Search

Caractéristiques du traitement de la gonorrhée chronique et sa prévention

Le traitement de la gonorrhée chronique est un ensemble de mesures visant à supprimer les gonocoques (agents pathogènes). On pense que ce type de maladie se transmet lors d'un contact sexuel. Cependant, une personne peut être infectée par des objets personnels, des objets ménagers. La gonorrhée survient parce que les gonocoques sont activés. Pour identifier cette maladie, vous devez mener une enquête. Le processus inflammatoire s'étend généralement aux voies urinaires. Selon la nature du contact sexuel, l’infection peut toucher le rectum, le nasopharynx.

Caractéristiques

Est-il possible de guérir une maladie vénérienne et de prévenir les complications? Si vous suivez les recommandations du médecin, le traitement sera couronné de succès. Et si une personne ne respecte pas le schéma thérapeutique, elle peut alors avoir des complications.

La gonorrhée chronique chez les hommes et les femmes procède différemment. Une personne ressent une douleur à l'abdomen, une gêne pendant la miction. Il est important de faire attention à la couleur de l'urine: si elle est sombre, vous devez alors consulter un médecin. Les gonocoques peuvent vivre longtemps dans le corps, mais l'environnement extérieur est destructeur pour eux. Si un homme devient infecté, l'inflammation est localisée dans les testicules. La gonorrhée conduit à la défaite des vésicules séminales, la prostate. Il existe des cas où les canaux éjaculatoires sont impliqués dans le processus pathologique.

Il est facile de détecter les symptômes: un symptôme caractéristique de la gonorrhée chronique est une douleur dans l'urètre. Chez les femmes infectées, les appendices de l'utérus sont touchés. En raison de ce problème, il est impossible de tomber enceinte. Les gonocoques pénètrent non seulement dans les tissus mais également dans les ganglions lymphatiques. Une partie de la bactérie est localisée dans le sang.

Les gonocoques provoquent une septicémie et une endocardite. En passant, le corps n’a pas d’immunité innée contre ce type de maladies, de sorte que les aspirateurs chroniques peuvent s’aggraver de nombreuses fois. Il faut garder à l'esprit que la gonorrhée chronique se développe chez les personnes dont l'immunité est affaiblie. Le danger de la gonorrhée réside dans le fait qu'elle se transmet par un accouchement naturel. Le nouveau-né affecte la conjonctive de l'œil. À l'avenir, l'ulcération de la cornée se produit avec la formation de cicatrices.

Autres symptômes de la maladie:

  1. L'uréthrite est un symptôme évident de la maladie. Dans ce cas, l'écoulement muqueux provient de l'urètre. Après un moment, les éponges urétrales commencent à se remplir de sang.
  2. La palpation était douloureuse dans le bas de l'abdomen.
  3. La gonorrhée chronique provoque également une miction altérée. Dans l'urine, vous pouvez voir les impuretés du sang.
  4. Dans la gonorrhée aiguë, la région antérieure de l'urètre est touchée. La couleur de l'urine peut varier: au début, elle est trouble, puis normale.
  5. Les gonocoques affectent différentes parties de l'urètre, à la fois antérieure et postérieure. Cela conduit à la douleur à la fin de la miction.

Si vous ressentez une douleur lorsque vous urinez ou si vous constatez que la couleur de votre urine change, consultez un médecin! De plus, les traitements à domicile ne donneront pas de résultats - ils auront des conséquences dangereuses.

Les symptômes de la gonorrhée chronique dépendent du lieu où se situe le processus inflammatoire. La maladie est traitée longtemps: à son origine, une urétrite chronique peut survenir. Le principal symptôme de cette maladie - la décharge de l'urètre. Ils vont surtout le matin. Dans l'urine, des impuretés blanches sont visibles, des "fils" caractéristiques. La gonorrhée chronique peut être lente et manifester des symptômes similaires à ceux de l'urétrite.

Complications possibles

Sur le fond de la maladie vénérienne peut se produire et la prostatite et la vésiculite. La prostatite gonococcique est l’une des complications de la gonorrhée chronique. La maladie est aiguë ou chronique. Symptômes:

  1. Douleur au périnée et à l'anus.
  2. Une personne ressent le besoin urgent d'uriner. Le processus lui-même provoque un malaise.
  3. La prostatite aiguë gonorrhéique perturbe le bien-être général. Une personne se sent faible, la fièvre est possible.
  4. La prostatite chronique, qui s'est produite sur le fond de la gonorrhée, est accompagnée d'une lourdeur du périnée.
  5. Chez les hommes, on observe une éjaculation prématurée.
  6. La prostate est élargie. La prostatite, qui résulte d'une gonorrhée chronique, entraîne l'impuissance.

Les maladies sexuellement transmissibles peuvent entraîner une épididymite. Avec cette pathologie, on observe un gonflement et une rougeur du scrotum, les appendices commencent à faire mal. L'épididymite peut aussi être accompagnée de fièvre. La maladie entraîne la formation de cicatrices sur le canal déférent. Pour cette raison, l'homme devient stérile.

La gonorrhée chez les femmes peut se produire cachée, mais ce n'est que dans les pores initiaux. À l'avenir, commencez à aller à la décharge du vagin, il y a des douleurs en urinant. Avec la progression de la pathologie touchée utérus, trompes de Fallope. Il y a une douleur dans le bas-ventre.

Mesures de diagnostic

Le diagnostic de gonorrhée chronique est posé après l'examen. Le médecin recueille l'anamnèse, procède à un examen. L'examen physique est la palpation de l'abdomen. En outre, le médecin examine les organes génitaux. En plus de l'examen physique, il est nécessaire d'effectuer un diagnostic bimanuel. Au cours de l'examen, le médecin peut constater que la muqueuse urétrale est hyperémique. Le patient doit dire quels sont les symptômes qui l’inquiètent et à quelle fréquence ils apparaissent. Un examen bimanuel révèle une inflammation de l'utérus.

Pour confirmer le diagnostic allégué, le sang et l'urine sont examinés. Le nombre de leucocytes dans le sang est détecté. Un schéma de diagnostic correctement sélectionné vous permet d'identifier rapidement la maladie. L'examen bactérioscopique du frottis vous permet de déterminer exactement où se trouvent les gonocoques. PCR supplémentaire assignée. En général, le diagnostic n'est pas difficile.

Traitement et prévention

La gonorrhée chronique nécessite un traitement approprié. Le médecin prescrit des antibiotiques, car les médicaments de ce type suppriment les gonocoques. Il est à noter que les antibiotiques à eux seuls n'excluent pas l'infection. Immunothérapie nécessaire, physiothérapie. Le traitement de la gonorrhée est un processus long. Les gonocoques peuvent être résistants aux médicaments prescrits.

Les médicaments à la pénicilline ne donnent souvent pas l'effet escompté. Si une personne présente un type mixte d’infection ou d’immunodéficience, il devient alors plus difficile de traiter le clap. Le traitement implique également la prise de céphalosporines. Si le traitement antibactérien ne donne pas de résultats réconfortants, des antibiotiques répétés sont prescrits.

