante de liquide dans le système urinaire, il se produit une compression du tissu rénal de l’intérieur, suivie de lésions et de complications irréversibles.

Infections urinaires répétées

Les patients présentant des symptômes sévères d'adénome de la prostate présentent un risque élevé d'infections répétées des voies urinaires.

Le maintien d'un flux d'urine normal et la vidange rapide de la vessie sont des mécanismes importants dans la lutte contre les infections du système urinaire. En cas d'adénome de la prostate, en raison d'un blocage de l'urètre et d'une violation de l'écoulement de l'urine, ce mécanisme de «nettoyage» est violé. La stase de l'urine crée des conditions favorables à la reproduction des agents pathogènes et au développement des complications de l'adénome de la prostate.

Formation de calculs vésicaux

Dans les pays développés, la formation de calculs vésicaux est principalement à l’origine d’un blocage de la sortie de la vessie en raison d’un adénome de la prostate. Chez les hommes présentant un adénome de la prostate, la probabilité de formation de calculs vésicaux est 8 fois plus élevée que chez les hommes en bonne santé. Parmi les hommes opérés d'un adénome de la prostate, des concrétions ont été retrouvées dans 2% des cas. Cette complication de l'adénome de la prostate se développe à la suite d'une urine stagnante contenant une concentration élevée de sels formateurs de calculs. Au fil du temps, cela entraîne la précipitation de cristaux et la formation de pierres. De plus, les infections des voies urinaires causées par des micro-organismes producteurs d'urée peuvent contribuer à la formation de calculs. Le développement de cette complication de l'adénome de la prostate est une indication pour une adénomectomie.

Sang dans l'urine

La présence de sang dans les urines est une complication fréquente de l'adénome de la prostate, qui peut être visible à l'œil nu, c'est ce que l'on appelle l'hématurie macroscopique. Si un changement de couleur de l'urine n'est pas perceptible à l'œil nu, mais si vous examinez les cellules sanguines en examinant l'urine au microscope, on parle de microhématurie. En règle générale, l'hématurie brute est caractéristique des patients atteints d'un adénome de la prostate, qui s'accompagne de la formation de caillots sanguins.

La fréquence d'apparition de sang dans les urines avec adénome de la prostate n'est pas connue avec précision. Cependant, dans l'une des études, il a été révélé que sur 4 000 patients atteints d'adénome de la prostate, 12% des hommes avaient subi une résection transurétrale d'un adénome de la prostate en raison d'une hyperplasie bénigne compliquée d'une hématurie.

On pense qu'en cas d'adénome de la prostate, en plus de la prolifération du tissu prostatique, de nouveaux vaisseaux se forment. Dans ce nouveau vaisseaux sont facilement détruits, ce qui conduit au développement de saignements.

Instabilité de la vessie

Cette complication de l'adénome de la prostate est caractérisée par des contractions involontaires de la vessie, accompagnées d'une envie incontrôlable d'uriner. L'instabilité de la vessie explique l'apparition de symptômes irritatifs de l'adénome de la prostate (symptômes d'accumulation d'urine), notamment urgence, mictions fréquentes la nuit et le jour, incontinence urinaire. Dans les adénomes de la prostate, la fonction normale de la vessie est altérée, car ses fibres musculaires sont étirées en raison de grands volumes d'urine résiduels après la miction et d'une contraction excessive pour surmonter le blocage de l'urètre.

Insuffisance rénale

L'insuffisance rénale est une complication secondaire qui se développe à la suite d'un blocage prolongé de l'urètre. L'insuffisance rénale est caractérisée par une augmentation des taux d'enzymes spécifiques, créatinine et urée, dans le sang, ainsi que par des modifications d'autres paramètres de laboratoire. Les patients présentant une insuffisance rénale ont un risque plus élevé de développer des complications après la chirurgie d'un adénome de la prostate (25% contre 17%).

Adénome de la prostate - symptômes chez l'homme, les premiers signes, les causes, le traitement et les complications de l'adénome

L'adénome de la prostate est une tumeur bénigne qui se développe à partir du stroma ou de l'épithélium glandulaire de la prostate. En soi, l'adénome ne métastase pas, mais peut éventuellement dégénérer en adénocarcinome (cancer de la prostate).

Chez 30 à 40% des hommes de plus de 50 ans et entre 75 et 90% des plus de 65 ans, la forme de prolifération du tissu glandulaire dans le col de la vessie se modifie.

Quelle est cette maladie, pourquoi survient-elle chez les hommes de plus de 40 ans, quels sont les premiers symptômes et quel est le traitement prescrit, allons au-delà.

Qu'est-ce que l'adénome de la prostate?

L'adénome de la prostate est une tumeur bénigne des glandes paraurétrales, située autour de l'urètre dans sa section prostatique. Le principal symptôme de l'adénome de la prostate est une violation de la miction due à la compression progressive de l'urètre avec un ou plusieurs nodules en croissance.

En cas d'adénome, un organe est agrandi, ce qui provoque une compression de la vessie et de l'urètre. Cela perturbe le courant d'urine et conduit à une accumulation d'urine résiduelle. En outre, un homme peut développer une infection de l’appareil génital, une lithiase urinaire et un cancer. L'augmentation est indolore, ce qui est dangereux pour le diagnostic rapide de la maladie.

La prostate: qu'est-ce que c'est?

La prostate, également appelée prostate, est un organe situé légèrement en dessous de la vessie. L'objectif principal de la prostate - le développement d'un secret spécifique, qui fait partie du sperme. Le secret de la prostate, déterminant la consistance de l'éjaculat (contribuant notamment à sa dilution), contient des vitamines, des enzymes, de l'immunoglobuline, des ions zinc, etc.

La prostate pour hommes est le «deuxième cœur» responsable de la fonction sexuelle, de l'état psycho-émotionnel et de la santé en général.

Les principales fonctions de la prostate comprennent:

  • liquéfaction des spermatozoïdes - grâce à cela, les spermatozoïdes acquièrent une motilité active et deviennent généralement viables;
  • sécrétion - dans sa composition, il contient des enzymes, des protéines, des graisses et des hormones, sans lesquels le système reproducteur ne fonctionnerait pas normalement;
  • Éjection de la graine - les muscles lisses de la prostate sont capables de contraction, ce qui assure l'écoulement de la graine dans l'urètre, et c'est ainsi que se produit l'éjaculation.

Les causes

L'adénome de la prostate se développe et se développe progressivement. Bien que cette maladie touche principalement les hommes âgés, les symptômes initiaux peuvent être identifiés dès l'âge de 30 à 40 ans. Fait intéressant, au début, les nodules des cellules se forment massivement et ne commencent à grossir qu’après une longue période.

  1. Le premier groupe comprend les causes liées au mode de vie d'une personne, qui augmentent le risque de croissance de la prostate. Par exemple, il peut s'agir d'un travail sédentaire ou d'un stress mental actif en l'absence de travail physique. C'est pourquoi le rôle de l'exercice régulier est difficile à surestimer.
  2. Le deuxième groupe comprend des raisons objectives qui ne dépendent pas du mode de vie d’une personne. Il a été prouvé que l'adénome de la prostate est causé par des modifications du fond hormonal d'un homme. Si nous considérons que ces changements se produisent inévitablement au cours de la vieillesse, on peut en conclure que seuls certains hommes ont la chance d'éviter les problèmes liés à la prostate.