La gonorrhée chronique peut se produire sur le fond de la trichomonase. Dans ce cas, les antibiotiques sont également prescrits, mais avant de les utiliser, il est nécessaire de corriger l’immunité. Si une gonorrhée chronique survient au fond de l’infection à Chlamydia, des médicaments sont prescrits pour supprimer 2 types d’infection.

La gonorrhée chronique peut être accompagnée de candidose. Dans ce cas, les médicaments antifongiques sont recommandés. Il est important de dire que les antibiotiques ont un effet néfaste sur les bactéries nuisibles et bénéfiques. À cet égard, dans le traitement de la gonorrhée, vous devez prendre des médicaments pour renforcer le système immunitaire.

Encore une fois: tous les médicaments sont prescrits par un médecin. La gonorrhée chronique ne peut pas être courue. Pour réduire les symptômes de la maladie, suivez un régime. Lors d'une exacerbation de la gonorrhée, le sexe est interdit. En ce qui concerne les techniques de physiothérapie, vous pouvez utiliser une thérapie par ultrasons et UHF. Traitement de boue autorisé.

  • l'hygiène;
  • rejet du sexe occasionnel;
  • utilisation de contraceptifs lors de contacts sexuels;
  • examen en temps opportun par un médecin.

Traitement de la gonorrhée: principes, modalités et schémas

Le traitement de la gonorrhée n’est pas difficile si la maladie a été détectée à temps. Il est seulement important de ne pas compter sur le fait que la maladie passera d'elle-même. La disparition des symptômes ne signifie pas récupération, mais parle plutôt du passage de l'infection à la forme chronique. Si la gonorrhée n'est pas traitée, l'inflammation de l'urètre peut se propager aux organes voisins, ainsi que l'infection du sang. Les conséquences de l'évolution chronique sont les cicatrices et le rétrécissement de l'urètre, des organes génitaux et, par conséquent, de l'infertilité.

La gonorrhée! Que faire Où courir?

Si vous soupçonnez une blennorragie, vous pouvez contacter un dermatovénérologue ou effectuer un test indépendant dans un laboratoire privé.

Il est très important de ne pas commencer l'auto-traitement de la gonorrhée avant que le laboratoire ne confirme le diagnostic!

Tout traitement antérieur interfère avec le diagnostic. Et si le diagnostic doit être confirmé (par exemple, en cas d'échec du traitement ou de son contrôle), il sera alors très difficile de le faire.

Dois-je aller chez le médecin?

La gonorrhée peut être traitée seule, mais uniquement dans le cas d'une forme simple et en respectant scrupuleusement les principes suivants:

  • Avant le traitement, il est impératif de mener une étude approfondie de toutes les infections génitales - la gonorrhée est souvent transmise en association avec d'autres maladies.
  • Si la blennorragie est confirmée par une méthode microscopique, il est également recommandé de faire un frottis de culture (ensemencement bac.) Afin de déterminer la sensibilité aux antibiotiques. Les résultats de l'analyse montreront à quel antibiotique l'agent pathogène est le plus sensible. Mais le traitement doit commencer, sans attendre le résultat du semis (il sera prêt dans une semaine). Il est effectué selon le schéma standard. Et seulement s’il est inefficace, l’antibiotique est modifié conformément aux résultats de l’analyse.
  • Assurez-vous de procéder à l'examen et au traitement de tous les partenaires sexuels! En cas de gonorrhée aiguë, il est nécessaire d’examiner les partenaires avec lesquels un contact sexuel a eu lieu au cours des 14 derniers jours. Dans le cas de la gonorrhée asymptomatique - les 60 derniers jours.
  • Pendant le traitement de la gonorrhée, il est nécessaire d’utiliser un préservatif pour toutes les formes de contact sexuel. Et encore mieux pour ce moment de s'abstenir complètement de l'activité sexuelle.

Voir un médecin est nécessaire dans le cas de:

  • échec du traitement
  • apparition de toute complication de gonorrhée
  • température élevée
  • détecter la gonorrhée pendant la grossesse
  • identifier la gonorrhée chez les enfants.

Le médecin tiendra compte de tous les facteurs, procédera à un examen supplémentaire et prescrira de nouveaux tests. C'est le seul moyen de trouver le traitement optimal dans ces cas.

Gonorrhée: traitement antibiotique

La gonorrhée non compliquée est traitée par une dose unique ou par injection d'un antibiotique. Le lendemain du traitement, les sensations d'inconfort, de douleur et de pertes purulentes devraient être considérablement atténuées. Après deux jours, ils ne devraient plus être du tout. Si l'inflammation ne s'est pas atténuée, il est recommandé de consulter un médecin.


Médicaments de choix pour la gonorrhée simple:

  • Ceftriaxone, 250 mg par voie intramusculaire une fois ou
  • Céfixime, 400 mg par voie orale une fois, ou
  • Ciprofloxacine, 500 mg par voie orale une fois.

Traitement de pharyngite gonococcique:

  • Ceftriaxone 250 mg une fois par voie intramusculaire.

Traitement de la conjonctivite à gonocoque:

  • Ceftriaxone une fois par voie intramusculaire à une dose de 1 g.

Pour le traitement d'infections concomitantes simultanément à chacun de ces médicaments sont prescrits:

  • Doxycycline 100 mg par voie orale 2 fois par jour pendant 7 jours (pour le traitement de la chlamydia concomitante)
  • Métronidazole 2,0 g une fois ou pendant 3 jours ou 500 mg 2 à 3 fois par jour pendant 5 à 7 jours (pour le traitement de la trichomonase concomitante)
  • Comprimés ou suppositoires vaginaux de clotrimazole, 100-200 mg pendant 3 à 10 jours (pour le traitement de la candidose concomitante)

Le traitement des formes compliquées a lieu à l'hôpital et dure en moyenne 14 jours.

Pour en savoir plus sur les antibiotiques contre les gonocoques, consultez l'article Comment traiter la gonorrhée.

Traité et oublié. Est-ce vrai?

Après traitement, il est nécessaire de le contrôler. Les analyses (microscopie des frottis) sont répétées deux fois: le troisième jour après le traitement et deux semaines plus tard. Cela est nécessaire pour vérifier si l'agent pathogène demeure après la disparition de l'inflammation:

  • Si oui, vous devez poursuivre le traitement avec un autre antibiotique conformément aux résultats de la recherche sur la culture.
  • Sinon, en l'absence de signes d'inflammation, la personne est considérée en bonne santé.

Si vous ne contrôlez pas le traitement, il est possible que la maladie devienne chronique et que toutes les conséquences graves se manifestent.

Avec une détection rapide et un traitement approprié de la gonorrhée, le pronostic est favorable. Il n’existe aucune forme de gonorrhée incurable mais, comme toute infection bactérienne, la gonorrhée "évolue" et devient résistante aux antibiotiques. Les schémas thérapeutiques modernes sont conçus pour éliminer complètement les gonocoques (agents pathogènes de la gonorrhée) du corps. Après le rétablissement, il est important de se rappeler que l’infection ne protège pas contre la réinfection. Il est donc nécessaire de prendre toutes les précautions connues pour la prévenir.