Un certain nombre de facteurs concomitants peuvent contribuer au développement de l'adénome. Ceux-ci comprennent:

  • Surpoids (l'accumulation de tissu adipeux contribue au développement des hormones féminines);
  • Facteur héréditaire;
  • Athérosclérose;
  • Abus de tabac et d'alcool;
  • Processus inflammatoires dans les reins et l'urètre;
  • Hypodynamie et régime malsain;
  • Hypertension artérielle.

Types d'adénome de la prostate

Selon la structure et l'emplacement, il existe trois types d'adénome:

  1. La tumeur pénètre dans l'urètre par l'urètre, déformant le sphincter interne et perturbant sa fonction.
  2. La tumeur augmente dans la direction du rectum, la miction est légèrement altérée, mais la perte de contractilité de la partie prostatique de l'urètre ne permet pas à la vessie de se vider complètement.
  3. Avec un compactage uniforme de la prostate sous la pression d'un adénome sans l'augmenter, on n'observe ni rétention urinaire dans la vessie ni trouble urinaire. C'est le type d'adénome le plus favorable.

Symptômes de l'adénome de la prostate chez les hommes

Il existe deux groupes de symptômes de l'adénome de la prostate: irritatifs et obstructifs.

Le premier groupe de symptômes de l'adénome de la prostate comprend:

  • augmentation de la miction,
  • envie persistante (impérative) d'uriner,
  • nycturie
  • incontinence urinaire.

Le groupe de symptômes obstructifs caractéristiques de l'adénome de la prostate comprend:

  • difficulté à uriner,
  • apparition retardée et augmentation du temps de miction,
  • sensation de vidange incomplète
  • uriner par intermittence flux lent,
  • la nécessité de forcer

Les premiers signes à surveiller:

  • Les premiers signes d’un adénome de la prostate sont un flux d’urine lent, une envie accrue d’uriner, qui ne se terminent pas toujours par une vidange de la vessie.
  • Au fur et à mesure que la tumeur grossit, le patient ne souhaite plus savoir quelles sont les causes de l'adénome de la prostate, il s'inquiète davantage de la façon de se débarrasser des symptômes inquiétants. La miction devient difficile, vous devez forcer, uriner, connecter les muscles abdominaux.

Avec la complication de l'adénome de la prostate et son passage à un stade sévère, tous les symptômes s'intensifieront, ce qui affectera la vie du patient. Dans les cas surchargés, seule la chirurgie peut aider, raison pour laquelle il est si important de faire attention aux symptômes. Même s'ils ont été répétés 1 à 2 fois, un examen complet est requis.

L'adénome de la prostate chez l'homme passe par plusieurs étapes, chacune s'accompagnant de signes et de complications croissants.

Formulaire compensé

Les changements les plus caractéristiques dans la miction de cette étape sont:

  • plus fréquent
  • moins libre
  • moins intense qu'auparavant (le flux d'urine n'a plus l'apparence d'une parabole caractéristique, mais tombe presque à la verticale).

Avec la poursuite de la croissance de la prostate et la compression accrue de l'urètre, les symptômes suivants apparaissent:

  • augmentation du besoin d'uriner pendant la journée
  • diminution du débit urinaire,
  • augmentation de l'incidence d'un désir irrépressible d'uriner (les pulsions dites impératives),
  • participation des muscles auxiliaires: le patient met de temps en temps à rude épreuve l'estomac au début ou à la fin de la miction pour une meilleure vidange.

Stage sous-compensé

Sous-compensé - une augmentation de la prostate a atteint des niveaux lorsqu'elle a commencé à affecter fortement la fonction de la vessie pour éliminer l'urine du corps. Les violations se produisent:

  • la vessie est libérée par portions
  • l'épaisseur des parois de la bulle augmente
  • une partie de l'urine est conservée,
  • si la vessie déborde, une miction involontaire peut se produire,
  • l'urine peut être trouble et contenir des impuretés sanguines.

Adénome de la prostate de stade 3 - décompensé

Il y a une baisse de la contractilité de la vessie aux limites minimales, une augmentation de l'urine résiduelle peut être d'environ deux litres. Un étirement important de la vessie, dans lequel ses contours apparaissent sous la forme d’un ovale ou d’une forme sphérique, atteignant le nombril et, dans certains cas, s'élevant considérablement plus haut, est également pertinent.

Pendant ce temps, la nuit, et après et pendant le jour, l'urine est excrétée de manière systématique ou permanente, ceci se produit de manière involontaire, en raison des gouttes de la vessie débordante.

Symptômes associés de l'adénome:

  • faiblesse
  • nausée et manque d'appétit
  • constipation
  • soif et bouche sèche.

Implications pour les hommes

Complications de l'adénome de la prostate:

  • Rétention urinaire aiguë. Une complication apparaît à 2 ou 3 stades de la maladie en raison de la compression de l'urètre par la prostate hypertrophiée.
  • Inflammation des voies urinaires. Les processus stagnants dans la vessie entraînent la prolifération de bactéries. Ils provoquent l'apparition d'une cystite, d'une urétrite, d'une pyélonéphrite.
  • Urolithiase. La vidange incomplète de la vessie entraîne l'apparition de microlithes, de cailloux ou de dépôts minéraux. Ils peuvent provoquer un blocage de la vessie et une rétention urinaire.
  • Hématurie L'apparition d'érythrocytes dans l'urine, à l'origine des varices du col de la vessie.

Diagnostics

Il n’est pas exagéré de dire que le succès de l’adénome de la prostate dépend directement du patient. C'est l'enquête qui peut, au tout début, fournir les indicateurs permettant à un spécialiste de suspecter la présence de la maladie.

Le diagnostic comprend:

  1. Le médecin effectue un examen digital de la prostate.
  2. Afin d'évaluer la gravité des symptômes de l'adénome de la prostate, le patient est invité à remplir un journal de miction.
  3. Effectuer une étude des sécrétions de la prostate et des frottis de l'urètre pour exclure les complications infectieuses.
  4. Une échographie de la prostate est réalisée, au cours de laquelle le volume de la prostate est déterminé, les calculs et les zones stagnantes sont détectés, la quantité d'urine résiduelle, l'état des reins et des voies urinaires sont évalués.

L'analyse du PSA dans l'adénome de la prostate est un indicateur important pour déterminer l'étendue de la maladie et la désignation du traitement. Une telle étude est recommandée pour chaque homme de plus de 40 ans chaque année, car il diagnostique toutes les anomalies de la prostate et peut même détecter le cancer de l'adénome de la prostate.

Malgré le fait que de nombreux patients aident les médicaments et améliorent considérablement la qualité de vie, dans presque 100% des cas, les symptômes désagréables réapparaissent quelque temps après l’arrêt du traitement.