Schéma de traitement de la gonorrhée chronique

La gonorrhée est une maladie infectieuse causée par un gonocoque (Neisseria gonorrhoeae), avec une lésion primaire des organes urinaires.

Logiciel CODE ICD-10 A54 Infection gonococcique.

ÉPIDÉMIOLOGIE DE GONORAI

Selon l'OMS, la maladie est enregistrée chaque année chez 200 millions de personnes. En Russie, après une légère baisse dans les années 90, l’incidence de la gonorrhée a augmenté depuis 2001, passant à 102,2 pour 100 000 habitants.

PRÉVENTION DE TARIF

La prévention repose sur le diagnostic opportun et le traitement adéquat des patients atteints de gonorrhée. Pour ce faire, procéder à des examens préventifs, en particulier auprès des employés des institutions pour enfants, des cantines. Les femmes enceintes inscrites à la clinique prénatale ou qui ont demandé l'interruption de grossesse sont soumises à un examen obligatoire. La prévention personnelle inclut le maintien de l'hygiène personnelle, la prévention des rapports sexuels occasionnels, l'utilisation d'un préservatif ou l'instillation d'équipement de protection chimique dans le vagin: Miramistina ©, la chlorhexidine, etc. La prévention de la gonorrhée chez le nouveau-né est réalisée immédiatement après la naissance: 1 à 2 gouttes de 30% sont placées dans le sac conjonctival chez l'enfant. solution de sulfacétamide.

Dépistage

Les partenaires sexuels sont attirés par l’enquête si les contacts sexuels ont eu lieu 30 jours avant l’apparition des symptômes, ainsi que les personnes qui étaient en contact quotidien avec le patient. En cas de blennorragie asymptomatique, les partenaires sexuels examinés ont été en contact pendant 60 jours avant le diagnostic. Les enfants de mères atteintes de gonorrhée, ainsi que les filles, doivent être examinés si une gonorrhée se retrouve chez leurs personnes responsables. Le personnel malade n'est pas autorisé à travailler.

CLASSIFICATION DE L'HONNEUR

Actuellement, la classification de la gonorrhée a été adoptée, comme indiqué dans la Classification statistique internationale des maladies X, révision 1999.

A54.0 Infection gonococcique du tractus urinaire inférieur sans formation d'abcès des glandes périurétrale ou annexielle.

  • A54.1 Infection gonococcique du tractus urinaire inférieur avec formation d'abcès des glandes périurétrale et annexielle.
  • A54.2 + Pelviopéritonite à gonocoques et autres infections à gonocoque des voies urinaires.
  • A54.3 Infection gonococcique de l'oeil.
  • A54.4 + Infection gonococcique du système musculo-squelettique.
  • Pharyngite à gonocoque A54.5.
  • A54.6 Infection gonococcique de la région ano-rectale.
  • A54.8 Autres infections à gonocoques.
  • A54.9 Infection gonococcique, sans précision.

Cette classification est proche de celle décrite dans les documents méthodologiques «Diagnostic, traitement et prévention des MST» (1997).

  • La gonorrhée du bas appareil urinaire sans complications.
  • La gonorrhée du bas appareil urinaire avec des complications.
  • La gonorrhée des voies urinaires supérieures et des organes pelviens.
  • Gonorrhée d'autres organes.

Indiquez en outre un diagnostic topique complet.

La gonorrhée du tractus urinaire inférieur comprend les lésions de l'urètre, les glandes paraurétrales, les glandes du vestibule, la membrane muqueuse du canal cervical, le vagin; blennorragie des voies urinaires supérieures (ascendantes) - la défaite de l'utérus, des appendices et du péritoine.

Ils proposent également une classification (1993) basée sur la durée et la gravité des manifestations cliniques de la maladie. Il y a:

  • frais (avec une durée de maladie allant jusqu'à 2 mois), qui est subdivisé en aiguë, subaiguë et torpide (symptôme bas ou asymptomatique, avec exsudat médiocre, dans lequel on trouve des gonocoques);
  • chronique (durée supérieure à 2 mois ou avec une durée indéterminée de la maladie). La gonorrhée chronique peut survenir avec des exacerbations.

Peut-être gonokokonositelstvo, (l'agent pathogène ne provoque pas l'apparition d'exsudat et il n'y a pas de troubles subjectifs).

ETIOLOGIE DE GONOR

Gonocoque - paires de coccus (diplocoques) en forme de haricot, gram-négatives, situées au niveau intracellulaire (dans le cytoplasme des leucocytes). Les gonocoques sont très sensibles aux effets de facteurs environnementaux défavorables: ils meurent à des températures supérieures à 55 ° C, se dessèchent, sont traités avec des solutions antiseptiques, sous l'influence de la lumière directe du soleil. Le gonocoque maintient la vitalité dans le pus frais jusqu'à ce qu'il soit sec. La principale voie d'infection est sexuelle (par un partenaire infecté). La contagiosité de l’infection chez les femmes est de 50 à 70%, contre 25 à 50% chez les hommes. Beaucoup moins souvent, la gonorrhée se transmet de manière domestique (par le biais de linge sale, de serviettes, de gants de toilette), principalement chez les filles. La possibilité d'une infection intra-utérine n'a pas été prouvée. Les gonocoques sont immobiles, ne forment pas une spore; ont de minces filaments tubulaires (pili), à l'aide desquels ils sont fixés à la surface des cellules épithéliales, des spermatozoïdes, des érythrocytes.

À l'extérieur, les gonocoques sont recouverts d'une substance semblable à une capsule qui les rend difficiles à digérer. La persistance de l'infection est possible à l'intérieur des leucocytes, des trichomonas, des cellules épithéliales (phagocytose incomplète), ce qui complique le traitement.

Avec un traitement inadéquat, des gonocoques de forme L peuvent se former, différant par leurs caractéristiques morphologiques et biologiques des formes typiques. Les formes sont sphériques, ont une taille et une couleur différentes. Ils sont insensibles aux médicaments à l'origine de leur formation, de leur TA et de leur complément en raison de la perte d'une partie de leurs propriétés antigéniques. La persistance de Lform rend difficile le diagnostic et le traitement de la maladie et contribue à la survie de l'infection dans le corps à la suite du retour aux formes végétatives. En liaison avec l'utilisation généralisée d'antibiotiques, un grand nombre de souches de gonocoques ont été produites, qui produisent l'enzyme β-lactamase et, par conséquent, résistent à l'action d'antibiotiques contenant un cycle β-lactame.

Pathogenèse de la maladie

Les gonocoques touchent principalement le tractus urogénital bordé par un épithélium cylindrique - la muqueuse du canal cervical, les trompes de Fallope, l'urètre, les glandes large et vestibulaire. Une pharyngite, une amygdalite et une stomatite à blennorragie peuvent se développer lors de contacts génito-oraux, ainsi qu'une proctite à blennorrhée lors de contacts génital-analx. Lorsqu'un agent infectieux atteint la membrane muqueuse des yeux, y compris lorsque le fœtus passe par un canal de naissance infecté, il y a des signes de conjonctivite à blennorrhée.

La paroi vaginale, recouverte d'épithélium squameux stratifié, est résistante à l'infection gonococcique. Cependant, dans certains cas (pendant la grossesse, chez les filles et chez les femmes ménopausées), lorsque l'épithélium devient plus mince ou plus lâche, le développement d'une vaginite à blennorragie est possible.

Les gonocoques, qui pénètrent dans le corps, se fixent rapidement à la surface des cellules épithéliales à l'aide de pili, puis pénètrent profondément dans les cellules, les espaces intercellulaires et l'espace sous-épithélial, provoquant la destruction de l'épithélium et le développement de la réaction inflammatoire.

Les infections à gonorrhée dans le corps se propagent le plus souvent le long du canal (canaliculaire) du bas des voies urinaires au haut. L’adhérence des gonocoques à la surface des spermatozoïdes et l’entérobiose à l’intérieur de Trichomonas favorisent souvent une progression plus rapide.

Parfois, les gonocoques pénètrent dans la circulation sanguine (ils meurent généralement sous l'action bactéricide du sérum), ce qui conduit à la généralisation de l'infection et à l'apparition de lésions extragénitales, parmi lesquelles figurent le plus souvent les lésions articulaires. L'endocardite à gonorrhée et la méningite sont moins courantes.

En réponse à l'introduction de l'agent responsable de la gonorrhée dans l'organisme, de la TA est produite, mais l'immunité est donc inefficace. Une personne peut être infectée et souffrir de gonorrhée plusieurs fois. Cela peut s'expliquer par la variabilité antigénique du gonocoque.

PHOTO CLINIQUE DE FARING CHEZ LES FEMMES

La période d'incubation de la gonorrhée varie de 3 à 15 jours, moins souvent jusqu'à 1 mois. La gonorrhée des voies urinaires inférieures est souvent asymptomatique. Des manifestations prononcées de la maladie, des phénomènes dysuriques, des démangeaisons et des brûlures dans le vagin et des écoulements crémeux en forme de pus du canal cervical sont notés. L'examen révèle une hyperémie et un œdème de la bouche de l'urètre et du canal cervical.

La gonorrhée de la partie supérieure (ascendante) se manifeste généralement par une violation de l'état général, des douleurs abdominales basses, de la fièvre jusqu'à 39 ° C, des nausées, parfois des vomissements, des frissons, des selles molles, des mictions fréquentes et douloureuses, des troubles menstruels. La propagation de l'infection au-delà de l'osma interne est facilitée par des interventions artificielles: avortement, curetage de la muqueuse utérine, détection de l'utérus, aspiration de l'endomètre, biopsie cervicale, introduction du DIU. Souvent, le processus inflammatoire ascendant aigu est précédé par la menstruation, l'accouchement. Un examen objectif révèle une décharge purulente ou sukrovichnoye du canal cervical, une consistance élargie, douloureuse, molle de l'utérus (avec endomyométrite), des appendices œdémateux et douloureux (avec une salpingoophorite), une sensibilité abdominale, des symptômes d'irritation péritonéale (avec une péritonite). Souvent, un processus infectieux aigu au niveau des appendices utérins est compliqué par le développement de formations inflammatoires tubo-ovariennes, pouvant aller jusqu'à l'apparition d'abcès (en particulier lorsqu'une maladie survient pendant l'utilisation du DIU).

Plus tôt dans la littérature ont décrit les symptômes suivants caractéristiques de la gonorrhée ascendante:

  • la présence de décharge de sang du tractus génital;
  • lésion bilatérale de l'utérus;
  • communication de la maladie avec les règles, l'accouchement, l'avortement, l'intervention intra-utérine;
  • effet rapide de la thérapie: diminution du nombre de leucocytes dans le sang et diminution de la température corporelle avec augmentation de la RSE.

À l'heure actuelle, le processus de gonorrhée ne présente pas de signes cliniques typiques, car il existe dans presque tous les cas une infection mixte. Une infection mixte prolonge la période d'incubation, contribue à une récurrence plus fréquente, complique le diagnostic et le traitement.

La chronisation du processus inflammatoire entraîne une perturbation du cycle menstruel, le développement d'adhérences dans le pelvis, pouvant par la suite causer une infertilité, une grossesse extra-utérine, une fausse couche, un syndrome de douleur pelvienne chronique.

La rectite gonorrhéique est le plus souvent asymptomatique, mais elle s'accompagne parfois de démangeaisons, de brûlures à l'anus, de défécations douloureuses, de ténesme.

Les manifestations cliniques de la gonorrhée chez la femme enceinte comprennent la cervicite ou la vaginite, l’ouverture prématurée des membranes, la fièvre pendant ou après l’accouchement, l’avortement septique. Une infection à gonocoque rare pendant la grossesse survient sous la forme d'une salpingite (uniquement au cours du premier trimestre).

DIAGNOSTIC DE LA FEMME CHEZ LA FEMME

Le diagnostic repose sur l'anamnèse, l'examen physique. Les principales méthodes de diagnostic en laboratoire de la gonorrhée - bactérioscopique et bactériologique, visant à la détection de l'agent pathogène. Identification du gonocoque réalisée sur trois bases: diplocoque, localisation intracellulaire, microorganisme Gram négatif. En raison de la grande capacité de modification sous l’effet des effets néfastes de l’environnement, les gonocoques ne peuvent pas toujours être détectés par microscopie, dont la sensibilité et la spécificité sont respectivement de 45–80% et 38%. Pour le diagnostic des formes de gonorrhée effacées et asymptomatiques, ainsi que chez les enfants et les femmes enceintes, la méthode bactériologique est plus appropriée. Matériel de semis produit sur un milieu nutritif artificiel spécialement créé. Lorsque le matériel est contaminé par une flore étrangère concomitante, la libération de gonocoque devient difficile, de sorte que des milieux sélectifs associés à l'ajout d'antibiotiques sont utilisés pour le détecter. S'il est impossible de semer immédiatement, le matériel de l'étude est placé dans le milieu de transport. Les cultures développées sur un milieu nutritif sont soumises à la microscopie, déterminent leurs propriétés et leur sensibilité aux antibiotiques. La sensibilité de la méthode bactériologique est de 90–100%, la spécificité de 98%. Le matériel de microscopie et d'ensemencement est prélevé à l'aide d'une cuillère de Folkmann ou d'une anse bactériologique à partir du canal cervical, du vagin, de l'urètre, si nécessaire, à partir du rectum ou de tout autre endroit où le gonocoque est supposé être. Du rectum, prenez des raclures ou des lavages avec une solution isotonique de chlorure de sodium.

D'autres méthodes de diagnostic en laboratoire de la gonorrhée (immunofluorescence, dosage immunoenzymatique, diagnostic ADN) sont rarement utilisées, elles ne sont pas obligatoires.

La procédure pour le diagnostic de la gonorrhée:

1. Bactérioscopie (analyse de frottis fraîchement colorés sur 3 points: U, V, C), dans la gonorrhée aiguë, le pathogène est situé principalement à l'intérieur des leucocytes et dans la phase chronique - extracellulaire.
2. Examen bactériologique, avec détermination de la sensibilité aux médicaments antibactériens. Indications: • Résultats négatifs répétés de la bactérioscopie;
• la présence de microorganismes suspects susceptibles au gonocoque dans les frottis de matériel pathologique;
• avec suspicion clinique ou épidémiologique de gonorrhée.