  1. Les alpha-bloquants détendent les muscles de la vessie et de la prostate, normalisent le processus de miction: silodosine, Dalfaz, Omnik, Setégis, Kornam, Adenorm, Flosin, Doxazosine, Lokren.
  2. Les inhibiteurs de la 5-alpha réductase sont nécessaires pour réduire la quantité de tissu glandulaire de la tumeur de la prostate, ainsi que pour contrôler et corriger les hormones: Dutasterid, Finasteride.
  3. Les antibiotiques sont nécessaires pour réduire l'activité de la flore pathogène, si la cause de l'adénome est une infection pathogène et une reproduction rapide: Céphalosporines, Gentamicine.
  4. Les médicaments anti-inflammatoires sont nécessaires à un homme pour éliminer rapidement l'inflammation de la prostate et réduire la douleur aiguë liée à l'adénome de la prostate: Voltaren, Dikloberl, Diclofenac.
  5. Les antispasmodiques pour un homme sont nécessaires si le syndrome douloureux, même si un régime strict est observé, ne recule pas, ne faiblit pas. Préparations: Papaverine, Ibuprofen, Buscopan.

Avant de prendre des médicaments, assurez-vous de consulter votre médecin, car Il existe des contre-indications d'utilisation.

Opération

Les mesures chirurgicales sont appliquées lorsque l'inefficacité d'un traitement conservateur ou lorsque la maladie est négligée. Dans l'adénome de la prostate, une opération est prescrite pour les indications absolues:

  • Incapacité à uriner;
  • Hématurie massive;
  • Des pierres dans la vessie;
  • Processus pathologiques dans la prostate;
  • Une augmentation de la proportion moyenne de la prostate;
  • Insuffisance rénale;
  • Grande accumulation d'urine résiduelle.

Une opération non programmée (urgence) est effectuée dans la journée qui suit le début des complications: hémorragie grave menaçant la vie du patient et rétention urinaire sous forme aiguë.

Préparation à la chirurgie:

  1. Un test sanguin général est effectué pour déterminer l'anémie (quantité réduite d'hémoglobine et de globules rouges), la leucocytose (en parlant de tout processus inflammatoire).
  2. Avant la chirurgie, il est nécessaire de vérifier le fonctionnement des reins à l'aide d'un test sanguin biochimique. En cas d'insuffisance rénale, la créatinine et l'urée sanguine seront élevées.
  3. Des études de coagulation sanguine sont nécessaires pour exclure le risque de thromboembolie ou de saignement, pendant et après la chirurgie.
  4. ECG (électrocardiogramme) - afin d’exclure les complications possibles du cœur pendant la chirurgie.

Il existe différentes méthodes de traitement chirurgical de l'adénome de la prostate:

  • La résection transurétrale ou TUR est une méthode répandue, car une telle opération est réalisée à travers l'urètre sans incisions. Cependant, il ne peut être utilisé qu'avec une masse d'adénome allant jusqu'à 60 g et contenant jusqu'à 150 mg d'urine résiduelle dans la vessie. De plus, cette méthode n'est pas autorisée en cas d'insuffisance rénale du patient.
  • L'adénomectomie (prostatectomie ouverte) est une méthode populaire de traitement chirurgical de l'adénome de la prostate en raison du nombre réduit de contre-indications. Il est important d'utiliser lorsque la masse de la prostate dépasse 40 grammes et la quantité d'urine résiduelle de 150 ml. Ne pas interférer avec l'opération et les diverses complications de la pathologie.

Probabilité de rechute

Après une intervention chirurgicale pour adénome de la prostate, des rechutes inflammatoires sont possibles. À cet égard, pendant la période postopératoire, il est nécessaire de respecter les précautions que le médecin désigne:

  • ne pas trop travailler
  • ne pas surcharger
  • suivre un régime
  • être supervisé par un spécialiste.

Traitement mini-invasif de l'adénome de la prostate.

  1. Méthode thermique - la taille de la prostate diminue sous l’influence des températures élevées. La radiofréquence et le rayonnement micro-ondes sont utilisés pour chauffer les tissus d'un organe, moins souvent - les ultrasons.
  2. Cryodestruction - les cellules des tissus anormaux sont détruites par l'exposition à des températures extrêmement froides
  3. Technique laser - le rayonnement laser affecte l'eau des tissus de la prostate et le réchauffe. Il y a un pliage (coagulation) du tissu de l'organe.
  4. Dilatation par ballonnet de l'urètre - un cathéter est inséré dans l'urètre avec un ballon à l'extrémité duquel la lumière de l'urètre est dilatée.
  5. Stenting de l'urètre de la prostate - un stent (squelette en forme de cylindre) est inséré dans l'urètre, ce qui facilite l'urination du patient.

Régime alimentaire pour adénome

Le régime alimentaire est sélectionné individuellement pour chaque patient en tenant compte du degré de négligence de la pathologie, de l'état général du patient et de ses antécédents, ainsi que des préférences gustatives du patient. Mais, comme le montre la pratique, changer de mode et d'équilibrer les rapports de force ne suffit pas.

Une attention particulière est portée aux produits riches en sélénium (Se) et en zinc (Zn), qui ont un effet positif sur la tumeur en réduisant sa taille. Pendant la maladie, un homme devrait recevoir pendant la journée 25 mg de zinc et au moins 5 µg de sélénium.

Adénome de la prostate

Adénome de la prostate - la prolifération du tissu glandulaire de la prostate, entraînant une perturbation de l'écoulement de l'urine de la vessie. Caractérisé par des mictions fréquentes et difficiles, y compris nocturnes, un affaiblissement du flux d'urine, un écoulement involontaire d'urine, une pression dans la vessie. Par la suite, une rétention urinaire complète, une inflammation et la formation de calculs dans la vessie et les reins peuvent se développer. La rétention urinaire chronique conduit à une intoxication et à une insuffisance rénale.Le diagnostic de l'adénome de la prostate comprend l'échographie de la prostate, l'étude de son secret et, si nécessaire, une biopsie. Le traitement est généralement chirurgical. Le traitement conservateur est efficace à ses débuts.

Adénome de la prostate

L'adénome de la prostate est une tumeur bénigne des glandes paraurétrales, située autour de l'urètre dans sa section prostatique. Le principal symptôme de l'adénome de la prostate est une violation de la miction due à la compression progressive de l'urètre avec un ou plusieurs nodules en croissance. Pour l'hyperplasie bénigne de la prostate se caractérise par une évolution bénigne.

Prévalence de l'adénome de la prostate

Seule une petite partie des patients atteints d'adénome de la prostate demande l'aide médicale, un examen approfondi permet toutefois de détecter les symptômes de la maladie chez un homme sur quatre âgé de 40 à 50 ans et chez la moitié des hommes entre 50 et 60 ans. L'adénome de la prostate est détecté chez 65% des hommes âgés de 60 à 70 ans, 80% des hommes âgés de 70 à 80 ans et plus de 90% des hommes âgés de plus de 80 ans. La gravité des symptômes peut varier considérablement. Des études dans le domaine de l'urologie suggèrent que des problèmes de miction surviennent chez environ 40% des hommes atteints d'adénome de la prostate, mais seulement un patient sur cinq de ce groupe demande l'aide d'un médecin.