3. Réaction d'immunofluorescence (RIF).
4. Analyse d'immunofluorescence (ELISA).
5. Méthodes moléculaires: réaction en chaîne de la polymérase et réaction en chaîne de la ligase (PCR, LCR).
6. En l'absence de gonocoques dans les frottis et les cultures, des tests de provocation sont effectués à l'aide de méthodes immunologiques, chimiques et thermiques, en tenant compte des complications et des conséquences éventuelles de leur comportement:

1) lubrification chimique de l’urètre à une profondeur de 1-2 cm avec une solution de nitrate d’argent à 1-2%, rectum à 4 cm de profondeur avec une solution de Lugol à 1% dans de la glycérine, canal cervical à une profondeur de 1-1,5 cm avec une solution de nitrate d’argent à 2-5% ;
2) biologique - administration intramusculaire de gonovaccine à une dose de 500 millions de corps microbiens ou administration simultanée de gonovaccine avec pyrogène à une dose de 200 MDT;
3) thermothérapie - diathermie quotidienne pendant 3 jours (le premier jour pendant 30 minutes, le deuxième jour - 40 minutes, le troisième - 50 minutes) ou inductothermie pendant 3 jours à 15 —20 min. La sortie pour analyse en laboratoire est prise quotidiennement une heure après les procédures physiothérapeutiques;
4) physiologique - prélèvements de frottis aux jours de menstruation;
5) combinés - réalisation d'échantillons biologiques, chimiques et thermiques provocateurs en une journée. Le détachement est pris après 24, 48 et 72 heures et les récoltes sont effectuées 72 heures après l’essai combiné.

DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL DE FARAIN

Le diagnostic différentiel est réalisé avec d'autres IST urogénitales et, en cas de gonorrhée ascendante, avec des maladies accompagnées du tableau clinique de l'abdomen aigu.

INDICATIONS POUR LA CONSULTATION D'AUTRES EXPERTS

Dans la gonorrhée aiguë avec une lésion des organes génitaux internes pour la vérification du diagnostic, il peut être nécessaire de faire appel à des spécialistes adjacents (chirurgien, urologue) pour la consultation et la réalisation d'un examen laparoscopique. Dans les foyers d'infection extragénitaux, les consultations d'un LORvracha, d'un oculiste, d'un orthopédiste sont montrées.

TRAITEMENT DE LA FELLOW CHEZ LA FEMME

Le traitement des partenaires sexuels lors de la détection d'au moins une de ces méthodes bactérioscopiques ou bactériologiques à gonocoques.

OBJECTIFS DE TRAITEMENT

TRAITEMENT NON MÉDICAMENT DE GONOR

La physiothérapie sous forme de thérapie magnétique, d'inductothermie, d'électrophorèse et de phonophorèse de médicaments, la thérapie au laser, la thérapie par rayonnement ultraviolet et les ultra-hautes fréquences sont utilisées en l'absence de processus inflammatoires aigus.

TRAITEMENT MEDICAL DE GONOR

Dans le traitement de la gonorrhée, la place principale appartient à l'antibiothérapie pour influencer l'agent pathogène. Cependant, la croissance des souches de gonocoques résistantes aux antibiotiques actuellement utilisés doit être prise en compte. Les raisons d'un traitement inefficace peuvent fournir aux gonocoques de nombreuses possibilités de former des formes L, de produire de la β-lactamase et de persister à l'intérieur des cellules. Le traitement est prescrit en tenant compte de la forme de la maladie, de la localisation du processus inflammatoire, de la présence de complications, d'une infection concomitante, d'une restriction de l'utilisation de médicaments en raison de leurs effets secondaires, de la sensibilité de l'agent pathogène aux antibiotiques.

Plans de traitement pour la gonorrhée:

Traitement étiotropique de la gonorrhée fraîche du système urogénital inférieur sans complications est la nomination de l'un des antibiotiques:

  • ceftriaxone - 250 mg par voie intramusculaire une fois ou
  • azithromycine - 2 g par voie orale une fois ou
  • Ciprofloxacine - 500 mg par voie orale une fois ou
  • céfixime - 400 mg par voie orale une fois ou
  • spectinomycine - 2 g par voie intramusculaire une fois.

Schémas thérapeutiques alternatifs:

  • Ofloxacine - 400 mg par voie orale une fois ou
  • cefodizim - 500 mg par voie intramusculaire une fois ou
  • kanamycine - 2,0 g par voie intramusculaire une fois ou
  • Triméthoprime + sulfaméthoxazole (80 mg + 400 mg) - 10 comprimés à l'intérieur une fois par jour pendant 3 jours consécutifs.

Les fluoroquinolones sont contre-indiquées chez les enfants et les adolescents de moins de 14 ans, ainsi que chez les femmes pendant la grossesse et l’allaitement. Lors de l'utilisation de schémas alternatifs, il est nécessaire de surveiller en permanence la sensibilité du gonocoque. L'association fréquente de la gonorrhée et de l'infection à chlamydia impose la nécessité d'un diagnostic approfondi et du traitement de cette dernière.

Pour le traitement étiotropique de la gonorrhée des parties inférieures du système urogénital avec complications et de la gonorrhée des sections supérieures et des organes du petit bassin, on utilise:

  • ceftriaxone - 1 g par voie intramusculaire ou intraveineuse tous les 24 h 7 jours ou
  • spectinomycine - 2,0 g par voie intramusculaire toutes les 12 heures, 7 jours.

Schémas thérapeutiques alternatifs:

  • céfotaxime - 1 g par voie intraveineuse toutes les 8 heures ou
  • kanamycine - 1 million d'UI par voie intramusculaire toutes les 12 heures ou
  • Ciprofloxacine - 500 mg par voie intraveineuse toutes les 12 heures.

Le traitement avec ces médicaments peut être effectué dans un délai plus court, mais pas moins de 48 heures après la disparition des symptômes cliniques. Après la disparition des symptômes aigus du processus inflammatoire, le traitement peut être poursuivi avec les préparations orales suivantes:

  • Ciprofloxacine - 500 mg par voie orale toutes les 12 heures;
  • Ofloxacine - 400 mg par voie orale toutes les 12 heures.

Au moment du traitement exclure la consommation d'alcool, devrait s'abstenir de rapports sexuels. Pendant le suivi, il est fortement recommandé d’utiliser un préservatif.

En l'absence d'effet de l'antibiothérapie, il est nécessaire de prescrire un autre antibiotique, en tenant compte de la sensibilité de l'agent pathogène. En cas d'infection mixte, il convient de choisir le médicament, la dose et la durée de l'administration, en tenant compte de la flore attribuée. Après la fin du traitement avec des médicaments antibactériens, il est conseillé de prescrire des eubiotiques intravaginaux (lactobacilles, bifidumbactéries bifidum, lactobacilles acidophiles).