Causes de l'adénome de la prostate

Le mécanisme de développement de l'adénome de la prostate n'est pas encore complètement défini. En dépit de l'opinion répandue associant adénome de la prostate à prostatite chronique, aucune donnée ne permet de confirmer le lien entre ces deux maladies. Les chercheurs n'ont révélé aucun lien entre le développement d'un adénome de la prostate et la consommation d'alcool et de tabac, l'orientation sexuelle, l'activité sexuelle et les maladies vénériennes et inflammatoires.

L'incidence de l'adénome de la prostate dépend fortement de l'âge du patient. Les scientifiques pensent que l'adénome de la prostate se développe à la suite de troubles hormonaux chez l'homme lorsque l'andropause (ménopause masculine) se produit. Cette théorie est corroborée par le fait que les hommes qui ont été castrés avant la puberté et, très rarement, après avoir été castrés, ne souffrent jamais d'adénome de la prostate.

Symptômes de l'adénome de la prostate

Il existe deux groupes de symptômes de l'adénome de la prostate: irritatifs et obstructifs. Le premier groupe de symptômes de l'adénome de la prostate comprend une miction accrue, une envie persistante (impérative) d'uriner, une nycturie, une incontinence. Le groupe de symptômes obstructifs caractéristiques de l'adénome de la prostate comprend une difficulté à uriner, une apparition retardée et une augmentation du temps de miction, un sentiment de vidange incomplète, une miction avec un jet lent et intermittent et la nécessité de faire un effort.

On distingue trois étapes de l'adénome de la prostate:

  • Adénome de la prostate au stade compensé (stade I)

Modifie la dynamique de l'acte de miction. Il devient plus fréquent, moins intense et moins libre. Il est nécessaire d'uriner 1 à 2 fois par nuit. En règle générale, la nycturie au stade I de l'adénome de la prostate ne préoccupe pas le patient, qui associe des réveils nocturnes persistants au développement d'une insomnie liée à l'âge.

Pendant la journée, la fréquence normale des mictions peut être maintenue. Toutefois, les patients présentant un adénome de la prostate au stade I ont une période d'attente, particulièrement prononcée après une nuit de sommeil. Ensuite, la fréquence des mictions diurnes augmente et le volume d'urine libéré au cours d'une miction unique diminue. Il y a des pulsions impératives. Un courant d'urine, qui formait auparavant une courbe parabolique, se détache lentement et tombe presque à la verticale.

Au stade I de l'adénome de la prostate, une hypertrophie des muscles de la vessie se développe, ce qui permet de préserver l'efficacité de sa vidange. Il n’ya pas ou peu d’urine résiduelle dans la vessie à ce stade. L'état fonctionnel des reins et des voies urinaires supérieures est préservé.

  • Stade sous-compensé de l'adénome de la prostate (stade II)

Au stade II de l'adénome de la prostate, le volume de la vessie augmente et des modifications dystrophiques se développent au niveau des parois. La quantité d'urine résiduelle atteint 100-200 ml et continue d'augmenter. Tout au long de l'acte de miction, le patient est contraint de forcer intensément les muscles abdominaux et le diaphragme, ce qui entraîne une augmentation encore plus importante de la pression intravésicale. L'acte de la miction devient multiphase, intermittent, ondulant.

Le passage de l'urine le long des voies urinaires supérieures est progressivement perturbé. Les structures musculaires perdent leur élasticité, les voies urinaires se dilatent. La fonction rénale est altérée. Les patients s'inquiètent de la soif, de la polyurie et d'autres symptômes d'insuffisance rénale chronique progressive. Lorsque les mécanismes de compensation sont perturbés, la troisième étape commence.

  • Adénome de la prostate au stade décompensé (stade III)

La vessie dans l'adénome de prostate de stade III est distendue, débordant d'urine, facilement déterminée par la palpation et visuellement. Le bord supérieur de la vessie peut atteindre le niveau du nombril et les niveaux supérieurs. La vidange est impossible même avec une tension intense des muscles abdominaux. Le désir de vider la vessie devient continu. Une douleur abdominale grave peut survenir. L'urine est excrétée fréquemment, en gouttes ou en très petites portions. À l'avenir, la douleur et le besoin urgent d'uriner s'atténuent progressivement. Une rétention urinaire paradoxale caractéristique de l'adénome de la prostate se développe (la vessie est pleine, l'urine est constamment libérée goutte à goutte).

À ce stade de l'adénome de la prostate, le tractus urinaire supérieur est dilaté, les fonctions du parenchyme rénal sont altérées en raison de l'obstruction constante du tractus urinaire, ce qui entraîne une augmentation de la pression dans le système pelvis. La clinique d'insuffisance rénale chronique se développe. Si les soins médicaux ne sont pas fournis, les patients décèdent de CRF progressive.

Complications de l'adénome de la prostate

Si aucune mesure thérapeutique n'est prise, une insuffisance rénale chronique peut se développer chez un patient atteint d'adénome de la prostate. Dans les adénomes de la prostate, une rétention urinaire aiguë se développe parfois. Le patient ne peut pas uriner lorsque la vessie est pleine malgré un désir intense. Pour éliminer la rétention urinaire, une vessie est cathétérisée chez l'homme, parfois une intervention chirurgicale d'urgence ou une ponction de la vessie.

Une hématurie est une autre complication de l'adénome de la prostate. Une microhématurie est notée chez un certain nombre de patients, mais des saignements abondants et fréquents sont également causés par le tissu adénome (en cas de lésion résultant d'une manipulation) ou par des varices dans la région du col de la vessie. Avec la formation de caillots, il est possible de développer une tamponnade de la vessie, dans laquelle une intervention chirurgicale d'urgence est nécessaire. La cause du saignement dans l'adénome de la prostate devient un cathétérisme diagnostique ou thérapeutique.

Des calculs vésicaux pour l'adénome de la prostate peuvent apparaître à la suite d'une urine stagnante ou migrer des reins et des voies urinaires. Dans la cystolithiose, le tableau clinique de l'adénome de la prostate est complété par une augmentation de la miction et une douleur irradiant vers la tête du pénis. En position debout, en marchant et en faisant des mouvements, les symptômes deviennent plus prononcés, en position couchée - diminue. Le symptôme de la "pose d'un jet d'urine" est caractéristique (malgré le vidage incomplet de la vessie, le jet d'urine est soudainement interrompu et ne reprend que lorsque la position du corps change). Souvent, dans l'adénome de la prostate, des maladies infectieuses se développent (épididymo-orchite, épididymite, vésiculite, adénite, prostatite, urétrite, pyélonéphrite aiguë et chronique).

Diagnostic de l'adénome de la prostate

Le médecin effectue un examen digital de la prostate. Afin d'évaluer la gravité des symptômes de l'adénome de la prostate, le patient est invité à remplir un journal de miction. Effectuer une étude des sécrétions de la prostate et des frottis de l'urètre pour exclure les complications infectieuses. Une échographie de la prostate est réalisée, au cours de laquelle le volume de la prostate est déterminé, les calculs et les zones stagnantes sont détectés, la quantité d'urine résiduelle, l'état des reins et des voies urinaires sont évalués.