Afin de prévenir l'infection à Chlamydia concomitante, l'un des antibiotiques qui affectent la chlamydia doit être ajouté au schéma thérapeutique:

  • azithromycine 1,0 g par voie orale une fois ou
  • doxycycline 100 mg 2 fois par jour par voie orale pendant 7 jours ou
  • josamycine 200 mg par voie orale pendant 7 à 10 jours.

En cas d'association de la gonorrhée et de la trichomonase, la prescription d'antiprotozoaires (métronidazole, tinidazole, ornidazole) est obligatoire. Le traitement de la blennorragie non compliquée chez la femme enceinte est effectué à tout moment, des antibiotiques sont prescrits qui n'affectent pas le fœtus:

  • ceftriaxone 250 mg une fois par jour ou
  • spectinomycine 2 g par voie intramusculaire une fois.

Les tétracyclines, les fluoroquinolones et les aminosides sont contre-indiqués.

En cas de présence de chorionamnionite, les femmes enceintes sont hospitalisées et la benzylpénicilline est administrée par voie intraveineuse à raison de 20 millions d'unités par jour jusqu'à disparition des symptômes ou d'ampicilline 0,5 g 4 fois par jour pendant 7 jours. En cas de gonorrhée aiguë fraîche des voies urinaires inférieures, il suffit de procéder à un traitement étiotrope. En cas d'évolution tendue ou chronique de la maladie, en l'absence de symptômes, il est recommandé de compléter le traitement antibiotique par une immunothérapie, une physiothérapie et un traitement local.

La thérapie locale inclut l’instillation de médicament (solution d’argent à 1–2% de protéinate, solution à 0,5% de nitrate d’argent) dans l’urètre, le vagin, des microclystres à l’extrait de camomille (1 cuillère à soupe par verre d’eau). L'immunothérapie pour la gonorrhée est divisée en deux types: spécifique (vaccin contre le gonocoque) et non spécifique (pyrogène ©, prodigiosan © et autohémothérapie). L'immunothérapie est effectuée soit après la subsidence d'événements aigus dans le contexte d'une antibiothérapie continue, soit avant le début du traitement par antibiotiques pour l'évolution subaiguë, torpide ou chronique. Les enfants de moins de 3 ans d'immunothérapie n'est pas indiqué. En général, l'utilisation de médicaments immunomodulateurs pour la gonorrhée est actuellement limitée et devrait être strictement justifiée.

Dans le traitement des formes aiguës de gonorrhée ascendante, un ensemble de mesures thérapeutiques est indiqué, notamment l'hospitalisation, le repos au lit, l'hypothermie de la région hypogastrique (vessie avec glace), le traitement par perfusion et la désensibilisation (antihistaminiques). Pour la désintoxication et pour améliorer les propriétés rhéologiques du sang, on prescrit des dextrans de faible poids moléculaire (reopolyglucine ©, reogluman © ou leurs analogues), du reamberin ©, du glucose isotonique ou du chlorure de sodium, un mélange de glucose, du proprotéine, des solutions (trisol ©), etc.

Médicaments pour le traitement de la gonorrhée *

Groupe de la pénicilline (principaux antibiotiques pour le traitement de la gonorrhée):
♦ Benzyl-pénicilline - dose à prendre de 4 à 8 millions d'unités (en fonction de la gravité de la maladie). Bicilline 1,3,5;
♦ ampicilline - 2-3 g / jour pour administration orale, en 4-6 doses. La durée du traitement dépend de la gravité de la maladie et de l'efficacité du traitement (de 5 à 10 jours à 2 à 3 semaines).
♦ Oxacilline - pour administration orale, 3 g par jour en 4 à 6 doses. Sur le parcours - 10-14 g.
♦ ampioks - avec l'administration parentérale, une dose unique représente 0,5 à 1 g, 4 à 6 fois par jour, pendant 5 à 7 jours;
♦ Sel de sodium de carbénicilline - lorsqu'il est administré par voie intramusculaire, la dose quotidienne varie de 4 à 8 g par 4 à 6 doses.
♦ unazine (sulacilline) - injectée par voie intramusculaire ou intraveineuse à raison de 1,5 à 12 g par jour en 3 à 4 doses;
♦ amoxicilline avec de l'acide clavulanique (augmentine) - la haute activité du médicament est associée à l'inhibition de la β-lactamase; a également une activité bactéricide contre les anaérobies. 1,2 g 3 fois / jour., Par voie intraveineuse, 3 jours, puis 625 mg 3 fois / jour. oralement, 5 jours.

Groupe tétracycline:
♦ tétracycline - 250 mg par voie orale, 4 fois par jour, pendant 14 à 21 jours;
♦ Doxycycline (unidox, vibramycine) - 1 capsule (0,1 g) 2 fois / jour, pendant 10 jours.

Azalides et macrolides:
♦ azithromycine (sumamed) - le premier jour, 2 tabl. 0,5 g, une fois; les 2ème et 5ème jours - 0,5 g chacun (1 tab.), 1 heure / jour;
♦ Midécamycine (Macropen) - 400 mg 3 fois / jour, 6 jours;
♦ spiramycine (rovamycine) - 3 millions d’U, 3 fois / jour., 10 jours;
♦ josamycine (vilprafen) - 500 mg 2 fois / jour, pendant 10-14 jours;
♦ Rondomycine - 0,2 g le premier jour, puis 0,1 g par jour pendant 14 jours;
♦ clarithromycine (klacid, fromilid) - par voie orale, 250–500 mg 2 fois / jour, pendant 10-14 jours;
♦ Roxithromycine (rulid, roxide, roxibid) - par voie orale 300 mg 2 fois / jour, 10-14 jours;
♦ Érythromycine - 500 mg 4 fois par jour, avant les repas, dans les 10 à 14 jours;
♦ éthylsuccinate d'érythromycine - 800 mg 2 fois / jour, 7 jours;
♦ La clindamycine (dalacine C) est un antibiotique du groupe des lincosamides. Attribuer 300 mg 4 fois / jour. après les repas, 7-10 jours ou i / m 300 mg 3 fois / jour., 7 jours.

Aminosides:
Kanamycine - pour injection intramusculaire de 1 g 2 fois / jour. Dose de tête - 6g. Il ne peut pas être prescrit simultanément avec d'autres antibiotiques, avec aucun effet néphrotoxique.

Céphalosporines:
♦ Cefazolin - 0,5 g 4 fois / jour. dans / m ou / dans pendant 5-7 jours;
♦ ceftriaxone - à 1,0-2,0 g / m 2 fois / jour. Auparavant, le flacon était dilué dans 2 ml de lidocaïne (pour réduire la douleur) pendant 5 à 6 g de traitement;
♦ cefotaxime (klaforan) - par voie intramusculaire à 1,0 g 2 fois / jour., Pour le cours - 8-10g.;
♦ cefaclor - capsules de 0,25 g 3 fois / jour., 7 jours;
♦ céphalexine - 0,5 g 4 fois / jour, 7-14 jours.