Juger de manière fiable du degré de rétention urinaire dans l'adénome de la prostate permet l'analyse de la débitmétrie urinaire (le temps de miction et le débit urinaire sont déterminés par un appareil spécial). Pour exclure le cancer de la prostate, il est nécessaire d'évaluer le niveau de PSA (antigène spécifique de la prostate), dont la valeur ne devrait normalement pas dépasser 4 ng / ml. Dans les cas controversés, une biopsie de la prostate est réalisée.

La cystographie et l'urographie excrétrice en cas d'adénome de la prostate au cours des dernières années sont moins fréquentes en raison de l'apparition de nouvelles méthodes de recherche moins invasives et plus sûres (échographie). Parfois, une cystoscopie est réalisée pour exclure des maladies présentant des symptômes similaires ou en préparation d'un traitement chirurgical de l'adénome de la prostate.

Traitement de l'adénome de la prostate

Le critère de choix du traitement de l'adénome de la prostate par un urologue est l'ampleur des symptômes I-PSS, reflétant la gravité des troubles de la miction. Selon cette échelle, si le score est inférieur à 8, aucun traitement n'est requis. Avec 9-18 points, un traitement conservateur est effectué. Si la somme des points est supérieure à 18, une opération est nécessaire.

  • Traitement conservateur de l'adénome de la prostate

Le traitement conservateur est pratiqué à un stade précoce et en présence de contre-indications absolues à la chirurgie. Pour réduire la gravité des symptômes de la maladie, on utilise des inhibiteurs de la 5-alpha réductase (dutastéride, finastéride), des alpha-bloquants (alfuzosine, terazosine, doxazosine, tamsulosine), des préparations à base de plantes (extrait de prunier africain ou de fruit de sabal).

Des antibiotiques (gentamicine, céphalosporines) sont prescrits pour lutter contre l’infection, souvent associée à un adénome de la prostate. À la fin du traitement antibiotique, les probiotiques sont utilisés pour rétablir la microflore intestinale normale. L'immunité est corrigée (interféron alpha-2b, pyrogène). Les modifications athéroscléreuses dans les vaisseaux sanguins qui se développent chez la majorité des patients âgés atteints d’adénome de la prostate empêchent l’approvisionnement en médicaments de la prostate; par conséquent, trental est prescrit pour normaliser la circulation sanguine.

  • Traitement chirurgical de l'adénome de la prostate

Il existe les techniques chirurgicales suivantes pour le traitement de l'adénome de la prostate:

  1. adénomectomie. Elle est réalisée en présence de complications, d'urine résiduelle en quantité supérieure à 150 ml, d'adénome masse supérieure à 40g;
  2. TOUR (résection transurétrale). Technique mini-invasive. L'opération est effectuée à travers l'urètre. Conduite lorsque la quantité d'urine résiduelle ne dépasse pas 150 ml, la masse d'adénome ne dépasse pas 60 g. Non applicable en cas d'insuffisance rénale.
  3. ablation au laser, destruction au laser, vaporisation de la prostate par la TUR. Méthodes d'économie. Une perte de sang minime permet les opérations avec une masse tumorale de plus de 60g. Ces interventions sont des opérations de choix pour les jeunes patients atteints d'adénome de la prostate, car elles permettent de préserver la fonction sexuelle.

Il existe un certain nombre de contre-indications absolues au traitement chirurgical de l'adénome de la prostate (maladies décompensées des systèmes respiratoire et cardiovasculaire, etc.). Si le traitement chirurgical de l'adénome de la prostate n'est pas possible, on effectue un cathétérisme de la vessie ou une chirurgie palliative - cystostomie. Il faut garder à l’esprit que le traitement palliatif réduit la qualité de vie du patient.

Adénome de la prostate après complications chirurgicales

L'hyperplasie de la prostate, qui est de nature bénigne, est traitée chirurgicalement de la manière la plus efficace, car le traitement médicamenteux ne donne généralement pas les résultats souhaités. Après la chirurgie d'un adénome de la prostate, les conséquences dépendront du type de procédure chirurgicale appliquée.

En fonction du stade de la maladie et d'autres caractéristiques du tableau clinique, le médecin peut proposer au patient un traitement chirurgical de l'une des manières les plus appropriées. Par exemple, l'opération peut être effectuée par résection endoscopique ou par vaporisation au laser de contact. Ce sont des moyens modernes dont les conséquences après l'opération ne seront pas aussi prononcées.

Étant donné que l'adénome de la prostate est une maladie grave dans laquelle des tissus glandulaires en expansion compriment l'urètre, ce qui entraîne une inflammation des voies urinaires et une insuffisance rénale, non seulement il détériore la qualité de la vie, mais il constitue également une menace pour la santé en général.

Le médecin décide de la méthode de traitement seulement après un diagnostic approfondi et une étude des résultats des tests. Une intervention chirurgicale visant à retirer un adénome de la prostate est nécessaire en cas de violation évidente de la urodynamique, comme en témoignent une rétention urinaire aiguë, des maladies rénales, telles que l’hydronéphrose, la pyélonéphrite, l’urétrite et d’autres processus pathologiques qui déclenchent le développement de l’infection.

Malgré l'efficacité clinique prouvée de la méthode chirurgicale, tout homme devra faire face aux conséquences de la suppression de l'adénome de la prostate, ce qui doit être préparé moralement à l'avance. La plupart des patients sont rapidement réhabilités et se sentent bien, mais, bien sûr, pas le lendemain de la chirurgie, mais après quelques mois.

La période de récupération devient souvent un véritable test pour le sexe fort. Mais la principale chose à retenir pour tous les patients est que les conséquences désagréables après le retrait de l'adénome de la prostate font partie intégrante du traitement. Tous les problèmes qui en découlent sont donc parfaitement contrôlables et doivent être discutés avec votre médecin. Cela, à son tour, devrait surveiller l'état de santé et l'état général dans la période postopératoire, répondre aux questions des patients et aider à trouver une solution à chaque cas.

Quelles sont les conséquences

Comme mentionné précédemment, les effets de l’opération et leur gravité dépendront directement de la méthode utilisée pour retirer l’adénome de la prostate et de son caractère complet ou partiel. Dans 80% des cas, seule une excision partielle de la prostate suffira, ce qui facilitera considérablement le report de la période de récupération. Mais peu importe le volume de la main du chirurgien, tout traitement chirurgical de l’adénome de la prostate ne disparaît pas complètement sans laisser de trace, et ce que l’homme rencontrera au cours de la période de rétablissement dépend principalement des caractéristiques individuelles de son corps, de la rapidité de sa fonction régénératrice et de l’expérience du médecin. traitement.

Les 10 effets les plus courants de la chirurgie:

  • 1. Incontinence
  • 2. écoulement de sang.
  • 3. Manque d'érection.
  • 4. Infertilité.
  • 5. Infections des voies urinaires.
  • 6. éjaculation rétrograde.
  • 7. rétention d'urine.
  • 8. Saignement interne.
  • 9. Intoxication du corps.
  • 10. Longue récupération douloureuse après la chirurgie.

La chirurgie de l'adénome de la prostate représente un investissement important pour l'homme, mais la première fois après, le contrôle de la miction peut poser problème. N'ayez pas peur de cela, la conséquence est temporaire et la normalisation de la miction se produit rapidement.

Les conséquences les plus graves de la suppression de l'adénome de la prostate sont liées à la période postopératoire tardive, et certaines d'entre elles peuvent être démontées plus en détail.

Dysfonction érectile

La principale question de tous les hommes: si vous supprimez l'adénome de la prostate, l'érection sera-t-elle restaurée et quelle sera la qualité? Selon les statistiques, les violations associées aux effets d'une intervention chirurgicale vont de 1 à 25%. Cependant, ces complications sont généralement de nature temporaire et, à condition qu'il n'y ait pas eu de problèmes de vie sexuelle auparavant, la fonction sexuelle est complètement rétablie seule ou avec l'assistance médicale choisie par le médecin traitant.

Si un homme a déjà eu des problèmes d'érection ou s'il était complètement absent, l'opération ne pourra pas reprendre sa vie sexuelle, car elle n'affecte pas directement les capacités de l'homme en termes sexuels.

Malgré le fait que l'opération réussie d'élimination de l'adénome de la prostate n'affecte pas l'érection d'un homme, elle peut néanmoins entraîner une infertilité. C'est une conséquence de l'éjaculation rétrograde. Cela est dû au fait qu'après l'élimination de l'adénome de la prostate, la lumière de l'urètre se dilate quelque peu et que le sperme se déplace là où il rencontre le moins de résistance, pénétrant ainsi dans la vessie.

Ce sont des conséquences désagréables de l'opération, qui peuvent parfois faire l'objet d'un traitement médical, mais seul un médecin doit le choisir.

Après le retrait de l'adénome de la prostate, la possibilité de développement de maladies infectieuses du système urogénital, caractérisée par les symptômes suivants, n'est pas exclue:

  • des frissons;
  • haute température;
  • maux de dos;
  • inconfort dans le bas-ventre;
  • turbidité de l'urine due à l'apparition de diverses impuretés dans sa composition (mucus ou sang).

Le plus souvent, l'infection est introduite dans le système génito-urinaire après l'opération du fait de la faute du patient lui-même en raison du non-respect de règles d'hygiène simples. Pour éviter de telles situations, après l'élimination de l'adénome de la prostate, un type spécifique d'antibiotique est prescrite au patient, qui doit être pris régulièrement. Si l'infection est déjà présente, le refus de prendre des antibiotiques peut entraîner la pénétration de bactéries dans le sang, ce qui explique la possibilité d'une septicémie.

Rétention urinaire aiguë

Avec les opérations sur l'adénome de la prostate, les conséquences se font sentir tout d'abord lorsqu'un homme fait ses premières tentatives d'uriner. C'est une complication inévitable et heureusement temporaire. Mais parfois, le problème réside non seulement dans la difficulté de contrôler la miction, mais aussi dans le fait que des caillots de sang ou des fragments de la prostate excisée retirés, détachés de celle-ci lors de l'extraction, pénètrent dans l'urètre et le bloquent. Pour prévenir de tels processus pathologiques, une fois l'opération sur l'adénome de la prostate terminée, le cathéter n'est pas retiré dans les 24 heures.

Saignement massif

Des hémorragies graves peuvent survenir au cours de la chirurgie lorsqu'un adénome de la prostate est enlevé ou un peu plus tard dans la période de récupération initiale. Selon les statistiques, cela se produit rarement, mais environ 2,5% des patients sont encore sous le coup d'une grave intervention chirurgicale pour un adénome de la prostate, ce qui peut entraîner de graves pertes de sang et nécessiter une transfusion sanguine urgente.

Qui est le plus touché?

L'adénome de la prostate est une maladie très courante chez les hommes âgés de 40 à 50 ans, mais le plus souvent, les hommes consultent un médecin à un âge plus respectable. Par conséquent, cette maladie appartient toujours à la catégorie des maladies liées à l’âge. En règle générale, un homme peut vivre longtemps avec un adénome de la prostate sans en soupçonner l'existence, bien que des modifications de la prostate aient déjà commencé.

La maladie au stade avancé n’est toujours traitée que par chirurgie, il est donc préférable d’essayer d’avoir le temps de diagnostiquer l’adénome à un stade précoce. Cela peut contribuer à l'apparition de symptômes tels que: fuites d'urine, nécessité de fatiguer les muscles de la paroi abdominale lors de la miction, sensation de plénitude de la vessie, même après aller aux toilettes et réveil nocturne fréquent. Une visite opportune chez le médecin contribuera à éviter les complications graves et l’opération elle-même sera plus rapide et plus facile.

Période de rééducation

Si le traitement médicamenteux de l'adénome de la prostate n'a eu aucun effet, il est nécessaire de passer à travers tout un ensemble de mesures de rééducation, de se conformer à toutes les ordonnances du médecin, de prendre les médicaments prescrits à temps. Le temps nécessaire au rétablissement complet après une intervention chirurgicale pour retirer un adénome de la prostate dépend en grande partie des actions du patient, de son attitude psychologique et de son état de santé général. L'âge joue également un rôle important dans ce problème. La période de rééducation peut prendre plusieurs mois.

Une nouvelle opération peut-elle être nécessaire?

Heureusement, la réintervention n’est pas nécessaire plus souvent que dans 5% des cas. À de nombreux égards, cela dépend de la méthode de traitement choisie, de la méthode d’intervention chirurgicale et, bien entendu, de l’expérience du chirurgien. Si, au cours de l'opération, l'adénome de la prostate a été complètement enlevé, sa croissance répétée est exclue. Si l'on utilise une technique dans laquelle une certaine partie de l'adénome est détruite, le risque de récurrence de la prolifération de la prostate est assez élevé. Par conséquent, une intervention chirurgicale répétée peut être nécessaire dans cinq ou dix ans. En général, l'extraction de l'adénome de la prostate est une opération très courante, ce qui est assez simple, car la maladie rajeunit, mais elle survient principalement chez les hommes âgés d'au moins quarante ans, à quelques exceptions près.

Il existe aujourd'hui un grand nombre de techniques et de dispositifs médicaux spéciaux. Le traitement de l'adénome de la prostate est donc efficace dans la plupart des cas et dure environ 15 ans, permettant ainsi à un homme de vivre pleinement.

Vous avez trouvé une erreur? Sélectionnez-le et appuyez sur Ctrl + Entrée

Toute intervention chirurgicale est associée à l’un ou l’autre risque de complications. La fréquence d'apparition de complications après le retrait de l'adénome de la prostate dépend du type d'intervention chirurgicale, des compétences du chirurgien et de l'état de santé du patient avant l'opération.

Les complications après le retrait de l'adénome de la prostate peuvent être divisées en début et en fin. Des complications précoces apparaissent dans les premiers jours ou semaines suivant l'opération, tandis que des complications tardives peuvent apparaître après des mois voire des années.