Préparations de fluoroquinolone
♦ ofloxacine (zanocine, tarvide, ofloxine) - 200 mg 2 fois / jour. après avoir mangé pendant 7 jours;
♦ Ciprofloxacine (cyfran, ciprinol, cyprobay, cipro-biid) - par voie orale, 500 mg 2 fois / jour, pendant 7 jours;
♦ pefloxacine (abaque) - 600 mg 1 fois par jour après les repas pendant 7 jours;
♦ lévofloxacine - 400 mg 2 fois / jour., 7 à 10 jours;
♦ loméfloxacine (maksakvin) - 400 mg 1 fois / jour, 7-10 jours;
♦ Gatifloxacine (Tabris) - 400 mg 1 heure / jour, 7-10 jours.

TRAITEMENT CHIRURGICAL DE GONORA

En cas de salpingite aiguë et de pelviopéritonite, un traitement conservateur est appliqué. En l'absence d'effet du traitement anti-inflammatoire complexe en cours pendant 24 à 48 heures, avec une augmentation des symptômes cliniques d'un processus inflammatoire aigu, la laparoscopie est indiquée, ce qui permet l'ouverture, l'assainissement et le drainage du foyer purulent. Le tableau clinique de la péritonite diffuse ou diffuse nécessite une laparotomie en urgence. La portée de l'opération dépend de l'âge du patient, des antécédents reproductifs, de la gravité des modifications destructrices des organes pelviens.

Facilité future

Pour déterminer l'efficacité du traitement de la gonorrhée, il existe certains critères. Selon les recommandations de TSNIKVI (2001), les critères de guérison de la gonorrhée (7 à 10 jours après la fin du traitement) sont la disparition des symptômes de la maladie et l'élimination des gonocoques de l'urètre, du canal cervical et du rectum, selon la bactérioscopie. Il est possible de réaliser une provocation combinée avec une triple prise de frottis après 24, 48 et 72 heures et un semis de sécrétions. Les méthodes de provocation sont divisées en deux méthodes: physiologique (menstruation) et chimique (lubrification de l'urètre avec une solution de nitrate d'argent à 1-2%, canal cervical - solution à 2–5% de nitrate d'argent), biologique (administration intramusculaire de gonovaccine à une dose de 500 millions de corps microbiens), physique (inductothermie)., nutritionnel (consommation d’aliments épicés et salés, alcool). La provocation combinée est une combinaison de plusieurs types de provocations.

La deuxième étude de contrôle est réalisée dans les jours de la prochaine menstruation. Il consiste en une bactérioscopie de l'écoulement de l'urètre, du canal cervical et du rectum, pris trois fois avec un intervalle de 24 heures, au troisième examen de suivi (après la fin de la menstruation), après quoi ils produisent un examen bactérioscopique (après 24, 48 et 72 heures) et bactériologique. (après 2 ou 3 jours) étude. En l'absence de gonocoques, le patient est retiré du registre.

Parallèlement à cela, il est conseillé d'effectuer des réactions sérologiques à la syphilis, au VIH, aux hépatites B et C (avant et 3 mois après le traitement) avec une source d'infection inconnue.

De nombreux experts contestent actuellement la possibilité d'utiliser des provocations et des examens de suivi multiples et suggèrent de raccourcir la période d'observation pour les femmes après le traitement complet d'une infection gonococcique, car la grande efficacité des médicaments modernes perd les implications cliniques et économiques des activités.

Selon les lignes directrices européennes (2001), au moins un examen de suivi est recommandé après le traitement pour déterminer si le traitement est adéquat et si les symptômes de la gonorrhée sont présents. La surveillance en laboratoire n’est effectuée que dans les cas de maladie en cours, de possibilité de réinfection ou de résistance éventuelle du pathogène.

INFORMATION PATIENT

Pour les rapports sexuels occasionnels, un préservatif et un autre équipement de protection individuelle doivent être utilisés pour prévenir la maladie. En cas d'apparition de pertes anormales au niveau des voies génitales, vous devriez consulter un médecin pour un examen.

PRÉVISION

Le pronostic pour un traitement opportun et adéquat est favorable.

Symptômes, signes et traitement de la gonorrhée chronique (triper)

La gonorrhée chronique survient chez les personnes qui, après l'infection, ne sont pas allées chez le médecin, car elles ne connaissaient pas leur état, ce qui se produit avec une forme latente de la maladie. Et il est possible qu'ils aient ignoré les symptômes ou refusé le schéma de traitement proposé par le médecin, ou ne se soient pas rétablis, ce qui se produit avec la forme aiguë de cette MST.

L'infection à gonocoques se produit pendant les rapports sexuels. S'appuyant sur la membrane muqueuse de l'œil, des organes génitaux, du rectum ou de la bouche, ils provoquent une inflammation locale.

Symptômes de la gonorrhée chronique

Les premiers signes de gonorrhée chronique se manifestent par des douleurs pendant la miction, des pertes purulentes et d'autres symptômes inflammatoires prononcés dans le système urinaire. La gonorrhée en cours d'exécution ne provoque pas de symptômes externes aussi prononcés, car les capacités de protection de l'organisme s'épuisent avec le temps et il ne peut plus réagir aussi clairement aux gonocoques. Cependant, le clap chronique, bien qu'il ne se manifeste pas aussi clairement que l'aigu, est beaucoup plus dommageable pour le corps. S'étendant sur le corps du porteur, l'agent pathogène affecte finalement la prostate, les vésicules séminales et l'épididyme chez l'homme, ce qui entraîne la formation d'adhérences dans les trompes de Fallope, les testicules et l'utérus chez la femme. La conséquence la plus terrible pour les deux sexes est l'infertilité.

La forme chronique de la gonorrhée est caractérisée par un caractère récurrent de l'évolution, au cours duquel les symptômes de la maladie disparaissent ou le patient est à nouveau perturbé. Pendant les périodes de rémission, les patients restent infectieux pour leurs partenaires sexuels et l'amélioration apparente du bien-être ne correspond pas à ce qui se passe dans le corps. Les gonocoques vont se propager davantage, affectant les muscles, les articulations, les os, le foie, le cerveau, les reins, le cœur et le sang. En même temps, dans de nombreux cas, il est impossible de détecter des signes de maladie chez un patient lors d'un examen externe. Par conséquent, les patients atteints de gonorrhée chronique semblent absolument en bonne santé sur la photo.

Traitement de la gonorrhée chronique

Après avoir traité une forme aiguë de déclenchement, le médecin recommande au patient de rester sous la surveillance de spécialistes pendant 3 mois supplémentaires, au cours desquels il est possible de déterminer sans ambiguïté si le traitement a été efficace ou non. Si des symptômes sont détectés au cours de cette période et qu'il existe des raisons de penser que la maladie s'est transformée en une forme chronique, il est nécessaire de prescrire un nouveau traitement. Plus vite cela sera fait, mieux ce sera.