Complications précoces après le retrait de l'adénome de la prostate

Les complications les plus fréquentes dans les premières années suivant le retrait de l'adénome de la prostate sont les suivantes: troubles urinaires, apparition de sang dans les urines, voire saignements, nécessitant une transfusion sanguine, rétention urinaire aiguë et infections du système urinaire.

Trouble urinaire

En règle générale, la chirurgie soulage les voies urinaires inférieures chez les hommes immédiatement après le retrait de l'adénome de la prostate, mais parfois après la chirurgie, il se produit une aggravation temporaire des symptômes de la maladie. Les sensations désagréables augmentent pendant la miction ou le contrôle du processus de vidange de la vessie est perturbé, etc. Habituellement, après quelques semaines après la chirurgie, ces complications disparaissent de manière indépendante et la miction est normalisée.

Sang dans l'urine

L’apparition de sang dans les urines est observée dans presque 100% des cas après résection transurétrale de l’adénome de la prostate, ce qui est normal. Le premier jour après la chirurgie, l'urine peut être fortement colorée avec du sang, mais l'intensité de la coloration diminue progressivement. Les médecins savent que même 10 ml de sang peuvent exprimer un litre d'urine. Cette «perte de sang» ne déclenche donc aucune alarme.

En outre, du sang dans les urines peut apparaître plusieurs semaines après l'opération, lorsqu'une croûte (escarre) se forme dans la zone de résection ou de coagulation. En règle générale, ce phénomène ne nécessite aucune intervention médicale et est arrêté seul.

Très rarement, après une intervention chirurgicale, le patient peut développer une hémorragie grave nécessitant une transfusion sanguine. Cette perte de sang est considérée comme une complication de l'opération. Le risque de complications est plus élevé chez les patients prenant des médicaments anticoagulants (aspirine, clopidogrel, etc.). En général, pour réduire le risque de complications après le retrait de l'adénome de la prostate, le médecin recommande d'arrêter de prendre ces médicaments pendant 7 à 10 jours avant la chirurgie. N'oubliez pas que vous devez boire plus de deux litres de liquide par jour, ne pas soulever de poids et limiter la consommation de boissons contenant de la caféine. Cela aidera à prévenir le développement de complications.

L'élimination de l'adénome de la prostate par un laser est associée à un risque plus faible de sang dans l'urine, car pendant le fonctionnement du laser, la coagulation se produit en parallèle, autrement dit, les vaisseaux sont scellés, ce qui évite cette complication.

Rétention urinaire aiguë

En règle générale, la rétention urinaire aiguë se développe à la suite d'un blocage de l'urètre avec un caillot de sang, d'un fragment de prostate retiré, ou d'un œdème postopératoire de la partie restante de la prostate. La fréquence de rétention urinaire aiguë après le retrait de l'adénome de la prostate peut varier de 1 à 20%. L'introduction d'un cathéter dans la vessie évite le développement de cette complication. Après quelques opérations, le cathéter est retiré après 24 heures et, dans certains cas, un cathétérisme plus long est nécessaire.

Infection des voies urinaires

Les infections des voies urinaires après le retrait de l'adénome de la prostate peuvent se développer dans 2 à 20% des cas et se manifester par les symptômes suivants:

  • La fièvre;
  • Des frissons;
  • Nausée, vomissements;
  • Douleur abdominale ou lombaire inférieure;
  • Turbidité de l'urine, apparition dans l'urine d'impuretés pathologiques (sang, mucus).

Très rarement, les bactéries peuvent pénétrer dans le sang et causer une complication aussi grave que la septicémie.

Le développement d'une infection est souvent associé au non-respect des recommandations médicales par le patient.

Après le retrait de l'adénome de la prostate, afin d'éviter les complications énumérées, le médecin vous prescrit des antibiotiques pour la prévention des complications infectieuses. Ne négligez pas les prescriptions du médecin et prenez les antibiotiques comme recommandé.

Complications tardives après la chirurgie

Les complications les plus graves après le retrait de l'adénome de la prostate:

  • Dysfonctionnement sexuel masculin: éjaculation rétrograde et dysfonctionnement érectile;
  • Incontinence urinaire;
  • Constriction de l'urètre ou du col vésical.

La fréquence des complications dépend du type d'intervention chirurgicale. Les informations sont présentées dans le tableau:

L'adénome de la prostate après 50 ans rattrape presque un homme sur deux de la planète. Cette maladie est due à la prolifération du tissu prostatique, formant des nodules et des phoques de différentes tailles.

Avec un élargissement pathologique du corps, l'urètre est comprimé, car il traverse directement la glande. À cet égard, les patients ont des problèmes de miction prononcés: retard, besoin fréquent, baisse d'intensité. Les conséquences de ces symptômes peuvent être: la formation de calculs rénaux, la cystite, l'urétrite. Pour cette raison, le médecin peut vous prescrire une chirurgie de l'adénome de la prostate.

Un facteur concomitant de l'adénome de la prostate est souvent une violation de la puissance et une diminution de l'intensité de la vie sexuelle.

Indications pour la chirurgie

Dans les cas où le traitement médicamenteux ne donne pas de résultats durables ou lorsque le stade de la maladie est allé trop loin, les médecins ont recours à la chirurgie. C'est aujourd'hui la méthode la plus efficace pour lutter contre l'adénome de la prostate.

Les indicateurs pour le fonctionnement de l'adénome de la prostate peuvent être les symptômes suivants:

  1. Hématurie (présence de sang dans les urines indiquant le début des dommages aux reins et au système urinaire).
  2. Calculs rénaux.
  3. Miction très difficile, rétention d'une grande quantité d'urine dans la vessie.
  4. Infection progressive des voies urinaires.
  5. Insuffisance rénale.
  6. Oncologie.

Types d'opérations et leurs conséquences

À ce jour, il existe plusieurs méthodes chirurgicales efficaces permettant de soulager le patient des dysfonctions urogénitales causées par un adénome de la prostate.

La chirurgie la plus pratiquée pour l'adénome de la prostate:

1. Adénomectomie ouverte - retrait complet de la prostate.

2. Résection transurétrale de la glande - augmentation de l’ouverture due à l’élimination d’une partie du tissu par l’urètre.

3. Incision transurétrale - excision verticale de l'organe à travers l'urètre.

4. Chirurgie laparoscopique - retrait complet de la prostate au moyen de ponctions pratiquées dans la paroi abdominale.

5. La vaporisation laser est une opération d’économie utilisant un faisceau laser.

Adénomectomie

Une opération à ciel ouvert pour enlever l'adénome de la prostate est prescrite dans les cas où la taille de la glande ne permet pas son retrait par des méthodes plus douces.

Comment ça se passe: l'opération se déroule sous anesthésie générale après un examen approfondi. Au cours de l'opération, le pubis et la vessie sont coupés afin de permettre l'accès à l'organe touché.

Contre-indications à la réalisation d'une adénomectomie: cette intervention chirurgicale ne peut que servir à des maladies constituant une menace pour la vie du patient: cancer, fibrose ou interventions antérieures sur les organes du bassin.