Mais il existe des situations où le traitement de la maladie de triper chronique ne donne aucun effet positif et que des signes d'inflammation du système urinaire apparaissent à plusieurs reprises. Naturellement, les patients ont une question: «La gonorrhée chronique est-elle traitée? Comment soigner la gonorrhée chronique pour oublier cette maladie vénérienne une fois pour toutes?! ”

Alors, est-il possible de guérir soi-même la blennorragie chronique? Il est impossible de se débarrasser du bouchon en buvant les premiers antibiotiques disponibles qui ont déjà aidé quelqu'un à des amis. Les gonocoques sont non seulement extrêmement résistants aux antibiotiques, mais également aux micro-organismes pour lesquels aucune immunité ne peut se développer. Par conséquent, le schéma thérapeutique pour la gonorrhée chronique comprend toujours trois points essentiels:

  • on prélève d'abord un frottis et on détermine le médicament le plus sensible aux médicaments;
  • pendant toute la durée du traitement, il est interdit au patient et à son partenaire d'avoir des relations sexuelles afin d'éviter une réinfection;
  • une approche intégrée pour résoudre le problème, y compris les immunostimulants et la thérapie par le régime.

Méthodes et traitement de la gonorrhée

La gonorrhée (gonorrhée) est une maladie vénérienne provoquée par une infection gonococcique qui affecte les muqueuses de l'urètre, du rectum et des organes génitaux (moins souvent les muqueuses de l'œil et du pharynx sont impliquées dans le processus inflammatoire). La propagation et l'activité pathogène des gonocoques conduisent à l'apparition de symptômes tels que pertes non caractéristiques de l'urètre ou du vagin, troubles de la miction et de la fonction menstruelle, brûlures, démangeaisons dans les endroits intimes, inflammation et rougeur des organes génitaux, fièvre, etc. Si ces symptômes se manifestent, vous devez faire appel à un spécialiste, car le manque de traitement approprié en temps voulu peut provoquer des conséquences irréversibles.

L’efficacité du traitement dépend de la combinaison correcte des méthodes thérapeutiques utilisées et de divers facteurs (sensibilité du gonocoque aux antibiotiques, degré et nature des symptômes, forme de la maladie, propagation de l’infection gonococcique, état de santé général et âge du patient, présence de pathologies concomitantes, etc.). Par conséquent, avant de prescrire un traitement pour la gonorrhée, le médecin demande au patient de subir un examen complet, comprenant un diagnostic instrumental et un test de laboratoire.

Le traitement de la gonorrhée nécessite une approche individuelle et intégrée, qui comprend la prise de médicaments antibactériens et immunostimulateurs, ainsi que la réalisation de procédures de physiothérapie.

Traitement de la gonorrhée chez l'homme et la femme: principes de base

La trithérapie comprend plusieurs types de traitement dans différentes directions:

  • Thérapie étiotropique - la destruction de l'infection gonococcique qui a provoqué le développement de la gonorrhée;
  • Traitement symptomatique. Son objectif principal est de réduire ou de neutraliser complètement les manifestations cliniques de la maladie (médicaments antiprurigineux, utilisation d'analgésiques, etc.);
  • La thérapie pathogénique a pour objectif de prévenir la propagation des gonocoques et de bloquer l’un ou l’autre stade de la maladie à l’aide de médicaments et de kinésithérapie locaux.

Traitement médicamenteux gonorrhée

Le principal médicament utilisé pour traiter les excipients est un antibiotique. Le schéma de traitement de la gonorrhée chez les femmes et les hommes, la durée du traitement et le groupe de médicaments utilisés sont déterminés par le médecin individuellement, en tenant compte des caractéristiques du corps de la patiente: présence de réactions allergiques, autres infections sexuellement transmissibles ou effets secondaires après la prise du médicament, grossesse, etc.

Dans le cas de la forme aiguë du déclencheur, la thérapie implique la prescription de médicaments antibactériens sous forme d'injections ou de comprimés. Le traitement de la gonorrhée chronique est plus efficace au début avec des médicaments immunomodulateurs et des procédures de physiothérapie qui aideront à améliorer les propriétés protectrices du corps. Pour que le traitement antibactérien soit efficace, une série de tests de laboratoire est assignée à la patiente afin de déterminer la sensibilité de l'infection gonococcique à un antibiotique spécifique.

Outre les immunomodulateurs et les médicaments antibactériens dans le schéma de médicaments contre la gonorrhée, utilisez des fonds locaux sous forme de suppositoires et de pommades. Les suppositoires modernes ont un effet combiné, ce qui leur permet de lutter efficacement contre d'autres agents pathogènes pouvant être diagnostiqués en même temps que le gonocoque (trichomonas, ureaplasma, chlamydia). Ils ne pénètrent pas dans le sang, mais se désintègrent en composants et interagissent avec les structures cellulaires des virus, empêchant ainsi leur reproduction.

Également dans le traitement de la gonorrhée, des sulfamides sont utilisés, qui ont un effet plus spécifique et prolongé que les antibiotiques.

Traitement non médicamenteux de tripper

De bons résultats dans le traitement de la gonorrhée ont montré une physiothérapie qui, en raison de son efficacité, est incluse dans le schéma du traitement complexe. Ceux-ci incluent la magnétothérapie, l'électrophorèse, l'UHF, le traitement au laser, la phonophorèse de médicaments et l'inductothermie. Les traitements de physiothérapie ne sont prescrits qu'en l'absence d'inflammation aiguë, c'est-à-dire au cours de l'évolution chronique de la maladie.

Si le traitement avec des méthodes conservatrices ne donne pas les résultats souhaités, une intervention chirurgicale est indiquée. L'opération est réalisée avec une inflammation étendue avec la formation de multiples foyers purulents. Cela se produit généralement avec des complications graves de la gonorrhée telles que la salpingite, la pelviopéritonite et la péritonite.

Pour obtenir des résultats maximaux et durables du traitement, le patient doit suivre les prescriptions du médecin traitant, qui incluent le rejet du contact sexuel et de l'effort physique, ainsi que le respect de la nutrition thérapeutique. Il est recommandé d’exclure de l’alimentation les plats épicés, salés, frits, fumés et l’alcool. Une fois le traitement terminé, le patient est placé sous la surveillance d’un médecin pendant 3 à 4 mois, ce qui permettra d’éliminer complètement l’infection.

Traitement antibiotique de la gonorrhée

Le traitement antibactérien de l'agent de prévention implique la nomination de médicaments appartenant à divers groupes. Avant d'utiliser un médicament, la sensibilité d'une infection gonococcique à ce médicament est déterminée par des tests de laboratoire.

Les principaux et les plus efficaces dans le traitement de la gonorrhée sont considérés comme des antibiotiques du groupe des pénicillines. Les médicaments peuvent être administrés par voie intramusculaire ou orale. Également trouvé être utilisé dans le traitement du groupe tétracycline des antibiotiques de la gonorrhée aiguë. Les macrolides sont utilisés beaucoup moins fréquemment que les tétracyclines, mais leur utilisation est recommandée si le gonocoque n'est pas sensible aux médicaments antérieurs ou s'il développe une allergie aux pénicillines. Les antibiotiques azalides et les céphalosporines ont donné de bons résultats dans le traitement du trep. Ces médicaments contribuent à la destruction efficace de l'infection gonococcique, surtout après la première utilisation.

Seul un médecin qualifié peut prescrire un traitement thérapeutique approprié et sélectionner le médicament approprié pour lutter contre la gonorrhée. Par conséquent, il n'est pas recommandé de se soigner soi-même et, en cas de premiers signes de déclenchement, demandez l'aide d'un médecin.