  1. Une intervention ouverte comporte un risque élevé de dysfonctionnement sexuel. Cela vaut la peine de le dépenser uniquement dans le cas où toutes les autres méthodes se sont révélées inefficaces.
  2. Après une adénomectomie, la patiente reste à l'hôpital pendant 4 à 7 jours. Le premier jour, une restriction alimentaire est introduite, le deuxième jour, le cathéter urinaire est retiré.
  3. Après sa sortie de l'hôpital, l'urologue et le chirurgien surveillent régulièrement le patient jusqu'à sa guérison complète.
  4. S'abstenir de l'activité habituelle après l'opération d'un adénome de la prostate doit être d'au moins 4-6 semaines.

Prix: Le coût de l'adénomectomie en Russie varie de 40 à 120 000 roubles. En Allemagne, la même opération sera effectuée pour 10 000 euros, y compris un séjour à la clinique et des soins postopératoires.

Dans les cliniques en Israël, le coût des interventions varie de 4 à 20 000 euros, en fonction de l'équipement du centre médical.

Résection transurétrale

L'incision transurétrale de la prostate, en abrégé TUIP, est prescrite pour une petite quantité d'adénome. Cette opération est bonne car elle est moins traumatisante que la résection transurétrale et l’adénomectomie ouverte.

Comment est l'opération TUR:

  • Au cours de l'intervention, le médecin n'excise pas et ne retire pas la glande, mais ne tient que deux incisions sur la prostate, ce qui permet de rétablir le flux d'urine sans endommager les tissus.
  • La chirurgie des tumeurs bénignes de la prostate est réalisée sous anesthésie générale ou locale à l'aide d'un équipement de haute précision - un résectoscope.
  • Après l'incision, le patient reste à l'hôpital pendant au moins une journée. Pendant cette période, un cathéter reste dans l'urètre pour sa guérison rapide.
  • Après sa sortie, le patient doit suivre les instructions du médecin, éviter tout effort physique et toute activité sexuelle pendant plusieurs semaines.
  • Des visites régulières chez l'urologue sont nécessaires même en cas de récupération complète de la miction et de la fonction sexuelle.

Complications possibles: L’éjaculation rétrograde peut être l’une des rares complications possibles après l’infection TUI: la pénétration du sperme dans la vessie et son excrétion dans l’urine. Cette condition ne cause pas d'inconvénient significatif, mais peut entraîner une infertilité.

Prix: Le coût de l'incision transurétrale de la prostate en Russie dépend de la catégorie de la clinique et de la localité. Le prix de l'opération peut être de 10 à 120 mille roubles.

En Allemagne, ce service coûtera à partir de 10 000 euros, y compris toutes les études, les honoraires du médecin et le séjour à la clinique.

Dans les établissements médicaux israéliens, les prix d'une telle intervention dépendront du nombre de services inclus dans la liste, de 5 à 20 000 euros.

Chirurgie laparoscopique

L'exérèse complète de la prostate est prescrite aux patients atteints de tumeurs malignes de la prostate, localisées dans l'organe et non grevées de métastases. L'opération dure environ deux heures sous anesthésie générale.

Avantages de la chirurgie laproscopique: Cette méthode est considérée comme la plus douce en raison de l'absence d'incision abdominale directe. L'utilisation d'un laparoscope permet de minimiser les lésions tissulaires et de raccourcir la période de rééducation.

Conséquences: Dans les cas extrêmes, après une intervention laparoscopique, les conséquences associées à une atteinte des organes voisins. Une probabilité particulièrement élevée de cette pathologie est quand il y a une histoire d'opérations abdominales ouvertes sur les organes pelviens.

  • Au cours de la laparoscopie, les chirurgiens percent la paroi abdominale à plusieurs endroits et injectent des outils spéciaux dans la cavité, à l'aide desquels l'opération est réalisée, contrôlée par un moniteur.
  • une tumeur bénigne est coupée de la vessie et des conduits urinaires et est enlevée avec les vésicules séminales.
  • Le premier jour après l'intervention, le patient est en soins intensifs sous le contrôle des instruments et d'un personnel qualifié.
  • Les aliments sont administrés par voie intraveineuse, des antimicrobiens et des analgésiques sont injectés.
  • Après la laparoscopie, la guérison et la récupération du corps se font beaucoup plus rapidement qu'après les opérations abdominales. Le deuxième jour, le patient peut alors se déplacer et manger de manière autonome.
  • Une hospitalisation est requise pendant 7 à 10 jours pour confirmer la fiabilité de la suture entre la vessie et l'urètre.

Prix: La chirurgie laparoscopique de l'adénome de la prostate coûte en Russie entre 20 000 et 180 000 roubles.

En Allemagne et en Israël, ces interventions se font au prix de 15 000 euros.

Vaporisation laser: coût de fonctionnement

La méthode endoscopique de traitement de la prostate au laser est considérée comme la plus douce pour les organes génitaux masculins.

  • Le tissu prostatique envahi est éliminé par évaporation ponctuelle. À la suite de la procédure, il est possible d’exciser une partie de l’adénome de la prostate, ce qui empêche la miction pratiquement sans sang.
  • L'opération a lieu en milieu hospitalier ou ambulatoire, sous anesthésie par conduction.
  • L'ensemble de la procédure dure environ une heure, après quoi le patient reste sous surveillance médicale pendant plusieurs heures.
  • Après deux heures, le patient est autorisé à boire de l'eau non gazeuse pour normaliser le travail de l'urètre.
  • Une observation plus poussée a lieu sur une base ambulatoire.
  • La restauration de l'activité physique et sexuelle a lieu quelques semaines après avoir consulté votre médecin.
  1. L'évaporation très précise élimine les dommages accidentels aux organes voisins.
  2. L'évaporation au laser est indiquée avec une petite quantité de croissance de l'adénome, de 30 à 80 mm.

Contre-indications: cette méthode n'a pas d'âge et d'état de santé, donc elle peut être appliquée à des patients plus âgés.

Conséquences: alors que la vaporisation au laser est la méthode de traitement de la prostate la plus sûre, les conséquences possibles de l'opération ne sont pas exclues:

  • éjaculation rétrograde - sperme pénétrant dans la vessie;
  • récurrence possible de la maladie - repousse de tissus dans 5 à 10 ans;
  • dysfonction érectile.

Prix: Les prix de la vaporisation au laser de l'HBP sont assez démocratiques: en Russie, une telle opération coûtera de 30 000 à 200 000 roubles, en fonction de l'équipement de la clinique.

Le prix moyen de l'intervention au laser en Allemagne est d'environ 15 à 16 000 euros, en Israël de 13 à 14 000 euros.

En Turquie, ce service coûtera environ 10 000 dollars en devise européenne.

Toute méthode de chirurgie est choisie individuellement par le médecin traitant, en fonction des résultats d'un examen approfondi du patient. Ceci prend en compte les risques et les conséquences possibles de la chirurgie pour l'ablation de l'adénome de la prostate.

Afin de préserver la santé masculine et de prévenir le développement de maladies de la prostate nécessitant un traitement chirurgical, chaque homme de plus de 20 ans devrait consulter régulièrement l'urologue au moins une fois tous les 2 ans.

Diagnostic De Prostatite

Les Complications De La Prostatite